Je reviens detorrefaction et

Tu reconnais le site derriere?
Ca pourrait tres bien etre un fake anti crosoft.
Genre regardez les méchants, ils virent un pauvre employé qui prends une malheureuse photo!

mode parano off!
 
Ce message a été édité par Vieux_Gars le 01/11/2003

Comme j’en discutais avec KiniK hier soir sur IRC, on peut débattre pendant des heures du bien fondé du licenciement. C’est le choix de l’employeur. Mais perso, je pense que sur ce coup-là, MS a raté une occasion de ne pas faire de bruit. Parce que malheureusement, qu’est-ce que le quidam va retenir de toute cette affaire ? “Un mec de Microsoft a posté des tofs de Mac sur son blog, il s’est fait viré.” C’est super réducteur, faux par omission, mais pas de bol, c’est comme ça que l’info est relayée. Et du coup, le mec devient une sorte d’emblème à la con du pauv’ keum opressé par les “méchants” de Microsoft. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ils n’ont pas procédé plus discrètement. Ils devaient quand même bien se douter que le mec allait cracher sa bile devant le bon peuple après s’est fait viré…

My two cents.

attendez là parce que même sur le bien-fondé du licenciement, y a pas à discuter. 
Le principe, que j’accepte tout à fait, qu’on ne peut pas mordre la main qui nous nourrit (du moins en public, les critiques en interne sont encouragées dans une entreprise saine), ne signifie pas qu’un employeur devient une sorte de seigneur féodal pour ses employés (avec droit de vie, de mort … et de cuissage ). Il peut mettre fin à un contrat quand il veut (principe d’un contrat privé d’ailleurs) mais les justifications avancées ici sont délirantes!

  1. Y a pas de personnes reconnaissables
  2. Pas de morceau de bâtiment visible (franchement cette photo aurait pu être prise n’importe o&#249
  3. aucun secret industriel ou commercial divulgué (MS+mac tout le monde le sait)
  4. au niveau de la critique ironique, c’est même assez vide
    Voici le comment original du site du type :
    "It looks like somebody over in Microsoft land is getting some new toys…"
    Il aurait dit “quelqu’un a besoin d’outils vraiment performants chez MS” ou un truc du genre…ok d’accord mais là c’est juste une constatation “quelqu’un va avoir un nouvel ordi”

Soit on cherchait à avoir la peau de l’employé depuis quelques temps soit son manager a pas passé une bonne nuit avec sa femme.
Dans tous les cas, comme le dit Faskil, MS se tire une balle dans le pied et vient de rayer dans mon esprit toute l’image positive que leur comm m’avait incité à créer de leur ressource management (qualité du campus, opportunité offerte, esprit de travail…)

Où l’on peut se demander si tout ça n’irait pas plus loin qu’on ne pouvait le croire, ou l’histoire d’une rumeur naissante incluant xbox2, ibm, g5 et beaucoup d’autres …

http://www.nofrag.com/news/nov2003/03/8379.html

 

[quote]Microsoft Corp. today announced that it has entered into a semiconductor technology agreement with IBM Corp. Under the agreement, Microsoft has licensed leading-edge semiconductor processor technology from IBM for use in future Xbox® products and services to be announced at a later date.
source : microsoft.com

On va avoir des Power PC dans la X-Box ???

Welcome to the real world, Neo.

Ce message a été édité par lucasbfr le 03/11/2003

[quote]On va avoir des Power PC dans la X-Box ???

Ou des cartes reseaux IBM Dans la X-Box C’etait une page culture au passage.
Ce message a été édité par GloP le 03/11/2003

Y a pas à dire, même si c’est un argument commercial et un booster de vente, la compatibilité des consoles sony (les manettes aussi :x) c’est un sacré geste envers le joueur.

heu, IBM ils sont déjà … donc franchement, je suis pas sur qu’en plus ils décident de produire un truc pour la X-box, parce que je pense quand même qu’il doit y avoir une sorte de PACS entre Sony, Toshiba et IBM…

D’un autre coté, bouffer à tous les rateliers ne m’étonne plus dans ce secteur…

Autre mythe féodal : la ceinture de chasteté : jamais ou presque utilisée

[quote]

