Pourquoi met-on des adjuvants dans les vaccins ? (et autres sujets sur l'industrie pharmaceutique)

santé

#124

Suffit de laisser faire la nature :slight_smile:


#125

Sauf que la nature elle achève pas l’expert, mais plutôt ceux qu’il conseille… :wink:


#126

Juste pour rebondir la dessus et concernant mon cas perso d’hypocondriaque notoire (entre autres).

Mon toubib est homéopathe (entre autre AGAIN) et quand je suis malade, elle me donne plein de pilules de sucre a bouffer MAIS elle me donne aussi des antibio (sur une ordonnance séparé) si ça va pas mieux dans les deux jours.
La seule fois ou j’ai eu des antibio direct, c’est lors de ma sinusite qui m’a donné des vertiges et ou il fallait combattre l’inflammation au plus vite et que l’homéopathie n’allait pas être “efficace” rapidement.

Quoi qu’on puisse dire sur l’homéopathie, j’aime beaucoup cette méthode de traitement car pour le moment, j’ai pas eu besoin de l’ordonnance “antibio”, ca s’est réglé tout seul avec mon corps “qui prenait des medocs donc ça va forcement aller mieux”. Sachant que je sais parfaitement quelle est l’efficacité théorique de l’homéopathie…

Mais pour moi, ça marche (quand c’est pas trop grave :p)


#127

Dans le cas que tu décris ton toubib a une attitude responsable, je dirais mieux il te connais: tu dis toi même être hypocondriaque, il adapte ses prescriptions à tes besoins en te proposant ces approches “progressives”. Bon point aussi quand il y a eu une urgence identifiée il ne t’a pas bullshitté et t’as clairement dit “Ok là c’est antibio direct pas le choix”

Franchement pas grand chose à dire.


#128

Ah et même si on s’éloigne du sujet, sur les problématiques de remboursement en France: si un produit est remboursé, l’acheteur est unique, c’est la sécu. C’est aussi pour ça qu’on a créé des tranches de remboursement ridicules (15%), tant qu’on rembourse ces 15% le prix n’est pas libre donc quelque part même sur des produits à l’efficacité remise en cause, la secu préfère contrôler le prix pour que ces produits continuent d’être utilisés, plutôt que de voir les prescriptions basculer vers des produits de remplacement toujours remboursés (parce que oui Médecins et Pharmaciens sont au quotidiens confrontés au "Vous me mettez le remboursé (le gratuit :slight_smile: ) hein pas l’autre), mais qui coûtent potentiellement plus cher à l’achat et en suivis divers.


#129

This.

J’ai l’impression que de plus en plus de personnes cherche à minimiser les vaccins, antibio (car pas auto) et autres qu’ils ingurgitent. De la même manière qu’ils vont se méfier de la bouffe industrielle ou des plantations de fruits et légumes arrosées de pesticides.

Et comme pour le reste, le consommateur voudrait avoir le choix : en particulier qu’on ne lui impose pas certains vaccins parce que c’est combiné 4 pour le prix de 3.


#130

Ces deux exemples sont finalement un peu à part :

  • antibio, c’est vraiment pour pouvoir continuer de les utiliser qu’il faut limiter la consommation.
  • vaccins, c’est pas pour le nombre de vaccins pris dans une vie que l’on peut dire qu’il y a surconsommation. Après il y a surement matière à rationaliser (et oui éviter les grouping de vaccins pourrait aider, par exemple pour bosser à l’hôpital il y a une vaccination fièvre jaune à faire, et on ne trouve quasiment que le combo avec l’Hep A, bon ça gave parce que tu n’as pas forcement besoin de l’hep A selon ton activité (surtout que les étudiants c’est 70-90 balles de leur poche, puisque le combo est un vaccin de confort pour voyageurs: mais t’es obligé pour pouvoir bosser donc tu fais).

Autres : De ce que j’en ai vu, à prendre avec précautions donc, on peut par contre réduire à mort sur anti depresseurs, psychotropes, anti douleurs et anti inflamatoires qui sont pris n’importe comment (vive le paracetamol champion des ventes, mais pas que, il suffit de regarder les pharmacies internes d’un service de chir ortho pour pleurer - pour la blague quand j’ai posé la question lors d’un audit sur le pourquoi le service stockait de quoi droguer la moitié de Paris (avec blinde de périmés d’ailleurs) on m’a répondu “vous savez dans ce service les patients n’ont jamais mal” Ah ba je veux bien oui vu la dose moyenne administrée).

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: ces médicaments sont utiles, ils sont juste sur sur sur utilisés. Et je ne parle même pas des maisons de retraite qui shootent les résidents pour avoir la paix parce que le personnel paramedical est débordé.

