Jouer sur la bourse americaine (Nasdaq)

Pour ma part ce qui me gène plus encore que le terme “jouer à la bourse”, c’est les spéculateurs. Il y a quand meme des gourous à la bourse que tout le monde écoute d’une oreille plus ou moins attentive, et il suffit qu’ils soient une poignée à annoncer une baisse pour une certaine entreprise pour que tout le monde revende. Et du coup, la baisse elle arrive vraiment.

En ce moment en cours d’éco on est en plein dans l’étude de la bourse, et notre prof a toujours trouvé ce milieu complétement aberrant, et nous raconte comment des entreprises se sont retrouvées sur la paille parce que des bètes rumeurs circulent et font peur aux actionnaires.

[MYLIFE]
Avant je connaissais pas trop la bourse et je ne comprenais donc pas quel était le rapport entre la bourse et les entreprises et la vraie vie. J’étais toujours effrayé par cette “chose” qui gouvernait le monde mais je ne comprenais pas pourquoi. Maintenant que je sais comment ca marche, j’en ai encore plus peur B)
[/MYLIFE]

Une question de noob (c’est pas pour rien que je me contente d’un porte-feuille virtuel pour le moment): vous dites que les spéculateurs ou ceux qui viennent pour le profit facile sont délétères pour les entreprises.

Mais je pensais qu’une fois les actions émises par l’entreprise, et donc son bénéfice pris, elles vivaient leur vie de façon totalement indépendante de l’entreprise. De cette façon là, en quoi le fait que leur valeur monte ou baisse peut influer sur la société d’origine (voire la mettre sur la paille), tant que celle-ci n’envisage pas d’émettre d’autres actions?

il faut savoir que quand tu prends des actions d’une entreprise, tu investis dans son capital, l’émission d’action est surtout le moyen pour entreprise de lever de nouveaux fonds.
De plus, lorsque tu achète des actions (là on va surtout parler des banques ou des gros actionnaires), ils misent surtout sur les bénéfices ou plutôt les dividendes que leur reversent les entreprises par rapport à leur résultat.

Pour simplifier, mais je suis sur que des économistes de la zone me corrigeront, quand tu fais des bénéfices, cela rentre dans la capital de la société, donc ce bénéfice redistribué dans le capital et vu qu’un actionnaire est une partie du capital, il récupère une partie du bénéfice.
CQFD

(Bon normalement, je ne suis pas très loin de la vérité, mais je parle juste d’après mon expérience personnelle)

Euh si je raconte pas de bêtises, c’est l’entreprise qui paye les actionnaires (en tout cas les bénéfices).
Donc si tous les actionnaires décident de vendre, l’entreprise doit les payer, ce qui est autant d’argent en moins pour son fonctionnement propre.

J’imagine que c’est plus compliqué que ça, mais c’est l’idée générale.

[quote=“FMP_thE_mAd, post:24, topic: 31171”]Euh si je raconte pas de bêtises, c’est l’entreprise qui paye les actionnaires (en tout cas les bénéfices).
J’imagine que c’est plus compliqué que ça, mais c’est l’idée générale.[/quote]

Oui

Non

Faut pas oublier que les actionnaires élisent le conseil d’administration
Le jour ou les action baissent trop et que le Conseil d’administration décident de ne plus rien donner aux actionnaires, ben les actionnaires ils changent le CA (ou ils liquident la boite pour récuperer leur bille pendant qu’il est temps, mais ca je suis moins sur)

[quote=“FMP_thE_mAd, post:24, topic: 31171”]Euh si je raconte pas de bêtises, c’est l’entreprise qui paye les actionnaires (en tout cas les bénéfices).
Donc si tous les actionnaires décident de vendre, l’entreprise doit les payer, ce qui est autant d’argent en moins pour son fonctionnement propre.

