Des sites "sampleur/samplé"

J’ai découvert quelques sites “sampleur/samplé”, où on apprend en écoutant quelques morceaux que Prodigy, NTM, Portishead, ou encore Daft Punk se sont légèrement inspirés :[ul]
[li]Julien’s originals[/li][li]Ultragraphik[/li][li]90bpm[/li][li]Samples et reprises[/li][/ul]J’aime bien cette phrase : “The recycling of old stuff through sampling should be seen as evidence of the talent and creativity from those days” B)

Aussi en version texte, The Sample FAQ et sur Wikipedia

Vous en connaissez d’autres ?

On appelle cela" griller" un morceau, reconnaître tous les samples avec lesquels il est construit. C’est un grand jeu parmi certaines communautés.

Mmmmmh, a priori le phénomène est loin d’être récent. Il suffit d’écouter des standards de jazz ou de classique pour reconnaitre parfois des phrases musicales récurrentes. C’est une forme de création par réappropriation assez normale et tous sauf limitée à la musique !

Bon pardon ce n’était pas trop le débat, m’en vais chercher ce style de site avec du jazz ou du classique. c’est pas gagné !

Le plus gros sample dernièrement c’est le Robot Rock de Daft Punk. Assez impressionant. Mais j’ignorais qu’il y en avait d’autres, ça me deçoit.
Mais dans les cas de nombreux autres sampleurs, dont Prodigy, le sample est si retravaillé et intégré à un ensemble original que le sampleur fait honneur au samplé B)

Exactement. Le sampling c’est pas LE MAL, il faut juste que ce soit fait avec “intelligence”.
Pour des mecs comme DJ Shadow ou les rappeurs de chez Stones Throw (Madlib et consorts) ça passe. Mais pour Daft Punk, je suis désolé mais prend ton loop et paye ton vieux 4 par 4 et t’as ton morceau en 3 secondes (surtout le dernier album).

Ouais bon je double poste mais vu qu’a la base la question c’était[quote=« cedric, post:1, topic: 29857 »]Vous en connaissez d’autres ?[/quote]
Ben perso j’ai vu ça, puis ça, et encore ça, le tout regroupé dans ça !! (dans la rubrique links).
Pas mal de liens ont l’air morts mais y a de quoi manger.

J’en profite pour lancer une requête: Si quelqu’un sait si le morceau « Innocent » du groupe Addis Black Widow contient un sample et à quel niveau, merci de m’en faire profiter parce que je cherche comme un dingue et… le vide.
Cela dit ça me ferait chier vu que c’est un morceau que j’aime encore pas mal aujourd’hui, et ça me chagrinerait pas mal de savoir que ce n’est qu’un vulgaire rip-off de chie B) .

Merci par avance (et on ne critique pas ma capacité à chercher sur Google !! SVP :smiley: )

C’est dommage que la plupart des sites de samples se résument à un listing en texte, c’est beaucoup plus chouette quand on peut écouter un extrait comme sur Julien’s originals, parce que le plus souvent il s’agit de morceaux quasi introuvables.

Bon ben comme on est jamais aussi bien servi que par soi-même, j’ai finalement résolu ma question sur Addis Black Widow.
Il s’agit effectivement d’un bon gros sample bien salement repris (même pas un petit son retravaillé de rien du tout) que j’ai trouvé ICI. Désolé cédric mais là non plus y a pas de son (pas faute d’avoir cherché) mais au pire tu peux utiliser CA en complément (je mets l’exemple d’Addis pour que toute la Zone sache que c’est des voleurs VENGEANCE B) !!!)

