Spotify


#261

Quand tu court circuite les intermédiaires, ça donne ça:
http://toidoi.free.fr/

Eh ouais, ca pique hein? Pourtant, j’adore ses tracks que j’ai connu via Philosomatika mais:
_Impossible de trouver Avatar NMC sur le net (je suis surtout fan de l’album technologic)
_Quand j’ai maille l’artiste pour savoir ou acheter le CD, il m’a dit qu’il avait perdu le master et que c’était pas possible d’en refaire (doh)
_E-Watt record, c’est un peu en japonais, le site web.

Après, en fouillant le web, tu vois que psyshop vendait (yeah) les CD mais que c’est épuisé.

En fait, ces titres la, je pourrais même les acheter en MP3 si j’avais l’assurance du sérieux du magasin… mais qui? ou?

Apres, j’avoue que c’est pas du tout mon métier de vendre de la musique mais pour le consommateur qui veut donner de la thune, je trouve qu’on lui mets un nombre de bâton dans les roues assez consequent, en tout cas pour la musique indé.

Pour la musique en major, j’ai toujours l’exemple de ma mère voulait acheter un CD mainstream, introuvable:
_il n’est plus édité et il ne sera plus édité
_Ok, donc je fais quoi pour l’écouter?
_Bah faudrait chercher en occasion…

Et j’avoue que même si je suis fan, y a un moment donné ou j’en ai ras le derche de pleurer ma race pour filer des sous a l’artiste (c’est pas comme si j’ai pas déjà filer 35 euros pour un album d’un groupe japonais excellent hein…)

LoneWolf
Et je suis calme…


#262

Je comprend bien, mais je vois pas le rapport entre les majors, les distributeurs et spotify. Si spotify perd tous ses morceaux, et tous clients demain et creve la bouche ouvert, rien dans l’industrie de la musique aura change. Au contraire.

C’est ce qui est en train d’arriver a Netflix, les studios ont renegocie tous les contrats des qu’ils ont vu que ca marche, et leur reponse a ete de retirer tout ou de demultiplier le prix, resultat Netflix a du monter le prix de l’abo pour rester viable. Ils ont pas communique ca comme il faut, et ils sont en train de se faire sodomiser parceque tout le monde les abandonne et prefere choper des DVDs dans la distributeur au supermarche. Plus d’internet, pfiou la MPAA a eut chaud. Au final pour le consomateur, c’est un gigantesque retour en arriere…


#263

Si Spotify représente l’avenir de l’industrie musicale en proposant finalement une rémunération encore pire que celle qui existait à l’heure du CD, je vois bien le changement. Mais je n’appelerais pas ça un progrès.


#264

dans tous les domaine je ne crois plus du tout à la “grande distribution” que ce soit auchan ou Spotify . ca ne rapporte rien à part à 2 ou 3 qui communique à mort pour nous faire culpabiliser d’etre has been si on ne suit pas leur schema au beau vernis humaniste de pacotille .
Je suis pour l’autodertermination de chacun , et la redondance des postes et activités est generatrice de plus de richesse que son amputation dans le modele economique que l’on souhaite nous imposer " pour notre bien et notre confort" . et c’est valable pour tout .

donc bravo au label qui divorce de cette gigantesque hotel de passe qu’est spotify . en ce qui me concerne le rouge boudoir irait tellement mieux à l’interface que le vert ecolo. et encore une fois c’est valable pour tout .

Et bonne chance .


#265

Ca me rappelle une experience marrante ce que tu racontes Glop. Ya quelques mois, j’ai trouvé une chanson que je voulais vraiment posseder (et remunerer l’artiste, ou au moins lui signifier que j’aimais ce qu’il faisait).
Ni une ni deux, je google vite fait, morceau dispo sur quelques plateformes.

Je commence avec iTunes, morceau pas dispo, ca aurait été trop beau…

On continue avec beatport, jme dis cool, Faskil et cie en font la promo regulierement, ca doit etre pas trop mal. Je met le morceau dans mon caddie, 1.29 ca fait un poil cher, mais tant pis, je le voulais de suite en qualité tip top. Checkout du caddie “Ce morceau n’est pas disponible dans votre pays blablabla va te faire enculer”. Tant pis, Beatport out.

On arrive a la Fnac digitale machin, sensiblement le meme prix, mais qualité de chie, je suis deja pas super fan de la fnac pour plein de raisons perso (RDDV notamment), ca sera sans moi. La, ca commence a etre relou, 10min pour acheter un morceau, j’ai pas non plus que ca a foutre de ma soirée.

Soit, on en arrive a Amazon online ou je sais plus trop quoi. Le morceau est dispo, en qualité tiptop, a pas trop cher. Jme dis cool, la CB dans la main (nan, je deconne, je connais mes N° par coeur), et la, le site veut me faire installer un soft pour valider l’achat. Je commence serieusement a gromeler, installer un soft en plus de probables DRM, ca va 2min, mais bon, je voulais vraiment acheter ce morceau, j’installes donc le soft, et la, c’est le drame. L’installe echoue comme une merde, me laisse un programme que je ne peux meme pas desinstaller, et qui ne marche pas. Et sans ce soft, point de salut d’achat.

