Les jeux inoubliables

Après avoir réinstallé l’un ou l’autre chef d’oeuvre auquel je n’avais pas joué depuis un bout de temps, me voila pris dans une séquence nostalgie comme j’en avais plus connu depuis longtemps.

Le but de ce post est moins de raconter ma vie que de permettre à tout le monde de citer quelques jeux qui l’ont définitivement marqué et qui peuvent être considérés comme des oeuvre d’art vidéoludiques. Dites quels jeux valent réellement le détour afin que ceux qui sont passés à côté puissent en profiter à leur tour.

Basez vous sur les critères artistique plutôt que techniques (ambiance et immersion dans le jeu plutôt que nombre de polygone par ex.) car en effet, ce sont ces aspects d’un jeu qui font qu’on le réinstalle la larme à l’oeil des années après pour s’y replonger : qui irait réinstaller “the Nomad Soul” pour ses graphismes, dépassés depuis longtemps ? Pas grand monde. Qui le ferait parce qu’il a toujours un gameplay et une ambiance unique ? Certainement quelques uns.

Assez bavardé, voici les titres qui m’ont fait vivre mes plus belles expériences vidéoludiques :

  • Homeworld : Pour moi le plus beau jeu de stratégie auquel j’ai joué. Le background est très fouillé et pour peu qu’on prenne le temps de lire le mode d’emploi, comportant des pages entières racontant l’histoire de la civilisation dont on dirigera les derniers survivants, l’immersion dans le jeu en devient surprenante, surtout pour un STR. Cette immersion est renforcée par une bande son magnifique, pour laquelle le groupe Yes a composé un morceau également sublime intitulé “Homeworld - The Ladder”. Mon seul regret est que l’histoire racontée dans le manuel n’ait pas de réelle répercussion dans le jeu.

  • Independance War 2 - Edge Of Chaos : Le dernier jeu de simulation spatial que j’ai accroché - mais QUEL JEU !

  • Outcast : On reste dans la SF mais cette fois on descend sur le plancher des vaches (où des Twon-Ha en l’occurence) pour un jeu d’aventure somptueux. Les graphismes sont beaux, même s’ils se voient massacrés par le moteur voxel et la résolution max de 640x480 (une honte, même pour l’époque). Cependant, le gros intérêt du jeu réside dans la richesse de son histoire, l’abondance de quêtes, l’humour omniprésent (à noter que la la vf est impeccable, avec notament la voix française de Bruce Willis pour Cutter Slade, le héros du jeu) et la musique somptueuse (interprétée par je ne sais plus quel orchestre symphonique). Dommage que la suite ait été annulée !

  • Myst I, II (Riven), II (Exile) et IV (Revelation) : 3 chefs d’oeuvre ! Le premier Myst plante l’univers et le fil rouge de toute la saga. Il peut se finir en une bonne aprèm de jeu. Riven est le plus long (deux petites journées) mais aussi le plus difficile ; Exile est Revelation sont un peu plus facile, une bonne journée vous permettra d’en venir à bout en reflechissant un peu. L’histoire est dramatique à souhait, la vf est très bien foutue, et la bande son est parfaitement sublime avec une mention spéciale pour Revelation : installez le, lancez le, et je peux vous assurer que vous ne lancerez pas de partie avant que le thème principal ne finisse. A noter également le magnifique morceau de Peter Gabriel, “Curtains”, composé spécialement pour le jeu, qui intervient lors d’une séquence onirique magnifique (même si l’énigme qui suit est assez casse couilles).

  • Deux Ex : no comment.

  • Zelda Ocarina of Time : bein non, c’est pas un jeu PC, mais comme je ne peux pas m’empecher de refaire une partie au moins une fois tous les deux ans, j’imagine qu’il a sa place. Idem pour Majora’s Mask, son successeur moins connu, qui, plus noir, change énormément des autres opus et n’en est que plus génial.

Voila pour les principaux. Il y’en a bien sur des dizaines d’autres (Dark Earth, Beyond Good And Evil, The Nomad Soul, …) mais maintenant à vous de nous dire quels sont VOS jeux incontournables !