Bref c’est pas ce soir que je vais verser dans le panégyrique au sujet de la créativité des musiciens d’aujourd’hui (super déçu :smiley: )

Alors, je me permets juste un petit commentaire pour remettre tout ça dans son contexte : qu’on trouve détestable le sampling à outrance, c’est une chose. Moi-même, je ne suis pas méga-fan dans 99% des cas, parce que ça dénote bien souvent un manque de créativité. Par contre, on ne peut pas qualifier le sampling de « vol ». Dans la majeure partie des cas, il faut savoir que l’artiste qui sample paie un droit (souvent énorme) pour le sample utilisé (j’ai pas de stats en tête, mais disons que s’il deale les droits à 50%, c’est vraiment large, normalement, c’est pire).

Certes, il existe des « artistes » qui samplent sans se fouler et sans retribuer les ayant-droits. Mais ça reste très rare et c’est très souvent poursuivi (et vu ce que ça coûte de se faire choper, y’en a pas beaucoup qui s’y risquent).

Voilà, c’était juste pour recadrer le truc. Il faut savoir que c’est souvent un bon calcul, en fait : on sample un groooos standard disco pour un premier single (sur lequel, à cause des droits d’auteur, on touchera finalement peanuts) qui va servir de locomotive pour un album derrière, où on n’aura probablement plus de tracks avec des samples (ou moins), histoire de rentabiliser l’histoire. Le dernier Madonna, ça vous dit quelque chose ? :smiley:

Exemple qui me vient en tête parce qu’il est 3h25 du mat’: Vanilla Ice.
“Ice Ice Baby”, avec le gros sample de “Under Pressure” (Queen/Bowie), bah il a pas payé. Enfin, pas de suite, après il s’est pris un gros procès là où je pense.

Voilà, sinon rien à dire.

C’est clair il ne s’agit pas d’un vol au sens premier du terme. Mais je pense qu’il s’agit d’un vol auprès du grand public, qui, la plupart du temps, ne se rend même pas compte qu’il s’agit d’une réprise. Je me demande si dans la génération kikoo-lol-sms il y en a beaucoup qui connaissent Abba ou tous les trucs disco repris par les rappeurs.
Et puis quand on a l’original d’Abba on devrait pourvoir télécharger gratuitement la reprise de Madonna B)

Diam’s avec Sway? Bordeaux Chesnel mode on. (Non j’aime pas Diams, mais j’adore l’original de Sway, qu’on peut d’ailleurs entendre dans Dark City - pas l’original hein!).

C’est triste de voir à quel point des artistes sont en manque cruel de création propre parfois, ca démoli toute leur réputation…

Le sample est il un manque cruel de création ? Et si oui, peut on donc affirmer que Serge Gainsbourg était un imposteur ?
Vous avez 45 minutes…

Le véritable problème, AMHA, c’est que 90% de la musique “commerciale” est constitué de reprises aujourd’hui. Si vous écoutez les radios périphériques et que vous avez comme moi plus de 30 ans, vous vous rendrez très vite compte que, à part l’augmentation du BPM, c’est la même soupe qui nous est servi aujourd’hui qu’il y a 20 ans, mais avec des “artistes” en images de synthèse (ou en carton)…

Je ne me souviens plus de quel grand producteur des années 80 (Stock, Aitken ou Waterman, 1 des 3 en tout cas) qui disait que la France à une particularité musicale bizarre, celle de produire des bébé-stars chantant des trucs gnan-gnan et infantilisant, et de les porter en haut des Charts…

Jordy il y a 20 ans, Fleur de Vanille et Pingu aujourd’hui… Nous sommes les seuls à aimer ça… Et ebn plus là ou Jordy nous chantait un tube “original”, les nouvelles icones pop nous sortent d’indigestes reprises…

Mais bon, ce n’est pas comme si c’était autre chose qu’NRJ et TF1 qui formatait la culture musicale actuelle hein… Au moins, vous les jeunes, si aujourd’hui vous aimez de la merde, vous avez des circonstances aténuantes, il ne passe plus que ça sur la majeure partie des médias…

A mon époque, aimer le caca c’était un choix… Et j’en suis pas fier tous les jours, non madame… Mais j’adore, et quelque part, ça a forger ma culture musicale d’aujourd’hui…

