Empreinte carbone du numérique ( et autre considérations écologiques à l'aune du savoir dispo en 2019)

La Tech nous envahit chaque jour un peu plus , partout, tout le temps.
Pendant longtemps je pensais que c’etait des batteries, Electricité nucleaire donc impact carbone nul ou si peu.
Puis j’ai reflechi à l’empreinte ecologique et je me suis dit que ca doit etre quand meme important. Les produits se democratisent mais surtout se renouvelle tres tres ( trop) souvent. J’ai cherché des infos sans succés pendant pas mal de temps . Mais là ca commence à sortir et les premiers chiffres sont pas bons :

  • Cette empreinte représente 4 % des émissions de C02 mondiales. Ce chiffre n’était que de 2,5 % il y a deux ans.
  • Sa progression est d’environ 10 % par an actuellement et, à ce rythme, l’empreinte du numérique représentera celle de la flotte mondiale de voitures dans deux ans.
  • Pour rester dans les limites d’un scénario + 2 °C à la fin du siècle, l’empreinte du numérique devrait baisser de 4 % par an.
  • L’écart est donc de près de 15 % entre la réalité et ce qui ne devrait pas être une fiction (mais y ressemble beaucoup), à savoir la sobriété numérique.
  • Par ailleurs, l’intensité énergétique de l’industrie du numérique augmente de 4 % par an (celle du PIB mondial baissant actuellement de 1,8 % par an)

Voilà voila. Maintenant on sait .

Alors la sobriété numerique , on fait comment ? vous avez des idées ?

Source : Jean-Marc Jancovici, président de The Shift Project

3 Likes

Il en a parlé à Viva Tech, je ne sais pas si c’est là ou non que tu en as entendu parler :

De manière générale toutes les vidéos de sa chaîne Youtube sont intéressantes sur le sujet climat-énergie. La dernière audition qu’il a donné à l’Assemblée Nationale est un bijou du genre (note : c’est très drôle aussi de voir l’AN lutter pour trouver un adaptateur VGA :p).

Ce mec est à suivre et à écouter.

3 Likes

oui je le suis depuis 2006 environ . il avait tout prévu , y compris les gilets jaunes et des 2010 . et poour l’instant il ne se trompe pas.
cette intervention de 2013 est tres intéressante à regarder avec 6 ans de recul .

4 Likes

A noter qu’il n’est pas du tout passé inaperçu de la classe politique. Sans vouloir lancer loin de là un débat politique, c’est plutôt rassurant de savoir qu’il a été nommé par Macron à la tête du Haut Conseil pour le Climat.

helas il dira tout ce qu’il faudra dire mais il ne peut pas influencer la politque, j’ai bien peur qu’il ne soit le “genie” utile du gouvernement. bref…

1 Like

C’est sûr que le temps politique est un temps beaucoup plus lent pour les nouvelles idées. Mais ça commence à faire quelques temps que The Shift Project travaille sur la partie décideurs du monde des entreprises. Et ils essaient de concentrer les politiques sur quelques sujets clés (cf. leur site et les 9 “priorités” européennes qu’ils mettent en avant).

Ça me fait penser un peu à Piketty qui a réussi à faire percer pas mal d’idées à contre-courtant lorsqu’il a sorti son livre Pour Une Révolution Fiscale. Pour un économiste qui par ailleurs est de gauche, il a réussi à convaincre pas mal de monde même à droite (et paradoxalement en remettant en avant ce qu’étaient les bonnes politiques fiscales des USA du XXème… pas le pays auquel on pense en premier en matière de justice fiscale de nos jours ^^).

Ce sont des approches lentes, et ce ne sont pas des idéologues. Ils ne surfent pas sur l’émotion populaire pour faire bouger les décideurs. Et quelque part ce n’est pas plus mal, parce que la politique pilotée par les émotions ça ne donne quasiment jamais de stratégies fructueuses à long terme.

2 Likes

C’est juste que le tempo politique est trop long. on a pas le temps de les attendre. Faut rentrer en Economie de guerre . Déployer les mêmes efforts que lors de 39-45 .

Hahaha! :joy:

Désolé mais comment dire que ça n’arrivera pas? Les gens sont bien trop occupés à se vautrer dans le populisme et la peur de l’autre très à la mode en ce moment pour imaginer réagir sur la question environnementale sur laquelle il est si facile de penser qu’elle est exagérée…

Le scénario de la limite du +2°C faut l’oublier c’est déjà mort.
Sinon pour limiter cette empreinte, bah il faut limiter la croissance. Vouloir une croissance infinies avec des ressources finies c’est débile.

