INTELligence ?

“As-tu pensé à faire une sauvegarde de ton cerveau avant ton saut à l’élastique ?”, c’est le genre de phrases que nous pourrions entendre dans quelques décennies selon Ian Pearson, futurologue britannique. Rappelant l’évolution vertigineuse de la technologie informatique, il cite l’exemple de la PlayStation 3 qui serait 35 fois plus puissante que la PS2 et disposerait déjà d’1% de la puissance du cerveau humain.

La technologie permettant le transfert vers une “immortalité” numérique devrait être disponible vers 2050 pour les plus riches et pas avant 2080 pour les autres (Hé oui…). Mais quid de la conscience, des émotions, des sentiments ?

Le scientifique évoque également l’arrivée prochaine de machines possédant une pseudo-conscience, imaginant un pilote automatique ayant très peur de voir l’avion s’écraser et faisant tout son possible pour garder ses passagers en vie. Asimov en aurait certainement souri.

Sources : yahoo.com silicon.fr

Pfff, prévoir le futur en se basant sur les discours marketting de Sony, elle est bien bonne :stuck_out_tongue:

Perso je ne crois pas du tout que ce genre de technologie verra le jour de notre vivant (et c’est dommage, ce serait pratique de pouvoir se transférer un fois grabataire).
Néanmoins le « transfert de personnalité » pose tout un tas de problème intéressants qui sont explorés avec brio dans La cité de permutants, excellent roman de Greg Egan que je vous recommande chaudement.

Et pour les avions suicidaires ?

Bon sinon ça me fait bien rire ce genre de déclarations, pour moi cela n’est pas près d’arriver.
On arrive à peine à interpréter les ondes émises par le Cortex pour aider les handicapés moteur à “bouger” des mécanismes et on ne comprends pas encore comment est organisé le siège de la mémoire. Alors pour lire les informations du Cerveau et les stocker, je pense qu’on a du boulot…

Par ailleurs, comparer la puissance de calcul d’un ordinateur à celle du cerveau humain est absurde vu que le mode de fonctionnement n’a rien à voir entre les deux. D’ailleurs quel rapport entre la puissance de calcul brute et la mémoire ? Puisque c’est bien ce dont il est question là, de stocker nos mémoires, non ?

Ross également, il était pas loin finalement… A 20 ans près!

“By the year 2030, there’ll be computers that can carry out the same amount of functions as an actual human brain. So theoretically you could download your thoughts and memories into this computer and-and-and live forever as a machine!” - Ross

Ce que j’aime bien c’est que d’un côté on rigole/sourit quand on voit ce que prévoyait les gens dans les années 60, mais on continue de faire des prévisions sur l’évolution technologique sur 50 ans…

Baaah, ça nous fera sourire en 2030.

Apres les missiles , sony s’attaque au cerveau humain :stuck_out_tongue:
Je sais que ce n’est pas eux qui se sont cite mais quand meme une annonce pareil apres l’E3. N’y a t-il que moi que ca choque ?

Mais c’est vrai que ca laisse reveur de pouvoir transferer sa conscience dans une machine meme si je pense que l’on sous-estime les capacités de notre cerveau.

Futurologue… scientifique pour qualifier le meme homme? Pipologue ou “j’ai un pote journaliste qui va me mettre dans une depeche de presse qui cartonne-ologue” aussi. Pourquoi pas astrologue tant qu’on y est?

Ha ouai et le jour ou on pourra quantifier la capacitee du cerveau humain en FLOPS appelez moi, parceque moi, perso, j’ai du mal a en faire plus d’une toute les 30 secondes de floating point operation…et ca m’arrangerait dans mon boulot d’informaticien si tout le monde savait en faire quelque millier de milliards par secondes.

rappelez vous l’an 2000 vu dans les années 50. non j’étais pas né mais vous savez bien ce qu’on espérait pour 2000 : des week end sur la lune en fusée, des voitures volantes, des robots pour assouvir nos désirs.

j’ai tjs pas de robot qui passe la serpilière pour moi. et quand windows essaie de penser, je préfère le squizzer car ses wizards font plus de mal que de bien dans la conf. le futur ct mieux avant !

gomme a politique

Question conne : comment on évalue les capacités du cerveau humain ?

Avant certains calculs que l’ont juge elementaires en Terminale S etait reserves à une élite de chercheur. Pourtant maintenant, tout les eleves de terminales S savent faire des integrations par parties et des calculs de limites. On peut voir que les humains font de plus en plus de choses avec leurs cerveaux avec l’augmentation de l’éducation et des progres scientifiques. On ne peut pas dire si on utilise en ce moment la totalité de notre cerveau donc je ne vois pas comment on peut dire qu’un processeur a 1 % des capacites du cerveau d’un humain.

