Une bonne nouvelle pour les artistes ?

Voila je viens de voir passer ca.
Est ce que cela permetteraient aux artistes independent d’etre mieux promu ?

Donc Amazon, lance le pressage de CD à la demande.
Et meme le pressage de livre !

En gros un artiste propose son oeuvre. Et amazon lui en echange, lorsque la commande est validée, elle presse le cd ou le livre !
Impenssable hier, possible aujourd’hui.
Je ne pense pas la fin des maisons “editions”, car il y a de la promo, la conception etc etc.
L’artiste devait le faire au pire par lui meme.

La revolution d’accés à la culture va t elle encore franchir un pas, ou c’est juste un petard mouillé ?
Qu’en pensez vous ?

Allez sur ce site : CreateSpace

liste des tarifications pour un cd (merci kzi) ici

Source

super idée sur le papier, mais j’ai pas reussi a trouver le cout par CD

kzi j’ai edité B)

j’aimerais savoir par exemple si fask lorsqu’il edit un titre il gagne autant ? en royalites ?

attention les prix c’est pour le E-shop. Amazon c’est 40%

ok je regardais pas du tout au bon endroit.

c’est pas scandaleux comparé a ce que prennent le distributeur et le major pour un disque dans le commerce.

mais pour leur exemple support de vendre un CD audio a 25E, bon courage. pour un CD a 15E ca fait deja plus que 7.80 mais ca reste honnete. (pour un pressage ‘on demand’, les charges fixes sont moins importantes par lot)

bon par contre la ou c’est pas clair, c’est que d’un coté tu parle de pressages, de l’autre ils facturent des CDR. ce qui n’est pas franchement la meme chose.
EDIT: l’overview le confirme, c’est du CDR.

Je ne sais plus trop ou (une fnac ?)…une machine en demonstration permettais l’edition de livre ou le gravage de cd…c’est un bon plan pour les auteurs de livres qui pleurent quand, au bout de 3 mois, leurs oeuvres partent au pilon…

Ca m’a pas l’air mal ce petit truc là … et comme disait Kzi ca m’a pas l’air scandaleux au niveau distri . Why not ? B)
Ils font pas de vinyls, je suis affreusement déçu :smiley: B)

En tant qu’artiste (d’ascenseur), mon point de vue est simple : je ne vois pas l’intérêt. Le CD est entrain de crever, le medium de prédilection pour un jeune artiste qui se lance, c’est clairement le digital (mp3 ou wav). Et s’il s’agit de se graver des cd pour faire sa promo (donc, les envoyer à des labels), autant le faire chez soi, sans qu’Amazon ne prenne sa comm.

Le seul avantage qu’on peut y voir, c’est d’être présent sur un portail de la taille d’Amazon. Sauf que, comme cela est accessible à tout un chacun, sans restriction, je vous laisse imaginer l’embouteillage que va générer ce concept d’ici quelques mois, voire quelques semaines. Du coup, bon courage pour sortir du lot. Alors, oui, les “royalties” sont un peu plus importantes que lorsqu’on passe via un label (ou c’est généralement du 50/50), mais vous oubliez un truc : Amazon fait zéro travail de promotion, et ça, c’est super important.

J’adore Ratiatum hein, mais ça me fait pisser de rire de lire “C’est donc toute l’industrie culturelle dans son ensemble - du moins dans son activité d’édition - qui est rendue complètement caduc.” Sérieux, quoi, les effets d’annonce, faut arrêter. L’édition, ça ne se réduit pas à graver des CD. B)

Quand on signe sur un label, on profite de son réseau de contacts, de sa structure de promotion et de distribution. Amazon n’offre rien de tout ça. Et croyez-moi, ça prend du temps ces conneries. Faut choyer son entourage, les tenir au courant des sorties, leur envoyer les mp3, demander du feedback, recibler ses produits, etc. Si les labels existent, même les netlabels, c’est pas juste pour faire joli ou donner de la crédibilité à vos morceaux. Il y a aussi une structure qui vous soutient derrière.

