Wtf? drm dtc!

Les DRM c’est cool. Tellement cool, que petit à petit, les différents sites de vente en ligne ferment leurs plateformes de validation de DRM. Après (entre autres) Microsoft et Sony, c’est au tour de Yahoo ! Music d’annoncer la fin de sa plateforme de musique « verrouillée ».

[center]
Rihanna, l’interprète de « Don’t Stop The Music » en homepage du site. Vous aussi, vous la sentez l’ironie ?
[/center]
Censés empêcher l’hémorragie de la musique sur le net, les DRM peinent à convaincre réellement. D’autant que le revers principal de la médaille est l’absence d’interopérabilité entre les différentes plateformes. Votre compil’ Crazy Frog achetée sur Yahoo! Music ? N’espérez pas la mettre sur votre iPod pour l’écouter dans le bus. Un comble quand les morceaux sans DRM fonctionnent sans problème, quelle que soit la machine ou le lecteur.

Mais haut les cœurs ! Bientôt, vous pourrez écouter Crazy Frog dans le bus. En effet, Yahoo! Music recommande aux acheteurs, dans le mail qui les prévient de l’arrêt de la plateforme, de graver la musique DRMisée sur CD, pour éventuellement la ré-encoder derrière, sans DRM cette fois. Parce que passé le 30 Septembre 2008, aucune nouvelle licence d’activation ne sera délivrée. Pouf. Apu musique. Fini.

[center]
KKTHXBYE!
[/center]
Ce retournement de veste tend à montrer une fois de plus que la présence de DRM n’est finalement une gène que pour les acheteurs de contenus protégés. Pourtant, à en croire l’interview de Pascal Nègre en janvier dernier (qui s’est pour une fois abstenu de toute métaphore aussi originale qu’inadaptée), dans le cadre de l’offre actuelle en matière de musique numérique, « les DRM ne sont pas le vrai problème », quand on « peut se procurer la musique gratuitement à coté ».

La preuve est cependant faite qu’ils représentent en l’état une contrainte réelle pour les utilisateurs finaux respectueux de la loi, des artistes, et des labels.

Il est d’ailleurs intéressant de se poser la question des DRM dans d’autres domaines, comme par exemple dans le jeu vidéo (au pif là, comme ça, hop), notamment avec l’utilisation grandissante des activations online (comme on a pu le voir avec BioShock, procédé abandonné depuis, ou celles encore utilisées par EA pour Mass Effect sur PC), ou dans les solutions « tout numérique » comme Steam, où l’acheteur est totalement dépendant de la stabilité et de la pérennité de la plateforme. Qu’adviendra-t-il de vos jeux si Steam ferme demain ? En tout cas je connais des joueurs de Team Fortress 2 qui feront la gueule.

Pour ce qui est du service Music Unlimited (un forfait par mois qui donne accès au catalogue complet en streaming, et à une réduction en cas d’achat de titres), Yahoo ! a décidé de transférer ses abonnés à Rhapsody, la plateforme issue d’un partenariat entre Real Network et MTV Network. Les anciens clients du Big Purple pourront ainsi continuer à profiter d’un service avec abonnement. Au moins jusqu’à la fermeture de Rhapsody. :slight_smile:

Pour conclure sur une note totalement alarmiste, je me contenterai de citer Engadget : « Now imagine what would happen if iTunes shuttered its store - Steve won’t be around forever you know. »

Vous avez pas compris, il ne faut pas penser acheter un morceau de musique, mais seulement pensez que vous vous abonnez à un service, et donc pour cela, il vous faut le bon décodeur lié au service. Si vous voulez 3 services, vous achetez 3 décodeurs.

On n’achète pas le décodeur canal sat avant de s’abonner à canal sat voyons, vous avez rien compris à l’esprit Major.

Bon, je suis pas crédible dans ma démonstration, j’arrête la.

Perso j’attends avec impatience, l’activation du HDCP ( la protection numerique sur les TV) ca risque d’être drole aussi.

Steam n’est absolument pas nécessaire, et crois moi que les gars de valve ont bien pensé à ça. (Je te retrouverai l’article si tu insistes, il faisait suite a la fermeture du truc équivalent chez 3DRealms). Sinon, bon débarras, un site moisi de plus qui ferme, on est bien censé s’en réjouir non ?

DIE DRM DIE !!!

(et je sais de quoi je parle)

Finalement, c’est bien un précédent de ce genre, ça va permettre de le balancer à la face des gens qui défendent encore les DRM contre vents et marées.

Je suis pas pour les DRM, mais voilà pour info :

C’est une bonne solution je pense.

Ou du zonage des jeux. Parce que moi j’adore trop devoir racheter une Xbox360 en double juste parce que j’ai demenage sur un autre continent. Je suis comme ca, moi, j’aime remplir mon salon.
Voire meme du zonage des profils, genre gamertag ou zunetag. Parce que j’aime aussi (pour la meme raison) n’avoir que l’option de telecharger des films en VF et des extraits d’emission M6. Ca me permet de garder un lien avec la France, c’est bien, hein, remarquez. Nostalgie, mere patrie, tout ca.

Donc ouais, DIE DRM DIE (mais pour les produits consommateurs… y’a, en tous cas en theorie, des utilisations valables du DRM, comme par exemple pour proteger des documents sensibles en entreprise).

Il y a quelque temps, j’avais lu un article d’un journaliste expliquant comment il avait perdu toute sa bibliothèque.
En fait, c’était assez simple, il achetait sa musique sur un site qui lui filait des fichier WMA avec DRM à lire sur son PC.
Un jour, son DD crash, il a pas sauvegardé la licence (ou ne fonctionne plus, je me souvient plus), il a tout perdu.

