TV Lobotomie, Idiocracy in progress?

Suis complètement passé à côté de ça :

Une conférence sur le lien entre la télévision et ces méfaits. En gros.

Michel Desmurget (http://fr.wikipedia…ichel_Desmurget), chercheur en neurosciences, publie l’année dernière un ouvrage de synthèse sur les nombreuses études menées sur la télévision. Même si le livre, comme la conférence, sont sans ambiguité sur le sentiment de l’auteur sur le sujet, il a l’intelligence de re contextualiser la télé comme un des facteurs discriminants, parmi de nombreux autres. De là, il semble difficile de conclure à la télé comme cause unique de tous les méfaits de notre société, dont la violence. Son propos est élargi aux questions de développement et de langage. Il vulgarise alors assez bien les mécaniques du cerveau et de l’apprentissage. Et c’est flippant !

Bad Timing? J’ai maté cette vidéo la semaine dernière, je voulais faire tourner depuis…Sans rapport avec Batman donc. La violence n’est qu’un des points de la conférence anyway

P.S. études inconnues du grand public, n’en déplaise à Audrey Pulvar qui défend un peu son steak la http://www.dailymoti…-desmurget_news

A quand une conférence sur les méfaits des SMS, des chats, réseau sociaux et autres sur le langage et l’orthographe :hehehe:

Est-ce pertinent de s’interroger sur l’influence des sms,réseaux sociaux et autre sur le développement du néocortex préfrontal chez le bébé de 6 mois? je ne sais pas trop s’il y a beaucoup d’utilisateur dans cette tranche d’age…

Comme tu l’as sans doute bien vu :- dans cette conférence l’un des aspects les plus surprenant est de signaler par exemple l’impact de la télévision (même en fond de tâche dans une pièce) sur le développement de l’attention (entre autre ) chez le très jeune enfant, mais aussi la place indispensable et irremplacable de la monstration dans l’acquisition du langage… Et même pourquoi il y a des gens qui surkiffent le ketchup à la vanille en Allemagne. Sans parler de la vulgarisation des processus de conditionnement marketing…

C’est pas du tout le sujet de la conférence de dire les sms c’est mal; ou facebook, ou les jeux vidéo d’ailleurs…
En bon vulgarisateur des neurosciences, M.Desmurget evite les troll, lui :smiley:

Remplacer “TV” par “Youtube”.

Pas vu le documentaire mais d’après une étude les enfants de moins d’un an aux Etats-Unis arrivent à reconnaître une centaine d’enseignes de grandes entreprises qui réalisent en particulier des publicités sur les chaînes pour nourissons avec des messages calibrés et conçus par des publicitaires aidées de neuro-psychologues.

C’est peut-être ça le plus inquiétant : la science permet de comprendre le fonctionnement du cerveau comme jamais auparavant mais cela veut aussi une manipulation plus fine et bien réelle.

Tout a commencé avec Freud et l’utilisation par des communicants (les Public Relations ou PR sont nés à cette époque) de la psychoanalyse pour mettre les désirs des consommateurs au dessus des besoins des citoyens notamment démocratiques, jusqu’à ce que les politiques eux-mêmes ne s’adressent plus qu’à des consommateurs.

Un documentaire de la BBC sorti sur le sujet en 2002, The Century of the Self. Passionnant.

https://www.youtube.com/watch?v=x_YLy6yZeaw

L’auteur, Adam Curtis, a sorti un autre documentaire, All Watched Over by Machines of Loving Grace, plus récemment sur l’émergence des notions d’écosystème, de cybernétique, de machines et d’humains, de la nouvelle économie engendrée par des ordinateurs, etc. toujours tout aussi actuel et remettent aussi en question les grandes idéologies de notre époque. Tout aussi passionnant et inquiétant, bien sûr.

https://www.youtube.com/watch?v=qL9BjKH5MSY

Hop. Hop. Hop.

