[Question médecine] drogues, hallucinations et insectes

[quote=“Bussiere, post:18, topic: 45688”]http://www.insects.org/ced2/insects_psych.html

c’est des cas reconnus, sans compter que le delirium tremens est souvent associés aux insectes

http://medent.usyd.edu.au/fact/delpara.htm#illusion

et bon tu aimes pas trop mais wikipedia :

http://en.wikipedia.org/wiki/Delirium_tremens

De plus ca m’a été confirmé par quelques psys et infirmiers psychiatriques.
Bussiere[/quote]
Je ne cherchais pas à être convaincu, hein B) Je passais juste dans le thread pour donner mon sentiment sur la question (qui doit bien valoir autant que “l’avis de wikipedia” ou de “quelques psys et infirmiers psychiatriques” qui n’ont pas jugé bon manifestement de t’expliquer pourquoi).

Les “bad trips” exacerbent les phobies, j’imagie que la phobie des insectes (sous ses différentes formes) est probablement une des plus communes, moi perso, les insectes ne me font pas flipper, j’ai d’autres “phobies” qui se manifestaient en cas de “bad trip”. Voilà, raisonnement logique, “problem solved”.

Enfin, bref, je ne suis déjà plus là, je passais juste donner mon avis, probablement une petite perte de temps en fait. B)

t’es pas fou ? les pandas ca fait trop peur //F34R

  • est deja sorti

A ce propos:

Les expliquations culturelles me semblent etre les bonnes :

  1. Pas un seul article trouve dans PubMed avec “delirium tremens and insects (ou bugs)” alors que tu as 1871 occurences avec juste delirium tremens. Tu en trouve deux avec “delirium and insects”, un parle de completement autre chose et l’autre est une etude de cas ou une femme chinoise a effectivement delire pendant 8h sur des insectes apres l’absorption d’une substance.

  2. l’article de wikipedia que tu cites parles aussi des rats et des serpents, je pense qu’on peut du coup oublie le coup des petits points noirs…

PS: Pubmed est une base de donnee (acces libre) qui regroupe une grande majorite des articles scientifiques ou medicaux publies dans le monde. Une grande majorite mais pas tous certains domaines etant quasiment absent i.e. modelisation mathematique de pbs biologiques, ecologie (au sens scientifique) etc… La psychiatrie etant une discipline medicale est bien representee. S’il n’y a pas de publications etudiant une occurence tres forte des insectes dans les hallucinations de type delirium tremens on peut conclure avec confiance que ce type d’hallucinations n’est qu’un parmi d’autres.

Il est rigolo ce thread, j’avais jamais fait le parallele… Mes 5cents: j’ai déja vu des araignés aux plafonds (sans jeux de mot) blanches et à poil (sans poils donc), mais c’était pas du tout angoissant, c’était même super beau…

ca c’est un thread à revelation :

user : bonjour je suis un ancien drogué !
la zone (en coeur) : bonjour user !
le moderateur : donc user est un ancien drogué repenti et va nous parler de son experience .
user : oui j’ai honte mais je sens que mon temoignage peut servir à d’autres pour les aider à sortir de cet epreuve
le moderateur : tu n’as pas avoir honte user , tu es une personne normal et nous ne sommes pas reuni ici pour te juger mais pour nous entraider .
user : ouais mais j’ai fini geek quand meme
le moderateur : tu sais la science fait des bonds de geants aujourd’hui … on va s’en sortir tous ensemble .
la zone (en coeur ) : neeeeeeed de s’en sortir ! lfg et ftw against la drogue !!!

edit:
post useless assumé B) faute de syntaxe dans la premiere phrase corrigé .mea maxima culpa mister Faskil , je m’en voudrais de vous deplaire .

Et ça, c’est un post un useless.
B)

Il n’y a pas que les drogues ou l’alcool qui font voir de drôles de trucs. Moi je me suis retrouvé avec un 42° de fièvre quand j’avais genre 8 ans. Je me souviens très bien de la moquette qui essayait de monter aux murs de la pièce.

Ensuite j’avais l’impression que quelqu’un essayait de me mettre tout entier dans un sac à ordure et je hurlais pour que ce quelqu’un arrête.

J’ai jamais eu la phobie de la moquette à poils drus ni celle des sacs à poubelle. Je pense plutôt que ça vient de l’inconscient, tout comme les rêves qui en général exacerbent les événements récents ou traumatisants.

L’insecte reste quand même la créature la plus souvent rencontrée dans la vie de tous les jours, l’insecte et ses propres congénères évidemment.