J’imagine que c’est plus compliqué que ça, mais c’est l’idée générale.[/quote]
Pas tout à fait d’accord :
Soit les actions de l’entreprise appartiennent aux propriétaires de celle-ci ( ça existe encore ! ), du moins en proportion suffisante pour avoir la majorité de décision aux assemblées générales ou au directoire ou conseil de surveillance, et dans ce cas la baisse des cours ne vise " qu’à " minimiser le prix global de l’entreprise ( hors stock, brevets, etc… ) donc à rendre le discours avec les banquiers plus chaud…
Soit les actionnaires sont plus nombreux que la famille ou le groupe " détennant " et là il peut y avoir regroupement majoritaire qui va imposer des choix aux dirigeants actuels, vu que les actionnaires ne sont plus satisfaits car plus assez rémunérés ( distribution d’une partie des bénéfices effectivement ) ; lesquels choix peuvent aller jusqu’au débarquement du PDG ou son équivalent en poste !
Pour revenir sur le point de FMP, l’entreprise paie souvent les actionnaires, car ce sont eux la plupart du temps qui financent son développement ; les années où les dividendes sont faibles doivent être rares, et s’expliquer par des investissements judicieux ( rachat de concurrent, par ex. ), et pas récurrentes.
C’est devenu à mon sens beaucoup plus pervers depuis qu’une partie de ces actionnaires sont des fonds de pension, car ils visent une rentablilté à court terme, avec les dérives dont on a déjà eu l’occasion de parler dans d’autres posts.

Cf le hedge fund qui a perdu les 2/3 de son capital (5 milliards d’euros je crois bien) sur un coup sur le marché du gaz…

EDIT: J’ai trouvé l’article sur LeMonde.fr Il est payant mais on peut se donner une idée avec l’extrait. Ca fait peur, 6 milliards de pertes B)

Bon, comme c’est un peu mon métier aussi (sauf que moi je ne vends pas les titres, je les crée, mais faut connaître un peu le marché aussi), je me permet quelques commentaires.

  1. Je plussoie Pac à 100% : placer en bourse ça ne peut se faire QUE avec de l’argent…erm…dont on a absolument pas besoin, même des investissements considérés comme solides peuvent se casser la gueule à cause d’une conjoncture imprévisible, ou un événement absolument inatendu. J’ai vu des gens perdre 2/3 de leur richesse comme ça, et renoncer à une prépension à 55 ans parcequ’ils avaient trop perdu en placements…

  2. Contrairement à ce que Glop dit, acheter des actions, ce n’est pas soutenir une boite et un projet, c’est s’approprier une partie de celle-ci, et dans une certaine mesure, influencer ses décisions (voire FAIRE PRENDRE des décisions pour les très gros actionnaires…mais je pense que ça ne concernera personne ici), ne fut-ce que par l’ensemble des attentes des actionnaires par rapport à la société mère. En règle général, une société émet des actions à vendre parceque c’est de l’argent gratuit pour progresser. Mais sur le long terme, ça ne suffit pas à soutenir des gros projet, pour lesquesls les sociétés doivent de toute façon trouver des créantiers. De plus, les actions sont un risque de ne plus être totalement maître de son projet et de son argent.
    Non, si c’est vraiment pour soutenir un projet, tu achètes des obligations de l’entreprise, qui consiste juste en un prêt avec intérêt. C’est beaucoup moins spéculatif, à 80% sûr (oui, parceque si la boite se casse la gueule et que le curateur sais pas réunir les fonds, tu revois jamais ton blé).

2 bis) Maintenant, si tu veux vraiment spéculer sur Intel, tu te débrouilles pour acheter des Warrants. Pour une somme dérisoire, tu à le droit (ou pas) d’acheter dans X temps une action à un prix fixé à l’avance. Quand la date d’éxécution du warrant arrive, si l’action à beaucoup grimpé, t’es gagnant à 300%, si l’action perd, il te suffit juste de ne pas exercer ton warrant, et tu perds très peu d’argent au final.

  1. Pour des petits investisseurs comme la plupart des privés (à moins que tu aies quelques millions d’euros à placer?) simplement faire confiance aux conseillers bancaires pour la gestion des transactions est tout à fait envisageable. Des banques comme BNP Paribas (non je fais pas de pub, je travaille en belgique chez un concurent B) ) fournissent en général un accompagnement tout à fait valable et pas hors de prix, il faut juste s’informer sur les marchés qu’ils couvrent (toutes les banques ne veulent pas couvrir tous les marchés), mais je pense pas que le NASDAQ pose problème.

  2. Ne jamais investir tout sur la même valeur, c’est du suicide dans les capitaux à risque, varier votre portefeuille, Intel peut très bien s’effondre suite à un bête bilan comptable foireux…Les Sicavs permettent de limiter les dégats en cas de chute d’une valeur spécifique.

  3. 1 seul type de placement 100% sûr, les bons de caisses émis par les banques, car contrairement aux obligations, elles sont assurées en cas de faillite.

  4. Méfiez vous comme la peste des Obligations Convertibles. Ces obligations assurent un remboursement de la somme initiale en actions ou warrants de la société. En général ça se base sur une spéculation TRES optimiste et rarement réalisée, donc on revoit jamais l’intégralité de son placement initial. Il vaut mieux acheter des obligations et des actions séparéments avec des capitaux différents (genre, un capital sûr, et un capital…risqué).

Hum ça a l’air bien B) . Mais quelle est la différence entre des Warrants et des actions ? Quels sont les avantages et les inconvénients ?
Oui je me lance mais je ne suis pas au courant de tout B) Je compte un peu sur la chance du débutant :smiley:

[quote=“Mice_rider, post:28, topic: 31171”][… plein d’explications interessantes…]
Non, si c’est vraiment pour soutenir un projet, tu achètes des obligations de l’entreprise, qui consiste juste en un prêt avec intérêt. C’est beaucoup moins spéculatif, à 80% sûr (oui, parceque si la boite se casse la gueule et que le curateur sais pas réunir les fonds, tu revois jamais ton blé).[/quote]
Comme je vois tu es un bon vulgarisateur et que je me noie dans la définition de wikipédia: c’est quoi une obligation ? Je ne croyais qu’il n’y avait que l’état qui pouvait en émettre.
En quoi c’est plus sûr ? Dans wikipédia ils parlent de valeur théorique et non côtée ?!
Et comment les sociétés les émettent ? On peut en détenir d’une société particulière ? Ce ne sont pas que des paniers comme dans l’assurance vie ?

edit: Par contre on ne peut pas influer sur la vie de l’entreprise car cela ne fait pas partie du capital de l’entreprise ?

Et question bonus: un “j’investis en bourse pour les nuls”, tu nous conseillerais quoi? Parceque déjà que mon banquier voulait pas m’expliquer le mode de calcul d’un bête emprunt, je le vois mal m’expliquer toutes les nuances de la finance. Alors qu’un bon bouquin ou un site web un poil didactique, ça serait super.

[quote=“phili_b, post:30, topic: 31171”]Comme je vois tu es un bon vulgarisateur et que je me noie dans la définition de wikipédia: c’est quoi une obligation ? Je ne croyais qu’il n’y avait que l’état qui pouvait en émettre.
En quoi c’est plus sûr ? Dans wikipédia ils parlent de valeur théorique et non côtée ?!
Et comment les sociétés les émettent ? On peut en détenir d’une société particulière ? Ce ne sont pas que des paniers comme dans l’assurance vie ?

edit: Par contre on ne peut pas influer sur la vie de l’entreprise car cela ne fait pas partie du capital de l’entreprise ?[/quote]

En fait, une Obligation, n’importe quelle entreprise peut en émmettre.

Ca se passe comme ça : l’entreprise émet pour disons “100 millions d’euros d’obligations à 50 euros pièce” et demande un investissement de départ de minimum 50 pièces. Ce qui se passe, c’est qu’en fait, tu prêtes de l’argent à l’entreprise (qui l’utilise certainement pour ses propres investissements) avec intérêts…oui, comme les banques font pour nous. Les taux sont en général largement plus intéressants qu’un simple livret d’épargne.