[quote]Surtout qu’aucun seigneur feodal n’a jamais eu ces droits la sur aucun de ses sujets, meme au moyen age. Le droit du cuissage n’a jamais existe, pas plus que le droit de vie ou de mort sur les cerfs. Ca fait parti de ces legendes historiques propagees par repetition collective qui n’ont aucun fondement historique. La legende du seigneur maitre absolu, entoure de nobles qui soumet le peuple en esclavage est une image d’epinal sans aucune realite historique. Voila C’etait une page culture au passage.
Ce message a été édité par GloP le 03/11/2003[/quote]A mediter Glop : Entre mythe et realité il n’y a qu’un pas.

J’ai rien contre le texte mais merci de mettre un lien. Plutot que de copier coller 50 pages… Ou alors choisit des extraits qui sont les plus interessant…
Oki, mais c’est un tout, car il y a les 2 idées. Sorry je paste le lien :

http://clio.revues.org/document476.html

Le sujet du droit de cuissage est un peu houleux, j’ai fait une recherche rapide, et c’est assez epineux

Ce message a été édité par GloP le 04/11/2003
Ce message a été édité par silka le 04/11/2003

[quote]Surtout
qu’aucun seigneur feodal n’a jamais eu ces droits la sur aucun de ses
sujets, meme au moyen age. Le droit du cuissage n’a jamais existe, pas
plus que le droit de vie ou de mort sur les cerfs. Ca fait parti de ces
legendes historiques propagees par repetition collective qui n’ont
aucun fondement historique. La legende du seigneur maitre absolu,
entoure de nobles qui soumet le peuple en esclavage est une image
d’epinal sans aucune realite historique. Voila C’etait une page culture au passage.
Ce message a été édité par GloP le 03/11/2003[/quote]Et le nuage s’est arrêté à la frontière…

Franchement
quand on voit ce que sont les rapports humains c’est pas dur à
imaginer qu’au moyen âge la vie d’un serf ne valait pas grand chose
pour un seigneur, même s’il n’avait pas texto les droits de vie et de
mort. Quand au droit de cuissage à mon avis les servantes elles avaient
pas grand chose à dire.

EDIT : cerf -> serf (ceci dit la vie d’un cerf ne valait pas grand chose non plus non ? )
Ce message a été édité par coccobill le 04/11/2003

Bah vous savez, y’a un type qui a bien dit que les chambres à gaz n’était qu’une histoire pour faire peur aux enfants.

Concernant les us et coutumes du moyen-âge, vu que personne n’a connu cette époque de son vivant, on pourra raconter tout ce que l’on veut sans même jamais tomber dans le vrai. Mais m’est avis qu’en effet, certaines pratiques ne devait pas être de plus agréables pour le petit-peuple.

[quote][quote]Surtout qu’aucun seigneur feodal n’a jamais eu ces droits la sur aucun de ses sujets, meme au moyen age. Le droit du cuissage n’a jamais existe, pas plus que le droit de vie ou de mort sur les cerfs. Ca fait parti de ces legendes historiques propagees par repetition collective qui n’ont aucun fondement historique. La legende du seigneur maitre absolu, entoure de nobles qui soumet le peuple en esclavage est une image d’epinal sans aucune realite historique. Voila C’etait une page culture au passage.
Ce message a été édité par GloP le 03/11/2003[/quote]Et le nuage s’est arrêté à la frontière…

Franchement quand on voit ce que sont les rapports humains c’est pas dur à imaginer qu’au moyen âge la vie d’un cerf ne valait pas grand chose pour un seigneur, même s’il n’avait pas texto les droits de vie et de mort. Quand au droit de cuissage à mon avis les servantes elles avaient pas grand chose à dire.[/quote]C’est bien évident. Il ne faudrait pas non plus être révisionniste… enfin, charge aux auteurs de préciser leurs propos. La notion de droits et rien que son évoquation me semble assez décalée lorsqu’on la remet dans le contexte historique. Le droit de vie et de mort et autres exactions est-il aussi une légende ? il ne faut pas comparer les sociétés de droits que nous avons aujourd’hui avec celles qui existaient il y a 500 ans…

Oui, et le droit à l’orthographe, hein ? On dit pas un “cerf” on dit un “serf” Le “cerf” c’est celui avec des bois & tout, l’animal quoi

Allez va on rigole on va citer des sources.  C’est completement hors sujet mais c’est un sujet qui me passionne alors on va en balancer une couche

Premier chapitre du livre “historiquement correct” de Jean Sevilla, historien dont le but est justement de demonter les apriori et les legendes urbaines: “La feodalite”.