En gros, pour moi, ça va juste donner l’illusion à Robert, qui fait un peu de gratte dans son garage, que les voix du succès sont à sa portée. Et à Amazon, au passage, de se faire un peu de thunes en profitant de l’effet d’appel que va générer le concept. Ca s’adresse donc avant tout aux amateurs qui veulent le rester, pas aux artistes qui cherchent à percer. Et certainement pas aux netlabels, qui ont déjà à leur disposition d’autres outils confirmés et performants (comme CDJshop, par exemple).

Edit : J’ajouterais, pour tempérer, que c’est une réaction normale (et intelligente) de la part du secteur de la distribution, probablement la première d’ailleurs. Soyons clairs : à terme, les intermédiaires sont voués à disparaitre. Les labels et les artistes vendront directement leurs produits au consommateur, on n’y coupera pas. Face à ça, Amazon fait le pari de recentrer sa distribution pour rester dans la course. Et c’est un joli pari. Qui va probablement payer. Mais qui ne changera pas non plus la face du monde pour les “professionnels de la profession”.

Merci Fask pour l’analyse .

Moi je m’y interesse surtout pour le côté livre, malheuresement c’est pas encore très exploitable pour nous.

Déjà, tout est basé aux USA, donc c’est un peu pénible au niveau auteur… m’enfin, rien d’insurmontable. Là où c’est plus chiant par contre, c’est qu’ensuite ça n’est pas vendu sur les sites amazon internationaux, c’est à commander sur le site amazon US, donc avec des frais de port pour le client que je vous laisse imaginer, et un délai de plusieurs semaines. Et puis on perd le côté “tomber dessus par hasard sur amazon.fr”.

Si un jour ils internationalisent un peu ça par contre, ça pourra devenir super interessant.

Je suis d’accord avec Faskil, ca changera pas grand-chose.
Un point seulement:

C’est le truc que je fais jamais. On me conseille toujours 40 livres/DVD (des trucs Firefly, evidemment), mais si je vais sur Amazon, c’est pour acheter un produit specifique, le reste pffrt.
Je sais pas, et c’est surtout ce qui me decoit dans ce concept: une fois l’effet de nouveaute disparu, qui va aller chercher dans les recoins?

Il faut oser Neomatt, il faut oser.

Pour les livres c’est vrai que c’est déjà + convaincant que pour la musique.
J’imagine la facilité pour les BD amateurs par exemple. Un lien sur le site officiel des auteurs qui mène à la page amazon et les amateurs peuvent apprécier l’oeuvre dans un joli album cartonné. Je ne trouve pas ca ridicule à ce niveau là, car les livres et BD c’est quand même + agréable sur papier contrairement à de la musique qu’on s’empresse d’encoder dès qu’on achète un nouvel album.

Evidemment, ce n’est interessant que pour les amateurs vu que comme le soulignait Faskil amazon ne fera AUCUNE promo de votre oeuvre.

oui mais internet c’est aussi la magie du Buzz ou la promo par le talent à portée de tous .

Sauf que la plupart du temps, ces pseudo-buzz sont générés par des labels qui ont déjà signé l’artiste, donc c’est un peu du pipeau (Kamini, sérieux, vous avez vraiment cru qu’il avait été découvert par une major grâce à sa vidéo sur le net ?).

euhh…ouais…
bon j’avoue je suis naif .
mais quand meme , mentir effrontement comme ca ?
si ?

[quote=“Patryn, post:15, topic: 45583”]euhh…ouais…
bon j’avoue je suis naif .
mais quand meme , mentir effrontement comme ca ?
si ?[/quote]
Le pipotron autour de Diam’s est encore plus fun B)

Ah, je me disais aussi qu’elle s’etait mise a genoux pour etre celebre. B)

Un lien, une source ?
Une délation publique ?
URL DU PAMPHLET!§ B)

je reste globalement d’accord, mais quelques exemples permettent de croire encore a ca
Lorie ou les Arctic Monkeys …

Un article (en anglois) plutot bien branlé, qui fait quelques calculs sur ces modes de distribution online.

http://www.theregister.co.uk/2007/03/21/st…_myspace_maths/

Ca refroidit direct.