Le temps ne fait rien à l'affaire...*

 Pour les “vieux” de notre age:

 La vérité c’est que je ne sais pas comment nous avons pu survivre à notre enfance !!
 En y pensant, il est difficile de croire que nous ayons survécu.

 On voyageait dans des voitures sans ceintures de sécurité, sans sièges spéciaux et sans Airbag, on faisait des voyages de 10-12H avec 5 personnes avec les sieges en faux cuir dans une Renault 12 ou une Mini et on n’avait pas le syndrome de la classe Touriste…

 Nous n’avions pas des portes avec protections, des armoires ou des boites de médicaments avec des couvercles spéciaux pour enfants.

 On allait à vélo sans casque, sans protections pour les genoux ni les coudes.

 Les balançoires étaient de métal avec des coins pointus et nous jouions pour voir qui était le plus fou. On passait des heures à construire nos " véhicules " avec des bouts de roues pour descendre les côtes et alors seulement nous découvrions que l’on avait oublié les freins. Après s’être éclaté contre un arbre, on apprenait à résoudre le problème.

 On jouait au " mouchoir " et aux " gendarmes et aux voleurs " et personne ne souffrait d’hernies ou de vertèbres déplacées…

 On sortait de la maison le matin et jouait toute la journée, et on rentrait seulement quand les lumières de la rue s’allumaient. Personne ne pouvait nous localiser.

 On cherchait du bois dans les poubelles ou n’importe où et on faisait des cabanes pour passer un moment dedans. Il n’y avait pas de portables.

 On ne s’embêtait jamais, on trouvait toujours une occupation, légo, meccano, vélo, copains, …

 On se cassait les os et les dents et il n’y avait aucune loi pour punir les coupables.

 On s’ouvrait la tête en jouant à la guerre avec des pierres et tout se passait bien, c’était des trucs d’enfants et on se soignait avec du mercurochrome ( rouge ) et quelques points de suture et le jour suivant on était tous contents.

 La moitié de nos compagnons de classe avait le menton cassé ou quelques dents en moins, ou une bosse a la tête…

 On se battait et on se mettait sur la tronche les uns aux autres et on apprendrait à le surmonter.

 On allait en classe chargé de livres, tous mis dans un sac à dos qui, rarement, avait des renforts pour les épaules et encore moins souvent des roues !!!

 On mangeait des bonbons et on buvait des sodas mais sans être obèses.
 Oui des fois certains était gros comme dans tous les groupes

 On était toujours en train de courir et jouer en plein air…

 On partageait des boissons et personne ne tombait  malade.

 On attrapait seulement des poux dans les cheveux, et nos mères arrangeaient tout ça en nous lavant la tête avec du vinaigre chaud.

 On avait pas de Playstations, ni de Nintendo 64, de jeux vidéos, 99 chaînes de télé, des films en DVD, le Son Surround, des portables, des ordinateurs ni Internet, mais on s occupait en lançant des bombes à eau et en se battant sur le sol, déchirant nos vêtements.

 Nous oui on avait des amis. On se donnait rendez-vous et on sortait ensemble. Et si on n’avait pas de rendez-vous, on sortait dans la rue et là on se rencontrait et on jouait aux billes, à cache-cache… que du high-tech

On allait en vélo ou en marchant jusqu’à leur maison et on appelait à la porte. Imaginez-vous ! sans demander la permission aux parents, et on allait seul, là, dehors, dans ce monde cruel ! sans personne de responsable !!

 Comment avons-nous fait ?? !!

On inventait des jeux avec des bouteilles, des bouts de bois et des ballons de foot improvisés, et on mangeait des pépites, et bien qu’on nous ait dit que c’était dangereux, ils ne grandirent jamais dans notre ventre et on a jamais du nous opérer pour les faire sortir.

On buvait l’eau directement du robinet dans les fontaines publiques où les chiens le léchaient !

On allait chasser des lézards et des oiseaux avec un fusil à plomb avant d’être majeur et sans adulte.

 Aux jeux à l’école, il n’y avait pas tout le monde qui participait…
 Ceux qui n’y participaient pas, devaient surmonter seuls la déception.

 Quelques écoliers n’étaient pas aussi intelligents que les autres et devaient redoubler. Ils n’avaient pas inventé les examens de rattrapage !!!