Un peu resigné, je google en speed “machin mp3 download”, je tombe sur un site clairement pas legal, mp3 dispo en 320kb, hophop, je cliques et la FF me dit “Ou voulez vous telecharger ce fichier ?” D:, zou emballé c’etait pesé en 20s. C’est comme ca que je veux ma musique, pas comme avec les 3 experiences du dessus. C’est triste, mais j’ai toujours pas acheté le mp3 maintenant que je l’ai. Alors que je voulais vraiment et que j’y ait passé 30min a essayer. Serieux, la ou je taff, je fais une experience utilisateur comme ca, je prend la porte direct. Il se passe quoi chez les gens qui font ca pour que ca merde comme ca a tout les niveaux ? Pour que le piratage soit plus efficace que la voie legale ? C’est pas le prix qui est important la, et pourtant, c’est ce qu’on retiendra, que j’ai pas payé, que j’ai piraté. Au prix de l’heure, je l’ai quand meme payé 5€ en temps perdu mon MP3…


#266

Le sujet me fait penser que Google Music possède maintenant une section Shop. Mais je n’ai pas pu voir à quoi ça ressemblait car le service n’est pas dispo en France.


#267

Justement je suis pas tellement d’accord avec Ghad’ :stuck_out_tongue: Les CDs qui se rayent, ça existe. De même, le problème des copier-coller c’est une chose, mais si tu veux avoir ta discothèque avec toi, se trimballer une pile de cds + un lecteur cd portable c’est pas non plus la panacée.


#268

alors c’est pas la peine de vouloir du OGG à 4000 KBps . vue le matos d’ecoute . Perso je prefere avoir une qualité de ouf malade , sur des support de bonne qualité qui font un tout coherent avec mon systeme audio, j’en profite dans mon salon avec une acoustique aux petits oignons et ma pile de CD/DVD etc qui va bien , c’est pas transportable mais c’est pas grave, le systeme audio qui les justifie non plus . un simple MP3 pas trop naze suffit bien amplement pour un ipod .


#269

Oui évidemment un CD ça se raye, tout système est perfectible, mais tout dépend de son histoire personnelle avec la musique aussi. Je me positionne comme petit collectionneur du haut de mes 900 CDs (je sais que je suis un petit joueur, je côtoie des collections de 2000, voire 4000 pièces) et de fait je prends un grand soin de mes CDs, j’ai parfois des doubles (la version de base pour emmener en voiture, la version deluxe/whatever pour la maison).
Mais quand je vais courir avec mon mp3 à 20€ c’est clair qu’un fichier compressé à 320, voire 192 fait souvent l’affaire.


#270

http://www.fastcompany.com/1796382/mog-ceo-on-artist-payments-its-like-a-black-hole


#271

Le débat est intéressant et je me range volontiers du coté de Lonewolf et Ghadzoeux (je suis dans la tranche des 2000+ niveau collection).
Ma méthode pour être (plus) sur de payer l’artiste que les grattes centimes de toute la chaine (ouuuuh, révolution communiste ! :wink: ) c’est d’utiliser les sites de ventes mutualisés tenues par des labels voir même de payer plus directement l’artiste:
http://bandcamp.com/ (j’y ai recemment acheté le dernier Mr Teddybear et le dernier Frank Riggio)
http://www.cd1d.com/ fédération de labels indé français (tourne autour de Jarring Effects, découverte de Db2a, achat du coffret JFX100)
http://bleep.com/ la plateforme sorti de chez Warp records qui distribue plusieurs centaines de labels indés
http://www.adnoiseam.net/ mon chouchou du moment, pour toutes les musiques électroniques extrêmes et encore plus barré que chez Bleep.

Mon principe est simple, et a contrario de GloP (no offense intended), c’est que la musique que j’aime, il faut que je me fatigue pour l’avoir et payer justement celui qui la fait. J’achète aussi très rarement de l’occase pour que la bonne personne reçoive l’argent que je donne et pas juste un intermédiaire. Ca ne m’empêche pas de passer du temps sur tous les amazon de la planète pour chercher la meilleure affaire, hein.

Par contre, si on me titille un peu sur le sujet, je raccroche fermement au principe que les majors devraient crever la gueule ouverte pour laisser le champs libre (l’espace publicitaire et financier aussi) à tous les labels qui le mérite. Mais pas idiot au point de ne pas savoir (double négation, bam !) que si les majors mourraient, d’autres viendraient prendre leurs places, à charge des indés de se creuser un meilleur positionnement durant la transition.


#272

Je suis plutôt comme Glop perso et même si je comprend bien le problème pour les artistes le côté hyper pratique et simple de Spotify me convient parfaitement. Et franchement, si les labels partent les uns après les autres de Spotify je n’achèterai pas plus de CDs que maintenant (i.e. à peine un par an et uniquement d’artistes que j’adore), j’écouterai moins de choses c’est tout.