Salut !

Voici les nominés:

Les chevaliers de baphomet: Humour et graphismes sympas, des énigmes qui ne le sont pas moins. Mon préféré je crois. ( et son extension: les boucliers de qoetzacoalt, dans la lignée, nickel)

GTA3: Graphismes révolutionnaires, et une libertée quasi absolue, des missions secondaires à tour de bras, et une énorme durée de vie. A noter également la taille énorme de la map (oui depuis y’a plus grand)

Voila c’est à peu près les incontournables, après y’a eu d’autres grands jeux (NFSU et 2; BF1942 - 2 - 2142; PES; etc…)

A voir si le topic n’existe pas déja B)

Silent Hill (Playstation) : Un monde fantastique dans tous les sens du terme, le glauque façon plongée dans la cuvette des chiottes un soir de fin du monde. Le jeu me, nous (on y jouait avec deux potes) mettait plus mal à l’aise qu’il ne faisait réellement peur mais on prenait toujours le pad avec un peu d’angoisse. Les plans cinématographiques sont tout simplement splendides, le scénar est tellement torturé qu’on a mal pour lui et une fois arrivé aux termes de l’aventure on sait qu’on ne l’oubliera jamais.

Shadow of the Colossus (Playstation 2) : Le chef d’oeuvre de Fumito Ueda, son deuxième jeu après Ico. Un monde colossal (logique) à visiter, une aventure épique qui prend aux tripes, des chevauchées exceptionnelles et des combats haletants ont réussi à me transporter comme rarement un jeu ne l’a fait. Impossible d’en parler réellement sans spoiler alors autant inviter tout le monde à se ruer dessus à la première occasion.

Riven (PC) : Suite de l’excellent Myst, le second volet transcende son grand frère par un monde beaucoup plus riche, une aventure d’une difficulté tout simplement hallucinante (mais toujours d’une extrême logique !) et une histoire joliment développée. Il m’aura fallu des dizaines d’heures pour en venir à bout, parfois à rester devant l’écran à réfléchir, le casque sur les oreilles, bercé par les musiques de la bande son exceptionnelle. Il m’est même arrivé d’en rêver jusqu’à me relever en plein milieu de la nuit pour tester une solution que j’envisageais dans mes rêves. Et “dans mes rêves” c’était souvent le résultat de mon essai.

Super Mario Kart (SNES) : Putain 2 ans ! Ouaip, deux années à y jouer quasiment toute les nuits avec un pote. On ne jouait QUE sur Ghost Valley 1, un petit circuit pratiquement carré avec sa petite plateforme qu’on pensait ne pouvoir atteindre (en 50cc) qu’avec un champi (boost), une plume (youpitralala jump) ou une étoile (“TuDuDuTuDuDU”). Eh ben non, vu que mon pote ne me battait pratiquement jamais mais finissait toujours à trois millimètres de mes pneus arrière, il avait pour habitude de tenter le tout pour le tout en tentant un saut tout con vers cette plateforme d’apparence inaccessible. Je me foutais de sa gueule, il persévérait. Pendant des semaines. Et un jour j’ai vécu un grand moment de solitude quand il m’est passé devant juste face à la ligne d’arrivée, déboulant de sa plateforme comme un connard, grillant la première place. Suite à ça, j’ai passé quelques heures à tenter de reproduire la technique, j’ai réussi et on finissait toutes les courses de cette manière. Alors on s’auto proclamait meilleurs joueurs de Super Mario Kart de nos salons respectifs sur Ghost Valley 1, parfois bourrés ou déchirés aux substances illicites, rien ne pouvait nous empêcher de faire le tour du compteur des parties de SMK. Ma plus grande fierté aura été de lui coller un humiliant “99-1” avant d’être obligé de reseter la SNES puisque ça ne comptait pas au delà. D’ailleurs s’il lit ce post de là où il est aujourd’hui, je lui fais un coucou et n’oublie pas vieux : t’étais vraiment trop nul !