 Et on sortait avec des filles en les persécutant pour leur toucher les fesses et on jouait à leur faire des bisous, avec audace et pour de vrai !!

 On était responsable de nos actions et on assumait les conséquences. Il n’y avait personne d’autre pour décider.
 L’idée d’un père nous protégeant, si on transgressait une loi, était inadmissible et si notre père nous donnait une correction ou une claque, tu te taisais…

 On était libre, il y avait des hauts et des bas, des responsabilités et on apprenait à grandir avec tout ça…

 Tu es l’un d’eux ?? Félicitations ! Envoie ça aux autres qui ont eu la chance de grandir comme des enfants, avant que tous ces minots qu’il y a maintenant ( qui n’ ont pas de respect pour personne, pas d’éducation et qui se la jouent ) pourrissent le monde dans lequel on vit.

Voilà. Parce que j’ai reçu ça par mail. Parce que sans doute vous l’avez reçu il y a peut être des années. Parce que j’ai grandi à la campagne, et que ça me parle. Parce que je n’ai jamais eu de console petit. Parce qu’on allait à la mine pieds nus dans la neige, en sifflant. Et pour Noël, on avait une orange, et on était content. Bref… Pare que j’ai pris des baffes, et que même si ça m’a fait pleurer à l’époque, c’est ça qui a fait de moi un homme je crois.

Vos réactions, gens de ma génération, ou d’une autre ? (j’ai connu Reagan président*² )

Edit : Dégommage de smarties indélicats

Ce message a été édité par good_boy le 12/02/2004

Mouai, chaque génération porte sur la suivante ce genre de regard mais au bout du compte nos gosses sont sans doute aussi heureux dans leur époque que nous à leur âge.

Ahlala souvenirs…bon je pense être d’une génération plus jeune (78) mais beaucoup de choses me parlent là dedans. J’ajouterai la ligne : “On jouait au Petit Chimiste 2000 en mélangeant tous les produits, en secouant bien fort…et en repeignant sa chambre en caca d’oie!!” (ok ça sent le vécu…). Et c’est vrai aussi que quasiment tout ce qui est décrit, je me souviens l’avoir fait

*, quand on est con, on est con…

chuis jeune, j’aime bien Brassens, et j’ai pas bien compris le rapport entre le titre et le corps du message.
Enfin, c’était sans doute mieux avant… Mais à vrai dire, pour avoir une mère qui a grandi à la ferme et qui m’a un peu raconté sa vie, je crois que la vision du mail que tu as reçu est un rien idylique…

In case you’re worried about what’s going to become of the younger generation, it’s going to grow up and start worrying about the younger generation.

Roger Allen

ca me rappelle un truc que j’avai lu il y a quelques années sur le mythe de l’age d’or, genre les combattants des premières guerres mondiales qui font des association d’anciens combattants pour se rappeller le bon vieux temps alors qu’ils avaient vécu l’enfer là-bas et qu’en ce temps ils auraient donné n’importe quoi pour en partir.

enfin comme dit georgon , j’ai pas connu tout ca et j’ai pas l’impression d’avoir eu une enfance malheureuse pour autant.

Et c’est Peuuuuudooooooooooo qui empooooOOOOOoooorte le gros lot pour le * Brassens !!!

good_boy was kicked by Glop - Caps abuse

L’objet du thread n’est pas de dire “aux p’tits jeunes” que c’était mieux avant; non non non ! Il n’est là que pour rappeler aux “vieux” comment c’était bien quand ils étaient petits, c’est tout. Et oui, j’en ai presque la larme à l’oeil en rédigeant ce message, paske ouaih , je m’éclatais avec mon frère et mes cousins avec trois fois rien; nous n’avions pas de walkman (de toute façon ils n’existaient pas encore) , nous n’avions pas de console de jeu paske c’était trop cher et pourtant on s’éclataient à construire des catapultes et à se refaire la bataille de “Gladiator” avant l’heure; on allait dans la propiété du voisin juste parce qu’on savait qu’il ne supportait pas que “ces petits cons” s’approchent de son beau chateau et cela nous fesait bien marrer de l’entendre hurler : “LA PROCHAINE FOIS ? JE SORS LE FUSIL !”, jusqu’au jour où il l’a vraiment sorti, le con !
En parlant de con, oui j’en suis un et fier de l’être. Pourquoi ? Tout simplement parce que je pense que nous avont vécu des aventures uniques qui nous laisseront des souvenirs plein la tête.
Oui, je suis peut être un vieux con mais lorsque j’entend un “jeune de la ville” me dire que “Allez se balader dans la forêt c’est nul ! On s’emmerde , y’a rien à y faire; viens , on se fait une baston sur ps2 !” Ben j’aurais presque envie de chialer pour lui.