Je vous en rajoute en dernier avec une bonne charge contre Google, The Internet Thing Watching Over Your Data With Grace.

https://www.youtube.com/watch?v=zfCDHPc9ySQ

Merci j’avais bien compris. Ce que je voulais souligner (avec humour mais visiblement je suis pas doué) que l’on pourrait tout aussi mener le même genre de conférence sur le SMS & co.

J’ai parcouru la vidéo (parce que comme je suis probablement lobotomisé par la télé, 1h32 de parlotte j’arrive pas à suivre), c’est intéressant, mais j’ai pas eu l’impression d’apprendre beaucoup. Je sais parfaitement que mon gamin lorsqu’il est devant la télé va voir son attention monopolisée par cette dernière. Pas besoin de m’assenez une succession de résultats d’enquêtes et d’études.

Maintenant remplacez télé par jeux vidéo (parce que le discours s’y transpose particulièrement bien) et je suis pas sûr que l’on pretera la même oreille bienveillante à cette vidéo.

Je viens d’en regarder 45 min. C’est non seulement très intelligent mais très bien amené. Et les résultats sont confondants. Ce n’est pas qu’une histoire d’attention, il explique beaucoup d’autre choses alarmantes au possible.

Merci beaucoup pour le lien.

[quote=“SirAkuse, post:6, topic: 53668”]Maintenant remplacez télé par jeux vidéo (parce que le discours s’y transpose particulièrement bien) et je suis pas sûr que l’on pretera la même oreille bienveillante à cette vidéo.[/quote]Je pense que ce sont deux choses différentes, dans un jeu vidéo on est -à priori- pas passif, alors que devant la télé on se comporte facilement comme un zombi (ex. quand il y a la pub et qu’on la regarde au lieu de zapper…).

Je n’ai pas dis que c’était la même chose. Maintenant à coup de statistiques on peut faire dire beaucoup de choses. Comme le soulignait à un instant dans la vidéo, M. Desmurget précise que la télé n’est pas le seul facteur de génération de violence… Ce n’en est qu’un parmi d’autre… Donc bon il faut aussi relativiser un peu et surtout faire preuve de bon sens.

Mouais.

Ce que voulait surtout souligner SirAkuse, c’est que les “geeks” sont tout contents dès qu’un reportage / média / quoi que ce soit met en cause la télévision ; mais dès qu’un même reportage / média / quoi que ce soit s’intéresse aux méfaits des jeux vidéos, bing, c’est la levée de bouclier immédiate. On l’a suffisamment vu sur ce forum.

Donc bon… Chacun voit midi à sa porte, et c’est toujours facile de critiquer tel ou tel loisir si on choisit uniquement l’angle des méfaits, justement (je ne dis pas que c’est ce que fait Michel Desmurget, au passage. Je n’ai pas regardé la vidéo).

Inversement les journalistes eux critiquent beaucoup le temps que l’on passe sur internet ou a jouer.
Parce que techniquement on tue leur gagne pain. Le temps que l’on passe sur internet ou a jouer c’est du temps en moins devant la télé.
Chaque fois que l’on fait la remarque devant moi que tel ou tel personne passe trop de temps sur l’ordi ou a jouer, il suffit de demander a cette personne combien de temps elle passe devant la télé et de comparer.
my 2 cents.

D’autant que l’auteur de l’étude à plutôt tendance à parler du type d’images, des répétitions et des messages transmis que de la source de dites images.
J’arrive à la fin de la vidéo et on perçoit qu’il a, à peu près, les mêmes opinions sur les jeux vidéos que la télé et le cinéma.

Merci Ichimlusai ! Très intéressant comme conf’, l’explication sur le fonctionnement de l’attention m’a également appris pas mal, et le passage sur l’effet des images violentes également.

Je pense que l’intérêt de ce thread c’est quand même de discuter des idées/études avancées par le chercheur, c’est toujours mieux de regarder la vidéo parce que commencer à opposer télé/pc/jeux vidéos c’est HS là, il parle surtout d’ “image”.