Microprose Grand Prix (Amiga) : Ma première vraie simu. J’y jouais sur Amiga, au joystick, ça ramait sa mère genre slideshow mais on prenait un pied dingue à trouver le bon rapport à utiliser pour passer tel ou tel virage. Quel plaisir de parvenir à sortir un temps digne de ceux qu’on voyait sur TF1 le dimanche ! Et voilà que je me prenais grave pour un pilote, alignant les tours d’essai puis les courses complètes où j’effectuais “44 tours” sur le Spa-Francorchamps de l’époque. Plus tard je l’ai découvert sur mon PC, parfaitement fluide (tu m’étonnes, un P133 de ouf) et… la sauce ne prenait pas autant que sur la version, disons-le, pourrie de l’Amiga 500. De toute façon ce jeu inoubliable était tout aussi pourri techniquement sur Atari ST. Eh, je n’allais quand même pas finir un texte parlant d’Amiga sans troller comme un porc.

Sim City (Amiga) : Un jeu super ville, super vil, les deux marchent. Je l’installe sur l’Amiga, à peu près aussi convaincu que tous les éditeurs qui ont envoyé chier Maxis à l’époque, je commence une partie et… je réaliserais environ 24h plus tard, sans avoir RIEN mangé, sans avoir bougé de ma chaise, que ce jeu est une grosse tuerie. Des jours entiers passés dessus confirmeront cette première impression. Et c’était tellement bon de tricher comme un gosse en montant les impôts au max avant de les ponctionner puis de les abaisser directement une fois la nouvelle année fiscale en cours, on ne perdait pratiquement pas d’habitants, ahah, qu’est-ce qu’ils étaient cons, quand on y pense.

Prince of Persia (Amiga) : Très particulier, j’étais parti acheter Super Monaco GP dans une boutique dont le vendeur était particulièrement désagréable (quote : “je suis pas ici pour renseigner je suis ici pour vendre !”) mais il était aussi le seul vendeur du coin. J’entre dans la boutique, je demande mon jeu, le mec me fait “non”. Hein, comment ça non ? “Non, tu vas prendre ce jeu, ça s’appelle Prince of Persia, j’en décroche plus, si ça te plaît pas, je te le rembourse”. Il y jouait sur Atari ST, alors déjà qu’il était désagréable en général, vous pensez si je me méfiais. Et BLAM, deux jours entiers passés dans le palais du vizir m’ont marqué au fer rouge et, bien sûr, je n’ai jamais rapporté le jeu à la boutique. Il aurait été trop dur de mentir en affirmant qu’une telle splendeur ne m’avait pas plue. Merci encore, monsieur le connard.

Fallout 2 (PC) : Rapidement découragé par le premier (désolé les puristes) et ses combats pénibles à cause des bugs (les copains qui se foutent devant les tirs) j’avais quand même accroché à l’univers alors, zoup, je me suis mis à la suite. Carrement mortelle. Et puis ma première partie reste un monument de connerie humaine, je rencontre un esclavagiste qui me propose de la thune pour acheter mon pote, c’est bien payé, cool, je lui vends, de toute façon je suis sûr qu’il rotait après avoir bu du nuke-cola. Ensuite ? Ben j’allais me faire plein de potes que j’amenais à mon sauveur afin qu’il me file plein de thunes pour que j’achète de nouvelles armes. Nouvelles armes qui ne me serviront plus à grand chose face aux armada lancées à ma poursuite partout où je pouvais aller, à cause d’une réputation tellement en chute libre que l’épave du Titanic a du la voir passer. Arg. L’apocalyspe.

-Morrowind

-Kotor

-Counter Strike ( dans de bonne conditions )

J’imagine qu’il y’en a déja eu, mais après une rapide recherche pas tout récemment.

Tant qu’à faire et comme je venais de le préciser à un autre membre, ce serait mieux de développer un peu le pourquoi du comment que de faire un gros listing de jeux. Voir un étalage de titres de jeux ça ne va pas faire beaucoup avancer les choses en ce qui concerne celui qui cherche à découvrir de nouveaux titres, vu qu’il ne saura pas pourquoi vous avez aimé…

Enfin “chacun fait comme il veut”, comme dirait l’autre.

