Samsung Galaxy S2 : mon premier téléphone 2.0

[center][/center]

Jusqu’ici, j’avais tenu bon. Tel le village Gaulois de la célèbre bande-dessinée, je refusais de me faire assimiler par la mouvance des Smartphones et m’accrochais de toutes mes forces à mon bon vieux portable antédiluvien. Certes, à part passer des appels et envoyer des textos, il ne faisait pas grand-chose d’autre. Mais ça me suffisait largement. Twitter dans le métro ? Pour quoi faire ? Lire son wall Facebook aux chiottes ? Ne me faites pas rire. Partager les dernières conneries Youtube avec ses potes en terrasse d’un resto ? Non, vraiment, sans façon.

Et puis, j’ai vu la lumière…

Ça, c’était avant que Caféine, fidèle à sa réputation de VRP surpuissant, ne me glisse le Samsung Galaxy S2 dans les mains, un sourire malicieux au coin des lèvres.

« Tiens, essaie ça à la place de ton truc steampunk, et quand t’auras fini de faire mumuse, tu me le ramènes. »

Aucun doute, le bougre savait ce qu’il ce qu’il faisait. Parce qu’aujourd’hui, je ruse de toutes les manières humainement possibles pour ne pas avoir à lui restituer la bête. J’ai arrêté de répondre à ses appels, je ne lis même plus ses emails, en d’autres mots, je fais le mort.

C’est qu’on s’attache à ces petites bestioles

Cherry-popper

Android 2.3.3 avec la surcouche TouchWiz 4.0 de Samsung, processeur dual core cadencé à 1,2 GHz, 1 gigot de RAM, 16 gigots de stockage, un écran AMOLED qui envoie du lourd, full HD 1080p, GPS, accéléromètre, gyroscope, détecteur de lumière, de proximité, boussole, Bluetooth, WiFi, etc. Je m’arrête là parce que je sens poindre comme une légère érection. Mais vous l’avez compris, sur le papier, l’animal a tout pour plaire.[center]


C’est beau, mais ça me rappelle furieusement quelque chose…[/center]

Bon, on ne va pas se mentir, dans les faits, tout est très largement inspiré de l’iPhone. Pas étonnant d’ailleurs que Steve Jobs l’ait un peu mauvaise : de la présentation des applis jusqu’au touch screen, il ne lui manque que la pomme au dos et un demi-centimètre d’épaisseur en plus pour que la confusion soit totale. Hin hin hin, je trolle si je veux.

L’avis du profane

Franchement, après deux semaines d’utilisation et pour quelqu’un qui n’avait jamais touché à ce genre d’appareil avant, je suis complètement sous le charme. L’interface est réactive et les applis couvrent largement mes besoins quotidiens : Plume pour le client Twitter, une appli Facebook, Soundcloud et G+, une intégration totale avec mon compte Google pour gérer mails, contacts et agenda, des jeux rigolos (dont les classiques et incontournables Cut The Rope et Angry Birds), un lecteur vidéo qui défonce, un lecteur de comics (ACV) sans oublier l’excellente application Google Maps qui va me permettre de pallier enfin mon désastreux sens de l’orientation. Il y a même un client SABnzbd pour ceux qui veulent surveiller le téléchargement de leurs ISO Linux.[center]


Plume, le client Twitter qui donne des ailes.[/center]

Un téléphone de nerd

Qui plus est, le Galaxy S2, comme tout téléphone Android qui se respecte, est « moddable » et « bidouillable » à l’envi. Ce qui risque d’être un tantinet casse-bonbon pour qui rêve d’un appareil qui fonctionne « out of the box » se révèle être un véritable bonheur pour quelqu’un comme moi qui aime bien configurer ses joujoux jusque dans les moindres détails.

Au rayon des incongruités, on notera toutefois quelques petits trucs qui agacent. Tout d’abord, l’absence de cohérence fait tache, aussi bien esthétique qu’au niveau du software. Liez votre compte Google avec le client Gmail, inscrivez-vous sur le Social Hub de Samsung, et vous voilà parti pour recevoir vos notifications en double. Alors, oui, ça se paramètre assez facilement en désactivant l’une ou l’autre appli, mais il est dommage de constater que ce comportement ne soit pas réglé par défaut. Sans oublier la redondance de contenus entre le store Samsung Apps et l’Android Market, tout ça fleure un peu le foutoir qui risque de rendre cinglés les psycho-rigides dans mon genre.

Joli, moche, joli, moche… Décidez-vous à la fin.

Et quel bordel au niveau des interfaces ! Les différentes interactions ont rarement le même effet d’une appli à l’autre, il faut à chaque fois tout réapprendre et surtout, le look des applis varie de « super bien intégré » à « mais qu’est-ce que c’est que cette horreur ». Et au final, ce manque flagrant de cohérence ne fait pas très sérieux, surtout comparé à ce que propose iOS.
Enfin, notons que l’autonomie est vraiment limite si on fait un usage intensif de l’appareil. Prévoyez de recharger l’engin tous les jours, surtout si vous sollicitez souvent le WiFi. C’est malheureusement le prix à payer pour conserver une taille de guêpe.