Je cite le livre de memoire… Deja il faut bien voir qu’il n’y a pas a proprement parler de “moyen age” c’est un terme qui recouvre plusieurs siecles d’histoire et qui n’a aucun sens historique. Au mieux on peu distinguer 3 periodes, le haut moyen age (chute de l’empire romain -> carolingiens), l’empire carolingien (2 siecles), l’age feodal (milieu du Xeme siecle a la fin du XIIIeme, ce qui fait autant que de Jeanne d’Arc a la revolution…).

La visiton des historiens a fondamentalement change sur ce qu’on appelle communement le moyen age. Ceux qui croient que l’histoire est une science qui n’evolue pas avec les evolution scientifiques ou les anachronisme volontaire ou pas peuvent se fourrer le doigt dans l’oeil. Avant l’avenement d’une vrai methode scientifique objective la vision sur notre passe ete completement entachee d’anachronisme, parfoid meme ideologiques dans les annees 60-80, ou involontaires. Les manuels d’ecoles en sont, encore aujourd’hui completement entaches.

Le moyen age a ses us et coutumes, mais n’a rien de specialement barbare et inculte. Les images de massacres et d’hommes ne pensant qu’au viol et au combat est completement deplacee. Artisitiquement et contrairement a ce qu’on nous fait croire a l’etude de la renaissance le moyen age est loin d’etre une periode creuse. De Cluny a la cathedrale d’Amien, des vitraux de Chartres aux chants gregoriens, de l’invention de la musique moderne, de Tristan et Iseult, au Roman de la Rose ou a Francois Villon.

La vision deformee dont je parlais tout a l’heure inclut le jugement porte par Regine Pernoud dans “la femme au temps de cathedrales”. Dans un ouvrage posterieur Georges Duby demonte son argumentation point par point. Hop je chope le livre (fais chier il est dans le salon… je reviens…).

Bon je vous met des morceaux choisit pour vous mettre l’eau a la bouche. C’est un libre EXCELLENT. Et je ne saurais que vous le recommander. Je recopie moi meme a la mano alors de l’indulgence.

Sur la condition feminine d’abord:

“Georges Duby, dans Le Male Moyen Age, a conteste le jugement porte par Regine Pernoud. Un autre grand medieviste Jean Favier, considere que “dans l’ensemble, le Moyen Age protege la femme, tenue pour fragile et exposee“. Evidement si on raisonne a partir du concept de “parite“, il est certain que la femme, au Moyen Age, ne jouit par de la meme autonomie que l’homme. Encore doit-on considerer les droits essentiels dont elle beneficie. Dans les assemblees urbaines ou les communes rurales, les femmes, lorsqu’elles sont chefs de familles, possedent le droit de vote. Chez les paysans, les artisans ou les commercants, il n’est pas rare que la femme dirige l’exploitation […]. A la fin du XIIIeme siecle on trouve des femmes medecins, maitresse d’ecole, apothicaires, teinturieres ou religieuses.

[…] Entre le Veme et le Xeme siecle, l’Eglise se bat pour limiter les cas d’annulation de mariage et interdire la repudiation - coutume romaine et coutume germanique -, ce qui ameliore considerablement la condition feminine. […] Au XIIeme siecle, la premiere abbesse de Fontevraud, Petronille de Chemille, nommee a 22 ans, commande un monastere double, rougroupant une communaute d’hommes et une communaute de femmes. […] Et les Reines? […] Alienor d’Aquitaine ou Blanche de Castille, quelques-unes de ces femmes dominent leur epoque.