Le post de GloP n’a jamais été en tel adéquation avec sa signature :stuck_out_tongue: .

Et j’approuve des deux mains, des deux pieds et des deux yeux ses dires.

Le plus drôle dans tout ça, c’est qu’on passe son temps à imaginer des trucs de dingue pour le futur, mais que la plupart du temps on assiste à des révolutions beaucoup plus subtiles de notre mode de vie suite à des inventions qu’on imaginait même pas (l’exemple le plus évident semble être comment Internet à changer notre manière d’être et de penser, ça personne y pensait dans les années 50 :stuck_out_tongue: ).

Sinon pour en revenir à la News, j’ai un pote ingénieur qui travaille dans la neuroscience, et qui s’amuse à faire pas mal de capteurs des signaux électriques émis par le cerveau, et en fonction des régions du cerveau solicités, ils arrivent à identifier certaines actions ou certaines pensées.
Donc on peut imaginer qu’en décodant toutes les particularités des signaux électriques d’un individu, on pourrait reproduire ça à l’aide de l’informatique pour disposer d’une espèce de clone cérébral. Mais j’ai aucune idée de la faisabilité d’une « immortalisation » de l’être humain par ce médium (en fait, je penserais plutôt que ça pourrait faire adopter aux ordinateurs du futur, un mode de fonctionnement « cognitif » calqué sur le cerveau humain, ce dont ils sont absolument incapable à l’heure actuelle).

Mais bon, entre ce qui est « essayé » et ce qui se réalise, il y a une énorme marge, donc on verra ce que l’avenir nous réserve.

[quote name=‹ majinboo › date=’ 25 May 2005, 00:31’]
Avant certains calculs que l’ont juge elementaires en Terminale S etait reserves à une élite de chercheur.  Pourtant maintenant, tout les eleves de terminales S savent faire des integrations par parties et des calculs de limites.
[right][post=« 362232 »]<{POST_SNAPBACK}>[/post][/right][/quote]
Oui, enfin, c’est putot l’inverse depuis 50 ans. Essaye de faire faire de exos de math de terminale « d’il y a longtemps » a des eleves de math sup/spe d’aujourd’hui. Je te promet, sur certains, ils vont pleurer (experience inside d’un prof de math particulierement fourbe). Ca marche pour toutes les classes, et le pire: pour la plupart des matieres. Il s’agit pas de faire du « c’etait mieux avant », mais juste de regarder l’evolution de notre scolarite en face. Et ca fait tout sauf s’ameliorer. Croire qu’on amene plus de 80% d’une classe d’age au bac, et la plus possible a faire des etudes superieures inutiles a beaucoup de monde sans autre raison que « il faut faire des etudes superieures pour reussir (de preference scientifiques) » sans baisser le niveau c’est utopique pour le dire gentiement :stuck_out_tongue: Mais c’est un tout autre debat…

Sauf qu’un être humain n’est pas seulement le produit de son cerveau. D’ailleurs, supporterait-on de vivre sans corps ?
Il suffit de prendre le cas des amputés qui ont déjà énormément de mal à vivre sans leur membres, donc si on t’enlève tout le corps, comment tu le vis ?

Et puis, qui dit plus de corps, dit plus de turlute…et ça et ben c’est pas franchement marrant. :stuck_out_tongue:

[quote name=‹ Ismar › date=’ 25 May 2005, 00:43’]Et puis, qui dit plus de corps, dit plus de turlute…et ça et ben c’est pas franchement marrant. :stuck_out_tongue:
[right][post=« 362243 »]<{POST_SNAPBACK}>[/post][/right][/quote]
Je sais qu’on est entre geeks et tout, mais tu sais que approximativement 50% de la population vit tres bien sans? Bon, d’un autre cote, cette moitiee pour se consoler en passant des heures a se matter les seins devant le miroir de la salle de bain… comment ca c’est pas realiste?

[quote name=‹ Ismar › date=’ 25 May 2005, 09:43’]Sauf qu’un être humain n’est pas seulement le produit de son cerveau. D’ailleurs, supporterait-on de vivre sans corps ?
Il suffit de prendre le cas des amputés qui ont déjà énormément de mal à vivre sans leur membres, donc si on t’enlève tout le corps, comment tu le vis ?