Mais tu peux toujours courir, Caf, je le garde quand même

Malgré tout ce qu’on peut lui reprocher, le bébé de Samsung tient quand même la dragée haute à tous ses petits camarades Smartphones. Et pour une première incursion dans l’univers magique des téléphones 2.0, je suis plus que conquis. Je suis presque amoureux. Tout n’est pas parfait, loin s’en faut, mais pour être parvenu à me faire lâcher mon vieux Nokia anachronique, le S2 mérite largement qu’on s’y intéresse.

Think different, ou comment avoir un (quasi-)iPhone sans céder aux sirènes d’Apple. Maintenant, grouillez-vous d’en acheter un. Parce que parti comme c’est, Steve va réussir à l’interdire à la vente et en faire un objet de collection. Et ce serait bien dommage…

C’est marrant j’avais le jouet Fisher Price en illustration quand j’étais gamin :stuck_out_tongue:

Parmi les OS pour smartphone, le vrai “Think different”, c’est sans aucun conteste possible Windows Phone. Android reprend en copiant à peu près les concepts d’UI d’Apple ; Windows Phone a une interface tactile ergonomique et distincte d’iOS. C’est certainement pas aussi bidouillable qu’un droid, mais l’interface est très cohérente, très chouette et tout à fait intuitive. Les rares fois où j’ai testé un droid, je les ai toujours trouvés assez bordéliques.

Alors la photo avant-après, c’est un Galaxy S1.
Pour le reste, je vis à peu près la même expérience depuis deux mois, après m’être trainé un Sony Ericsson classique pendant des années.

Ouais, j’ai fait ça en deuspi et quand je m’en suis rendu compte, j’ai eu la flemme de relancer Photoshop. Mais YOU GET THE IDEA. :stuck_out_tongue:

Oui, mais il faut te situer les choses pour moi: c’est ma mère qui a un S1. Ouaip. Et elle l’avait déjà quand moi je ne connaissais les smartphones que par mes amis et collègues B)

Quand on veut se moquer, on dit que Windows Phone 7 n’est pas un OS pour smartphone, mais pour feature phones… et tu peux avoir l’interface WP7 sur Android :ninja:.

Bon ça m’a gavé, j’ai édité l’image. :smiley:

Ahahah :stuck_out_tongue:
\o/

Mince Adblock n’a pas fonctionné : il ne m’a pas bloqué cette news :slight_smile:

J’ajouterai que ce qui est bien avec Android c’est que j’ai 75% de ce que tu cites dans ton post sur mon ZTE Blade à 129€. L’aspect plastique chinois en plus évidemment :slight_smile:

Juste pour dire qu’il ne faut pas forcément mettre plus de 500€ pour pouvoir profiter d’Android.

Ha ben j’ai pas dit ça non plus hein. Mais disons que là pour le coup, pour ma première expérience avec un Smartphone, j’ai la chance d’avoir du haut de gamme, donc je parle de ce que j’ai entre les mains.

Après, c’est clair que le nerf de la guerre, ce sont les apps, peu importe l’appareil. Et c’est d’ailleurs surtout là que ça pèche côté Android, par rapport à iOS par exemple (manque d’uniformité, comme je le disais, mais aussi beaucoup d’apps double emploi entre celles du constructeur, celles de l’opérateur et les autres, ça devient compliqué de s’y retrouver).

Ouai et tu as toujours besoin d’un Quad core pour faire tourner Android de façon aussi fluide :ninja:

Ah ah, j’a vécu la même chose en début d’année en passant d’un vieux téléphone sagem d’il y a 8 ans (au moins) à un HTC Desire Z. Ca change une vie :smiley:

Au départ je trouvais aussi que ça manquait d’un peu d’homogénéité mais après plus de six moix d’utilisation, je dois dire que je ne trouve plus que c’est le cas. Je pense que la raison est simple, j’étais un peu formaté par le smartphone d’Apple qui avait imposé une sorte de standard. Une question d’habitude donc.

Bah, faut bien payer l’hébergement :stuck_out_tongue:

En tout cas du Faskil des années Joystick ce papier :slight_smile:

Oh putain j’avais le même téléphone à roulettes…

Salaud, ça plus les cheveux blancs…

Bordel, voilà que Faskil se met à faire des billets sponso … Mais ou va le monde ? :ninja:
Plus sérieusement le monsieur a raison, le S2 est juste le meilleur smartphone du moment, point. J’ai essayé absolument tout ce qui est sorti ces 6 derniers mois et j’ai pas trouvé un seul modèle qui fait jeu égal.

Oh ben ça fait plaisir ça. :slight_smile:

Ouais, en gros Fask, il se demande ce que tu as branle depuis :smiley:
Mais bon, je le rejoins :wink: