And the winner is... You

En plus, je ne pense pas que l’influence se mesure en fonction du fric généré. Alors c’est sur qu’au final, la caillasse, elle va dans les poches de Google, des hébergeurs de blogs ou des fournisseurs de solutions web 2.0, pas vraiment dans celle des internautes. Cependant sans l’apport des internautes, des “webkikoololeurs”, ça ne reste que des coquilles vides, avec pour principaux clients et fournisseurs les internautes. D’où l’intérêt de rendre hommage à tout un chacun, qui apporte par chacune de ses contributions (ceci exclut de fait les skyblogs) une pierre à l’édifice culturel et sociologique du web moderne.

Ah bah oui mais non mais euh… En fait je répondais à Kelp qui disait que le Times présentait la chose comme si la révolution avait eu lieu et que tout était fini. Alors que dans l’extrait, ils disent que “Web 2.0 is a massive social experiment, and like any experiment worth trying, it could fail.” Alors je disais que peut-être le reste du Times présentait le “Web 2.0” comme étant un accomplissement, mais que moi j’avais surtout l’impression qu’ils le présentaient comme l’amorce d’une grosse évolution.

Ha bah non justement, le “web 2.0” sans un cote de partage de revenu a terme il manque quelque chose B) et le gars qui fera une solution de micro paiement efficace dans les deux sens et qui marche mondialement se fera des couilles en or. Racheter paypal seraient une bonne idee si c’etait pas deja fait…

Histoire d’élargir vaguement le débat : C’est pas tellement l’internaute lambda en tant que tel, décideur du futur de demain de l’internet qui est en train d’être révolutionné, qui est remercié/récompensé, c’est lui en tant que fournisseur de données personelles grâce auxquelles des entreprises commerciales s’enrichissent sous des prétextes “sociaux”.

Je raconte mal, mais en gros : cf un article de Newsweek :

Why is everyone so happy in Silicon Valley again? A new wave of start-ups are cashing in on the next stage of the Internet. And this time, it’s all about … you.

Je cite Karl @ la-grange.net (d’où je tire ce lien) :

L’article [ndGabu: de Newsweek] relativement long insiste sur la nouvelle génération de services Web qui ont été conçus pour vous rendre service, pour vous chérir, … S’il y a bien quelque chose que je ne supporte pas dans le domaine de la relation clientèle, c’est la malhonnêteté intellectuelle. Je ne pense pas que Stewart Butterfield et Catherina Fake soient des imbéciles, ni des naïfs. On ne conduit pas une entreprise commerciale comme Flickr ® au niveau où elle est arrivée et en la vendant à une multinationale comme Yahoo! ® si l’on n’a pas un minimum le sens des affaires. Je n’avale pas. Non, non et non, ce n’est pas « all about me » Toutes les entreprises du Web 2.0 sont là pour faire du commerce, pour exploiter vos données personnelles afin de les faire fructifier, parfois même en vous faisant payer.

Source : http://www.la-grange.net/2006/03/29.html et http://www.la-grange.net/2006/05/05.html pour des précisions/éclaircissements.

A lire, tout ça me fait friser la parano, alors je limite sévèrement ma contribution à cette vile démarche B)

On reconnait bien les suppots du grand capital ici B) B) (je parle de Gloppy ici, pas de Gabu)

Bêtise à part (j’en dis beaucoup), je pense que la notion de « partage » est plus importante pour une grande partie des interacteurs (terme sous copyright, pourri mais sous copyright) actuels que l’éventuel bénéfice personnel qui pourrait en être tiré. La preuve en images ? ici :smiley:

Et c’est à ce titre, aussi, que je pense que l’on mérite tous (oui, même moi) les honneurs du Times.

Sur ce, je retourne à Titan Quest moi :smiley:

Edit :

En ce qui concerne ce qui est dit plus haut, évidemment, le but c’est de gagner de l’argent. En se basant sur la longue traine, à savoir les micro marchés ultra spécialisés, qui se regroupent en communautés (comme par hasard euuuh, ici ?), et sur d’autres concepts que Tim O’Reilly exprime bien plus intelligemment que moi. Maintenant, l’aspect paranoiaque de « mes infos servent à tout le monde », j’y crois moyennement. Parce que ce qui intéresse les entreprises, c’est pas de connaitre tout sur tout le monde, c’est juste de savoir qui est susceptible d’acheter sa marchandise à l’instant T, et qui peut servir à vendre sa marchandise à T+1 (y voir la relation prescripteur<->prospect).

