Le monde du jeu vidéo, un monde tout rose et genti

Bon, on sait que faire un jeu vidéo, c’est pas de tout repos (journaliste JV aussi :stuck_out_tongue: mais moins tout de même)
Si l’article (english inside):
http://www.livejournal.com/users/ea_spouse/

est vrai. Ce n’est ni plus ni moins que scandaleux… Meme si y’a une partie de vraie. Que l’on bosse une à deux heures de plus par jour, soit, mais y’a des limites.
Ca me rappelle les problèmes d’Ubi Soft en France…

En bonus, un ancien employé d’EA (ex de Maxis avant rachat) raconte sa mise à la porte
http://www.livejournal.com/users/joestraitiff/

Sans parler de la tentative de plainte d’un « certains nombre » d’employé
http://www.gamespot.com/news/2004/11/11/news_6112998.html

Et nous revoilà dans un épisode de Dallas… :stuck_out_tongue:

A prendre avec les pincettes et le recul coutumier, bien évidemment.

c’est moi, ou est-ce que je suis en train de lire Germinal?

Non, dans Germinal ils ont leur dimanche de libre…

[quote name=‘rolyat’ date=’ 12 Nov 2004, 13:09’]Si l’article (english inside):
http://www.livejournal.com/users/ea_spouse/ est vrai. Ce n’est ni plus ni moins que scandaleux… Meme si y’a une partie de vraie. Que l’on bosse une à deux heures de plus par jour, soit, mais y’a des limites.
[right][post=“302178”]<{POST_SNAPBACK}>[/post][/right][/quote]
Tiens ça me fait penser aux cabinets de conseil et aux SSII. Si on ne mets pas le haut-là tout de suite on se fait bouffer tout cru. Ce qui est très interessant dans cet article c’est que le type dit que cette pression n’est pas là pour un projet qui dérive vers la livraison, qui serait tolérable pendant un temps limité, mais que c’est une méthode de management en soi.

Je pourrais parler d’un projet où des insinuations de travails nocturnes ou le WE ont été faites. Les personnes du projet déjà crevées ont tout de suite réagi, heureusement.

Donc ce n’est pas du germinal, les gens sont relativement bien payés. Mais ils se sont fait prendre par de fausses promesses, par des décalages d’horaire de plus en plus invasives peu à peu, à un chantage à la loyauté.

Faut voir aussi que la lutte commerciale effrenée que se font les compagnies se font sur un sous-chiffrages éhontés avec la certitude pour le vendeur que ce manque de ressource sera absorbé sur le dos des salariés à des heures indues.

Plus généralement, il y a d’ailleurs un matraquage sur les prix bas qui serait la solution à l’augmentation du niveau de vie. Voir les pubs des grandes surfaces. Mais pour que les prix baissent avec un coût sur la matière première identique il faut bien ou baisser les salaires, ou augmenter la productivité, ou même délocaliser. Les personnes qui ont un petit salaire sont sensibles au fait de faire des bonnes affaires pour ne pas alourdir une fin de moi, mais elles ne se rendent pas compte qu’au bout elles en seront victimes.

Pour revenir à l’article j’ai entendu parler d’une boite de jeux française qui ne connait pas le mot “heures supplémentaires” pourtant les gens y travaille pas mal le WE. Etrange non ? A chacun de voir ses limites et ses compromis travail/vie personnel pour soi-même. Le drame dans cet article est que la personne attendait être reconnu en retour. C’est là que le bas blesse contrairement à quelqu’un qui fait les mêmes efforts avec lucidité.

Après tout est question d’équilibre. L’économie étatique a provoqué la ruine d’un certain nombre de pays. Il ne faut jeter le bébé capitalisme équilibré avec l’eau du bain ultra-libéralisme.

edit: Le problème avec les sociétés comme EA c’est qu’elles désquilibrent le marché avec leur pratiques anti-concurentielle et ne laissent le choix, si elles sont en état de quasi monopoles, aux autres de suivre soit le même chemin soit mourir.