Une chose est sûr, je suis en train de devenir un homoPC stupidus; oui, je me fais presque trainer dehors par ma femme lorsqu’elle me demande qu’on aille se balader avec notre fils. Et là, maintenant, je me foutrais bien de grosses baffes dans ma gueule, parceque je devient “un jeune de la ville” con; ouaih, comme l’autre là .

Donc, ce week-end, je ne le passerai pas devant mon PC, j’irais faire découvrir la forêt à mon minuscule et je ne buterais des geeks à BF1942 que lorsque la nuit sera tombé et que mon gamin sera dans les bras de Morphé.

merci Good_Boy !

Ce message a été édité par M_le_maudit le 13/02/2004

[quote]*, quand on est con, on est con…

chuis jeune, j’aime bien Brassens, et j’ai pas bien compris le rapport entre le titre et le corps du message.
Enfin, c’était sans doute mieux avant… Mais à vrai dire, pour avoir une mère qui a grandi à la ferme et qui m’a un peu raconté sa vie, je crois que la vision du mail que tu as reçu est un rien idylique…[/quote]Nan , ce mail n’a rien d’idylique, et si tu te sortais un peu la tête du cul et que t’allais t’isoler de temps en temps loin de la ville, juste à marcher en écoutant la nature, tu comprendrais, peut-être, la signification de ce mail.

Quand a Brassens, il te dirait la même chose que moi.

Je dois avouer que y a pas mal de trucs qui me parlent . C’est vrai que malgré tout je me suis bien marré étant gamin. Pourtant j’étais un ptit gars de la ville mais malgré tout j’en ai pu faire des conneries.

Mais bon mon impression c’est que c’était pas vraiment mieux avant (en tant que père je suis ultra content qu’il y ait plein de trucs qui protègent ma fille d’un accident grave) mais que y a des trucs qui méritent d’être gardés, légués à nos enfants. Ainsi mes enfants n’échaperont certainement pas aux légos, aux cabanes dans les bois, au bricolage, à la bibliothèque verte et rose (+ Oui-oui) et à toute sorte de trucs qui m’ont enchantés étant gamin…

Je pense qu’il faut effectivement essayer de se rappeler ce qu’on a aimé, ce qui nous a fait grandir et progresser pour tenter de le faire partager à nos enfants. Tout en ne perdant pas de vue qu’ils auront aussi leurs propres préoccupations liées à leur temps.
Ce message a été édité par Miaouss le 13/02/2004

[quote][quote]*, quand on est con, on est con…

chuis jeune, j’aime bien Brassens, et j’ai pas bien compris le rapport entre le titre et le corps du message.
Enfin, c’était sans doute mieux avant… Mais à vrai dire, pour avoir une mère qui a grandi à la ferme et qui m’a un peu raconté sa vie, je crois que la vision du mail que tu as reçu est un rien idylique…[/quote]Nan , ce mail n’a rien d’idylique, et si tu te sortais un peu la tête du cul et que t’allais t’isoler de temps en temps loin de la ville, juste à marcher en écoutant la nature, tu comprendrais, peut-être, la signification de ce mail.

Quand a Brassens, il te dirait la même chose que moi.[/quote]Je trouve un peu présomptueux de ta part de me juger et de juger ma vie alors que tu n’en connais rien, et que tu ne me connais pas.
De même, je trouve un peu présomptueux de faire parler un mort pour toi…

Bref c’est ta vérité, accepte qu’il n’en soit pas de même pour tout le monde (Vérité n. Compromis ingénieux entre l’apparence et la désirabilité. même source que ma signature).

Je trouve stupide et dommage de s’énerver sur un thread qui visiblement rappele de trés bon souvenirs à certains, aussi je ne comprends pas bien ton aggressivité à mon égard. Suite en PM si tu y tiens.