Et puis, qui dit plus de corps, dit plus de turlute…et ça et ben c’est pas franchement marrant. :stuck_out_tongue:
[right][post=« 362243 »]<{POST_SNAPBACK}>[/post][/right][/quote]

C’est pour ça que j’imagine plus une transposition du modèle cognitif calqué sur le cerveau que l’existence d’un double complet :stuck_out_tongue: . Mais ta remarque est très judicieuse (et non je dis pas ça pour les turlutes… :stuck_out_tongue: ).

Tu entends quoi par « cognitif » ?

N’oublions pas, qu’un être humain c’est aussi des émotions, et ça me semble pltôt dur de modéliser l’amour grâce à une courbe…enfin je dis ça mais je connais pas grand chose au domaine :P.

@Glop > Tu sais que les 50% qui restent, possède toujours au moins un argument pour arriver à leur fin ? Comme quoi la nature est bien faite : elle équilibre tout. :stuck_out_tongue:

Moi je dis : Ghost In The Shell :stuck_out_tongue: Non mais sans déconner c’est vraiment la représentation de ce dont l’on parle. On y voit bien distinctement deux choses : le « cerveau » par lui meme qui ne fait que calculer, interpréter les signaux du corps et mélanger le tout pour pondre un autre signal. Mais le « ghost », la conscience, c’est bien ça qui est inhérent à l’être humain. Et je pense que l’on ne pourra jamais rendre une machine consciente. Par contre le simple cerveau (différent du cortex) est tout a fait émulable, je pense que ce n’est qu’un problème d’interfaçage (?).

Par exemple j’appuie sur la touche « a » de mon clavier, le signal est émis à différentes puces puis est relaié au processeur qui l’interprète, consulte l’operating system pour savoir quoi en faire puis grâce à ça envoie une réponse sur l’écran via la carte graphique.

Je vois la touche de mon clavier, mes yeux envoie le signal à mon cerveau qui l’interpréte, consulte sa base de donnée sur le à quoi ça sert, pourquoi faire en déduis qu’il faut appuyer dessus pour afficher le caractère à l’écran, commande qui sera confirmé par l’oeil un instant plus tard.

C’est le même schéma, mais pas la même architecture. A quand un portage de gcc pour arch=« human brain » :stuck_out_tongue:

Fallait plus ecouter en philo en terminale :stuck_out_tongue: Descartes, tout ca, parceque ca fait longtemps que l’analyse de la conscience humaine essaye de depasser une simple reduction a « stimuli/reaction ». Maintenant qu’est ce que c’est scientifiquement, on en est encore completement reduit a des speculations les plus foles dans un sens (juste puissance de calcul insufisante, booste le calcul, tu as la conscience) ou dans l’autre (il y a des elements qui « ne se calculent pas » et booster la puisance de calcul ne suffit pas - ce qui veut pas forcement dire qu’ils sont pas reproductibles par d’autre moyens). Il en reste pas moins que apres des siecles de science, et surement pour encore de nombreuses anees, la question « qu’est ce que la conscience » est bien plus du domaine de la metaphysique et de la philosophie que de la science.

Ou le domaine des futurologues. Ou pipologue/astrologues/arnaquologues/« fume-c’est-du-belge-ologues ».

:stuck_out_tongue: :stuck_out_tongue: :stuck_out_tongue: Phrase la plus drôle de la semaine je crois! Comment on peut sortir une telle bourde sans risquer de perdre toute crédibilité?

+1 à Glop et à d’autres hein, c’est pas demain qu’on pourra comparer un ordi à un cerveau humain. Pour ce qui est de la mémoire je vois déjà pas comment on pourrait compiler nos souvenirs sachant que d’après les dernières recherches dans ce domaine (faudrait que je retrouve un NouvelObs de l’an dernier) nos souvenirs fluctuent en permanence car toujours influencés par nos nouvelles expériences sensibles.

[quote name=‹ Ismar › date=’ 25 May 2005, 09:58’]Tu entends quoi par « cognitif » ?

N’oublions pas, qu’un être humain c’est aussi des émotions, et ça me semble pltôt dur de modéliser l’amour grâce à une courbe…enfin je dis ça mais je connais pas grand chose au domaine :P.

@Glop > Tu sais que les 50% qui restent, possède toujours au moins un argument pour arriver à leur fin ? Comme quoi la nature est bien faite : elle équilibre tout. :stuck_out_tongue:
[right][post=« 362257 »]<{POST_SNAPBACK}>[/post][/right][/quote]

Bien, sans vouloir rentrer dans la psycho (donc en faisant très bref), le modèle cognitif est une modélisation du fonctionnement du cerveau humain (donc oui, les émotions rentre dedans, même si dans ce cas ci, elles ne sont pas applicables, car liées à des perceptions nerveuses liées au background du cerveau).