Il est vrai que dans la profession, il est de coutume de ne pas compter ses heures. Cela est d’autant plus vrai au fur et à mesure que les échéances se rapprochent. Mais il ne faut pas perdre de vue le fait que c’est une chance pour les développeurs de jeux vidéo de participer à cette belle, noble et gratifiante entreprise que constitue l’élaboration de ces petits chef d’oeuvres du multimédia interactif. Ceci étant est d’autant plus vrai qu’aujourd’hui les places se font rares (surtout en France). Vivre de sa passion, n’est-ce-pas le rêve de tout un chacun ? Et la résalisation d’un rêve ne mérite-t-elle pas quelques petits sacrifices ? :P"

Bon ok, je me plaçais dans la peau de mon boss. En tout cas, je confirme que les heures suplémentaires sont légions, mais n’oublions pas aussi les nuits blanches lors de la dernière ligne droite. Bien entendu, toutes ses heures suplémentaires ne sont pas rémunérées. :stuck_out_tongue:

Ceci étant, la situation décrite dans l’article mentionné ci-dessus me semble toutefois un cas extrème d’exploitation (pour ne pas reprendre le terme d’esclavage). Nous avons pour notre part droit à des jours de récupérations une fois le projet terminé.

Mais, pour tous ceux qui seraient tentés par l’aventure, prévoyez une compagne compréhensive…

Ouais, franchement faut pas pousser, l’overtime tu en as, c’est certain, surtout en periode de crunche (comprendre par là debug and co). Cet article me semble en partie fondé, même si à mon avis l’auteur exagère pour renforcer le fond de vérité de l’histoire (enfin, si tout ce qui est dit est vrai, ça fait peur).

Sur Prince of Persia, nous avons eu des périodes de crunch, comprendre par là que mes journées de boulot c’était 8h-19h (+/- 1h), venu bosser 4-5 heures le samedi, 3-4h le dimanche (mais bon, ça ce n’était pas tout les dimanches non plus). Ce rythme, c’était ça pendant un mois, maintenant que le projet est presque fermé, c’est très très très calme, et je peux quasiment aménager mes horraires à loisir. De plus, pendant la période de crunch on avait droit aux service de masseuses et on nous a offert une semaine de vacance, ce qui est tout de même sympathique.

Bon, maintenant, ça dépend de plein de choses, principalement la boite où tu bosses, l’ambiance sur le projet (ça c’est über important, tu bosses avec des gens pendant des mois avant de changer de projet, donc bon, vaut mieux être dans une bonne équipe, c’est mieux opur le moral !), les avantages que tu as à coté (on a le droit à une salle de muscu avec 2 coachEs, babyfoot, … la liste est assez longue). Il ne faut quand même pas exagérer nous sommes payé correctement, mais ce ne sont pas non plus des payes extraordinaires (on touche des primes sur les ventes, mais bon, ça dépend des ventes, alors …).

En bref : oui c’est du bouot, ce n’est pas toujours aussi sexy que l’on veut bien le croire mais bon, on n’est pas non plus à plaindre, tout du moins dans ma boite qui est une grosse boite à l’américaine. C’est dommage pour ces employés d’EA, mais bon, ça peut dépendre de tellement de facteurs (mauvaises planification du projet, compétences …)

Résumé :
–> Le fond doit sans doute être réel mais quand même surfait

EA->Pas d’heure sup payée et aucune compensation pendant ou après le rush.
Ubi->Des masseuses

Si jamais je me lance dans l’industrie du jeu vidéo, je sais où j’irai bosser.

Peut être que si Valve avait des horaires pareils on jouerais tous à HL² depuis un an, par contre si Valve a des horaires identiques et qu’ils réussissent à prendre quand même un an de retard c’est qu’ils emploient les plus mauvais programmeurs du monde! (troll inside).