Il y a plusieurs types d’obligation (taux fixes, taux variables, Convertibles…plus de 200 sortes en fait, la plupart étant des manoeuvres marketing pour varier les produits et attirer le client), la plus simple -Taux fixe- te permet d’avoir un coupon représentant X % d’intérêt tous les X temps (3 mois, six mois, ou années, mais ça dépend vraiment) et le remboursement de la somme initiale à la date d’expiration de l’Obligation.

La société émetrice DOIT te rembourser, il y a pas d’excuses comme pour les dividendes d’actions (quand le conseil d’entreprise justifie un investissement important par exemple, et que les actionnaires majoritaires sont d’accord). Il existe cependant des exceptions : Remboursement anticipé (la société émetrice estime qu’elle ne pourra pas aller jusqu’au bout de l’Obligation sans perdre trop d’argent, donc elle rembourse plus tôt, tu ne perds rien, mais tes coupons se terminent aussi plus tôt, 100% sûr jusque là), et faillite sans fonds de remboursement (quand la société fait faillite, un curateur vends ses actifs pour récupérer les fonds et rembourse les créanciers…si il manque des fonds, tu ne retoucheras qu’une partie de ta somme initiale…ce cas reste heureusement rare…de l’ordre de 2% des obligations émises).

Sinon oui, tu n’influe pas sur la vie de l’entreprise (mis à part que tu leur prêtes des sioux pour qu’ils investissent), car tu ne possèdes rien d’elle.

L’état émet aussi des Obligations (sous forme de “bons d’états” en Belgique du moins) mais ce ne sont donc pas les seuls (loin de là).

Pour Olivarius : Les warrants sont un espèce de certificat d’achat à un prix fixe à une date précisée à l’avance. En fait, tu achètes (pour un prix très bas… GRAND max un 10eme de l’action, même si il n’y a pas de règles et que les prix fluctuent aussi en fonction de leur valeur d’échange sur le marché) le droit de pouvoir acheter l’action à un prix précis. Les avantages sont ceux expliqués plus haut : si l’action monte beaucoup, tu es gagnant, car en exerçant ton warrant à sa date d’exécution, tu feras une économie de X euros pour achter l’action (tu dois cependant toujours débourser le montant indiqué par le Warrant pour acheter l’action of course). Si l’action baisse à fond, il te suffit de ne pas exercer ton warrant (ou de le revendre avant sa date d’expiration…mais si l’action est basse…peu de chances), tu perds donc l’argent que tu as investit dans le warrant…mais beaucoup moins que si tu avais acheté les actions avant leur chute.

Pour Jeep : je vais te décevoir, mais j’ai tout appris par “tradition orale” (en fait, j’ai été formé pour rentrer dans ma fonction en banque) donc je suis pas très au fait de méthodes vulgarisantes pour apprendre tout sur le milieu… :\

Ah ben merci pour ces explications, c’est bien j’apprends plein de trucs.

Mais si tu dis que les Obligations, finalement, c’est que du bonheur, pourquoi on n’en entend pas parler ? Comment on sait qu’une entreprise émets des obligations ? C’est à la bourse que ça se passe aussi ?
Pour les spéculateurs, qui se foutent comme l’an quarante des orientations de l’entreprise et qui veulent juste faire des sous, c’est quand même ce qui parait le plus intéressant nan ? Sauf peut-être que c’est plus sur du long terme que les actions ?

[quote=“FMP_thE_mAd, post:33, topic: 31171”]Ah ben merci pour ces explications, c’est bien j’apprends plein de trucs.

Mais si tu dis que les Obligations, finalement, c’est que du bonheur, pourquoi on n’en entend pas parler ? Comment on sait qu’une entreprise émets des obligations ? C’est à la bourse que ça se passe aussi ?
Pour les spéculateurs, qui se foutent comme l’an quarante des orientations de l’entreprise et qui veulent juste faire des sous, c’est quand même ce qui parait le plus intéressant nan ? Sauf peut-être que c’est plus sur du long terme que les actions ?[/quote]

Les Obligations représentent en fait la plus grosse partie des investissements faits par les particuliers (suivies de près par les Sicavs). En général quand monsieur tout le monde va chez le banquier et dit “je veux placer mes sioux!” c’est avec des Obligations ou des bons de caisse qu’il se retrouve, parfois sans y comprendre un mot (parceque certains banquiers renoncent à tout expliquer…surtout si on leur demande pas…plus facile de vendre sa popotte en lançant des % et des $$ partout).