En ce qui me concerne je suis en train de chercher à acquérir un terrain suffisamment grand avec de l’eau disponible et des terres assez fertile pour pouvoir faire pousser ma propre nourriture pour ma petite famille ( on est deux donc ca va ), ce terrain devra etre discretement placé dans un endroit peu frequenté et difficile d’acces . Je prevois une independance energetique à base de panneaux solaire et batterie, des systemes de detection perimetrique et de confinement , un puit en interne dans mon sous sol , une recuperation des eaux de pluie avec un traitement de l’eau et une grande cave et tout le matos pour des hydroponique. une architecture assez discrète , rien d’extravagant. Parceque je le sens pas pour mes vieux jours, vraiment je ne le sens pas.

car quand les gens commenceront à se battre pour de l’eau potable ça va craindre du boudin … vraiment. et c’est pas si loin que ça si on continue à ce rythme.

Je suis pas dans le delire survivaliste pourtant.

Voilà ton précurseur :upside_down_face:

1 Like

A l’échelle d’une vie ça va encore le faire hein… Les problèmes vont venir graduellement.

Et d’abord par les pays les plus exposés. En France on a de grosses réserves d’eau douce, une des agricultures les plus développées de la planète, sur une zone très habitable et très tempérée. On a aussi pas mal de forêts, quelques montagnes (hydroélectricité), et une grosse ouverture sur la mer (pêche). Plus un existant et un savoir-faire non négligeable au niveau des infrastructures (train, nucléaire, routes).

En revanche, ça peut guider des choix d’investissements pour l’avenir. Des terres fertiles, des forêts, un bon emplacement à proximité d’eau douce, ça peut être un très bon plan pour une résidence secondaire à transformer en patrimoine pour ses enfants. Je connais des collègues qui ont récupéré quelques morceaux de terrains familiaux comme ça, et qui les louent plutôt que de les vendre (la location de forêt en échange de son exploitation ça se fait pas mal de ce que j’ai compris). Ils prennent beaucoup de valeur.

De même, individuellement ça vaut largement le coup d’investir dans l’isolation de son logement, dans un poêle à bois ou une pompe à chaleur. C’est aussi une bonne idée de commencer dès maintenant à se débarrasser d’un gros véhicule thermique (SUV) au profit d’un plus petit, plus récent, avec une faible consommation. Toutes ces choses sont en plus fléchées par des incitations fiscales. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut aller jusqu’à viser l’autosuffisance, ou le zéro impact qui restent autrement plus onéreux à atteindre, et globalement inefficients à l’échelle de la société.

je vise le zero impact et l’autosuffisance à titre perso pour ma residence secondaire.
Et contrairement à toi , je crains que les soucis arriveront plus rapidement que tu ne penses.
En ce qui me concerne avoir ma résidence secondaire bien conçu ( j’avoue que ça m’amuse de la concevoir) bien adapté à mes besoins et que je pourrais éventuellement léguer à des neveux ou nièces , ben ça me fait plaisir. Car avec un appart en ville , le jour où ça se tend , ça sera trop tard, les terrains seront trop cher, ton boulot sera incertain, tes revenus non stables et tu sera coincé comme un lapin de 6 semaines dans un environnement hautement concurrentiel , très habité et sans ressources naturelles disponible. Tous les ingrédients pour un massacre en règle des plus faibles.

Je rebondis sur ce que dit @Histrion et t’invites à jeter à un œil au rapport de l’ONU sur le sujet concernant le stress hydrique.

(par contre on est totalement HS par rapport à titre initial)

Regarde aussi l’aspect “auto-réalisateur” de ce genre de prophétie. Si tout le monde vise l’autosuffisance individuelle plutôt que l’efficience collective, tu mets une pression sur les terres agricoles ; sur les sources d’eau potable ; tu multiplies les équipements individuels avec tout ce que ça implique de gâchis et de déchets. Bref, tu te retrouves avec une sommes de paris concurrentiels plutôt qu’une stratégie collective. Et le résultat est bien pire statistiquement pour toi si tu ne fais pas parti des gagnants…

4 Likes

argument valable !
mais ca signifie avoir foi en nos dirigeant pour forcer le peuple à aller dans le meme sens. Ce que je vois depuis 1992 me pousse à penser que c’est pas realiste .

Jancovici en 2013 ( voir video au dessus) a tout dit , prevu . Les reactions des politiques sont lamentables sur la video. LAMENTABLES.

On peut peut-être renommer le thread ? ^^

done !

Effet rebond.

@Dilwivit Dans le paradigme de l’effondrement il y a plusieurs types de récits. Après à voir ce qu’on entends par effondrement.

  • Cyclique. C’est inévitable chaque civilisation passe par là.
  • Progressiste. L’effondrement n’est qu’une étape/défi de plus à franchir grâce à la technologie.
  • Décliniste. La civilisation a pervertit l’homme, c’était mieux avant. Typiquement les survivalistes qui militent le repli sur-soit et l’auto-suffisance. Clairement je pense pas que ce soit la meilleure idée du monde sachant que c’est pas vraiment dans la nature humaine… c’est comme les mongoliens qui disent qu’il ne faut pas faire d’enfant (bonjour le suicide social).

My 2 cents. C’est trop tard pour une transition écologique. Si transition écolo, elle passera par un effondrement.

Je veux bien que tu développes.