Ma modeste contribution

The Nomad Soul: pour son ambiance hors du commun, pour la prouesse technique de l’epoque, pour un gameplay novateur, une richesse inégalée. Bref un must.

Deus Ex: un bon fps, un peu de tactique, un peu de bourrin, une histoire sympatoche.

Quake 3: pour le multi qui demoule des castor par 100.

Oblivion: Parce qu’on peut pas en redire grand chose, et que je me suis surpris a y passer une bonne centaine d’heures B)

A part le grand et magnifique LBA (1 & 2), je ne me souviens que de deux autres jeux, deux STR : Age Of Empires 1 Rome Expansion (le seul et l’unique, pas le 2, pas le 3, pas le 1 sans extension B)) et Alerte Rouge 2 Commençons par The Little Big Adventure.

Ce cher Twinsen donc, qui me fut présenté par l’autorité parentale, m’a fait découvrir les joies du jeu vidéo. Habillé comme un gros plouc des piponilles-les-bains-de-pied, avec sa balle magique complètement ridicule et ses sauts imbéciles devant une poubelle, juste comme ça, pour faire apparaître des piecettes jaunes, il m’avait totalement charmé à l’époque. Je ne sais pas si le charme opérerait toujours si j’y rejouait en ces temps de vertex shaders bling bling dans ta tronche, mais j’en ai des souvenirs merveilleux.

J’étais gosse, je jouais donc avec la soluce devant les yeux (je m’étais même trouvé un secrétaire pour me la lire, la classe) mais pourtant je me souviens que j’y ai passé un temps énorme. J’imagine qu’en devant se creuser les méninges, on y passe encore plus de temps, mais bon.

J’y adorais l’humour omniprésent, les personnages loufoques, l’histoire complètement conne, les ennemis, le dragon (je l’aimais tellement ce dragon, j’ai pleuré quand il se blesse dans le 1 ou le 2 je sais plus), bref un peu tout. Vraiment un must-played comme on dit… nulle part en fait, vu que c’est pas anglais.

Voilà, voili, et maintenant Red Alert.

Alerte Rouge, c’est simple, j’y joue encore, encore, encore et encore. Je me souviendrai toujours de ces tendres moments passés avec la famille Legume (sauf la maman potager) à s’étriper joyeusement sur les cartes multi de RA. Encore un fois j’y ai apprécié l’humour, mais surtout le gameplay aux petits oignons (je parle vraiment du 2 ici) bien soigné par les gars de Westwood. " La sécurité avant tout ! ". J’entends encore tous les taunts résonner dans ma tête… BON PAPA ON SE LA FAIT CETTE LAN ?

Age Of Empires Rome Expansion, je l’ai adoré aussi. C’est un peu comme RA sauf pour l’humour, en somme. Un excellent jeu de stratégie, et encore une fois , de chouettes souvenirs de LAN familiales. C’est le genre de truc qui vous marque un gamin (moi en tout cas:) )… J’ai aussi passé de bons moments sur le 2 mais étrangement, je l’ai trouvé beaucoup moins fun.

Et je suis l’autre membre dont parle yavin, z’avez vu, j’ai vachement étoffé mon post B) !

[edit : BB code]

Je n’en citerai qu’un seul: Outcast

Alors pourquoi Outcast ? Parce qu’il est surpuissant, voila tout.
On y trouve en vrac un scénario très bien foutu, et c’est suffisament rare de nos jours pour mériter d’être souligné, un univers parallèle cohérent et immersif à souhait, sans oublier des personnages très charismatiques.
Rajoutez quelques musiques grandioses (interprétées par l’orchestre symphonique de Moscou s’il vous plait), des voix de vrais acteurs genre la doublure française de Bruce Willis, un gameplay simple mais redoutablement efficace et des graphismes qui explosaient la concurence (et qui n’ont pas mal vieilli contrairement à plein d’autres).