Pour que mon post ne soit pas totalement inutile vis-à-vis du thread : le post initial me fait penser à un texte de je ne sais plus quel philosophe que j’ai lu au cours de ma scolarité, qui expliquait que la mémoire gardait uniquement les bons souvenirs et éliminait les mauvais. Il donnait un exemple extreme : si tous les souvenirs étaient conservés, peu de femme aurait plus d’un enfant, tant la douleur du premier enfantement est grande (evidement à son époque il n’y avait pas toutes les aides à l’accouchement)… Je sais pas ce que ça vaut, mais j’ai quand même l’impression qu’il y a du vrai là-dedans.

On voulait tous grimper en haut de l’arbre de 20 m “pour voir ce qu’il y a la bas”, et à 3 mètres du sol, on redescendais tous parcequ’on se chiais dessus, mais on avait l’impression d’avoir vécu un moment intense.

On s’explosait les doigts avec la massette qu’on avait emprunté dans la caisse à papa, pour essayer de fixer les planches de la cabane avec des clous de tapissier, et ça tenait (grace au chewing gum, collé entre les 2 planches).

On se fracassait la tronche avec le bicross, oups le BMX, après avoir eu l’immense honneur d’avoir réussit le saut de la mort qui tue au dessus d’une R12, une 2CV, une stratos et un semi (majorette made in france).

Mais je ne pense pas que ce soit les jeunes qui changent plutôt les parents. Parcequ’il n’était pas toujours derrière nous, parceque quand tu t’étais fais tirer l’oreille à l’école “par le méchant professeur” et ben c’est que tu l’avais mérité (et on allait pas lui faire un procès, au contraire) …

Et bien maleureusement, ou heureusement ces parents maintenant c’est nous (ou peut être bientôt), donc à nous de redresser la situation, tout en sachant vivre avec son temps.

au risque de faire aussi mon vieux con, c’est vrai que ça me parle carrément tout ça et comme M le maudit, maintenant faut me traîner de force dehors, c’est la honte…

encore que je redécouvre les joies du plein air depuis que je cours (3 ans)

c’est vrai que le fossé générationnel est toujours présent et que les 30-40 ans seront toujours à dire que ce qu’ils faisaient à 10-20 ans était bien plus valable et plus intéressant que ce que ceux de maintenant font.

cela dit je ne peux m’empêcher de penser que depuis 30 ans (et j’ai 30 ans donc je peux tout aussi bien me compter dedans) on va quand même un peu dans le mur sur bien des choses.

[/vieux con]

AMis c’est bizarre mais tout ce qui est dit dans ce mail est vrai et tellement vrai.
Rah que de souvenirs. Et le porte à porte pour allez chercher les potes le samedi des 14heures.
Toc toc, thomais est la ?
Non
Ok tant pis

Et zou on enchourchait notre BMX avec une carte bloqué dans la roue arriere pour faire comme un bruit de moto ! Et zou au prochain pote.

Rah mais cette epoque est elle vraiment fini ??

Rah et vous vous souvenez du jeux electronique Mario, ou il fallait allez le plus loin , et si on finissait le jeu on était un boss ^^
[i]Ce message a été édité par silka le 13/02/2004

@bzh : oui il est vrai que si j’avais le malheur de dire, le prof m’a grondé, j’en prennais une direct par mon pére. Car de toute facon le “maitre” etait dieu. Et jamais on aurait osé, hausser la voie en classe. Et quand je vois ce qui ce passe maintenant …[/i]
Ce message a été édité par silka le 13/02/2004

Les jeunes des villes ne sont que ce que leur parents en ont fait!

J’ai deux cas dans ma famille, deux petits cousins du même âge, un adorable hyper actif (il serait assommé à la ritaline dans certains pays…) qui passe son temps dehors à jouer au foot même tout seul, a les genoux cagneux. Et l’autre, qui habite à 200 mètres, est le petit dernier, a la PS2, le PC dans la chambre, la game boy avec pokemon, est odieux avec ses camarades (dont son cousin) et complètement irrespectueux avec ses ainés (dont moi) et est en passe de redoubler son CM1 parce qu’il sait à peine écrire à 10 ans… par contre il me met ma branlée à warcraft 3. 