De toute manière, la RIAA & co fait marche arrière. On le voit bien avec la disparition progressive des DRM et l’apparition des plates-formes comme deezzer.
On va arriver au fur et à mesure à un systèmes potables.

Je ne suis pas certain qu’on puisse déjà crier à la mort des DRM, malheureusement. Par contre, ce genre de “mishap” est clairement une bonne chose pour éduquer les gens aux dangers de telles protections.

J’ai pas compris la remarque sur ITunes à la fin de la news. Il me semblait qu’il n y avait plus de DRM avec les morceaux achetés dessus non?

les tracks sur iTunes sont encodés avec FairPlay, la techno DRM d’Apple. Mais en 2007, ils ont mis en place la possibilité, avec EMI, de telecharger des tracks pour $.30 de plus par track, sans DRM. Puis ils sont revenus au prix de $.99 a l’ouverture de la plateforme de vente en ligne d’amazon. (source : wikipedia au dessus). Ce sont les chansons “iTunes Plus”

J’avoue ne pas avoir d’info claire là dessus, mais il me semble que tout achat antérieur a cette période, et tout achat hors “iTunes Plus” est encore encodé avec FairPlay. Ce qui donne lieu a certaines restrictions. Et a priori, toutes les chansons ne sont pas dispos en mode premium ++ sans DRM. (je suis preneur d’infos, j’ai pas iTunes sur le pc pour pouvoir verifier)

Le service de DRM ne fonctionne plus ? Tant pis, on télécharge l’album en p2p, c’est tout. On l’a acheté quand même. Faut vraiment arrêter cette comédie.

La comédie, c’est que Légalement, tu sera en infraction avec la loi, et c’est là ou est le problème.

Tu pense acheter quelque chose dans la légalité, et puis poum, on te dit quelques années plus tard que seule l’illégalité est pérenne…

Mais à part ça rien hein…

J’imagine mal l’exemple (extrême) d’un type qui a acheté 5000 morceaux avec DRM et condamné parce qu’il a re-téléchargé ces mêmes morceaux en p2p sans DRM. Mais bon c’est vrai qu’avec les zigotos à la tête des sociétés de droits d’auteurs, il faut s’attendre à tout.

En fait, c’est beaucoup plus compliqué que ça. Je vais essayé de faire simple… Qu’un juriste me reprenne si je m’égare, on ne sait jamais… Je ne suis pas non plus super à jour.

Le droit a la copie privée existe, quoiqu’en disent ses détracteurs. C’est dans la loi, sous forme d’exception, et ça signifie qu’un ayant-droit ne peut s’opposer légalement à la copie d’une œuvre tant qu’elle reste dans le cercle privé.

Sauf que comme je le disais, c’est une exception, pas un droit. En gros, ça veut dire que si le support est protégé contre la copie, vous n’avez aucun recours. Et vous n’avez pas le droit de contourner les DRM. Donc pas de copie privée pour vous.

Là où c’est beaucoup plus flou, c’est au niveau de la légalité du téléchargement dans ce cas-là. En théorie, ce n’est pas illégal. Tu as parfaitement le droit de télécharger des MP3 dont tu possèdes la license d’utilisation (= tu as le support original). Mais par contre, tu n’as pas le droit de partager ces MP3. Donc, si on s’en tient à ça, le MP3 que tu télécharges est illégal, mais le téléchargement est légal.

Oui mais du coup, légal ou illégal ?
Un aspro ?

Faskil

Si tu ne fais que télécharger, dans le cadre de la loi belge et française, tu es encore assez bien protégé (sauf contradiction par Dadvsi, mais j’ai un peu lâcher l’affaire).
Seulement, la grosse majorité du téléchargement se fesant via peer-to-peer, lorsque tu télécharges, tu upload également, par définition, une partie du fichier. Ce qui est illégal.

De même, la source qui met à disposition (en dehors du cercle privé) le “premier” fichier est illégal également.

[souvenir des bancs de l’ULB mais je ne suis pas juriste]

Oui, bon exemple, dans le cas du P2P, l’upload est (a priori) automatique. Par contre, via des NG ou en download direct, c’est de nouveau l’Aspro. A priori, je dirais que DAVDSI ne remet pas en question la fameuse licence d’utilisation et le droit à la copie privée mais, comme toi, j’ai un peu lâché l’affaire suite aux nombreux amendements et remises en questions…

http://www.p-s.fr/index.php?post/2006/08/0…ivee-en-miettes (un peu vieux peut-être)

En fait à l’époque du DMCA les détracteurs avaient critiqué une restriction très forte du Faire use.

tiens presque pile poil pour illustrer le sujet

http://stopdrm.info/index.php?2008/07/27/1…egitime-defense

résumé: trois militants ont volontairement cassé des DRM pour 1) lire un DVD sur linux 2) copier un cd audio sur un balladeur 3) a publié sur le net des outils pour casser les DRM.

le tribunal de première instance a classé sans suite parce que la loi interdit de poursuivre la personne irresponsable pour cause de "troubles psychiques, légitime défense ou force majeure ". Si on suppose que “trouble psychique” n’est pas synonyme d’acheteurs de produit plein de DRM (quoique), le tribunal s’est certainement basé sur l’exception de force majeure. Il n’y avait pas d’autres moyens pour profiter du produit acheté légalement.

Cela va dans le sens de la décision du Conseil d’Etat rendant un avis autorisant la désactivation des DRM par décompilation (à vérifier).

On en retient que c’est la jurisprudence qui mène la construction juridique dans le domaine des DRM/copyright (la prédominance de la jurisprudence est plus une tradition juridique anglo-saxonne, n’est-ce pas?) et que DADVSI a bien du mal à trouver sa place.