Non pour redevenir sérieux deux minutes, EA fait apparemment bosser ses employés pire que des esclaves et au final c’est pour nous sortir des jeux comme NFS: Underground 2… ou une enième suite à un jeu de sport à license dans lequel on se contente d’ajouter +1 à l’année dans le titre et de mettre les stats à jour! :stuck_out_tongue:

C’était l’instant du troll du vendredi.

Joebount a oublié de préciser qu’il s’agit de masseuse de nuques (pas écrit autrement hein! :stuck_out_tongue: )… Pas des masseuses classiques quoi.

Alors tu crois que lors de mon stage de 3e ( oui je suis un con de jeune ) chez Ubi j’ aurais droit aux masseuses? J’ai vraiment le bon stage alors :stuck_out_tongue:
A part ça, si se qu’il dit est vrai, faut vraiment être passionné et dévelloppé des jeux qui plaisent à soi même.

[quote name=‹ rolyat › date=’ 12 Nov 2004, 17:49’]Joebount a oublié de préciser qu’il s’agit de masseuse de nuques (pas écrit autrement hein! :stuck_out_tongue: )… Pas des masseuses classiques quoi.
[right][post=« 302279 »]<{POST_SNAPBACK}>[/post][/right][/quote]
Je m’en doutais bien, mais je ne dirais pas moins non pour autant.

Ca devrait pouvoir freiner les envies de certains développeurs de se casser d’Europe pour aller se faire du flouze de l’autre côté de l’atlantique…:stuck_out_tongue:

Joebount, j’ai connu ça aussi comme rythme de travail, et le fait que cette industrie soit majoritairement jeune, le permet à tort ou à raison peu importe. Néanmoins bosser samedi et dimanche prouve bien qu’il ya un gros soucis de management et de gestion de projet.
En ça je vois qu’on est tous à la même enseigne, peu importe où nous soyons sur la planète: le management dans l’industrie du games est en grande partie à chier.

On oublie souvent que travailler, pas beaucoup mais énormément (on parle quand même de 90-100h par semaine là !!!) ça permet surtout de faire des milliers de conneries… C’est à mettre en parallèle avec les études qui montrent qu’on est très efficace a son travail que quelques heures par jour, après c’est plus la peine (j’ai pas de docs sous la main sorry)

Bref les solutions paraissent évidentes mais pourquoi ne sont-elles pas appliquées bordel ??? Jamais je n’ai vu un manager chercher les salariés les plus productifs. Toujours à la lèche, au feeling, au blabla ce que vous voulez mais jamais à la capacité. Merde, c’est grave quoi.

Tout ça me conforte dans l’idée que le système japonais est le plus efficace et le plus sain (et le haut niveau de leurs jeux le prouve): un éditeur qui lance un appel d’offre à des petits studios indépendants mis en concurrence. Ce système permet d’éviter les brebis galeuses et autres bouffons de managers qui managent que dalle à part la machine à café, les blagues perraves et le temps que t’as passé, le cul rivé derrière ton 19pouces.

valavala. yapluka :stuck_out_tongue:

Edit: Gamasutra parle d’une nouvelle façon d’envisager la structure des studios de dev; Aux GDCs c’est un thème récurrent depuis au moins trois ans… Jason Rubin a gueulé également pour que les devs soient traités à leur juste valeur… J’espère que 2005 sera l’année du changement… Ca urge là.

Euh et tu crois qu’il se passe quoi dans les petits studio japonais ? Que les employés bossent 1h par jour, avec 5 semaines de vacances par trimestre ?

Facile de dire “refilons la merde aux autres, comme ça tout ira bien”. Dans le style “je me voile la face”, tu te poses là. Je rappelle que le Japon est le pays où l’on a le plus de suicide d’employé et de mort au travail. Merci pour la vision idyllique du truc.