Never gonna give you up
Never gonna let you down
Never gonna run around and desert you
Never gonna make you cry
Never gonna say goodbye
Never gonna tell a lie and hurt you…

[quote=“BarracuddA, post:14, topic: 29857”]Never gonna give you up
Never gonna let you down
Never gonna run around and desert you
Never gonna make you cry
Never gonna say goodbye
Never gonna tell a lie and hurt you…
[/quote]
Aaaah Rick Astley, le poulin de l’écurie Stock/Aitken/Waterman, une vraie usine à tubes ces trois là (Mel & Kim, Kylie Minogue et même des trucs plus obscurs et relativement bandants comme Princess et son mortel “Say I’m Your Number One”)… Enfin, moi j’aimais bien à l’époque, ça a mal vieilli, mais ils avaient une prod d’enfer (et un son bien à eux).

[quote=“BarracuddA, post:14, topic: 29857”]Au moins, vous les jeunes, si aujourd’hui vous aimez de la merde, vous avez des circonstances aténuantes, il ne passe plus que ça sur la majeure partie des médias…

A mon époque, aimer le caca c’était un choix…[/quote]

Pas foncièrement d’accord dans la mesure où la nature des médias à quand même changée en une dizaine d’annés.
Internet représente VRAIMENT une alternative à la Radio FM qui, elle, part vraiment en sucette (c’est juste supra effrayant).
Un vrai noyau de résistance peut se créer ici. Sans être aussi alarmiste que toi je pense qu’on a toujours le choix, même si c’est de plus en plus dur d’échapper à tous les trucs de chie qu’ont essaye de nous marteler dans le crane.
J’ai connu cette période où quand t’écoutais la radio (n’importe laquelle), passé 22 heures, tu découvrais des morceaux complètement différents, sans matraquage… Mais les portes de sortie existent toujours.

Maintenant à chacun de faire un effort aussi, chercher des radios locales plus “indépendantes” (si si ça existe encore) donc sans contrainte de rentabilité, donc capables de choisir leur progs. Squatter les bornes d’écoutes des disquaires, prendre des abonnements dans des médiathèques et se laisser guider par sa curiosité…

Bon sinon pour recentrer le débat sur le sample (et parce que les 45 minutes sont bientôt écoulées): Je ne pense pas qu’on puisse dire que Gainsbourg était un imposteur compte tenu de l’oeuvre énorme qu’il a construit et que les morceaux ou il a repris des mélodies de musique classique (si c’est ce à quoi tu fais allusion) ne représentent qu’une crotte de nez sur le revers d’un smoking.
En plus étant donné la complexité et la dichotomie du personnage, ce serait vraiment injuste de le réduire à ça AMHA.

Et enfin

Ouais ben tu excuseras ma fougue, c’était un morceau que j’aimais bien et quand je suis super déçu il arrive que je m’emporte un peu. C’était une réaction à chaud. /me va faire un travail sur soi.

Cela dit entre le vol et l’achat de la créativité des autres c’est un peu la peste et le choléra. On me fera pas avaler que les p’tits Daft Punk sont allés voir George Duke ou Edwin Birdsong pour leur dire “On adore ce que vous faites, laissez nous sampler votre musique et on vous donera plein d’argent !!”. Je pense que c’est plus une histoire de tractations entre maisons de disques.

Comment t’expliques que Francis Cabrel a laissé un Boys Band reprendre son “Je l’aime à mourir” ? Bon mon exemple pue un peu mais j’avais aussi vu un reportage sur Roy Ayers qui s’est fait pillé de façon monstrueuse, et tu sentais dans ses propos l’impuissance du gars face à ce phénomène. Donc je pense que dans cette histoire l’artiste samplé a beaucoup moins de marge de manoeuvre que le sampleur ou sa maison de disque…Donc B)