+1 sur ce que dit Mateo et merci de débattre du sujet (donc en ayant maté au moins un bout de la video) sans partir d’emblée dans les grands débats généralistes stériles qui ne sont pas le sujet ici.

Merci beaucoup pour les liens je vais checker ça ASAP. Est-ce que tu fais référence à Bernays (http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays) et à son célébrissime Propaganda?

Je me suis longtemps interrogé avant de te répondre pour comprendre en quoi j’avais manqué d’humour dans ma réponse. Si je t’ai blessé j’en suis désolé. Je ne voulais surtout pas manquer d’urbanité.

Sur le fond, travaillant pourtant dans l’education et fréquentant des neuroscientifiques, je ne connaissais pas, par exemple, le lien entre télévision et grossesses non désirées; ni même la façon dont certains récepteurs du cerveau sont inhibés afin de nous induire à manger plus. …
L’attention n’est qu’une toute petite partie du problème.
L’exemple de l’enfant devant la télé est un point intéressant. Ce n’est pas son attention qui est monopolisée, mais plutot un réflexe du type du marteau sur le genou; un réflexe dont la stimulation vide justement de la capacité d’attention/concentration.
Il explique très bien aussi (cf Sophie la girafe) que l’attention dirigée est une des bases de l’intelligence.

Un autre point qu’il démontre est que le cerveau, dans ces mécanismes primitifs, peut être facilement abusé. Ces réflexions participent, à mon sens, de la connaissance de soi, et donc de la connaissance de “l’ennemi”. Et donc, dans l’absolu, à être hypothétiquement plus à même de trouver les ressources afin d’en déjouer les pièges.

La ou je ne te comprends pas c’est la comparaison avec les sms ou les réseaux sociaux (ou même les jeux vidéos). Je ne suis pas certain qu’on puisse faire une conférence du même type. Le niveau d’impact social, l’échelle de comparaison, est plutôt celui du tabac ou de l’alcool (est-ce que Super-Mario cause des grossesses non désirées? Comment nier les bénéfices psychomoteurs des jeux vidéos (l’érgothérapie par exemple) quels sont les effets positifs de la télé?).

Sur les statistiques c’est le problème général de l’interprétation des chiffres. Les sondages sont un résultat statistique obtenu depuis un panel dont la fonction est de servir de projection sur l’ensemble de la population. On prend un échantillon, on extrapole.
La question de la validité des modèles statistiques est une des problématiques du chaos. Cependant ici, c’est le processus même de fabrication de toute la science qu’il faudrait remettre en cause. Et les conditions de production de ces données sont très différentes des sondages. Il s’agit d’études menées parfois sur une génération (30 ou 40 ans); ou alors il s’agit de centaines d’études faites par des laboratoires différents dont les données sont croisées…
Le biais semble difficile. Pareil sur le moindre doute quand aux résultats.

Désolé de t’avoir fait perdre un peu de ton temps en ce cas. En regardant cette conférence j’étais un peu comme devant minitel 2.0, redécouvrant un peu la réalité… Stimulé, vraiment stimulé…

Je vais me faire flinguer, mais tant pis. J’avais déjà vu la video. Pour tout vous dire, j’ai même déjà vu le M. en vrai, en conf, et le gars matant le foot en amphi n’était pas moi (j’aime pas le foot). Je ne lui voue aucun culte et j’irais même jusqu’à dire pour des raisons qui me sont propres que je ne l’aime pas vraiment. Ça ne m’empêche pas de reconnaître l’intérêt de son propos.

Je n’ai aucune autorité dans le domaine (gant main gauche mis) même si j’ai un pan entier de ma formation qui concerne les drogues et la chimie du système nerveux, et j’ai comme finalement pas mal de monde ici une “toute petite” connaissance du monde de la recherche faisant partie de tous ces cons sous payés qui se cassent le cul à chercher des trucs dont tout le monde se cogne (mitaine main droite enfilée).