Demain, la publicité pour les entreprises que l’on aime, que l’on supporte et qui nous le rendent bien, c’est nous qui la ferons. C’est ça aussi, la force du web 2.0 :stuck_out_tongue:

[quote=“HagakurE, post:16, topic: 32210”]Ca corrobore ce que je lit tout les jours B)

Nous prenons possessions de notre monde[/quote]

A noter que cet article est une repompe du dossier “nerds” du technikart d’il y a deux mois. En moins complet.

On a pas attendu demain B) ou alors c’est le decalage horaire ou quoi, mais le fanboy de base ca existe depuis la nuit des temps. Il avait deja la parole. Il l’a toujours eut. Le Fanboy a une grande gueule bien ouverte. Maintenant… lui donner une audience et naviguer dans un univers au rapport signal bruit assez faible… ca c’est le powah 2.0 :smiley:

Merci pour l’edit, j’l’avais presque pris pour ma pomme, pendant un quart de poil de seconde :smiley:

Il y a juste un détail qu’il me semble important de préciser :

Oui, mais en fait, ce que je tentais (bien mal, je l’avoue) de mettre en avant, c’est pas vraiment ça, mais plutôt le fait qu’en acceptant de divulger leurs données persos, ou d’accepter d’en donner autant, quels que soient les services concernés, les gens ne se rendent pas forcément compte de l’impact que ça a ou que ça peut, ça va, avoir sur leur « liberté », leur « anonymat », etc., j’arrive pas à trouver le mot juste, mince. Confier sa vie online, son organisation, ses données, à des services commerciaux, même s’ils sont sympa/fun/innovant/dignes de confiance pour l’instant est plus risqué qu’on ne croit - après tout, ce ne sont que des entreprises commerciales qui peuvent, du jour au lendemain, changer de politique, ou whatever, et te rendre « prisionnier » du fait qu’on a, je sais pas, toutes ses photos archivées sur un site et qu’on peut plus les récupérer parce qu’il est devenu payant et qu’on veut pas, un truc du genre.

Pour résumer, je recite Karl, parce que j’ai du mal à être claire et que le copier-coller c’est plus simple ce soir :

Dans l’article, je ne reproche pas aux sociétés d’utiliser les données personnelles pour générer des revenus. Je reproche qu’elles le fassent de façon silencieuse. Lorsque vous utilisez un service de courrier électronique en ligne (gmail, yahoo!, hotmail), un service de messagerie ou tout autre service de ce type, vos données personnelles et le contenu de vos messages sont analysés pour créer des revenus publicitaires plus ou moins ciblés. Si ces sociétés expliquaient vraiment les implications de l’utilisation de ces services, les utilisateurs pourraient avoir un choix plus responsable…

Alors oui, évidemment, les geeks, les « avertis », savent tout ça, connaissent les conséquences et les acceptent - après, il y a le gars lambda, ou la dame normale, qui n’y connaissent pas grand-chose ou ne voient pas le mal partout, et qui ne réalisent sûrement pas l’impact que ça a.

Bref. Oui, okay, on s’éloigne sûrement du débat et on s’en fout probablement un peu, mais en fait, non, moi, je m’en fous pas, et j’avais envie de préciser les choses, voilà. Vous pouvez reprendre une activité normale.

La même news version Daily Show B)

Juste par curiosité, est-ce qu’il y a déjà eu comme “personne de l’année”, “Monsieur Télé” parce que je trouve que la télé a (eu) un impact beaucoup plus important que Internet. Elle est dans beaucoup plus de foyers dans le monde que Internet, elle est plus accessible et surtout elle reste le média le plus influent pour les grands événements, les grandes décisions (élections présidentielles par exemple). Les journalistes télé par exemple ont donc une grande responsabilité (comme les animateurs, etc). Je trouverai donc bizarre que Monsieur Télé n’ai jamais été reconnu comme personne de l’année.

Update: les chtits gars de Something awful ont pondu un article bien incisif à ce sujet. J’avoue être d’accord sur pas mal de points (pour avoir lu l’article en entier)