La faute à qui? Aux parents dont certains culpabilisent dès qu’il n’assouvissent pas tous les désirs de leur rejeton alors que subvenir aux besoins suffirait…

M’enfin perso à  15 ans je pensais plus à fumer des joints et jouer à settlers2 qu’à me balader en forêt, y a quand même un âge ingrat où il est normal d’être puant aussi ca c’est immuable.

"tous les vieux fourneaux prennent les jeunots pour des cons…"
Ce message a été édité par mercs le 13/02/2004

c’est tellement vrai tou ça que c’en est rafraichissant

et il y a vait la construction, sinon la tentative d’une cabane dans les arbres après avoir regardé la télé, et puis les petits soldats dans le bac à sable pour des batailles gigantesques…

pour moi tout ça c’est uniquement un rappel de souvenirs communs, avec des occupations et des jeux d’une époque, car pour une certaine tranche d’age malgré nos différences on a quand meme beaucoup joué avec les memes jouets, regardé les memes émissions…

je trouves ça beau et je crois que ça ne se place pas sur le terrain du ! “c’était mieux avant…” mais plutot du : “rappelez vous comment c’était bon !” car quand je regardes mon petit qui s’éclate avec ses jeux du moment je sais que dans 20 ans quand quelqu’un évoquera la vie des gamins dans les années 2000 il se dira “aaaaah c’était trop bon !”

merci pour le post

Cool ce thread…mais il suffit pas d’être un “vieux” pour avoir ce genre de souvenir, j’ai que la vingtaine moi…
et ca m’a quand même rapellé mon tapis de 4m sur 4m (un morceau de moquette en fait ) que je sortais dehors sur l’herbe quand il faisait beau…je dessinais des routes et des maisons a la craie dessus pour jouer avec mon baril de petite voitures et mes legos (mes legos etait evidement tous mélangés et pas rangé par boite comme l’exigeait ma mère , non mais !)…et ma mere qui m’amemenait un petit gouter a quatre heures…Gateaux de savoie fait maison et jus de fruit…

…raaahhhh (soupir d’aise nostalgique avec visualisation d’une de ces journées d’été)

non, nous ne sommes pas des vieux cons, c’est juste un tour de passe passe de notre cerveau qui nous fait croire que c’etait vachement mieux avant alors que c’etait juste “different”…

Mais… Mais… Vous oubliez tous l’époque bénie de la sarbacane !

Ces tubes en plastiques gris que l’ont scotchait et décorait avec du shatterton de couleur. Les catalogues “la redoute” (ou 3 suisses selon les familles) dont on déchirait les pages en bandes droites avant de rouler nos fléchettes en forme de pointes. Les batailles qu’on a pu faire dans le quartier avec les autres gamins… J’en pleurerait presque !

C’était bien, mais l’esprit du truc c’est : comment on a pu survivre sans casque, genouillère, airbag, avec juste du mercurochrome…

Souvenez vous des 8 heures dan la 504 qui puait le gazole pour aller à St Maxime.

Et de cette connerie de méduse saiusie à pleine mains…

Et de toute cette insécurité domestique (les flacons de lessive pour sol à l’ammoniaque)…

Et des nounours dont on pouvait arracher et avaler les yeux (ne convient pas à un enfant de moins de 36 mois), mais qui n’avaient pas l’étiquette gigantesque et horrible des peluches de maintenant.

Ma cousinette de 14 ans a le droit de se promener seule dans le quartier pour aller chez une copine. A son âge j’avais déjà démarré le 250 suzuk’ du père pour aller faire le con sur les chaumes (arrière pays)…

J’ai grandi avec un instit qui m’a collé des baffes, et j’en avais une ou d’autres en rentrant. Classe unique.

La carabine à plombs c’était à 12-13 ans, et on se mettait pas les plombs dans l’oeil parce que sur les faches ou les playmobillls c’était vachement plus marrant.

Voilà, maintenant on a peur.

Pour soi, pour ses gosses, on met des écharpes, on surprotège. J’ai à l’esprit une amie que sa mère bourrait de placebo médicaments homéopatiques et qui devait sans cesse avoir une écharpe des qu’il ne faisait pas 15°. Elle est TOUT le temps malade, son frère qui a la rudesse de la campagne est en marcel dans les vignes sans souci, quel que soit le temps.