Mais Outcast c’est un tout. Un jeu à l’ambiance tellement unique qu’il a marqué un peu tout le monde dans la famille: même mon père qui n’a jamais fait que me regarder jouer m’en reparle souvent comme d’un jeu énorme.
Il fut même un temps où tous les étés pendant les vacances, j’en profitais pour le refaire.

Edit: le post juste au dessus me rappelle au bon souvenir de Red Alert. Oui, moi aussi j’y joue encore de temps en temps (Par contre si je savais où j’ai paumé mon First Decade B) )

Il existe surement un thread du même type, mais je devais pas encore être inscrit à l’époque et pis j’aime bien parler des jeux que j’aime d’abord B) (traduction: pavé ahead)

Shining Force 2 (MD): C’est le seul jeu qui a eu le pouvoir de me faire m’arreter de dormir et parfois même de manger (et ouais je suis un ouf). Je découvrais un genre : le Tactical-RPG et j’ai été littéralement aspiré par l’ambiance de ce jeu, ses musiques diablement entrainantes, le fait de diriger ma petite armée pleine de personnalité. Et puis ce confort, cette profondeur de jeu… absolument parfait ! C’est surement le jeu sur lequel j’ai passé le plus de temps cumulé. Il était de mon devoir de faire honneur à ce jeu dans ma signature.

Earthbound (Snes): C’est un RPG aux graphismes très très simplistes mais ne vous fiez pas aux apparences, il y a dans ce jeu une ambiance que je n’ai retrouvé nulle part ailleurs. On peut admettre que Wikipedia n’est pas toujours fiable, mais je trouve que l’article consacré au jeu est plutôt fort bien fait et surtout, permet de voir que sous le vernis un peu naif de ses graphismes, se cache un mille feuilles de références incroyablement bien digérées, et de toucher du doigt les vraies forces du jeu, ce qui le rend si particulier, addictif.
L’article de Wikipedia
Je trouve que c’est un des jeux les plus sous-estimés et injustement ignorés, et j’espère pouvoir en reparler bientôt puisque dans un coin de web, une communauté de fans, peu nombreux mais fort bruyants, se démène pour voir la suite de ce soft (sortie sur GBA en avril dernier) traduite en anglais afin de le sortir en version US.

En dernier je parlerai de [b]Panzer Dragoon Saga/b: Pour moi ce soft est un voyage dont on revient jamais vraiment. J’ai plongé tête la première dans cet univers fascinant et une part de moi y est clairement restée. D’ailleurs rien qu’à évoquer le souvenir de ce jeu, mes mains se mettent à trembler et je sens poindre le remord d’avoir du me séparer de ce jeu génial. Donc je vais pas en parler trop longtemps.

En terme d’immersion et d’expérience de jeu ces trois soft sont surement ceux qui m’ont le plus marqué.
Et sinon je plussoie PinkPanzer sur les Zelda de la N64, incroyables de complémentarité. D’un coté le classicisme épique d’Ocarina of Time (le jeu qui a failli me faire rater mon bac soit-dit en passant B)), de l’autre le psychédelisme désespéré de Majora’s Mask.

Hey au final ça me fait un bon top 5 ça…

Edit: Ortho :confused:

Baldur’s Gate 2! La renaissance du JdR sur pécé: avec son pote BG1, ils ont introduit une grosse composante “aventure” (comme dans les rpg japonais) là où il n’y avait jusqu’alors que du combat à la chaîne (Beholder, etc). Et, au passage, ils ont complètement révolutionné le système de combat, en l’intégrant totalement à l’interface principale, contrairement aux rpgs japonais, justement. A la fois bien rigoureux sur les règles AD&D, et très facile à prendre en main, je pense que le système de combat n’a jamais été égalé à ce jour, les sprites permettant de gérer un nombre très significatif d’ennemis et de membres de groupe, le tout au poil près. Le 1 a défini le système, le 2 l’a poussé dans ses derniers retranchements. Un must absolu, qui n’a pas vraiment perdu de sa superbe aujourd’hui encore…

