[HistoireASuite] Parce que ca faisait longtemps

Dimitri, assis à la terrasse du bar qu’il affectionnait tant, sirotait son Krazy Ivan en attendant son camarade. Ce bar, il l’adorait pour une simple et bonne raison: à cette période de l’année, on pouvait voir la magnifique Saturne et ses anneaux raser l’horizon de Titan, offrant un spectacle majestueux.

Derrière lui, les flux continus d’informations provenaient de la Terre annonçait le même genre de nouvelles depuis des mois. Il ne fallait plus compter y retourner, dans l’état actuel des choses.

Next!

Même si finalement cela avait pris plus de temps que prévu, la planète bleue avait finalement succombée à son plus terrible prédateur : l’homme. Sur son sol irrémédiablement empoisonné et sous un ciel perpétuellement assombri, luttaient désespérement pour leur survie les 6 milliards d’êtres humains trop pauvres pour s’offrir une place dans un croiseur. Pour eux, la Terre n’était plus qu’un sombre cercueil dérivant à jamais dans l’infini. Certes avec les 10 milliards de colons répartis un peu partout dans le système solaire la survie de l’espèce humaine était assurée, mais à quel prix ? Seuls les plus riches et les plus puissants avaient pu faire partie du programme Prométhée, montrant encore une fois la véritable noirceur de l’âme humaine. A peine installée, la colonie de Mars sombrait déjà dans la corruption et la violence. Quant à la plus ancienne, celle de la Lune, elle n’était plus depuis longtemps qu’un gigantesque champ de bataille sur lequel s’entredéchiraient les space-mafias. Tel un virus, l’humanité se répandait maintenant à travers l’espace�?�

Dimitri s’arracha l’espace d’un instant de ses sombres pensées afin de commander un nouveau verre. Le vieil automate qui faisait office de serveur bourdonna un instant, et recracha une nouvelle dose du liquide jaunâtre que celui qu’il y a trois siècles on aurait appelé russe affectionnait tant. La salle, était quasiment vide, à l’exception d’un vieux, le visage grignoté par les implants neuronaux et les bras couverts d’injecteurs automatiques. Il sirotait un verre de Vodka trouble, bien loin des millésimes d’autrefois. Son regard avait la lueur caractéristique de l’esprit perdu depuis trop longtemps dans l’univers des néo-amphets. Finalement, même à New-Moscow la décadence faisait son apparence. Mais plus pour longtemps, dans les bas-fonds, la révolution grondait.

désolé j’ai pris mon temps.

NEXT!
edit: il apprécie pas trop le copier/coller direct de word

La reconversion pour un ancien de la Division Subterrienne Factive devenu mercenaire n’etait pas évidente. Peut être qu’une reconversion en info broker, ou en espion industriel serait tentante.
Quoique quand on est pris par une corpo, l’on a même pas le statut de prisonnier de guerre.Aux dernières nouvelles les IA singulitariennes embauchaient pour leurs missions dans le monde réels contre les consciences téléchargées. Des IA contre des semblants d’humain, une guerre inhumaine sur le réseau. Le monde physique etait assez compliqué sans en plus en rajouter une couche.Il etait peut-être temps de rendre visite a un John dans le quartier de babylon, histoire de dégotter un job. Avec le bordel ambiant, ce ne serait pas trop dur.

[reservé]

excusez moi j’ai mis du temps mais j’ai eu d’autres problèmes à régler en même temps. Encore désolé!

Bon euh, nouch éliminé (je veux bien être patient, mais faut pas déconner non plus :D, copier coller d’un document texte ca prend quand meme pas si longtemps), Néomatt, si t’as envie.

Je vais rentrer du boulot, donc la place est libre.
Ptet que je reviendrai plus tard.

New-Moscow District 07, plus familièrement appelé “Babylon”, était la zone de la station la plus pauvre et aussi la plus dangereuse. La corporation terrienne minière y avait entassé les ouvriers qui avaient construit la station “en recompense” de leur travail, ometant le fait qu’elle economisait sur le voyage de retour vers la colonie de Mars, mais aujourd’hui, plus ou moins livrés a eux même, ils fesaient de leur mieux pour survivre grâce a divers trafics.
Bien qu’il fut un ancien soldat d’élite, Dimitri évitait le plus possible de s’enfoncer dans les dédales de couloirs et d’ascenseurs qui donnait a Babylon son triste surnom de “Labyrinthe du désespoir”, bien des techniciens, voir des officiels, descendus sans escorte policière avaient disparu corps et biens et Dimitri savait que malgré la profonde amitié qui le liait a celui que les habitants appelaient “Grand père”, il risquait tout de même de finir dans un cryo-container en partance pour le station médicale, decoupé en morceaux pour permettre a un de ces milliardaires deux fois centenaire de prolonger sa misérable vie.

Il vida son verre d’un trait et se leva, passant la paume de sa main sur le chip-scan pour débiter le prix de ses consommations et sortit du bar puis prit le chemin de sa cabine pour récupérer ses armes et son injecteur d’atropine, les membres de la Mafia du trident ayant une fâcheuse tendance a jouer de la neuro toxine….

Next!