Se mettre à l'écriture

Bonjour,

Ça fait un petit moment que l’idée me trotte dans le tête, et la, j’ai décidé de me lancer.
Je voudrait me mettre à l’écriture de petites histoires, nouvelles, et pourquoi pas, plus tard, un roman (je sait, je rêve éveillé…).

Comme je sait que certains parmi vous s’y sont déjà lancé, je voudrait savoir su vous avez des conseils a me donner, des astuces, les pièges a éviter, …

ci dessous, ce que je viens d’écrire, pour vos donner une idée de ce que je ferais.

[quote]Tout commença ce soir de décembre, lors de ma promenade quotidienne. Je décidait ce jour la de passer par le chemin menant à la foret voisine, afin de renouveler ma provision de bois de chauffage.
Soudain, en arrivant à l’orée de la forêt, j’entendis un bruit dans les buissons. Ce bruit ne provenait ni du vent, ni des oiseaux, enfin pas de quelque chose de connu. J’hésitais à m’approcher, craignant une embuscade de bandit (nombreux dans la région), quand je vis ses yeux. De gros yeux jaunes, qui me regardait fixement. Avant que je puisse faire le moindre mouvement, ils avaient disparus.
Je continuas ma promenade, un peut intrigué par ce que je venais de voir, me demandant à quel animal ces yeux pouvait appartenir.
En rentrant chez moi, après avoir stocké le bois que j’avais ramassé, je rallumais le feu, puis je m’assoupis, épuisé par la longue marche que je venais d’effectuer, de la neige jusqu’aux mollets et les bras chargés de branches.
Le lendemain, ma rencontre avec ses yeux était sortie de mon esprit, et je ne devais plus y penser avant le début du printemps.[/quote]

Merci d’avance.

http://gmargaro.free.fr/Loup.pdf

Un conseil rapide : l’orthographe est largement à revoir B)

edit : allez j’approfondis un peu et désolé si je suis un peu sec : je trouve ça particulièrement mauvais. Les phrases sont lourdingues, l’abondance de première personne est complètement indigeste, le temps utilisé n’aide pas à rendre les phrases percutantes et si le but est de faire un texte angoissant : ça ne marche pas. Le personnage a vu des gros yeux, ok, so what ?

Je préfère le dire comme ça plutôt que prendre des gants, et mon vrai bon conseil sera : recommence ! (cent fois sur le métier, blablabla)

Un conseil rapide : écrire plus de 5 lignes.

Moui… Revoir l’orthographe (Mit conjugaison et concordance) est impératif, sauf si tu comptes faire oeuvre de charité sociale pour les relecteurs. D’autre part, il faut travailler un peu le style. L’imagination n’est hélas pas suffisante (Je ne peux pas en dire grand chose sur ces quelques lignes) et ce que tu as écrit est parfois assez indigeste (“Ce bruit ne provenait ni du vent, ni des oiseaux, enfin pas de quelque chose de connu.” par exemple)

Donc conseil : Continue à travailler, à écrire, prends en compte chaque critique, même les plus acides, elles aident à progresser (N’oublie les “C’est de la merde” que s’il ne sont pas suivis d’un “parce que”)… Je ne te cache pas qu’il y a énormément de travail, rien que pour l’orthographe…

Edit suite à Yav’ : Merci, j’arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui me gênait dans la façon d’écrire, mais c’est vrai que les temps sont mal choisis et bouffent complètement le sentiment d’angoisse en rendant le texte mou…

La premiere étape avant l’écriture, c’est la lecture. donc le meilleur conseil c’est de commencer par lire beaucoup , de varier les styles, les époques et les auteurs, et de bien prendre le temps d’analyser ce que tu lis: noter les tournures de phrases qui te plaisent, faire attention aux temps utilisés et aux méthodes de narration, etc.

Merci Yavin. Je préfère que les choses soit dites clairement, c’est le principe d’une critique constructive.
Ce n’est que le premier jet du brouillon du début d’une hypothétique histoire, il vaut mieux devoir recommencer / lourdement modifier a ce niveau la plutôt que quand il y a (aura peut être) 100 pages de texte. Je vais donc tenir compte de tes conseils, et de ceux des autres, et recommencer.

Precisions :

  • Je suis effectivement une bille en orthographe, grammaire, …
  • Je fait ça juste pour le fun.

Same player try again B)

Tu as déjà la bonne attitude face aux critiques, c’est carrément un bon point pour toi B)

Courage ! C’est en écrivant qu’on devient… écriveron.

Rabban > Je lit déjà énormément (trop d’après ma copine et mon banquier) mais effectivement je ne lit que pour les histoires, je ne fait pas vraiment attention a “l’écriture” en elle même.

Blackfox > C’est la seule attitude a avoir face aux critiques, IMOH.

Sinon, ce n’est pas un texte sensé être angoissant, mais le récit de la rencontre entre un homme et un Loup, et de leur “aprivoisation” mutuelle.

Merci pour vos conseils, et à bientôt pour le texte remanié et la suite.

Et tout à coup, je le sens vachement mal barré le bouquin.

Ca manque de maturité. Je te conseille de lire beaucoup d’auteurs et de travailler beaucoup. Le style viendra avec la vie qui passe. Ecrire de petits textes est un bon exercice.

Edit: J’ai effectivement supprime mon texte qui ne sert a rien.

Sinon avant d’ecrire quoi que ce soit fait un brouillon de haut niveau de ce que tu veux ecrire, ie ne fait pas les choses de maniere lineaire.

Oui bon Moloch, ton texte est sans conteste mieux écrit, mais disons qu’il n’a strictement rien à voir avec ce que voulait dire/décrire/faire ressentir Gmargaro à l’'origine B) (enfin du moins je pense).

Oui et puis bon, l’idée n’est pas ici de faire le concours de celui qui a la plus grosse non plus. “Regarde, moi, j’écris bien”, c’est pas ça qui va l’aider à progresser. Je trouve ça particulièrement humiliant comme “réponse”.

Ah en fait tu veux réécrire “Danse avec les loups”!

Oh ça va, je déconne B)
Surtout, ne prends pas ça mal, je ne veux pas être méchant en disant ça hein B)

Ah mais ça va pas, je venais de finir ma version…

[quote]Tout commença un soir de décembre. Il faisait sombre et pluvieux, au loin tonnait l’orage, mes pieds s’enfonçaient mollement dans la boue épaisse et le vent fouettait mon visage. J’eus alors envie de me promener dans le bois voisin.

Au cours de ma marche, j’entendis soudain un bruissement dans les fourrés. Je retins ma respiration un moment, scrutant les ténèbres. Et c’est alors que je vis ces deux yeux jaunes qui me fixaient. Après un instant qui me parut une éternité, j’osai prononcer quelques mots.

  • Qui est là ?
  • C’est juste moi, je cherche des bouteilles de Yop.[/quote]

Et la, Moloch vient de m’achever. Ce n’est pas le ton de ce que je veut écrire, mais c’est magnifique. c’est toi qui devrais te mettre à l’écriture, pas moi…

Bon, voila le début remanié et la suite. Il n’y a pas grand chose pour le moment (Je suis au taf), mais ça viendra petit à petit.

[quote]Tout commença il y a des années, un soir de décembre, lors de ma promenade quotidienne. Je décide ce jour la de passer par le chemin menant à la foret voisine, afin de renouveler ma provision de bois de chauffage.
Soudain, en arrivant à l’orée de la forêt, j’entends un bruit dans les buissons. Ce bruit ne provient pas de quelque chose de connu. J’hésite à m’approcher, craignant une embuscade de bandit (nombreux dans la région), quand je vois ses yeux. De gros yeux jaunes, qui me regardent fixement. Avant que je puisse faire le moindre mouvement, ils disparaissent.
Je continues ma promenade, un peut intrigué par ce que je vient de voir, me demandant à quel animal ces yeux pouvait appartenir.
En rentrant chez moi, après avoir stocké le bois que j’ais ramassé, je rallume le feu, puis m’assoupis, épuisé par la longue marche que je viens d’effectuer, de la neige jusqu’aux mollets et les bras chargés de branches.
Le lendemain, ma rencontre avec ses yeux était sortie de mon esprit, et je ne devais plus y penser avant le printemps suivant.

Au début du printemps, la nature commençait à s’éveiller. Les oiseaux chantent dans les arbres, la végétation est en fleurs, et la neige est enfin fondue. En me rendant à la ville voisine, car même un ermite doit avoir un minimum de contact avec ses semblables, je repassais par la forêt. Celle-ci est beaucoup plus accueillante que cet hiver, je marche donc lentement, m’écartant régulièrement du sentier. C’est a ce moment la que je tombe sur ses traces. Elles sont toutes fraîches, ne ressemblent pas aux traces que je connais. Je décide de les suivre pour voir à quel animal elles appartiennent.
Ces traces mènent à un grand chêne creux à sa base. Je me baisse afin de l’examiner, et je les vois. Ces grands yeux jaunes, qui me regardent fixement. C’est alors que je me souviens.[/quote]

Si je continue, je mettrais les textes sur un site, avec des liens ici, pour ne pas encombrer le forum.

Edit : au fait, je ne vous en veut bien évidement pas, Moloch et Coldfire, et toi, Dreamler, prévient moi la prochaine fois, je me suis fait griller a éclater de rire dans le bureau…

Humiliant, et prétentieux.

Faignasse spoted !!! B)

J’ai déjà trouvé la conclusion :

J’ai pas des masses d’expérience en la matière, mais je pense que ça c’est un excellent conseil. Histoire de conserver un rythme égal et prévenir les “trous” dans la narration.

Ecris un paragraphe.
Le lendemain relis le.
Des choses ne te plairont pas.
Fais des annotations.
Refais une version le lendemain.

Tu repetes ainsi de suite.

C’est un bon exercice.

Aussi fixe toi un theme debile. Genre, je raconte une petite fille qui veut acheter du pain. Fait le de la maniere la plus pur et factuelle possible, genre

“Annette devait acheter du pain. Sa mere lui donna pour ce faire 2 €. Elle marcha jusqu’au bout de la rue, donna la somme au Boulanger qui lui donna le pain en echange. En rentrant chez elle, elle s’esclama alors “Putain de sa race, 2 € la baguette quel encule !””

Bon sans la chute tu vois l’idee. B)