Le kit anti-balivernes de Carl Sagan : réactivez votre esprit critique !

Article publié sur : https://www.geekzone.fr/2018/04/03/le-kit-anti-balivernes-de-carl-sagan-reactivez-votre-esprit-critique/
Pour changer un peu des habitudes, je ne vais pas vous proposer de découvrir un nouveau plugin pour faire du son, ni même un soft magique pour mieux organiser votre emploi du temps de freelance… Non, aujourd’hui, je vous enjoins plutôt à prendre cinq minutes de votre temps pour écouter Michael Shermer nous expliquer comment…

8 « J'aime »

Coucou !
Shermer n’est ni scientifique, ni physicien, ni prix Nobel ;p

C’est un auteur, journaliste, historien des sciences.

Ah oui tiens, je ne sais pas du tout pourquoi j’ai écrit ça. :smiley:
Je blâme le copier/coller dans mes notes et la relecture trop rapide.

C’est corrigé ! ;p

C’est marrant mais on a pas apparemment pas la même lecture de son questionnaire sur un point.

Bon j’exagère « un peu » il faut bien arriver à résumer, et on ne peut pas tout mettre. Mais j’ai personnellement beaucoup aimé cet aspect du « kit »: le fait que le discours de ceux qui attaquent ta thèse est souvent plus révélateur que celui de ceux qui la défendent.

Et merci pour l’article :slight_smile:

Pour moi, ça c’est déjà traité au point 3. Mais oui, ton interprétation a du sens aussi. :wink:

fake!!! :rofl:

Merci pour l’article, très intéressant !

Je ne doute pas un seul instant de l’intérêt pour, en quelque sorte, formaliser et compléter la démarche pour des gens éduqués qui ont déjà l’esprit critique : les questions sont bien tournées, se recoupent, se complètent…

Par contre, quand je pense aux quelques Tontons Michel de tous âges dans mes connaissances, je pense que ce sera difficile d’accès / pas assez didactique pour eux. J’ai l’impression qu’une partie des questions demandent déjà en elles-mêmes d’avoir un certain degré d’esprit critique pour y répondre.

Tonton Michel sait-il réellement faire la différence entre opinions et faits ou vérifier une démarche scientifique? Je l’imagine bien répondre à la première question que “oui, évidemment que l’info est fiable, elle vient d’une étude et le mec est médecin vu qu’il porte une blouse blanche” (je grossis un peu le trait hein, ça c’est du Tonton Michel qui rentre bourré du PMU).

Bon après, ça vaut clairement la peine d’essayer et d’accompagner Tonton Michel dans sa réflexion hein, aucun doute là-dessus, mais je me demande s’il ne vaut pas mieux commencer par des informations ou techniques peut-être moins exhaustives et fiables mais plus abordables.

1 « J'aime »

A la base, Shermer précise bien que c’est des clefs qu’il utilise lui même mais surtout donne à des étudiants pendant un cours sur l’esprit critique donc effectivement, la cible n’est pas monsieur tout le monde.

Par contre, pour revenir sur le premier point (Quelle est la fiabilité de la source), en y réfléchissant, c’est justement un grande partie du pb des fake news: de plus en plus de gens considèrent qu’une source est fiable parce qu’elle donne des infos qui vont dans le sens ce qu’ils pensent.
Les journalistes sont de plus en plus décrédibilisés par nos hommes politiques (en France aussi …)
Pire, certains mettent en place leurs propres outils de réinformations, dont le message est, entre autre, “les autres disent de la merde, nous on ne vous ment pas”.

Donc, à choisir, je pense que la priorité serait de se focaliser sur ce premier point et d’apprendre aux gens comment identifier une source fiable" (en conjonction avec le point 10 sur les croyances personnelles)

2 « J'aime »

Je crois que le débat à deux aspects. On se focalise sur celui de l’esprit critique nécessaire car on est en posture “défensive” en ce moment vu la masse de désinformation . MAIS , l’esprit critique sera toujours l’apanage des esprits éduquées et/ou curieux. Or on peut être une personne tout à fait respectable sans éducation particulièrement poussée ni de curiosité exacerbée. Et c’est là que selon moi se justifie l’invention de la déontologie. Les journalistes ont une déontologie en faisant bénéficier de leur esprit critiques les lecteurs qui :

  1. soit on l’esprit critique mais n’ont pas les ressources documentaires pour l’exercer
  2. n’ont pas le temps de l’exercer
  3. Ne sont pas assez eduqué sur le sujet en question pour exercer de facons efficace leur esprit critique
  4. n’ont pas la curiosité de le faire car il sont sur la relation de confiance avec leur auteurs.

Pour tout ca on a inventé la déontologie .

Or comme je viens d’essayer de l’exposer, avec les meilleurs volontés du monde, cette démarche de critique raisonnée de chaques informations reçues n’est tout simplement pas à la portée de tout le monde tout le temps. Il faut la renforcer c’est une évidence MAIS il faut aussi forcer la porte de la deontologie en parallele.
il faut sanctionner ceux qui abusent de la credibilité de leurs auditoires . il faut encadrer reguler.

Aujourd’hui que risque une relayeurs de fake news ? rien…

L’esprit critique seul ne résoudra rien, car la cible des fakes news c’est justement ceux qui en manque ( pour pleins de raisons valables). C’est un combat perdu d’avance si il est uniquement sur ce front.

6 « J'aime »

Exact, les journalistes ont une déontologie. Je ne suis pas journaliste donc je raconte peut-être des bêtises, mais je suppose qu’elle est enseignée à l’école de journalisme et tenue à l’oeil par les médias sérieux qui emploient des journalistes sérieux. Il y en a probablement qui la mettent au placard (médias et / ou journalistes) et sévir à ce niveau ne ferait probablement pas de tort.

Par contre, je pense qu’un des changements apportés par “l’information 2.0” à ce niveau, c’est qu’une grosse partie de l’information consommée par le grand public n’est ni écrite par des journalistes, ni relayées par des médias qui exercent le moindre contrôle déontologique. Un contrôle s’effectue (je suppose, j’espère) et peut donc être renforcé au niveau de la presse si besoin, mais les usines à fake news et groupes puants qui les relayent ne sont pas, je pense, à proprement parler “la presse” et sont donc probablement plus difficiles à encadrer.

He bien l’arsenal juridique existant un peu déjà.

Un site doit être responsable de ce qu’il publie. Donc FB doit être responsable de ce que ces membres publient si cela s’avère faux ou insultant ou diffamant . Si FB réplique qu’il ne peut pas le faire, techniquement impossible ou trop cher . Alors au revoir FB, c’etait pas la bonne formule. Si un site est publié sur le net avec des contenus illegaux, ses auteurs sont attaquables pourquoi pas FB ? si il y a impossibilité et bien tant pis.

Ensuite la diffamation ca existe deja. mais il faut deposer plainte. Je pense qu’il faudrait que l’etat puisse etre en charge d’attaquer en son nom les diffamations. Mais là on a un problème .Vu que l’etat c’est aussi le gouvernement donc les deputée, l’assemblée toussa toussa. Or c’est pas les derniers à propager de la fake news. Du coup pour moi, representant de l’etat :Fake news = procédure d’inéligibilité automatique. Si ca permet de passer plus de temps à étudier des amendement et moins à faire des “petites phrases” sur twitter ca ne sera pas dommage de mon point de vue.

Relayer une fake news, c’est se substituer à un organisme d’information publique donc ca signife devenir journaliste/ editeur , le temps de ce relais. Cela signifie aussi que vous etes soumis au meme regles deontologiques lorsque vous le faites. Pas de differences entre journaliste ou particulier. On relaie une nouvelle ? on informe ? ok on est soumis à la deontologie automatiquement. Si c’est un compte FB et que l’auteur n’est pas tracable ? alors c’est FB qui est responsable. Son modele économique/technique ne doit pas constituer une faille légale. a eux de se debrouiller , voire d’imposer un dossier d’ouverture de comptes avec CNI . Pourquoi pas . Et là si FB perd des usagers que ses recettes fondent ca sera juste le signe que cette startup a fait son beurre en utilisant le laxisme legal comme amortisseur fonctionnel et que son modele economique est boiteux. Vu qu’en plus ca cree pas d’emploi et que ca paye pas d’impots . Ben ouste dehors.

La déontologie, si je ne me trompe, n’a jamais été une contrainte légale. Au pire, on te retire ta carte de journaliste (que tu n’as pas donc tu t’en fous).

1 « J'aime »

oui tu as raison , il faudrait l’associer à un arsenal législatif coherent . Effectivement

sinon un petit truc qui me vient : c’est un compteur de fake news sur les profils . En gros des qu’une fake news est identifié comme tel ( par un organisme independant , en interne ou que sais je à voir) . automatiquement toutes les personnes qui l’ont partagé voit à coté de leur noms apparaitre un compteur qui correspond à toutes les Fakes news qu’ils ont relayé. le truc visible, non escamotable . Quand un type te dit que les migrant touchent un smic en france et que son compteur affiche 25 …ca t’aide à savoir quoi en penser :wink: surtout si le lendemain ca passe à 26 :wink: ( je pense surtout au partage de fake news facilement identifiable et tracable) .

C’est bien ce que je veux dire : c’est nettement plus compliqué que « juste » raffermir le contrôle sur la presse (ce n’est pas pour ça qu’il ne faut pas chercher de solutions, on est d’accord :slight_smile:)

1 « J'aime »

Tout est dit.

Ils partent du principe qu’on leur ment tout le temps. Mais ça ne rend pas pour autant vertueux les médias alternatifs douteux ou pire encore les dispensateurs de fausses nouvelles qui ne s’embarrassent pas de déontologie notamment au minimum la vérification des sources.

Et ensuite même dans les médias sérieux il y a forcément des biais notamment idéologiques et sociologiques. D’où l’intérêt de recouper ce que permet Internet.

Il n’y a pas une seule méthode miracle qui va résoudre la problématique. Mais si on continue d’y exposer les gens et de leur ouvrir les yeux, même en partie, sur l’importance d’avoir un esprit critique et de réussir à dépasser ses propres biais, j’ai envie de dire que c’est toujours ça de pris…

oui sur ce point je suis super d’accord . Dans l’état actuel des choses c’est tout ce qu’on peut et doit faire.