Bref, les Médocs c’est utile si tu les prends quand tu en as besoin, mais rien que ça, ça veut dire accepter qu’à la fin d’une consultation ton médecin te dise “faites vous une bonne soupe tous les soirs et mettez du miel dans votre thé ça va passer dans les 4 jours” sans lui renvoyer “mais docteur je suis malade il me faut des médicaments”.

De l’autre côté de la barrière ça implique aussi de refuser de prescrire ou de délivrer quand clairement c’est nawak. Individuellement ça ne sert à rien, le patient ira chercher une autre prescription et acheter dans la pharmacie d’en face, mais si tout le monde s’y met consciencieusement, y’a moyen.


#131

Effectivement, j’ai tendance à tout mettre dans le même panier mais derrière c’est bien pour le patient un peu critique arriver a évaluer la juste mesure de ce qu’il prend pour se soigner.

Sur les vaccins, ma boite propose la vaccination contre la grippe tous les ans. Dans l’idée (reçue) que j’en ai (peut être fausse?!) à partir du moment ou tu prends le vaccin contre la grippe une année, il faudrait le reprendre ensuite tous les ans. Et ça me gène dans le principe, du coup je ne l’ai jamais fait et j’ai du choper la grippe une ou deux fois ces 10 dernières années. C’est un risque acceptable pour moi du coup (mais je changerais peut être d’avis en vieillissant)


#132

J’avais bien compris ton idée rassure toi :slight_smile:

En fait ce n’est pas le même vaccin d’une année sur l’autre, d’où le message du “c’est à faire tous les ans”. Mais tu peux te faire vacciner en 2016 et ne pas le faire en 2017 et le refaire en 2018 si tu veux.

Quand à la nécessité de le faire, si tu n’es pas dans la population à risques, si tu n’as pas d’obligation pro de te faire vacciner, si tu n’as pas le concours de ta vie à passer cet hiver etc etc franchement la grippe tu peux zapper le vaccin. Je le prenais quand je travaillais avec des patients immunodéprimés (pour les protéger eux plus que moi). Mais ces dernières années je ne le prends plus, un peu comme toi j’accepte de prendre le risque. Et puis la grippe la vraie c’est pénible, mais le fameux “état grippal” on mets tellement tout et n’importe quoi dedans :slight_smile:


#133

Je rattrape 30 posts d’un coup, et notamment ceux de @fabiouchka. L’homéopathie et le placebo sont deux choses différentes. Et même le placebo est composé de plusieurs choses : la personne qui le prescrit (et son attitude), la chose prescrite, et la prise (et son contexte).

Si on reprend l’exemple du bisou magique, il est très bon :

  • c’est papa ou maman qui prescrit, et qui est en général dans une attitude de réconfort, à mon avis ça c’est même mieux à long terme que l’attitude “pro” d’un médecin (qui quand on voit certains toubibs, à elle seule peut rendre hypocondriaque…)
  • le bisou prescrit est gratuit, jamais en pénurie, et ne laisse pas croire que l’armoire à pharmacie de la maison est quelque chose vers quoi on se tourne “dès qu’il y a un bobo”
  • et méga-bonus c’est agréable pour tout le monde :slight_smile:

On peut aussi ajouter la médecine par les plantes parfois réellement basée sur des principes actifs, mais parfois simplement “apaisante” par son effet placebo. Ou les huiles essentielles, etc. Quitte à payer un effet placebo, autant que ça soit une tisane agréable à boire, ou un parfum sympa dans la chambre. Ca me fait moins mal au derche de penser que ma femme veut vaporiser un peu de lavande dans le lit avant de se coucher quand elle a un rhume, plutôt qu’elle avale un cacheton de chez ces charlatans de Boiron.


#134

Selon mes souvenirs epidemiologistes, la vraie grippe se chope 1 fois tous les 15 ans. Après c’est un état grippal…
Faire le vaccin de la grippe ne t’oblige pas. Ca augmente juste les chances de ne pas la choper cette année.
Perso mon avis : le vaccin de la grippe, c’est soit tu fais partie d’une population fragile (personne âgée, …) Soit en contact avec des personnes fragiles proches (ton nouveau-né, … ) Ou lié à ta profession (équipe médicale etc…)

Par contre les autres vaccins dit obligatoires. Théoriquement cela pourrait éradiquer certaines maladies… Et c’est dingue de ne pas y parvenir à cause de suspicion non prouvé…

