Placements (financiers) : quoi, où, comment ?

Mon PEE s’est pris -40%… tout va bien :smiley:

1 J'aime

Pas vendu, pas perdu.

Ce qui est sûr c’est qu’il va probablement falloir conserver ses investissements quelques temps avant de retrouver des gains ou au moins de limiter ses pertes.

Comme d’hab avec l’investissement, il ne faut pas avoir un besoin urgent de son argent.

3 J'aimes

J’avais tout clôturé en 2019 pour faire une transition « greenfin » donc ça va :slight_smile:.

Je penses que je vais prendre quelques actions dans le cac40 « pour jouer ».

-26% sur le PEE sur la plus belle chute.
-15% sur les 6 derniers mois
mais ca semble repartir

-30% mais ça remonte. J’ai pas peur, ce sera juste long.
Pareil qu’Ewi, le CAC à 3700 ça se prend.

J’avais mis 5000€ sur un tracker du CAC 40 en 2008 quand il était tombé à 3000 (j’ai du l’acheter à 3200 de mémoire). A l’époque je m’étais fait la réflexion que la baisse de prix n’était juste pas rationnelle, dans un monde où ces entreprises n’avaient, au fond, pas perdu de la valeur. Elles avaient perdu des bénéfices à cours terme (donc oui de la valeur boursière). Mais pas de la valeur commerciale, pas des parts de marchés, ou des besoins et des consommateurs qui auraient disparus.

Aujourd’hui, je n’ai pas du tout la même confiance. Il y a des entreprises qui ne s’en relèveront pas cette fois-ci, et pas juste une banque pour donner l’exemple… Même avec les Etats qui ne veulent pas revivre leur manque de soutien de 2008, cette fois je crois qu’il va y avoir des clés sous la porte. Et du coup je ne suis vraiment pas sûr que ça soit le bon moment pour investir sur les mêmes choses qu’en 2008 (ETF du CAC 40 ou équivalents étrangers MSCI World etc.).

Aujourd’hui, s’il y a une opportunité, c’est d’investir dans ceux qui viendront pousser sur le corps des anciennes boîtes. Et c’est beaucoup plus dur de savoir lesquelles… Perso je miserais sur l’énergie, et en particulier le nucléaire.

J’espère que la crise du COVID-19 fera comprendre qu’avoir à dispo une énergie faible CO2, gérable par un nombre très réduit de personnes, et pilotable même en temps de confinement, c’est autrement plus efficient sur le long terme que les EnR et le gaz. A fortiori quand les comportements isolationnistes refont surface, et qu’on ne pourra pas se fier aux russes et aux chinois (et même un peu aux allemands) pour avoir notre énergie ou nos matériaux. Et cerise sur le gâteau, le COVID-19 a une chance de redonner la parole aux scientifiques (au moins du point de vue des politiques publiques et de l’établissement de ).

J’ai tout mis sur MOLTONEL, c’est de la valeur sure qui ne peut que monter.

13 J'aimes

Un autre placement à court terme intéressant c’est les fabricants de cartouche d’imprimante. Entre imprimer les cours des gosses et les attestations de sortie, y’a des imprimantes qui doivent se demander ce qu’il se passe.

1 J'aime

Mon PEE a pris un petit -30% environ, mais j’ai pu arbitrer vers des supports dynamiques à peu près au creux de la vague actuelle, donc ça devrait aller.

Mon PEA quant à lui est en positif (avec une très belle performance sur une valeur qui a fait +125% en 10 jours, je cherche encore la logique par rapoort aux éléments économiques qui sortent :man_shrugging: )

C’est simple, l’argent ne fait que changer de main, s’il y a des tours à -50% il y en a en forte hausse !

Non, les capitaux fuient parfois les marchés action dans leur ensemble pour aller vers d’autres classes d’actif. La bourse dans son ensemble peut donc baisser.

2 J'aimes

Mais on aurait un sacré problème si le marché de l’actif c’était effectivement vidé de ces montants là non ? J’ai lu que, au total, le G20 va injecter 500 mds de dollars déjà. Si les marchés des actifs s’étaient vidés, le krach boursier aurait été envoyé plus sévère non ?

Alors déjà oui, on a un sacré problème. :stuck_out_tongue_winking_eye:

Ensuite tu as oublié un zéro, le G20 va injecter 5000 milliards de dollars.

Ou va l’argent :

2 J'aimes

Au rachat d’actions. Donc dans les comptes des dirigeants/actionnaires. Ca sert a rien, ca ne fait que reculer l’inevitable ce genre de comportement. :+1:

1 J'aime

Et qué sapélorio « bulle immobilière à venir ». Parce que la pierre, ça reste LA valeur refuge devant le reste.

Perso, à Nantes, si j’avais de l’argent je crois que je regarderais du côté des locaux commerciaux. Il va y avoir de gros dégâts sur les commerces de ville. Et ils vont déprécier…

Regarde du coté des SCPI, pas besoin d’un gros montant pour y entrer.

J’ai encore 10 ans d’emprunt pour mon appartement, et pas un matelas assez gros pour l’instant pour repartir sur un autre investissement. On en a parlé avec ma femme, le plus sage ça nous semble d’investir dans ce qu’on a déjà via des travaux. On a fait des gros travaux en l’achetant, mais il reste des améliorations possibles (un WC à créer, une cloison à déplacer pour agrandir une chambre sur un couloir). On est dans une situation un peu particulière où on peut même envisager de diviser l’appartement en deux, et mettre une partie en location étudiante.

Je viens de regarder, mon PEE se prend un -9%. Et de manière équilibrée : -9% sur le fond dit « équilibre » avec un peu de monétaire etc. et aussi -9% sur le fond plus risqué en actions internationales. Casse limitée jusque là.

logiquement c’est là qu’il faudrait investir (i.e verser depuis la liquidité qui rapporte peu - compte courant/livret/obligataire/monétaire) pour acheter des parts moins chères des fonds détenus.

Les marchés étant cependant assez illisibles en ce moment, on ne sait pas si on est au fond de la piscine ou s’il y a encore un peu de profondeur.