Ubisoft pas si soft

La Une de Libé ce jour, j’ai pris l’abonnement à 1 Euro pour 3 mois et j’ai lu. Je vous conseille l’article.

Hélas, ça existe encore et probablement, ça existera toujours à moins d’un changement radical de toutes les chartes de travail.

C’est pas un problème de charte de travail mais d’état d’esprit général et vu comment la vague #metoo est écrasée à chaque rebond qu’elle fait en France, ce n’est juste pas du tout étonnant ces revelations. On file bien des césars à des pédophiles reconnus, alors des postes de direction à des prédateurs ya pas de mal…

La mentalité française n’est pas prête à lutter contre ça, au contraire elle l’embrasse et ce qui se passe à Ubi n’est que la conséquence du comportement général de notre société.

Si vous avez des liens sur les actions sur Twitch & Youtube, je suis intéressé.

8 J'aimes

J’étais dans une grande banque et on avait un règlement du personnel / charte de travail, le vrai nom : code de conduite, et c’était très stricte à ce sujet là. Donc c’est possible à mettre en place.

1 J'aime

C’est un problème profond de mentalité, dans beaucoup de sociétés et de cultures. Très vite, on touche aux sphères privées des individus quand on évoque ces sujets là. Et c’est tendu.
Car pour beaucoup d’hommes, c’est la norme, c’est ainsi.

Les chartes de bonne conduite, en milieu professionnel, ne font pas tout.
Mais elles nomment les actes par ce qu’ils sont vraiment et à force d’en parler et de répter, les fautifs assimileront que leurs actes/propos sont déplacés / anormaux / illégaux…
Sans empêcher le mal de se faire malheureusement, ça peut éventuellement participer à le réduire.

Moi ça me parait dingue qu’on soit obligé de dire à un homme : Si ta collègue à un décolleté ou une jupe, ce n’est pas un blanc-seing ou une invitation de sa part pour la violer dans le parking.

Mais quand on voit certains gars… bah c’est nécessaire :frowning:

2 J'aimes

Sinon les boîtes peuvent aussi appliquer des sanctions. Ça va plus vite pour faire changer les choses en général.

5 J'aimes

This.

2 J'aimes

Et c’est bien là le problème. Dans combien de ces boîtes les personnes responsables de donner ces sanctions sont aussi celles qui ont ce genre de comportement ?

Meme sans ca, ca peut couvrir plus ou moins consciemment les coupables parce que c’est sur un meme niveau hierarchique. Voir inferieur. Si le boss fait rentrer un mec, comment une personne lambda aux RH peut lutter contre ca. C’est completement systemique, et ca changera probablement pas facilement.

Hier est sortie la 2eme partie de l’enquête de Libération. Elle se concentre sur la RH et sur Serge Hascoët, numéro 2 du groupe et directeur du pôle Edito, pôle mis en cause régulièrement dans la 1ere partie de l’enquête.

image

1 J'aime

Et double post, car pendant la nuit, la nouvelle est tombée : Serge Hascoët et la directrice RH ont quitté leurs poste et Ubisoft.
Un directeur à la tête du studio de Montréal quitte aussi le navire.

Tout ça à la veille d’une conférence pour présenter les nouveaux jeux.

1 J'aime

En espérant que ça change vraiment quelque chose…

Ca va aider.

Ouep, ça aide toujours, les successeurs feront forcément bien plus gaffe.

En revanche, je me demande si la culture du crunch, work hard play hard du JV, ne favorise pas ce type de comportement.

Quand tu bosses comme un âne, forcément poussé par le management, tu es déjà dans une culture de soumission et de harcèlement.

1 J'aime

Il me semble que justement, avec son format industriel et ses ouatmilles employés, Ubi est peut être une des boites JV qui pratique le moins le crunch.

Je parierai pas la dessus. Quand faut shipper, faut shipper.

1 J'aime

J’étais aller à Ubi Montreuil dans les 15 jours avant de shipper GR Breakpoint et les gars bossaient beaucoup mais ceux avec qui j’ai pu parler étaient quand même relativement « zen ». Ça reste dans le cadre d’heures sup faites comme dans n’importe quel taf où la réglementation est suivie. (limite d’heures, payées, etc)
Même pour la War room post launch (pendant les 15 jours suivant la sortie, des équipes se sont relayées H24 pour couvrir les bugs de la sortie).

1 J'aime

T’es passé pile dans le creux de la vague en fait :slight_smile:
15 jours avant, c’est la fin des sub, les versions pressées sont livrées depuis quelques semaines deja.
C’est un peu le relâchement quand seulement 4 personnes sont sur le patch Day1, et les équipes « contenus » ont fini leur taff depuis quelques semaines/mois - en theorie.
Ca crunch pas toujours tous en même temps, pas toujours avec la même intensité.

Je sais pas si c’était la vague mais le studio était en full effectif et bossaient tous à fond encore dessus.

Ubisoft c’est la rançon de son modèle industriel.
Des avantages de structures mais les mauvais côtés de la prod en chaîne, sans âme, etc
(et pour bosser dans l’industrie, ce qu’on leur reproche actuellement ça peut aussi en faire partie, ils n’ont malheureusement pas l’exclusivité de ce genre d’ambiance… :sweat:)

Pourtant ils avaient tenté de redorer leurs images bien avant le scandale, preuve que certains avaient bien identifié un soucis de ce coté là…