En gros (mais très gros hein, c’est dur de résumer un truc sur lequel tu à des ouvrages de psy de centaines de pages) : le cerveau humain est pourvu de mécanismes de bases qui sont principalement liés à la perception de son environnement (à l’aide des différents organes sensibles)et à la répertorisation des éléments observés et ressentis. Par la répertorisation des éléments observés, le cerveau humain va avoir une approche des « concepts » de ce qui l’entoure (par exemple, un enfant voit un arbre, mais même si il ne sait pas parler, il va identifier l’arbre comme un objet particulier, par après si il rencontre un autre arbre qui correspond au concept qu’il à établi (et qui peut être très rudimentaie —> c’est vert, il y un gros truc qui le supporte : « hop c’est un arbre »), qui va lui permettre de classifier et de différencier les éléments qui l’entourent.

Ce processus de conceptualisation n’est pas lié qu’a l’environement objectif de l’être humain, mais également aux « créations culturelles » (language, éthique etc…).

Donc, au fur-et-à-mesure de son existence et de son expérience, l’être humain va accumuler des perceptions qui vont affiner où modifier leur conceptualisation de leur environnement (l’arbre ne sera plus seulement un arbre, mais un « chêne » ou « un arbre artificiel » si l’homme reconnait que l’arbre est composé de plastoc qu’il à identifier comme étant un autre concept que l’écorce). Et c’est là que l’être humain se différencie, au niveau de ses expériences et de son vécu culturel et social. Car à force de vivre dans un environnement particulier, l’être humain va « assembler » des concepts qui lui sont propres en fonction de son background et de ses conceptualisations passées. Par exemple, un enfant à vécu dans la misère toute sa jeunesse et à donc des concepts qui sont liés à cet univers là, si il est adopté par une famille bourgeoise, ses concepts seront confrontés à de nouveaux environnement, il devra donc créer de nouveaux concepts (inconsciamment la plupart du temps) pour pouvoir s’y retrouver dans son nouvel univers, cependant ces concepts risquent d’être différents sur certains points avec sa famille adoptive car l’enfant dispose de concepts et de références que sa nouvelle famille ne connais pas. Bon je carricature mais c’est plus ou moins le fonctionnement.

Maintenant, cette différenciation en fonction du vécu explique les différents modes de penser et manières de ressentir les choses. Par exemple, si ton environnement culturel te dis « la démocratie c’est d’être libre de faire ce que tu veux » ta conception ne sera pas la même que si on te dit « la démocratie, c’est tous les autres qui vont décider ce que tu dois faire ». Mais si les deux concepts se confrontent ou sont infirmés par des expériences personnelles, l’être humain peut faire évoluer le concept qu’on lui propose.

Tout ça pour dire que : le cognitif, c’est la capacité de l’être humain à percevoir son environnement et à conceptualiser les éléments pour les classifier (et pouvoir ainsi se repérer dans son environnement.

Il s’agit donc d’une vertu adaptative de l’être humain à son environnement. Cependant, cette création de concept « cognitifs » est subjective (car elle se base sur UN point de vue, sur l’expérience d’UNE personne) et se crée sur le terreau de concepts accumulés lors de l’existance d’un être humain (donc, il peut y avoir des biais dans la conceptualisation, car on ne dispose JAMAIS de toutes les informations possibles sur son environnement, les outils de perceptions dont disposent l’être humain sont limités).
Quand je parle d’environnement, il s’agit aussi bien des objets que des interactions avec les autres.

Bon, j’espère que c’est pas trop fouilli, je construit ça sur le tas avec mes souvenirs des heures passées à la fac en cours de Psychologie, sociologie, sémiotique et communication. C’est très résumé, c’est illustré de manière grossière, mais c’est plus ou moins l’idée.

Attention, il s’agit bien ici d’un « MODELE THEORIQUE ». Il ne représente donc pas la réalité dans son intégralité (les sciences humaines sont encore loin de comprendre TOUT le fonctionnement du cerveau humain), mais plutôt une approche scientifique de son fonctionnement observé, une tentative de comprendre les mécanismes de pensée humaine.

Edit : donc dans ton questionnement l’amour ne serait pas seulement un processus hormonal lié à la reproduction (même si ça en fait partie intégrante, il ne faut pas l’oublier), mais aussi la manière donc une personne va « conceptualiser » l’amour (c’est un peu froid comme ça, mais comme c’est un mécanisme qui n’est pas forcément conscient, c’est pas comme si on théorisait l’amour). donc ça expliquerais un peu pourquoi l’amour n’est pas vu ou vécu de la même manière par tous (et c’est surtout identifiable entre les différentes cultures).