J’ai quelques points qui me viennent en tête dans l’immédiat :

Finalement tout le monde ne s’en fout pas, et des gens (qui souvent la finance) utilisent la recherche pour faire du pognon, et sont d’une certaine façon de plus en plus puissants grâce à chaque nouvelle découverte ==> globalement je dirais que c’est normal. Oui on avance dans notre compréhension du système nerveux, de sa plasticité, de son équilibre chimique, et on s’en sert aussi bien pour rendre des gens malades incapables d’agir que pour nous faire acheter de la merde (enfin pour le moment on ne nous drogue pas pour consommer, mais on induit un comportement). Ba en fait c’est normal aussi ça. Ca va faire ma transition avec le second point, mais le conditionnement ça ne fonctionne que sur un sujet un minimum (surgant enfilé) volontaire. Sérieusement, si on pouvait vous faire arrêter de fumer en passant des clips à la tv, tous les systèmes de secu du monde paieraient des marketeux pour le faire.

C’est là qu’on attaque le point 2, d’une certaine façon les gens sont volontaires, j’oserais même les gens sont cons. Bon là je vais prendre un lynchage en règle “oui le Frenchouille il est imbu de lui même, il prend les autres pour des cons”. Alors tout d’abord, par définition, de base on est tous des gros cons en puissance, qui ne se révèlent que par un intérêt (ou plusieurs heureusement) qui donne(nt) envie d’approfondir une compétence et donc en quelque sorte nous sort de la connerie. En gros on a une somme de stimulations on fait le tri et on dépasse le stimulus dans le domaine qui nous tient à coeur. La où ça coince c’est qu’un enfant a besoin d’être guidé dans sa façon de faire le tri. Et là ou ça coince encore c’est que parfois (putains de gants en amiante on) les adultes sont des enfants qui ne savent pas faire le tri.

Vous allez me dire : ok, il suffit de rendre les gens conscients de ce qui se passe et c’est gagné on encule les méchants publicitaires et les programmes type “kicking my balls”. Et je dis oui, mais il vous restera une bonne moitié de boeufs qui continueront à bouffer de la merde en restant passifs, c’est comme ça. Souvent même ils vous diront d’eux même que “regarder insert random emmission de tv réalité ça me repose le cerveau” Et là c’est le moment ou même en ayant que 26 piges je lâche l’affaire, et que je me dis “je ferai gaffe à mes gosses tant pis pour les autres”.

Bref, mon post est fouillis à souhait, mais en gros : non ça en me gène absolument pas que des gens en profitent, car c’est inévitable à partir du moment ou individuellement le consommateur n’a pas une attitude responsable : franchement, on estime que xstory c’est de la tv prédigérée et qu’il y a bien mieux à faire, mais dans le fond les gens regardent quand même ==> tant pis pour eux. S’ils ne regardent pas, pas d’audience = pas d’émission = autre chose = adaptation du niveau de la publicité au niveau du consommateur. Si on regarde sans aucune arrière pensée (en mode brain off comme j’entends souvent) et que derrière on a une envie subite de commander le produit x dont la pub a été soigneusement choisie en fonction du programme, c’est qu’on est juste con. C’est le point où je diffère par rapport à la video, ce n’est pas un viol, on est consentant. C’est un viol sur les gosses, à la limite sur les gens qui ont des capacités cognitives altérées (à prendre au sens médical du terme et pas comme un jugement de valeur), bref toute personne que l’on estimerait pas légalement responsable pour faire un raccourci, mais chez l’adulte libre et pensant, il n’y a pas grand chose de nouveau, c’est juste une forme moderne de “se faire avoir”, avec une force de frappe en face qui est phénoménale.

Edit ortho rapide, il doit rester des coquilles, je suis pas réveillé

Tellement de <3 pour cette prose, monsieur French. Et particulièrement ce passage-là.

