Face aux intox du Net, le Washington Post baisse les bras

Article publié sur : http://www.geekzone.fr/2015/12/21/face-aux-intox-net-washington-post-baisse-bras/
Quand j’ai appris que le Washington Post mettait un terme à sa rubrique « What was fake on the Internet this week » (« Ce qui était faux sur Internet cette semaine »), l’idéaliste que je suis s’est dit que c’était sans doute parce que les gens avaient désormais pris le pli de vérifier leurs infos et qu’un tel…

Note que l’utilisation des hoax devient même un outil d’argumentation dans les sophismes des défenseurs de certaines idéologies.

  1. Un article dévoile les actions révoltantes de telle personne/communauté X.
  2. L’article est largement relayé par les opposants idéologiques des premiers.
  3. L’article est démenti.
  4. Les opposants tiennent le discours suivant : “Oui mais le simple fait que l’on ai pu croire que X ai réellement fait ça, montre bien à quel point ils sont intrinsèquement mauvais”.
  5. Wat?

Voilà comment ce genre de site peut avoir 40000 likes sur Facebook.

L’autre facteur étant que les discussions avec les adhérents aux théories alternatives sont juste trop épuisantes. Discuter avec quelqu’un qui ne croit pas à l’alunissage, au SIDA ou craint les chemtrails est un exercice éprouvant et abrutissant. Cela fait bien longtemps que j’évite simplement ces gens. Donc je conçois tout à fait ce qui a poussé le Washington Post à baisser les bras.

2 « J'aime »

C’est un détail mais je trouve dommage de pointer directement sur la version Wikiwand d’un article Wikipedia (perso je n’aime pas Wikiwand).
Les gens qui le souhaitent on déjà le plugin adéquat de toutes façons, pourquoi ne pas laisser le choix ?

2 « J'aime »

Les 5 étapes qui se passent avec une amie vegan qui relaie LeGorafi et NordPresse pour son “combat” qu’elle fait toute seule.

(On en a pas mal parlé, elle a l’air d’avoir compris, mais bon)

J’ai édité, mais sinon de base, il y a un lien en bas de chaque page (et dans le menu W en haut à droite) pour rebasculer vers la version Wikipedia.

En complément d’information, je linke également ce papier de Wired sur le clickbait. http://www.wired.com/2015/12/psychology-of-clickbait/

Oui j’avais vu, c’est pour ça que c’était vraiment un détail, limite une question de principe. :smile:
Merci en tous cas, même si l’article est plutôt déprimant quant à la volonté des gens d’arrêter d’être cons (oui bon, je résume).

C’est malheureusement un bon résumé. :confused:

Ça et puis tous ces putain de sites de pseudo-science qui surfent sur l’émotionnel, en relayant des vieux papiers hors contexte, quand ce ne sont pas purement et simplement des affabulations (et que le 1/4 de mes amis Facebook relaient sans discernement en mode “AH ! Je le savais !”).

Soupir

1 « J'aime »

@Faskil @Laloutr3
Faudrait peut-être voir à mieux sélectionner vos amis… Enfin je dis ça moi c’est pour vous hein :wink:

Je l’attendais celle-là… Tu serais surpris de constater à quel point des gens présumés intelligents dans la vraie vie peuvent facilement se faire avoir dans un moment d’émotion. D’ailleurs, ça m’est déjà arrivé aussi. C’est un phénomène très bien expliqué dans le papier de Quartz linké dans l’article. J’aurais même tendance à dire qu’il est plus dangereux de se croire immunisé (comme les gens qui t’expliquent sans rire qu’ils sont complètement hermétiques à la pub et à la manipulation marketing).

Perso j’ai fais simple, j’ai pas ou peu d’amis, comme ça j’ai moins de chance d’être déçu :pensive:

Sinon dernière remarque m’a fait pensé à ça : http://www.koreus.com/video/experience-publicite.html

On peut quand même être moins sensible à la pub que d’autre personne, et il suffit aussi de savoir l’éviter (pas de télé, pas de radio, et un bloqueur de pub correcte sur le net)

Ah mais je n’ai jamais dit le contraire, il est clair qu’on a tous une sensibilité différente. Mais personne n’est complètement insensible, surtout quand le message manipule l’inconscient. C’est comme certains journalistes JV qui prétendent ne pas du tout être influencés par le marketing des press-tour, c’est évident qu’on l’est toujours, dans une certaine mesure. En résumé : faire attention de ne pas confondre “je n’y suis pas sensible” à “je ne m’en rends pas compte”.

Et les bloqueurs de pub ou la prise de distance, c’est bien, mais il serait illusoire de penser que le marketing n’agit que dans ces zones balisées.

1 « J'aime »

Je bosse en partie avec et pour des publicitaire ou assimilés, j’ai bien conscience de la zone d’envahissement que ça représente. Au final on est d’accord, pas possible de l’éviter et elle nous atteint forcément d’une manière ou d’une autre, à chacun de savoir y réagir en conséquence.

Et vous parlez d’“hoax” évidents et sans conséquences. Perso qu’un type croit qu’on n’est jamais allé sur la lune, ou qu’un câble HDMI à 700€ améliore l’image, ça ne me pose pas de soucis particulier.
Le problème c’est que ça touche aussi des sujets plus graves et qui agissent plus directement sur notre vie quotidienne (sujets d’actualités, d’économie…).

On préfère le type qui va gueuler n’importe quoi parce que “lui au moins il dit des choses” que celui qui a un discours raisonnable, mais difficile à comprendre et / ou peu attractif.
Et ça ne concerne pas que d’obscurs sites de fan adeptes du complot.
Les médias traditionnels sont touchés aussi (combien de fois on voit Zemmour éructer ses fadaises par rapport à d’autres experts par exemple ?).
Oui je parle essentiellement de politique là. Suffit de voir Donald Trump aux USA, ou plus proche de chez nous les abrutis décérébrés qui passent à la télé (on a eu un exemple criant y a pas longtemps hélas…).

Je suis dans l’éducation, et ça me désespère d’autant plus que je vois ces attitudes de paresse intellectuelle très tôt. Et croyez-moi c’est extrêmement difficile à contrer. Surtout quand l’institution baisse les bras aussi et préfère aller dans le sens de la facilité… Il n’y a pas que le Washington Post qui abandonne. C’est plus grave quand il s’agit des institutions.

2 « J'aime »

Le documentaire “les nouveaux chiens de garde” affiche bien le problème des ““experts”” qui sont invités en boucle sur les plateaux TV et à la radio.

Le pire dans ceux dont tu parle, c’est les gens qui ont une forte éducation, une bonne voir une très bonne culture, mais qui préfère quand même suivre la masse en mettant de coté tous ce qu’ils ont appris ou connaisse.