Un simple coup à la tête surffit à faire voir des étoiles. B)

Bon personne ne l’a signalé depuis, mais je me dois de le faire, et de toute façon je ne resiste plus :

Le bon verbe c’est tarabusTER !!! et non pas tarabusquer !

aaaaaa voila je me sens mieux B)

[quote=“Paracethamol, post:28, topic: 45688”]Il n’y a pas que les drogues ou l’alcool qui font voir de drôles de trucs. Moi je me suis retrouvé avec un 42° de fièvre quand j’avais genre 8 ans. Je me souviens très bien de la moquette qui essayait de monter aux murs de la pièce.

Ensuite j’avais l’impression que quelqu’un essayait de me mettre tout entier dans un sac à ordure et je hurlais pour que ce quelqu’un arrête.

J’ai jamais eu la phobie de la moquette à poils drus ni celle des sacs à poubelle. Je pense plutôt que ça vient de l’inconscient, tout comme les rêves qui en général exacerbent les événements récents ou traumatisants.[/quote]

Je plussoie sur les hallus liees aux fievres , j’en ai eu a l’internat vers 15 ans , le resultat a ete un P@co qui sort en hurlant dans les couloirs et defonce tout ce qui y avait entre lui et la porte de sortie de l’internat 3 etages plus bas , incluant deux serrures ,un pion et quelques potes qui essayaient de m’arreter B) …
La cause de tout ca etaient des hallus concernant surtout des goutes d’eau qui grossisaient jusqu’a remplir la piaule
Cette nuit d’horreur me fait encore fremir … B)

Ha bah toi, c’est pas la fièvre qui t’affaiblis, dis donc.

Whaaa j’ai halluciné là.

Va pour l’hypothèse culturelle, pour ma part. Je l’adopte et je décide de croire que c’est la seule.

Et pi on peut très bien voir des courgettes farcies un jour et des gros insectes dégueux le lendemain, faut voir ce qu’on appelle un « bad trip ». Personnellement, je préfère les courgettes, même si je peux concevoir l’angoisse ressentie face à l’invasion des courgettes vengeuses. A partir du moment où on ne trouve pas l’hallucination comique ou belle, mais plutôt tout l’inverse, c’est un mauvais voyage. Qu’est-ce qui est laid et moche? Oh ben des insectes, non?

Je parie qu’un sondage avec une question dans le style ramènerait une proportion de réponses « les insectes sont dégoutants et m’angoissent quand j’en croise » comparable à la proportion de bad trips impliquant des insectes.

Je confirme aussi pour la fievre, vive les vaccins :confused:

Et puis moi je vois pas d’insectes mais le bucheron des enfers, aller savoir qui c’est et d’ou ca vient …

Pour essayer d’être un minimum sérieux, il faut comprendre un mécanisme très simple du cerveau qui est valable pour la vision mais aussi pour l’ouie : quand on est face à quelque chose de non-reconnu, on a toujours tendance à interprèter en quelque chose de connu.

Petite explication de cette phrase qui veut rien dire : quand on voit quelque chose qui ne ressemble à rien de connu (un point, une tache, une forme, ou si on entends un son non-défini), le cerveau va y voir quelque chose de connu dont la forme se rapproche (un insecte, un visage, un vaisseau spatial, une voix qui dit “j’ai envie de toi”). Pensez aux tests des taches d’encres, c’est exactement ca (le coté psychologique en plus). L’explication du “le cerveau voit des petits points noirs et interprète ca en insectes” est parfaitement fondée et je dirais même médicale. Après si c’est lié aux drogues ou non j’en sais rien, et à vrai dire je m’en bats les couilles complétement, vu que je touche pas aux drogues, mais le principe reste applicable dans tout les cas. C’est possible que certaines personnes voient des points noirs et interprètent ca en insectes, tout comme c’est possible que d’autres voient leur main et interprètent ca en carte sous marine, et Michael Moore a bien interprété un bouchon de stylo provenant du pentagone comme étant la preuve que tout ca n’est qu’un complot du gouvernement. Le mécanisme d’interprètation du cerveau n’est pas la réponse unique et absolue, comme remarqué dans d’autres posts il y a bien d’autres facteurs qui doivent entrer en compte dans les trip drogués : les phobies (c’est souvent le cas), l’inconscient/subconscient, les rêves, les trucs refoulés ou non-avoués etc… Comme dit plus tot dans ce post, ce mécanisme s’applique également aux sons. C’est comme ca qu’il y a eu le “mythe” du fantome qui parle sur une bande enregistrée : suite à diverses perturbations un magnétophone a enregistré un bruit aléatoire, et le cerveau interprète ca comme une voix qui parle. Beaucoup d’expériences ont été faites à ce propos pour essayer de montrer que les fantomes communiquent également avec nous à travers des enregistrements, toutes ont été non-concluantes.