Ah ben ça, forcément. Quand on signe avec le diable une major, faut pas s’étonner après qu’elles vous fassent des enfants dans le dos au nom de la rentabilité du back catalogue. Un contrat, ça se négocie. Quand on n’est pas foutu de se blinder (ou quand on a pas le choix parce que le contrat est imposé et que l’appat du gain fait qu’on n’a pas envie d’aller voir ailleurs), c’est normal que ces choses-là arrivent. Il suffit pourtant d’une petite ligne dans le contrat stipulant qu’on veut garder un droit de regard/veto sur toute utilisation éventuelle qui sera fait du morceau. Mais bon, voilà typiquement le genre de clause que tu ne réussiras jamais à faire approuver par une major…

Après, c’est un choix : intégrité artistique (contrat conciliant, label indé) versus grosse distribution (contrat type ultra cadenassé, major)… Moi j’ai choisi B)

Comme ça, je ne risque pas de voir mes morceaux remixés par Crazy Frog en ayant juste le droit de fermer ma gueule. :smiley:

Petit aparté : marrant que personne ne parle de Moby (ou alors j’ai mal lu) qui est quand même le pire représentant de cette race de rapaces. Monsieur ne pille que dans le domaine public (de vieux chants de blues d’artistes oubliés, par exemple, j’ai la liste), colle une nappe de synthé à deux balles par dessus, une rythmique « default » de sa groove box et roulez jeunesse, par ici la thune. Maintenant, si les gens trouvent ça bien et n’ont pas la démarche d’aller voir derrière ce que cache le morceau, que voulez-vous y faire ? Il faut dire que le monsieur est suffisament malin que pour ne pas citer ses « sources ». Heureusement, d’autres l’ont fait. Et c’est assez édifiant…

Comparez le « Trouble So Hard » de Vera Hall. avec le « Natural Blues » de Moby et puis, réfléchissez-y cinq minutes en vous disant que les ayant-droits de Vera Hall ne touche pas une cacahouète sur cette reprise déguisée… Moi, ça me débecte. :stuck_out_tongue:

Pour la thune.

Euh pour Francis Cabrel c’est pas trop ce que j’ai entendu, il me semble que c’était encore une entourloupe à mettre au crédit de sa maison de disques. Du moins j’avais vu une interview où il était assez énervé (et Cabrel véner franchement ça s’oublie pas B) ).

Maintenant on peut admettre qu’il l’ait joué faux cul en protestant comme un damné devant les médias et qu’en « off » il se paye un max de poules de luxe avec la caillasse que ça lui a rapporté :smiley:

Pardon mais, de qui tu parles ?? :stuck_out_tongue: :smiley: :turned:

[quote=“Kelp, post:18, topic: 29857”]Euh pour Francis Cabrel c’est pas trop ce que j’ai entendu, il me semble que c’était encore une entourloupe à mettre au crédit de sa maison de disques. Du moins j’avais vu une interview où il était assez énervé (et Cabrel véner franchement ça s’oublie pas B) ).

Maintenant on peut admettre qu’il l’ait joué faux cul en protestant comme un damné devant les médias et qu’en “off” il se paye un max de poules de luxe avec la caillasse que ça lui a rapporté :D[/quote]
Ah ben, je veux bien lui accorder le bénéfice du doute. Mais au final, il palpe quand même. Donc bon, ça décrédibilise un peu son coup de gueule.

[quote]Il suffit pourtant d’une petite ligne dans le contrat stipulant qu’on veut garder un droit de regard/veto sur toute utilisation éventuelle qui sera fait du morceau. Mais bon, voilà typiquement le genre de clause que tu ne réussiras jamais à faire approuver par une major…
Comme ça, je ne risque pas de voir mes morceaux remixés par Crazy Frog en ayant juste le droit de fermer ma gueule.[/quote]

Mais, euh, et ton droit moral inaliénable tout ça ? Cabrel, s’il veut que ça s’arrête, sa reprise, il dit stop. Même s’il a abandonné son droit moral au profit d’une major américaine (j’en ch*e au bureau avec ça des fois, théorie juridique, quand tu nous tiens…)