Pour rebondir sur ce qui a été dit : la société étant ce qu’elle est actuellement, l’employé devient une simple donnée chiffrée dans le bilan d’une entreprise. Et c’est ce qui est grave à mon sens.
Et il n’y a pas que dans l’industrie du jeu que ça arrive hein (chez Pasquier, quand j’y bossais en tant qu’ouvrier, une semaine j’ai fait 2 huit sur 3 parce que celui qui devait faire le 3eme Huit était malade… Inutile de dire que j’étais sur les rotules à la fin de la semaine, mais que pour les patrons, peu importait : fallait que le produit arrive, le reste, on s’en fout. Ah, et, non, j’ai pas eu la semaine suivante de congé, j’ai bossé normalement. Autre délire : il fallait remplacer des poutres métalliques à 20 mètres de hauteurs dans une chambre froide. Pour économiser du fric, plutôt que d’appeller un spécialiste, ils ont fait quoi chez Pasquier ? Bingo, ils ont demandé à bibi, qui s’y est collé (et qui a flippé sa race pendant 3 jours à faire ce boulot de con)).

On tire un peu tout vers le bas j’ai l’impression en ce moment. Pour reprendre la réforme de la baisse des prix, personnellement je rpéférerai que les prix restent comme ça, et qu’on augmente quelques salaires ou qu’on reconsidère le travail des gens. Mais bon…

Je crois qu’il parlait de l’industrie des jeux plus que du monde du travail en général au Japon. Quoiqu’après lecture de quelque bouquin, c’est assez édifiant de voir les conditions dans lesquels les ouvriers et les moins nantis bossent au Japon.

Ouai enfin faut relativiser. Il y a surement des cas d’exploitation scandaleuse et si l’histoire est vraie ca s’en approche grandement mais quand on taffe a ce niveau la, personne te force a rester, t’es pas enchaine au clavier. Si tout le monde pensait comme ca mec la ca ferait longtemps qu’il y aurait plus personne. C’est pas comme si tout le monde dans l’industrie informatique bossait avec ce genre de rythme. J’ai plein de potes qui bossent dans des SSII, ils font 35h tout rond et vu qu’ils sont factures a l’heure chez le client, ils ont pas interet a depasser. Et meme, ils embauchent… C’est loin d’etre les seuls, grosse ou petite boite, il y a plein de gens aux US comme en France qui font des horaires tout a fait normaux dans l’informatique…

Il y a un choix qui se fait aussi quand tu bosses dans un domaine de passionne avec des centaines de personnes qui veulent ton taff, tu choisit de vivre de ta passion ou pas, si t’as pas la volontee, y en a 10 autres qui attendent derriere qui eux l’ont. C’est pas comme si on parlait de mineurs de fond sans qualifications, on parle d’ingenieur qui avec le niveau qu’ils ont pour pouvoir ne serais ce qu’etre considere pour etre dans la pile de CV « entretient possible » auront pas grand mal a retrouver un taf dans l’informatique (ptet pas dans les jeux, ca c’est clair, mais faut savoir ce qu’on veut)… Degueulasse? Bah c’est ta vie, c’est ton choix (France 3 merci), respect pour ceux qui se cassent autant que pour ceux qui restent. En sachant que la vision presentee ici est quand meme sacrement caricaturale :stuck_out_tongue: Ca se passe pas exactement comme ca dans la vraie vie, demandez a C0unt0 ou a d’autre dev de jeux, c’est chaud mais c’est loin d’etre la folie comme ce qui est decrit ici… La c’est tout simplement du nawak et si c’est vrai la boite va se griller sur le marche en quelques mois.