Surtout que, pour ce genre de trucs, et c’est aussi valable pour les tâches, la forme des nuages etc., dans un premier temps on ne voit/entend rien, puis on nous dit "mais si, il dit ‹ j’ai envie de toi › " ou « oh une licorne dans le ciel », et ça devient tout de suite beaucoup plus clair, voire logique, on se dit « mais comment j’ai fait pour ne pas entendre/voir ça, c’est limpide pourtant ! ».

[quote=“AthenA714, post:35, topic: 45688”]Pour essayer d’être un minimum sérieux, il faut comprendre un mécanisme très simple du cerveau qui est valable pour la vision mais aussi pour l’ouie : quand on est face à quelque chose de non-reconnu, on a toujours tendance à interprèter en quelque chose de connu.

Petite explication de cette phrase qui veut rien dire : quand on voit quelque chose qui ne ressemble à rien de connu (un point, une tache, une forme, ou si on entends un son non-défini), le cerveau va y voir quelque chose de connu dont la forme se rapproche (un insecte, un visage, un vaisseau spatial, une voix qui dit “j’ai envie de toi”). Pensez aux tests des taches d’encres, c’est exactement ca (le coté psychologique en plus). L’explication du “le cerveau voit des petits points noirs et interprète ca en insectes” est parfaitement fondée et je dirais même médicale. Après si c’est lié aux drogues ou non j’en sais rien, et à vrai dire je m’en bats les couilles complétement, vu que je touche pas aux drogues, mais le principe reste applicable dans tout les cas. C’est possible que certaines personnes voient des points noirs et interprètent ca en insectes, tout comme c’est possible que d’autres voient leur main et interprètent ca en carte sous marine, et Michael Moore a bien interprété un bouchon de stylo provenant du pentagone comme étant la preuve que tout ca n’est qu’un complot du gouvernement. Le mécanisme d’interprètation du cerveau n’est pas la réponse unique et absolue, comme remarqué dans d’autres posts il y a bien d’autres facteurs qui doivent entrer en compte dans les trip drogués : les phobies (c’est souvent le cas), l’inconscient/subconscient, les rêves, les trucs refoulés ou non-avoués etc… Comme dit plus tot dans ce post, ce mécanisme s’applique également aux sons. C’est comme ca qu’il y a eu le “mythe” du fantome qui parle sur une bande enregistrée : suite à diverses perturbations un magnétophone a enregistré un bruit aléatoire, et le cerveau interprète ca comme une voix qui parle. Beaucoup d’expériences ont été faites à ce propos pour essayer de montrer que les fantomes communiquent également avec nous à travers des enregistrements, toutes ont été non-concluantes.[/quote]
Dans mes vagues recherches, il semblerait que cette piste soit aussi exploré.
En gros cela serait une aptitude du cerveau humain a faire automatiquement des associations d’idées entre inconnus et connus et à en faire automatiquement une interpretation.
En gros cela se passerait a plusieurs niveaux :
Tu vois des points noirs -> tu associes ca a des insectes
Tu regardes un nuage - > tu vois un lapin.
Tu vois des faits -> Messan voit une theorie des complots.
Ce serait effectivement un mecanisme du cerveau de corréler des faits pour en tirer un resultat.
Cela serait a la fois un avantage et un désavantage dans la course a l’évolution, cela permettrait a l’homme d’intuiter pas mal de choses.
En gros ce serait une capacité du cerveau a voir/intuiter des figures/motifs avec peu d’éléments.
Je viens de retomber sur ma doc de mémétique et il semble que cela explique aussi le succes des théories du complots et autre.
Vu que le cerveau humain a une tendance justement intuiter des figures a partir d’éléments et a trouver des corrélations tout seul, cela marche aussi pour ces theories :
A partir d’un ensemble de fait X le cerveau peut intuiter des corrélations fausses et voir un rapport là ou il existe juste un hasard.

Par contre une étude un peu plus poussé de cette tendance du cerveau a tout corréler, et de la partie du cerveau responsable de cette corrélation m’interesserai si quelqu’un a un peu de doc.