Sur l’ordre feodal

Les cliches autrefois vehicules par les manuels scolaires sont loin d’etre dissipes. Forteresse sinistres, cachots humides, seigneurs plein de morgue, peuple courbant l’echine[…] Tout tourne autour d’un adjectif diabolise: feodal. C’est que la feodalite est si eloignee des modes d’organisation sociale contemporains qu’elle parait aujourd’hui imcomprehensible. Des avant 1789, la litterature reformatrice vilipendait les “droits feodaux”. Au XIXe siecle, les historien liberaux - Augustin Thierry, Jules Michelet, Henri Martin - reprenaient le meme refrain, relayes par les instituteurs de la IIIeme republique. C’est sur cette base, peu ou prou que le grand public raisonne encore.

Il existe une abondante legende de droits feodaux, sotisier ne reponsant sur aucune preuve et aucune source scientifique, comme le rappelle Jacques Heers. Fable courante, l’exemple du serf oblige de battre l’etang la nuit, pour faire taire les grenouilles[…] Il y a pire. Ainsi ces seigneurs auraient force leurs vasseaux a passer leur nuit de noces au sommet d’un arbre[…] le droit de ravage, le droit de prelassement, autorisant le seigneur a faire eventrer deux cerfs afin de se rechauffer les pieds dans leurs entrailles! Ne pas sourire: des pretendus historiens ont naguere rapporte de telle sornettes. […]On n’en est plus la […] Bien des gens, cependant pensent de bonne foi que le celebre droit de cuissage a sevi. Alain Bourreau montre qu’il s’agit d’un mythe forge a partir d’une interpretation deformee de la taxe que devaient payer les cerfs en se marriant. Sa conclusion est formelle: “Le droit de cuissage n’a jamais existe dans la France Medievale”.

Sur l’organisation sociale.

[…] Feodalite de nos jours suggere le triomphe des interets particuliers sur la mission d’interet general impartie a l’Etat […] Enfants du jacobinisme nous peinons a concevoir une societe qui ne soit par reglee selon un modele uniforme. Or la societe medievale est tout sauf uniforme. Ce qui ne signifie pas qu’elle est anarchique, […elle…] represente bel et bien un ordre social. […] La feodalite atteint son apogee entre la fin du X et le XVeme siecle.

La feodalite se fonde sur la vassalite. Ce principe definit une relation d’homme a homme. En echange de sa protection, le vassal rend hommage a plus puissant que lui: son suzerain. […] Les compagnons du roi (les comptes) deviennent ses vassaux. Contrepartie du service qu’ils rendent sur le plan militaire, ce lien de dependance personelle assure leur securite. Ne pouvant revoquer ses vassaux, le roi les dote de terres dont la propriete devient hereditaire.
[…] Le langage contemporain tend a classer dans la meme categorie vassaux, paysans et serfs. Or les nobles sont eux meme des vassaux. Et si des paysans sont des serfs, d’autres, locataires de leurs terres, sont tenanciers libres, et d’autres encore proprietaires. Hors du domaine royal, patrimoine limite du monarque, la terre, […] peut etre possedee par des nobles, des communautes, par des citadins, ou par des paysans.

[Sur le plan militaire il n’y a pas de dictature non plus, seuls les nobles combattent…], lorsque Philippe VI appelle ses vassaux a combattre les Anglais, il se heurte a des refus deliberes. […] Initiatives respectees de l’eglise, la paix de Dieu interdit d’attenter aux populations civiles et la treve de Dieu interdit les combats le Dimanche. Bien plus tard, lors de la guerre de cent ans, la guerre chevaleresque cede la place a la guerre nationale, mais toujours avec des effectifs limites: les plus meurtrieres des batailles medievales, Bouvines, Crecy ou Azincourt, mettent aux prises seulement quelques centaines d’hommes. Il est paradoxal que le XXeme siecle, dont les guerres ont provoques des hecatombes, pense au Moyen Age comme a une epoque violente.