En plus de la perfection du système de jeu, il y a surtout une ambiance, une atmosphère particulière qui se dégage du jeu au travers de tous ses personnages, de ses quêtes, de l’histoire cohérente de l’univers (Forgotten Realms). On redevient fan de JdR sur PC comme on a pu être fan de JdR tout court: par plaisir de l’immersion… Bon, maintenant, ce système de jeu est assez mort, les éditeurs étant passés à autre chose (justement plus proche des vraies parties JdR) en visant un public différent: c’est la vie…


Planescape Torment
: nettement moins consistant en gameplay que BG*, le scénario du jeu est extraordinaire, et l’univers dans lequel il se déroule particulièrement barré! (ca a été nettement mieux décrit par la suite du topic).

dune 2
: ca tournait (aussi) sur amiga à l’époque, et c’était le premier RTS. Ca poutrait vraiment!


Dune 1, Another World
En leur temps, c’étaient vraiment des bons jeux à ambiance, et 100% de chez nous, en plus B)

Bon, j’oublie pas mal de jeux, mais je ne retiens que ceux qui m’ont le plus marqué! Allez, une exclu pour finir: Impossamole de Gremlin, sur Amiga. Un jeu de platte-formes pas génial (exceptées les zics, des auteurs de Lotus) et particulièrement dur, mais mon premier jeu à moi, donc…

Daïkatana… B)
Inoubliable, ça m’a trop marqué.

Arf il y a tellement de jeux inoubliables auquel j’ai joué:

-Fahreinheit ( obligé de ressortir la boite pour l’orthographe B) ) Le Dernier excellent jeu auquel j’ai joué, je crois avoir rarement vu un jeu aussi immersif c’était à chaque fois une plaisir d’y jouer avec la musique à fond calé dans un fauteuil, une expérience sans pareil.

-The Nomad Soul: une histoire originale, un jeu encore plus et david bowie.

-LBA 1&2 pour la musique que j’arrive encore à fredonner, pour les personnages, l’histoire…

  • Max Payne 2, pour la réalisation géniale, l’histoire digne de ce nom et l’ambiance bien noire. Raa et puis Mona …

  • Iwar 2, toujours pour le côté super immersif du jeu, avec des musiques planantes et des combats vraiments géniaux, le meilleur jeu de combat spatial à mon gout, loin devant les freelancer et autres X²…

-Baldur’s gates 2, à mon avis le meilleur RPG sur PC, toutes générations confondues (quoique Fallout…), idem une histoire profonde bien construite et qui prend aux tripes, un système de jeu bien meilleur que ceux qu’on a pu voir dans les NWN, des personnages secondaires avec une histoire et une personnalité, et en plus bien plus facile d’accès qu’un Morrowind par exemple.

-Half Life premier du nom: pour l’innovation, l’histoire qui pour une fois dans un FPS était plus qu’un simple scénario sur un ticket de métro, pour l’IA, les monstres, les parties un peu plus énigmes ou plate forme. J’ai préféré à son petit frère hl²

Bref vous pourrez remarquer dans mes choix l’importance de l’histoire et de l’immersion dans le jeu qui sont les critères les plus importants pour moi et qui détermine quels jeux me marqueront ou pas.

Que du classique de mon coté:

Dungeon Master: Un jeu de rôle mythique, meilleure vente de l’Atari ST. Ce jeu a inspiré tout une génération de jeu de rôle case par case (Eye of the beholder, Lands of Lore). En fait du fait du gameplay case par case, il y avait vraiment un challenge. Ce qui n’est pas le cas du gameplay actuel qui est:
_je me balade
_je tue monstre
_monstre trop fort moi fuir
_moi retourner buter monstre pour xp
Et pourtant j’adore Morrowind mais ce n’est plus un jeu, c’est une expérience. Ne parlons même pas de WoW.

Doom et Wolfenstein 3D: je peux pas trancher qui est le plus mythique des deux. Wolfenstein 3D par son coté arcade, son innovation, son ambiance fun. Doom car c’est un phénomène, des niveaux plus chiadés, un gameplay bien rodé.

