[Film]Shutter Island (Spoil inside)

Salut a tous,

N’ayant pas trouvé de thread parlant du dernier Scorsese, je me permet d’en ouvrir un pour discuter un peu de l’intrigue.

ATTENTION SPOILERS !!!

[spoiler]
J’ai trouvé le film pas trop mal mais sans plus a cause d’un détail qui m’a révélé toute l’histoire et donc gâché énormément de plaisir… j’imagine…

En effet lors de l’interrogatoire des patients/prisonniers, lorsqu’ils auditionne la vielle femme qui semble relativement seine d’esprit, lorsqu’elle demande un verre d’eau, juste après avoir écrit “RUN” dans le carnet de Teddy, elle fait mine de boire son verre mais si on regarde bien, elle n’a absolument pas de verre dans la main. Dans la scène qui suit, on la voit reposer celui-ci.

J’avoue ne pas comprendre si c’est voulu ou simplement une erreur de montage mais ça m’a gâché tout le film car a partir de ce moment là, j’ai tout de suite deviné que Teddy était un patient de l’asile et qu’il ne faisait qu’imaginer tout ce qu’il se passait… Et que son partenaire notamment, était sa propre invention… ce qui est par ailleurs démentit plus tard, car sont pseudo partenaire était campé par son psychiatre… (Donc présent a ce moment là)… bref je ne comprends pas.

Je n’ai pas lu le livre, mais pour moi Teddy est bien malade et je ne trouve pas d’explication tarabiscotée sur la fin, comme j’ai pu en trouver ailleurs sur le net. C’est un marshal qui a pété les plombs suite au meurtre de sa femme qui elle même avait tué ses enfants. Son traitement échoue malgré le “Grand jeux de rôle” auquel ils le soumettent afin d’essayer de lui faire prendre conscience de son problème et vu qu’il replonge dans son délire paranoïde sur la fin, et que son comportement est trop dangereux, il va se faire lobotomiser. En a-t-il conscience ? Bonne question ![/spoiler]

Qu’en pensez vous ??

J’avais bien aimé l’ambiance mais le film traîne un peu en longueurs et passe par des rebondissements inutiles, voire invraisemblables.

Par contre, pour la fin, steph, c’est clair pour moi qu’il est conscient qu’il va se faire lobotomiser. Il n’est pas capable de vivre en étant conscient de ce qu’il a fait, pas plus qu’il ne peut vivre en sachant qu’il va devenir fou à nouveau. Je ne me rappelle plus quel détail le confirme, mais c’était assez évident dans ma mémoire.

Vu il y a deux jours, avec une certaine deception a la cle. Le procede narratif m’a trop rappele celui de Memento, 6eme sens ou encore Fight Club. Ca a deja ete vu et revu. Et comme Steph, j’avais devine assez vite que le Marshall etait le 67eme patient.
Donc au final, un grand « Bof », quoi… :smiley:

A la fin il est “gueri” dans le sens ou il sait ce qui est reel ou pas, mais il choisit de se faire lobotomiser plutot que de vivre avec cette realite. C’est super evident avec sa reponse dans la derniere scene.

D’après un de mes potes qui a récemment lu le bouquin, il n’est pas du tout conscient et il est retourné dans son délire (du moins dans le livre)!

je confirme, dans le livre, il replonge dans la folie dans les dernières pages, même si ce qui se passe précisément reste flou

Exactement, en sortant de la salle de cinéma j’ai eu l’impression que les fins n’étaient pas vraiment les mêmes dans le bouquin et dans le film.

Ce message est provisoirement masqué suite à des signalements de la communauté.

Et pour l’histoire du verre ?? quelqu’un d’autre a remarqué ?

Rien remarqué. Mais moi aussi, je crois qu’il était guéri à la fin, mais qu’il a feint la folie pour ne pas devoir vivre avec le poids des souvenirs.

Sinon, je n’ai pas eu besoin d’indice pour me mettre la puce à l’oreille. Dans les film où l’on explore un asile psychiatrique, c’est un grand classique qu’il s’avère que le héros faisait parti des fous depuis le début. C’est un retournement de situation bien connu, et il faut s’attendre, avec ce genre de tableau, à le voir venir au moins une fois sur deux.

Quoi qu’il en soit, malgré, sa prévisibilité, le film est bien monté et l’histoire tient en halène, on partage avec l’inspecteur son envie de connaître le fin mot de l’histoire, de comprendre les détails et il nous transmet son angoisse et ses émotions. Et pour ça, c’est un bon film.

Ca me chiffonne quand même cette scène du verre car je ne la trouve pas du tout cohérente après avoir vu la totalité du film.

C’est ptet juste un probleme de montage hein :smiley:

Peut-être mais c’est gros quand même… et puis c’est du Scorsese. Il est pas du genre à laisser ce genre de “bug”

Le livre est également très prévisible en fait.
Donc il est assez logique que le film le soit.

Tout pareil, c’est évident vu la phrase finale y’a même pas à se demander

Le film est bourré d’incohérences de montage (dont je ne me souviens plus, mais j’ai tiqué plusieurs fois). Je pense que c’est pour montrer que ce qu’on voit à l’écran n’est pas la réalité mais un délire paranoïaque.

Steph_Leto. MisterMoi avait remarqué cette histoire de verre mais je ne comprends pas bien comment cela a pu te mettre sur la piste. Personnellement, même si effectivement ça paraît un peu gros, je l’ai pris comme une erreur de montage.

Tout comme les posts au dessus j’ai trouvé l’ambiance trèèès sympa. Et l’histoire un peu moins.

Je trouve assez gonflant quand un film que tu cherches à décortiquer pendant 2h se retourne contre toi en disant " Whouhou en fait tout ce que tu croyais était faux!". C’etait sympa pour les premiers films du genre mais c’est un retournement qui commence à sentir le renfermé.

Yep, j’avais eu l’intuition que ça allait se finir comme ça dès les premières minutes. Ca s’est vu confirmé ensuite avec la scène du verre. Ambiance sympatoche mais bourré d’incohérences plus ou moins gênantes.

Vu hier soir. Super ambiance. J’ai adoré la photographie aussi.

Sur l’hisoire, un peu en deca. Quant à la fin, pour moi, y’a pas d’ambiguité, comme le dit glop :

Perso je pense que tout est bel et bien fait exprès. Dès le début, on dissémine des incohérences qui te font dire qu’un truc ne va pas. Après, savoir quoi exactement… Le truc du “détective qui est en fait le criminel” est effectivement vu et revu, et j’imagine que c’est pour ça que le réal montre très vite que les choses ne sont pas forcément ce qu’elles ont l’air d’être. Je vois ça comme une façon de nous faire entrer dans le délire du personnage : ce qu’on voit (le verre) est-il réel ou non, une erreur de montage (en réalité, notre imagination), ou un truc vrai et qui, n’étant pas cohérent, nous forcerait à remettre notre monde en question.
J’ai trouvé ça plutôt habile, et je ne pense pas que le film veuille nous emmener dans une direction pour nous dire à la fin que non pas du tout. Plutôt qu’il nous laisse le choix de faire confiance à notre perception ou non.