[…] Cliche, le paysan miserable. Certes, quand un accident climatique ruine la recolte, la famine menace. Il en sera ainsi bien au dela du Moyen Age, donc bien apres la fin de la feodalite[…]. Des paysans pauvres, il y en a toujours au XXeme siecle! Des les moyen age certains s’enrichissent soit en se mariant, soit en heritant, soit en travaillant. On voit des laboureurs plus fortunes que les petits nobles ruines par la guerre. […] Locataires de leur exploitation, les tenanciers ne peuvent etre expulses. Ils possendent le droit de la transmettre a leurs heritiers. […]

Les corvees, auxquelles les manuels de jadis faisaient une reputation effrayante, se bornent a un ou deux jours de travail par an, six au maximum. Ces services, dus au seigneur par les tenancier et dependants, libres et non libres, consistent a entretenir les ponts et les routes[…]. Avant la lettre c’est une forme de contribution locale. Au XIIeme siecle les communautes villageoisent rachetent les corves, car il s’avere plus rentable de les faire effectuer par des ouvriers remuneres que de requisitionner des paysans peu motives.
Le paysan paie la taille. […] Dans la pratique, la taille est negociee sous forme d’un abonnement communautaire qui fixe la part de chacun. “La ponction fiscale, remarque Jacques HEers, est de tout gouvernement: les taxes medievales ne sont pas plus nombreuses ni plus elevees que dans l’antiquitee ou les temps mordenes. Cliche, donc, le paysan “taillable et corveable a merci”.

Bon y en a tout un chapitre, ca enchaine sur la discription du serf, qui , s’il n’est pas completement libre est tres loin d’etre un escalve. Il ne peut etre expulse des terres, il peu se marier, il peu transmettre sa terre et ses biens a ses enfants. Des hommes libres peuvent meme volontairement devenir des serfs. Au fil des temps, les incapacites frappant les serfs se transforment en taxes. Puis le servage recule. L’affranchissement s’achete individuellement, ce qui prouve que les serfs peuvent gagner l’argent necessaire a ce rachat ou collectivement: il est alors negocie par la communaute villageoise. Encourage par l’Eglise, le mouvement d’emancipation s’accelere des le IXeme siecle. Le moine Suger conseiller et ami de Louis VI puis de Loui VII, est fils de serf. Le roi donne l’exemple: il affranchit les serfs de son domaine. A la mort de Saint Louis le servage a pratiquement disparu en France.

Voila. Serieusement, achetez le livre. C’est passionnant de voir a quel point les idees recues perdurent et a quel point les etudes historique modernes et scientifiques permettent d’avoir des faits si precis sur une epoque si lointaine.
Ce message a été édité par GloP le 04/11/2003
Ce message a été édité par GloP le 04/11/2003

[quote]

[quote]On va avoir des Power PC dans la X-Box ???

Ou des cartes reseaux IBM Dans la X-Box Ou des controleurs disque IBM dans la XBOX. Ou un north brige/south brige custom IBM dans la XBOX. Ou autre… Pour l’instant on en sait rien. Personellement et sans information ca me ferait sacrement mal que MS casse la compatibilite avec sa premiere generation de console pour passer a un CPU IBM… m’enfin comme je dis j’ai aucune information. Qui vivra verra.

[/quote]Ben tu vas avoir bobo au poum alors parceque visiblement ce sont bien des puces PowerPC d’IBM qui vont équiper la xbox2.
http://www.matin.qc.ca/internet.php?article=20031103163735

[quote]Ben tu vas avoir bobo au poum alors parceque visiblement ce sont bien des puces PowerPC d’IBM qui vont équiper la xbox2. http://www.matin.qc.ca/internet.php?article=20031103163735[/quote]C’est loin d’etre une annonce officielle. Cela dit je peux me tromper… pour l’instant le doute m’habite commeon dit .

[quote]

Pour le reste, plus qu’entièrement d’accord avec toi sur le “moyen âge”, ça me fait marrer de voir que certains ont ou sèché leurs cours d’histoires, ou l’ont apprit en regardant connant le barbare
Je vous ferais bien un petit exposé sur un autre sujet qui est le passage des MAures en Espagne, mais ce sera pour ce soir, suis à la bourre là. En résumé, les méchants et sauvages arabes ont apporté nombre de bienfaits dans notre si belle et si évoluée Europe.

[quote]

Beethoven04 : concernant les Maures en Espagne tu voulais parler des
barbares incultes qui ont massacré/pillé/etc,etc… l’Espage non ?

Glop
: ouais accouche parce que là ça circule à vitesse grand V cette rumeur
de puce Ati, contrôleur SiS et proc Power PC IBM pour une console classée
X =)

Ce message a été édité par Khin le 04/11/2003