Civilization: Ce jeu montre que les bonnes idées de gameplay restent avec le temps (16 ans déjà!). Certes le jeu a été rodé à travers les quatre versions du jeu mais il continue à procurer des nuits blanches à beaucoup trop de monde.

Unreal Tournament: Ca aurait pu être Q3 mais j’ai accroché directement à UT à l’époque. Merci à la demo multijoueur dans Joystick! Jedi Knight et Quake 2 m’avait fait goûter aux joies du massacre sur le net, UT l’a élevé au rang de religion.
La faute a un gameplay efficace (même si moins souple que Q3), un mod CTF surpuissant et un browser ingame pour une fois pas dégueu.
Dommage que les versions suivantes aient abandonnés les graphismes sobres et dépouillés pour aller vers une ambiance plus sombre et un gameplay plus nerveux à la Quake 3.

Grand Prix 2: La simulation de F1 ultime pour l’époque. Le gameplay était suffisamment accessible tout en étant jouissif pour les passionnés. Le rendu 3D software a connu ses heures de gloire avec ce jeu, une beauté!

Outcast : Pour toutes les raisons déjà cité. Au passage, la résolution maximum n’est pas 640480, c’est 512384 (je suis en train d’y rejouer).
Zelda : Celui sur SNES, j’y ai passé un temps fou à l’époque, j’étais tout petit d’ailleurs.
Jedi Outcast et X-Wing Alliance : J’adore Star Wars, et ces deux jeux sont parmi les meilleurs sur cet univers (particulièrement XWA d’ailleurs).
Deus Ex: Pas besoin d’en rajouter.

Beaucoup virent dans la nostalgie mais en beaucoup plus récent et il y a quand même des jeux monstrueux comme Mafia par exemple… Une ambiance géniale, une BO nickel, une durée de vie vraiment honorable. Rien qu’à m’imaginer en Ford T en train de me balader dans des ruelles sur fond de Django Reinhardt ça me donne envie d’y rejouer B)

Et puis pour ceux que ça tenterait, avec les PC d’aujourd’hui on peut pousser les options à fond et les graphismes ont plutôt bien vieillis. Et puis il existe des mods pour augmenter la densité du trafic entre autres…

