[Critique] Starbuck

David est un vrai branleur.
La quarantaine arrivant, son passé se rappelle à lui par l’entremise d’un procès que lui intente 143 enfants dont il est le père (sans compter les 400 autres qui ne se sont pas encore mis partie civile !).
Car David, sous le pseudonyme de “Starbuck”, à beaucoup donné son sperme quand il avait 20ans (c’est rémunéré au canada). David est il un branleur au grand coeur ?

Coup de coeur de l’été. Pleins d’humour, un peu de bon sentiment mais vraiment pas trop compte tenu du sujet casse gueule. Le film n’est pas un documentaire pour les dossier de l’écran. C’est juste l’histoire d’un mec un peu perdu et de “ses enfants” qui le recherchent.

Je spoile rien en disant qu’il vont bien évidement se trouver (c’est cousu de fil blanc) mais on passe un vraiment bon moment de rigolade (et pas que) grâce aux acteurs (et, soyons honnête, à l’accent et aux expressions canadienne).
Un bon petit film comme on aimerait en voir un peu plus souvent

Très bon film qui m’avait tenté dès la parution de sa bande annone. Alterne efficacement les moments de rigolade et d’émotion.
Assez convenu certes, mais le côté Québec + sujet décalé en font, à mon sens, un bon film. A voir.