[quote=“Frenchouille, post:16, topic: 53668”]
ous allez me dire : ok, il suffit de rendre les gens conscients de ce qui se passe et c’est gagné on encule les mechants publicitaires et les programmes type “kicking my balls”. Et je dis oui, mais il vous restera une bonne moitié de boeufs qui continueront à bouffer de la merde en restant passifs, c’est comme ça. Souvent même ils vous diront d’eux même que “regarder insert random emmission de tv réalité ça me repose le cerveau” Et là c’est le moment ou même en ayant que 26 piges je lâche l’affaire, et que je me dis “je ferais gaffe à mes gosses tant pis pour les autres”.[/quote]

�?a a l’avantage d’aller à l’essentiel, sans faire dans la dentelle. :smiley:

Bien résumé :smiley:
Le “problème” je trouve, comme avec beaucoup de truc dans le genre c’est que les personnes intéressées par cette conférence ou par le bouquin ne sont à priori pas les “victimes” du sujet en question parce qu’ils savent déjà en gros les tenants et aboutissants, et les autres s’en tapent royalement.
Tout à fait d’accord sinon avec le fait que non, on ne peut en aucun cas appeler ça du viol mental. les gens sont consentants et en redemandent.
Ceci dit j’vais sûrement acheter son bouquin, je pourrai plus(ss) la ramener après l’avoir lu.

D’accord avec Frenchouille (sur le fond, sur la forme tu me feras dix tractions-Bescherelle) mais on peut toujours être partisan d’une politique de l’offre qui est, sans cynisme aucun, une sorte de lavage de cerveau positif.

Une sorte pari de Pascal audiovisuel qui fasse le choix de ne pas prendre les gens pour des cons. C’est toute l’histoire de la démocratie : sinon on ne serait jamais vraiment sorti du suffrage censitaire. Il faut la confiance et en ce moment ce n’est pas vraiment ce qui est le plus abondant. Sauf que les Révolutions ne sont jamais venus du peuple uniquement, spontanément, mais ont toujours été dirigés par une bourgeoisie, élite éclairée, etc. qui a mené une majorité de la population contre les tenants du pouvoir.

Si l’élite choisit de laisser tomber alors le pacte se casse. Voyez les bibliothèques des bourgeois de la Troisième République. Comparez avec le niveau de longue vue et d’incarnation d’une certaine élite actuelle.

Il y a bien évidemment un côté pédant (ça a été évoqué mais je le dit quand même) entre les cons et nous, les imbéciles et les sachants. Moi je sais, eux en seront incapables de toutes façons. Et bien c’est une forme de cynisme et les Lumières n’ont pas réveillés les consciences sur une base de cynisme immobilière.

Et du cynisme ce n’est pas ce qui manque en ce moment !

Sur le fond je suis d’accord mais pas sur les conséquences et les actes. Et pour appuyer ce propos, comme on est sur un site de geeks, je vais citer Steve Jobs :

“When you’re young, you look at television and think, There’s a conspiracy. The networks have conspired to dumb us down. But when you get a little older, you realize that’s not true. The networks are in business to give people exactly what they want. That’s a far more depressing thought. Conspiracy is optimistic! You can shoot the bastards! We can have a revolution! But the networks are really in business to give people what they want. It’s the truth.”

C’est toujours le premier argument à sortir pour faire avancer vraiment la discussion : et s’il n’y avait pas un plan rationnel établi depuis le départ (un postulat qui marche toujours bien chez nous autres bons cartésiens) alors il y a des gens libres, dans une certaine mesure, d’entendre ce qu’ils veulent entendre. Est-ce pour autant une raison pour leur laisser entendre des sornettes ?

Allez-vous faire le pari du cynisme, gens éclairés ?

1 Like

Et je présente mes plus vives excuses sur ce point, j’ai passé la journée dans un état second pour cause de maladie, et fini sur un lock down de mon taff pour colis piégé, ce qui ne m’empêchera pas de faire pénitence pour la moyenne de 2 fautes par ligne. J’ai relu un coup à l’instant, mais il y avait tellement d’erreurs que j’ai encore du en laisser, n’hésitez pas à les pointer. Merci.