Ah tiens oui c’est interessant comme topic, peut être même d’avantage que les “jeux preferés” ou “meilleurs jeux joués”, même si forcément ça se recoupe parfois.[ul]
[li]The Legend of Zelda - A link to the past[/li][/ul]
Une sensation de liberté, de fraicheur, un sentiment, des sensations, que j’associerais toujours à ce jeu. J’en oubliais presque que c’était un jeu vidéo, j’avais l’impression de me promener dehors, de me ballader sans raison pour le plaisir de me promener, de sentir le vent, le soleil, l’odeur de l’herbe… Je n’ai jamais retrouvé ça dans aucun autre jeu. Quel dommage que OoT soit passé à la 3D, donnant un côté artificiel au monde. (je sais, la vraie vie c’est en 3D, mais bon, pas la 3D de la Nintendo 64 aussi…)[ul]
[li]The 4th Coming (ou “La quatrième prophetie” sur GOA)[/li][/ul]Forcément, un premier MMORPG, ça marque. Même si ce n’était ni le plus beau ni le plus interessant des jeux, c’était la première fois que je découvrais les sensations d’accomplissement que propose un MMO… Je m’étais fixé pour but d’atteindre la 2eme île du jeu, ce qui demandait un investissement que je n’avais jamais fourni (et que je ne souhaite plus fournir) dans un jeu solo. Rien que faire le voyage entre Lighthaven et… la 2eme ville du jeu dont j’ai oublié le nom, c’était quelque chose.[ul]
[li]Fallout[/li][/ul]Le souvenir le plus marquant que j’ai de ce jeu est… sa sequence de fin. J’en parlerais pas plus pour ne pas la spoiler, mais c’est quelque chose de marquant, et d’un peu frustrant aussi, de se dire que sans nom, le monde continue. (je ne parle que de la séquence de fin en image fixe avec du texte, pas de la sequence à moitié animée ni de celle avec le moteur du jeu).[ul]
[li]Warcraft 1[/li][/ul]Un background fascinant et nouveau pour moi (je ne conaissais pas l’heroïc fantasy, j’ai lu pour la première fois lord of the ring quelques années après… et, étant très jeune, j’ai lu sans la comprendre toute la trilogie, juste en voyant que ça parlait d’orcs “Ah tiens, comme dans warcraft”. J’étais intimement persuadé à cette époque que lord of the ring avait été repompé sur warcraft et que j’étais le seul à me rendre compte de ce scandale.). Mais surtout, un premier RTS, et la sensation de puissance qui va avec. (I command you all !). J’ai un peu retrouvé avec Supcom ce que je ressentais à l’époque avec Warcraft.[ul]
[li]Blood Omen : Legacy of Kain[/li][/ul]Le seul jeu que j’aime de la série (le seul en 2D aussi, ceci explique peut être cela), même si je me suis forcé à finir le 2 et à essayer Defiance. Ce jeu, c’est Zelda 3 dans le monde de “Entretiens avec un vampire”. Un jeu sombre, cynique, parfois morbide. Une fin en opposition complète avec tout ce que l’on voit d’habitude dans le jeu vidéo. ( Le héros doit se sacrifier pour sauver le monde. Mais le héros n’est pas le courageux Link ou un quelconque noble chevalier, il prefere laisser le monde pourrir plutôt que de renoncer à son vague reste de non-vie ), une ambiance vraiment à part, y compris visuellement, qui reste gravé en mémoire.

Dans mon ordre à moi que j’ai :[ul]
[li]Super Mario World (Snes) : La grande claque visuelle et de gameplay. J’ai échangé ma Neo-Geo et Magician Lord, achetés à prix d’or par ma moman pour mon noel, pour une Super Famicom et SMW en import parallèle. Le jeu de plate-formes sur lequel j’ai passé le plus de temps, et aussi celui qui a marqué, à mes yeux, la transition du jeu vidéo dans l’ère “adulte”.[/li][li]Final Fight (Arcade) : Parce qu’il y a peu de jeux comme ceux là auxquels on rejoue avec plaisir, plus de 15 ans après leur sortie, que Capcom restera pour toujours le maître incontesté des beat’em all, et qu’avec tout le fric que j’ai claqué dans la borne, j’aurais largement de quoi m’acheter un atoll en Polynésie.[/li][li]Mario Kart (Snes) : Comme dans le cochon, tout y est bon. Un gameplay technique mais accessible, le mode battle pour quand les potes sont là, le time attack le reste du temps…[/li][li]Bomberman (Snes) : LE party game par excellence, un graphisme mignon au service d’un concept “rock solid”, des nuits complètes de fourberies autour de la console, du multitap et d’hectolitres de coca.[/li][li]Donkey Kong Country (Snes) : La 2e claque visuelle, un gameplay un peu plus en retrait mais tout de même, que de souvenirs. Un des derniers jeux auquel j’ai joué sur SNES, la fin d’une époque…[/li][li]Diablo I/II (PC) : Parce que malgré la résolution indigente du 2ème opus, il reste installé sur mon PC (sur un 20" TFT, ça pique un peu les yeux le 800x600), parce que je n’ai jamais osé compter les nuits passées à déssouder du monstre dans les donjons et à looter comme un dingue. Et qu’honnêtement, je n’avais jamais joué à un jeu aussi addictif avant, et quelques années (presque 10 ans pour Diablo 1er du nom) plus tard, je n’ai toujours pas trouvé son digne successeur.[/li][/ul]

Thanks !

Lemmings : Mon premier jeu Amiga… Et toujours une référence en matière de jeux de réflexion… (Moi, je n’ai pas trouvé mieux et le genre se fait rare alors… Bon y a bien Push Over et Benefactor mais… B))