Pour parler exemple perso, depuis debut Septembre on bosse comme des oufs ici, et ca c’est fini ce vendredi avec des semaines plus proches de 60 heures que de 35. C’est pas du jeu video mais l’esprit est le meme :stuck_out_tongue: C’est lourd, ca saoule plutot relativement vite et y a pas d’heures sup (bon y a des compensations)… au final on shippe .Net 2.0, on touche des dizaines de millions de personnes et le reste du temps si j’ai envie de me pointer au taf a 11h personne va venir me faire une remarque. C’est chaud mais c’est pas l’esclavage, j’ai choisit, si ca me gavait tant que ca je retournerais bosser chez MSN :stuck_out_tongue: (pas taper Kinik)

Sinon je trouve ca:

Si c’etait pas sarcastique/ironique, assez deplace comme remarque. Tu decide pas de demenager a des milliers de bornes de ton pays, de ta famille et de tes amis et d’y rester que pour le fric. Les gens qui font ca tiennent pas 1 an. Tu pars pour le taf que tu vas faire, pour le pays ou tu vas, pour l’aventure de decouvrir plein de nouveaux trucs, pour fuir un systeme qui te gave, pour plein de raisons qui depassent largement l’appat du gain. Ca serait a refaire, je demenagerais de suite, meme en sachant que parfois je vais devoir faire des semaines a 60h… chacun fait ses choix, mais dans la vie on peut que rarement avoir le beurre et l’argent du beurre :stuck_out_tongue:

Donc comme ca a deja ete dit, moi ca me parait bien exagere comme recit, le trait est grave force… et surtout presente sans les a cotes positifs qui viennent avec tout ca.

3 Choses, vite fait, en passant :

  • pour EA : c’est vrais, si c’est pas vrais, c’est pas loin. Ils ont la plus mauvaise reputation dans le business.
  • pour « oui vivre de sa passion ca merite qu’on y sacrifie sa vie, ses week-end, et sante » : je reponds « Creve », je fais ce metier parce que je l’aime, mais aussi parce que je veux en « vivre », donc 2/3 mois de crunch par projet : oui, 18 mois de projets, 18 mois de crunch, c’est sans moi (d’ailleur : je ne bosse pas a EA :stuck_out_tongue: )
  • pour la ptite diatribe de Glop sur les expats et leurs raisons : « Glop, C’est bo quand tu parles, je te paierais une bier quand tu sera a Whistler » (on montera sans doute le samedi pour la journee :stuck_out_tongue: )

vla, sur ce : je vais me coucher :stuck_out_tongue:

Ha voilà qui me rassure. Je commençais à flipper grave sur ce qui pourrait être mon métier dans trois quatre ans. Maintenant, je saurais au moins qui fuir.

Tout ça c’est beau, mais c’est valable que pour ceux qui ont UNE passion dans la vie. Si tu la vis, et que tu donnes tout pour, c’est magnifique, c’est génial. Manque de bol, y’en a qui ont 2, voire 3 passions, dont l’une d’entre elle est leur boulot. Pour la/les passion(s) secondaire(s), il faut du temps libre!

D’ailleurs, maintenant que t’as une nouvelle petite passion de 4 ou 5 kgs qui vient de naitre, je sais pas si tu seras encore heureux de taffer tous les week-ends…

:stuck_out_tongue:

Merci LeBaronNoir de m’avoir suivi, bien sur je ne parle que du secteur du jv, on est dans la section Jeux d’ailleurs :stuck_out_tongue: Je faisais référence à un bouquin qui s’appelle « Games are like fruit » et qui décrit avec précision les process de développement au Japon. Le document ne mentionne pas les taux de suicide des employés japonais de chez Square, Konami ou Sega…

Oui ça l’était j’avais mis un smiley qui s’écrit : lol : :stuck_out_tongue:

Sur un plan individuel, personnel, je suis bien sur d’accord avec toi et je dis chapeau à ceux/celles qui traçent. Maintenant sur un plan plus large, à moyen et court terme je pense que ça le fait pas pour les régions sinistrées… Dans le cas du jeu vidéo, l’Europe… A elle de relever le défi, on est d’accord :stuck_out_tongue:

La passion n’exempt pas d’un peu de considération… Surtout que c’est une considération qui solidifiera l’équipe et donc à priori, les produits… That’s all.