Je me demande si la coquille ne ramollit pas l’escargot…

Mes gamins ne seront pas des limaces, et s’ils " échappent à la vigilance de leur parents" pour aller faire une connerie j’aime autant te dire qu’il vont goûter du martinet… (esprit highlander des higlands (pas le CHristophe Lambert), ce qui blesse mais ne tue pas rend plus fort)

Ca fait quelques années que je commence à avoir du recul sur mon enfance et ça m’interroge.
C’est là qu’on se rend compte que le décalage des générations existe, quand la génération suivante est là, avec ses habitudes, ses codes, son éducation, et qu’on est bien obligé de la voir : de voir que l’écriture abrégée ne sert plus que pour les sms, que les jeunes font du t’chat avec leurs portables (tiens, j’ai même pas eu de tatoo moi, juste une carte téléphonique, et mes parents savaient où j’étais, sans être inquiets), que le respect de l’adulte et de l’autorité à diminué, que les profs ne font plus “peur”, les punitions non plus, etc…

Moi quand j’étais jeune, je voulais devenir pilote de chasse : mes héros c’était Buck Danny et ses potes, Tanguy et Laverdure, je voulais faire l’école de l’air ou l’ENAC…… pas être chanteur et faire la starac.

A l’école j’avais pas d’uniforme, mais une obligation de couleur pour les vêtements : que du blanc et du bleu. Ca effaçait les différences sociales et c’était pas plus mal, ça m’a évité d’être une fashion victime. Je suis sûrement un jeune/vieux (pas bien sur là je doit être entre les deux) con mais ça me fait bizarre de voire des gamines habillées comme leurs idoles de chanteuses, qui portent, à la base, des costumes de scènes.
A qui la faute ? (si faute il y a)
Le prêt-à-porter a proposée ces articles pour les « lolitas » et les parents achètent. Ou alors c’est que le taux de l’argent de poches a bien augmenté…

L’éducation de mes enfants risque d’être passionnante mais compliqué (peut être) pour leurs transmettre mes valeurs tout en intégrant l’évolution de la société, qui ne me plait pas forcement. On cherche des responsables à tout, si on a un soucis et qu’on a du mal à se sortir le doigt, on va aller voir Julien Courbet pour qu’il nous sorte de là ; on emmène par surprise son copain sur un plateau de télé pour le demander en mariage, au pied du mur, intimement devant des millions (oui des millions, ça fait peur) de téléspectateurs. On va où là ??? (non pas dans mon cul)

Le phénomène de l’enfant roi m’inquiète. On le surprotége et on cède à ses caprices, là où il faudrait dire non dès le plus jeune age. Mais le dire à raison et en expliquant pourquoi, pas juste foutre une torgnole.
Quand j’étais môme, on rabattait les sièges de la 505 et on avait plein de place pour jouer pendant les longues heures de trajet. On construisait des cabanes dans les arbres ou des ponts de singes avec des cordes (le fils du voisin c’était pété la jambe en voulant faire pareil d’ailleurs ), on avait des croûtes aux jambes à force de chuter en vélo, ma mère à même fait un point de suture à mon frère qui s’était tapé la tête dans une branche d’arbre. Ah non il avait pas de casque, ben non, dans le jardin et même dehors on y pensais même pas.

C’est vrai qu’aujourd’hui on a peur, qu’on protége et qu’on aseptise tout. Ca ne peut, à terme, que ramollir l’organisme. 
“Moi mon petit benoît, il aime les nouveaux défis mais je l’aide à avoir des os solides avec gervais aux fruits car je suis une bonne mère poule et une bonne consomatrice”. Et comment on faisait avant sérieux ??? On buvait du lait, on avait d’autres sources de calcium.

“Avec actimel tout les matins, je me sens mieux, plus protégé, je sens vraiment la différence”, ça me fait halluciner ça. “J’aide mes défenses naturelles” bullshit, tu les affaiblis. Et y’a surement pleins d’autres exemples…
 
J’imagine que de générations en générations les parents doivent se poser ce genre de questions…enfin bref, il va falloir être vigilant pour la suite

PS:Tout ça est un peu décousu mais c’est vrai que le sujet me préoccupe…