De plus il semblerai aussi que cela rejoigne l’etude sur les drogues, en gros cette partie du cerveau responsable des associations serait mis a mal par certaines drogues. Et que ce ne soit pas aussi qu’au niveau des hallucinations visuelle.
Par exemple si la partie corrélation du cerveau part en couille, en plus des corrélations visuelle qui parte en couille, les corrélations abstraites aussi pourrait partir en couille d’ou par exemple les crises de paranoia liées a certaines drogues.
Ou le cerveau sous le coup de ces drogues verrait des corrélations fausses au niveau des faits.

Bref si quelqu’un a de la doc sur ce mécanisme de corrélation de fait abstrait/concret cela m’interesserai.

Apres j’aimerai bien trouver un peu plus de renseignements sur la partie du cerveau responsable de ces associations.

Merci en tout cas je continue de fouiller.

Bussiere

EDIT après relecture : 90% de mon post est peut-être totalement à coté, à toi de juger…

Le thème des insectes (et surtout du serpent, très récurrent) lors des voyages sous Ayahuasca (mixture hallucinogène d’amérique du sud à base de DMT) apparaît très souvent, de manière similaire, chez des gens qui ne se sont jamais connus et qui ont eu des vies bien différentes.

Mais tout d’abord je me dois de faire quelques clarifications. Les “hallucinations” (je préfère parfois le therme visions, mais celui-ci est à utiliser quand ce qu’on voit prend un sens pour nous) qu’on peut voir lors de la prise de substances psychédéliques varient en général fortement d’une substance à l’autre.

Les insectes et reptiles arrivent normalement sous Ayahuasca comme je l’ai dit, et aussi éventuellement avec le Peyote d’après mes sources (petit cactus rond d’amérique). Les molécules actives de ces plantes sont, respectivement, la DMT et la mescaline.

Après, expliquer le fait que les insectes et les serpents se retrouvent de manière si forte et si récurrente dans ces expériences, c’est une autre paire de manche.

En ce qui concerne la psilocybine (champignons magiques), je n’ai pas souvent vu des trips faisant intervenir des insectes. Donc je me permets de corriger ta généralité. Les champignons vont provoquer un trip plus proche du LSD, qui va tout d’abord modifier ta façon d’assimiler la réalité et ensuite la modifier toute entière. Pour mieux t’expliquer, j’ai eu une expérience aux champignons où je n’ai presque RIEN eu de “visuel” (à part des vignes dont les extrêmités s’agitaient comme des fractales, intéressant) mais cela modifia ma façon de comprendre la réalité et ma façon de penser. On peut dire que durant l’expérience, tes “filtres”, tes conditionnements s’évaporent, et tu vois les choses, même les plus simples d’une manière différente.

Il y a d’autres molécules comme la salvinorine qui, à mon expérience, te provoquent un voyage bien plus intérieur, où tu vas souvent même perdre conscience, le temps de 20 minutes, qu’il existe un monde extérieur physique. Mais encore là, je n’ai pas souvent vu de rapports avec des insectes…

…car il semblerait que ces visions sont très propres à l’Ayahuasca. Cette mixture, dans un sens, va te confronter à une partie sombre de ton subconscient pour que tu l’acceptes ; cela expliquerait pourquoi certains comptes-rendus de trip d’Ayahuasca (qui ne devraient se faire qu’en présence d’un guide/chaman expérimenté je le souligne) sont très sombres et peu joyeux. ça joue, à mon sens, plus le rôle d’une thérapie que le rôle du simple trip qui en met plein la vue.

Si tu veux en savoir plus je te conseille fortement “Other Worlds” aussi de Jan Kounen, qui traite justement de ça.

Le problème c’est que c’est tout aussi interdit, alors les débats “les hallu c’est moins dangereux que l’alcool” et ceux qui répondront “oui mais l’alcool c’est meilleur” je doute que àa soit très accepté ici…

Cependant très bon post, bien exposé et tout et tout B)

Attention à ne pas confondre l’hallucination à proprement parler (ie le cognitif, l’interprétation qui part en couille) où on peut “voir” des insectes partout (détaillés avec abdomen, tête, etc.) avec une perception altérée qui va inventer des stimuli sensoriels : par exemple, avec certains “substances” ou en étant extrêmement fatigué (2e nuit blanche par exemple), on peut se mettre à voir des micro-tâches qui bougent sur notre plan perceptif, et la façon concise de décrire ça, c’est de parler de sorte d’“insecte”. Mais bon, je préfère laisser parler des spécialistes de médecine et de psychologie cognitive là-dessus. ^^

Pour ceux qui seraient intéressés, petit guide des relations entre l’Homme et son environnement: Le fil d’Ariane
(version PDF (68 pages))