#273

On resume, le probleme, c’est pas fondamentalement spotify en tant que tel, mais le fait qu’il soit un intermediaire de plus, dans une chaine qui se gave a tout les niveaux ?
Parce que spotify, sacem, producteurs, etc, ca commence a faire peu au final :frowning:


#274

Oui, je me demande si l’avenir ne serait pas de discuter directement avec Spotify (et ses concurrents) pour chacun des artites et donc de squizzer les majors et les labels ?


#275

Ca bouge pas mal du coté de Spotify.
Pas mal de nouveautés interessantes ces derniers jours :

L’intégration de l’applications de last.fm est quand même super pratique.
Ca m’évite maintenant de tout faire manuellement :slight_smile:
Ca enterre même les services de streaming de last.fm. Je me demande comment ils ont pu accepter de faire cette “app”.

Les applications “Pitchfork” et “Rolling Stone” sont aussi super pratiques !
Ca permet aux auditeur d’avoir une partie éditoriale et de découvrir de nouveaux artistes de manière plus efficiente.

C’est là qu’on réalise quand même l’échec monumental d’Apple avec Ping.


#276

Qui est dû essentiellement au fait qu’Apple ne disposait pas de la force de frappe du streaming.


#277

Je ne pense pas que ce soit lié qu’au streaming (même si ça fluidifie le tout).
C’est aussi dans le choix de partenaires pertinents.
Quand avec Spotify on a des recommandations sur ce qu’on écoute vraiment via last.fm chez Apple on a Génius …
Coté réseaux sociaux on a Facebook d’un coté et Ping de l’autre …
Et le contenu offert par les apps de webzines/critiques/journeaux spécialisés dans la musique n’a pas vraiment d’équivalent.
Le truc qui s’en rapproche le plus c’est les “best of” et les “nos albums préférés” du store …

Edit : Un article interessant : Why Spotify can never be profitable: The secret demands of record labels


#278

Ping n’aurait pas eu plus du succès avec Facebook sans la possibilité derrière de pouvoir écouter le morceau dans son intégralité.


#279

http://online.wsj.com/article/SB10001424127887324715704578483542256150334.html


#280

Abonné depuis 2 mois en premium, je vous explique ma démarche…

J’écoute de la musique depuis que je suis gosse et assez sérieusement en quantité depuis le collège (1991 pfiou) où j’ai découvert le punk, le grunge, le hard rock, et autres choses. Je consomme alors de la k7, et plus tard du cd.

Vers 1998, tournant numérique, je pirate les cd, gravure, mais aussi encodage de mp3.
Petite  à petit je n’achète plus (passé 2000), je rippe à l’époque en 128kbits/s, puis les années passant en 256/320, et vers la fin des années 2000 tout en flac. Grosse collection numérique en centaines de giga.

Mais je constate que je tourne en rond depuis 10 ans, depuis que j’ai quitté la fac, fini les échanges musicaux, les prêts de cd : j’écoute toujours la même chose ou presque. je suis bloqué en 2003 :blamblam:  Il me manque des réseaux de partage : pas de fichier mais de conseil.

J’ai par deux fois tenté de casser ce cercle en vidant mon dur intégralement de ses musiques, acquises légalement ou non. Et en redémarrant, mais je m’aperçois que je re télécharge la même chose, et que peu de nouveaux artistes viennent se ranger dans mon audiothèque.

Désireux de vraiment disposer de recommandations adaptées et d’un accès smple à la musique, je viens de franchir le aps Spotify. Je dois avouer que je connaissais pas du tout. Je connaissais Deezer mais je ne ressentais pas le besoin d’essayer. J’ai fait mon choix entre les leaders spotify/deezer mais aussi grooveshark et qobuz.

spotify a gagné haut la main avec son coût modéré, son large catalogue, ses fonctions de recommandations, ses radios, son application last fm, la qualité de ses applis.

Je ne prétends pas payer le premium pour de la musique mais pour du conseil. J’aime un groupe, je veux qu’on m’oriente vers d’autres similaires, et ça marche plutôt bien.

Je ne pense pas encore être chez spotify dans quelques années, l’offre aura changé, mon mode de consommation musical peut être aussi…mais pour l’instant c’est un bon choix pour accéder vite et bien à des contenus variés. j’y écoute du rock, de la pop, mais aussi du classique parfois, pas besoin d’aller chez qobuz.

Pour être franc, je comprends le malaise du système sur le peu de revenus aux artistes et je suis emmerdé quand un label se retire du catalogue. Mais comme glop c’est pas mes oignons. Je veux payer un catalogue varié et basta. La simplicité avant tout. Qu’ils se mettent d’accord entre eux, et franchement ce spotify c’est un ersatz de la licence globale, qu’on aurait du mettre en place depuis longtemps. Je paye, j’ai tout et ma conscience pour moi. Le péquin moyen, moi le premier, n’en a rien à faire des querelles commerciales interne au système musical.