À titre d’anecdote, dans mon établissement (de santé) on propose gratuitement le vaccin de la grippe a tous nos professionnels. Suffit de cocher une case oui ou non. Et tous les ans ce sont quasiment que des administratifs qui prennent le vaccin. Les infirmières en contact avec des patients parfois très fragiles, refusent catégoriquement le vaccin… Que faire…

Ca me fait un peu penser (parallèle un peu foireux) avec les pratiques à risques et les idées reçues sur la sécurité informatique…

Sinon l’effet placebo mériterait un sujet à part tellement il y a dire… ^^

Édit : pour le bisou magique, faut pas oublier le frottement contre la peau qui accompagne les bisou… Frottement qui a un effet non placebo ^^ (si je ne dis pas de bêtises)


#135

Toi t’as jamais eu a faire de bisous sur une fracture ouverte !


#136

Le frottement modifie la nociception effectivement (d’ailleurs on a tous plus ou moins le réflexe de frotter quand on se cogne), mais bon pour les enfants y’a surtout un effet “regard des parents, rassurer, attention portée” qui est énorme.

L’exemple type un gamin cours, il face plant, il se relève il regarde les parents si les parents rigolent, il va rigoler (sauf s’il s’est fait vraiment mal), si les parents ont eu peur et que ça se voit il va pleurer. Le bisou magique, ça calme, ça rassure, ça montre que papa ou maman gère, que demander de plus


#137

HS, mais par curiosité : tu ne crois pas que les soignants se vaccinent tout simplement entre eux (voire eux-même) sans s’emmerder avec le processus administratif ?


#138

Franchement dans des toutes petites structures oui, mais sinon non, ne serait ce que pour des raisons d’accès aux stocks (tu te sers pas comme tu veux). En hôpital militaire on avait pas le soucis, mais mes copains dans le civil faisaient effectivement face à ce genre de refus avec des groupes qui se formaient pour dire qu’ils refusaient de prendre le risque eux de se vacciner parce qu’ils avaient lu que etc etc et on retombe sur nos débats du thread :p.[quote=“Marteau, post:134, topic:56450”]
Que faire…
[/quote]

Reporter le travail à risque critique sur la partie du personnel vacciné :slight_smile: Très mauvais management, mais pas le choix.


#139

Disclaimer : j’ai bossé pendant 5 ans dans des établissements privés de taille moyenne (100-500 lits) en tant qu’auditeur. Donc pas franchement membre des équipes de soin, mais avec carte blanche pour fouiner.
Et franchement, à part les stupéfiants (bloc de prescription avec suivi à la dose prêt + coffre fort), si un professionnel de santé voulait se servir dans l’armoire à pharmacie ou le frigo de la salle de soins, je vois mal comment on aurait pu l’empêcher ou même s’en rendre compte. Tant que ce n’était pas à échelle massive, ça pouvait être facilement pris dans la marge d’erreur de la réconciliation de l’inventaire.

Après peut-être que les vaccins sont particulièrement mieux suivis, je ne sais pas. Et effectivement, 500 vaccins qui auraient disparu en 2 semaines, ça aurait bloqué bien avant.


#140

Je connais ça : et franchement, même les stups parfois …

En gros le vaccin n’étant pas un produit de dotation courant pour la majorité des services hospitaliers, rien de spécifique si ce n’est que souvent les vaccins restent dans la chambre froide de la PUI parce qu’il n’y a pas de rationnel pour les avoir à disposition dans les services, parce que les températures des frigos de service sont pas toujours contrôlées selon les normes etc etc du coup tu peux te vacciner dans ton coin mais faut quand même te faire livrer la dose en général.

Bon et puis les formalités administratives c’est passer au service vaccination, c’est sur place, c’est sur ton temps de travail et quand c’est bien fait t’as un rdv et on t’appelle dans le service quand tu dois descendre (oui c’est souvent à la cave)


#141

Bin non. J’ai les équipes avec leurs “surveillantes” qui me disent qu’ils ne le font pas. Choix de leur part. C’est pour montrer que la méfiance atteint même mon équipe d’encadrement.
On est une petite structure (150 lits et places). Ya pas de stocks de vaccins. C’est la pharmacienne qui commande a un tarif très avantageux. Bref gratos, pas de déplacement, chaîne du froid assuré…
Le vaccin est dans le frigo à médoc (température réellement contrôlé) et c’est la collègue qui fait la piqure… c’est réellement un refus de se vacciner et tant pis pour les paients à risques…


#142

Si demain les vaccins se font par voie orale et plus par injection, je suis sur que le taux de vaccination remonterai ;).


#143

A mon avis, ça serait plus efficace en suppo, pas sur que ça aide à la diffusion par contre :slight_smile: