Shoutbox

Personne n’est anonyme sur internet, ni de près ni de loin. Encore plus sur les réseaux sociaux où la plupart des gens utilisent leur vrai identité.

Et on a tout les outils juridiques pour lutter hein (on va pas revenir sur les moyens de la justice).

@Ewi et non, malheureusement non. Il n’y a strictement aucun moyen technique aujourd’hui de remonter dans un délai et dans des coûts raisonnables, dans le cadre du système judiciaire courant, jusqu’à l’identité véritable de quelqu’un sur les réseaux sociaux quand le client utilise intelligemment un VPN. En l’état les plateformes ne recueillent aucune donnée qui ne puisse être maquillée facilement à l’inscription et au moment de l’envoi d’un message.

La réalité quotidienne sur les réseaux sociaux c’est une impunité quasi-totale, avec de très rares exceptions où on retrouve des auteurs qui se cachent mal (par méconnaissance technique, pas par impossibilité technique), et des gens qui laissent des traces (là aussi grâce à une faille humaine, et non grâce à un choix fonctionnel).

Oui un Etat peut probablement avoir l’identité, si on parle d’un terroriste, et/ou si on y met les moyens. Mais pas pour le jour le jour.

Ajout :

Et oui, la grande majorité des gens utilisent leur véritable identité, ou ne se cachent pas. Mais le harcèlement ne nécessite qu’une poignée de malveillants pour voir la toxicité inacceptable, et les victimes très concrètes, qu’on voit déjà. Le fait que les plateformes soient conçues pour qu’une poignée de personnes puissent pourrir la vie des gens, ça ce n’est pas viable.

1 J'aime

En effet, mais comme te l’a dit @Ewi : ça n’a rien à voir avec l’anonymat: c’est à dire que les gens assument parfaitement leur propos, et il ne sont simplement PAS poursuivi parce que c’est comme ça que fonctionne le harcelement.

Et d’ailleurs, ce phénomène de harcèlement est amplifié par les réseaux sociaux, mais pour rappel, il n’a pas lieu que là: milieu scolaire, professionnel ou simplement vie social: le horcalement existe sous de multiples formes et dans l’immense majorité des cas, l’identité des coupables sont connus: mais PERSONNE n’ose les attaquer: ni les victimes qui se sentent incapables et souvent pas soutenus et ni les témoins, qui trouvent toutes les excuses possibles pour se dire que dans tout les cas, c’est pas leurs affaires.

Donc non, l’anonmyat n’existe pas vraiment sur internet, et meme si on peut avoir un anonymat relatif, il suffit de voir les affaire de cyber-harcèlement un peu médiatisée pour voir que dans tous les cas, les coupables n’ont pas cherché à se cacher. (exemple: affaire Nadia Daam, divers cas de cyberharcèlement trouvé en 2 minutes, )

Ok, donc finalement, ça n’a plus rien à voir avec l’anonymat…

Et sinon, dans la vie aussi une poignée de personnes peuvent pourrir la vie des gens…

Bref, avant de vouloir interdire tout et n’importe quoi (en l’occurence, l’anonymat sur le net, rien que ça…), faut essayer de se poser les bonnes questions.

3 J'aimes

@nashan tu as le droit de ne pas être d’accord avec moi. Mais là tu dis des choses complètement fausses. Soit tu es de mauvaises foi juste pour argumenter, soit tu mesures mal les enjeux techniques derrière le fonctionnement des réseaux. L’anonymat sur Internet de quelqu’un qui a décidé de l’être, ça ne peut être levé que par une poignée de services de renseignement, et c’est complètement hors de portée de la police et de la justice civile. A l’heure des solutions VPN, quasi-gratuits, déployés à l’international, et à portée de main de tout le monde ayant au moins 90 de QI, c’est un non-sens de le nier.

Je comprends le raisonnement qui consiste à dire que la liberté d’expression est une des libertés les plus importantes, notamment comme contre-pouvoir à un État déjà puissant. Je suis en revanche en désaccord avec le glissement sémantique qui consiste à dire que l’anonymat est le seul moyen de garantir cette liberté d’expression, et donc qu’il faut le sacraliser.

D’une part l’anonymat en ligne ça n’est pas que le harcèlement. C’est toxique pour la société à tellement de niveaux : les bots en tous genre, donc le spam ; le harcèlement (note : à une échelle XXL par rapport au harcèlement IRL) ; les fausses infos ; la manipulation d’opinions politiques ; les crimes et délits en tout genre plus ou moins organisés (drogue, pédophilie, arnaques…) ; le blanchiment d’argent de ces crimes etc.

L’anonymat n’est pas la seule cause de tout ça, je le reconnais bien volontiers. Mais c’est un énorme catalyseur. La combinaison anonymat + instantanéité fait passer ce qui était auparavant maintenu à une échelle restreinte par la police et la justice, à une échelle où ces mêmes choses sont devenues, en pratique, ingérables.

D’autre part, certes il y a des abrutis qui se font choper, une minorité. Certes aussi, il y a ceux qui sont non seulement abrutis au point de se comporter comme ça, mais doublement abrutis car capables de le faire sans se cacher… Mais ça ne change rien au problème de fond, qui est que celui qui veut, il peut agir en toute impunité. La société est en train de devenir étouffante en grande partie à cause de ces gens là, qui vont du gars qui fait ça pour faire marrer ses potes du 18-25, jusqu’aux États anti-démocratiques qui profitent du chaos de cette impunité générale pour y glisser leurs actions.

Il y a pourtant des solutions très concrètes contre ça, qui passent par des limitations de l’anonymat tel qu’il existe aujourd’hui et sans toucher à la liberté d’expression. Par exemple, une forme gérée et encadrée de pseudonymat, via des signatures numériques (doublée d’une curation qui favorise les pseudonymes vérifiés, par rapport aux comptes 100% anonymes) ; une différenciation entre les plateformes à contenus publiques (où ton message est référencé et publié à la vue de n’importe qui, même ceux qui ne sont pas connectés), et privées (comme un forum) ; la mise en place de délais de pré-publication pour les message anonymes et publiques (ne serait-ce que 1h entre le clic sur « envoyer » et la publication)…

Tu fais pas rêver là. :anguished:

1. La shoutbox n’est pas l’endroit pour ça.

2. Vraiment.

Outre le fait que t’as bcp trop de temps libre, je rappelle que l’enfer est pavé de bonne intentions, mais ton discours ravira la Chine et tous les gouvs qui rêvent de faire taire la moindre dissidence. :clap:
Pour moi c’est aussi naif et stupide que le discours de la DOJ ricain sur le chiffrement.

SI vous voulez continuer : faites un thread. Tout le reste sera delete. Thx.

7 J'aimes
3 J'aimes

https://combylaurentprof.wixsite.com/monsite

Bon y’a un truc qui m’agace, et je sais pas si c’est un paramétrage ou Outlook qui est tout pourris.
Je m’explique : j’ai créé des dossiers dans ma boite de réception dans lequel je classe mes mails (un dossier par client). Les fils de mails sont activés (donc même fonctionnement que Gmail, on a un fil de mail au fur et a mesure des réponses).

Sauf que voilà : dès qu’un nouveau mail arrive, cet imbécile se met dans la boite de réception, et pas dans le dossier dans lequel se trouve le reste des emails. Il se rattache bien au fil de conversation, mais dans la boite de réception bordel…C’est l’enfer ce truc, à chaque fois je suis obligé de rebouger la conversation dans le dossier manuellement. Alors je sais qu’on peut faire des règles automatiques, mais évidemment ce n’est pas si simple.

Bref, y’a un paramètre que j’aurais loupé qui dirait que si un fil de mail est dans un dossier, et bien tout nouveau mail va dans ce dossier et pas dans la boite de réception ?

Best idea ever? :smiley:

4 J'aimes

Je ne connais pas les versions récentes d’Outlook mais ça me paraît complètement logique que ça reste dans la boîte de réception tant que tu ne l’as pas lu, le contraire me paraîtrait illogique.

Comme tout les gestionnaire d’email il me semble.

De mémoire tu dois pouvoir faire une règle pour le forcer à ne pas aller dans la boîte de réception.

C’est effectivement le fonctionnement normal. Si tu veux un tri automatique il faut faire une règle en conséquence.

Alors juste, les dossiers sont une arbo de la boîte de réception, donc c’est pas comme si j’avais créé des dossiers locaux.

Mais ça serait quoi la règle ? Va falloir que je cherche.

Des dossiers en ligne ou en local c’est exactement pareil, le seul détail c’est où tu va créer ta règle. Si c’est pour un dossier local ça sera dans l’app sur le poste, si c’est pour un dossier en ligne ça sera sur le webmail.

La règle ça sera un truc du genre SI « adresse de l’expéditeur en @truc.fr » ALORS « déplacer le mail dans le dossier truc »

Oui mais non, ça merci c’est simple sauf que je bosse pour une ESN donc les mails viennent soit de ma boîte, soit du client, soit d’un autre partenaire du client. Bref pas possible et pas gerable une règle tel quel.

Les gens qui ne mettent pas le nom du projet dans le sujet…

1 J'aime

Les gens qui te forwardent un mail en laissant l’historique complet des 17 messages précédents, incluant les signatures, les logos, les coordonnées, les mentions « eco print », les mentions privacy, etc…

Les gens qui écrivent le corps du mail dans le sujet…

Les gens…

1 J'aime