Pourquoi on en parle pas partout comme la solution miracle? Pour deux raisons :

  1. Le pourcentage d’intérêt est en général bon, mais n’a rien de miraculeux, ce n’est en rien de l’argent facile, mais ça rapporte un peu plus que un livret d’épargne.

  2. Il y a toujours ce risque de ne pas revoir son argent si l’entreprise met la clé sous la porte sans avoir les fonds pour rembourser ses créanciers.

Et puis voilà, beaucoup de gens misent sur les actions ou les parts de fond commun car, si le coup et réussi, c’est de l’or en barre, c’est un accroissement de richesse qui peut être nettement plus impressionant (parlez-en aux gens qui ont placé sur Google il y a quelques années B) ). Cependant, c’est beaucoup plus risqué.

Pour savoir quand une société émet des obligations…erm…ça devient compliqué. Disons que quand une entreprise veut rendre ça public, elle dépose le titre chez un dépositaire (Euroclear, ou Clearstream par exemple) et fait un peu de pub auprès des banques et de sociétés de finances pour qu’elles affichent leur produit.

En règle général, des sociétés d’information financière comme Bloomberg ou Telekurs, ou encore Reuters (plus pour les actions ça) ont des bases de données énormes et recensent tout ce qui est émis. Si tu paye un (cher) abonnement à ces services tu peu consulter sur le web tout ce qui sort, et aller le lendemain chez ton banquier pour dire “je veux acheter ça!”…mais ça marche rarement dans ce sens, parceque pour tomber sur les bonnes affaires, faut en faire un métier full-time…d’où l’intérêt d’avoir recours aux banques pour les conseils.

Après il y a tout une histoire de marché primaire et secondaire que j’expliquerai pas ici, mais qui fait que certains “privilégiés” peuvent acheter ce qui est émi plus tôt que n’importe quel challand (et oui, c’est triste, mais quand on a de la thune…c’est encore plus facile d’en gagner…), c’est une sorte de service que les banques et sociétés financières font à leur bons clients…

Enfin, on pourrait en faire des pages entières, mais j’espère avoir apporté un peu de clarté dans cette jungle.

http://finance.google.com/finance

purée …

google m’a tué.

Bussiere

[quote=“Bussiere, post:35, topic: 31171”]http://finance.google.com/finance
purée …

google m’a tué.

Bussiere[/quote]

Oui mais non, Google finance n’apprend pas grand chose sur le fonctionnement du milieu financier, au mieux, on peut décrypter le théorique au travers des news.

Mais sinon, c’est juste de l’info financière, mais c’est vachement très n00b comparé à du Bloomberg, qui est malheureusement très payant, mais très complet, mais certainement pas à la portée de quelqun qui n’a jamais touché à la finance.

Mais tu as raison de le linker, c’est pas mal pour se tenir au courant du gros de l’info, mais en aucun cas un outil de confiance pour faire joujou en finance.

En tous cas, ça m’explique bien des choses et complète le cours que m’avait fait mon banquier un jour à ce sujet.

quote=“Mice_rider, post:32, topic: 31171”[/quote] merci beaucoup pour avoir pris le temps de répondre de façon aussi détaillée B)

[quote=“Mice_rider, post:36, topic: 31171”]Oui mais non, Google finance n’apprend pas grand chose sur le fonctionnement du milieu financier, au mieux, on peut décrypter le théorique au travers des news.

Mais sinon, c’est juste de l’info financière, mais c’est vachement très n00b comparé à du Bloomberg, qui est malheureusement très payant, mais très complet, mais certainement pas à la portée de quelqun qui n’a jamais touché à la finance.

Mais tu as raison de le linker, c’est pas mal pour se tenir au courant du gros de l’info, mais en aucun cas un outil de confiance pour faire joujou en finance.[/quote]

oui je veux dire en outil non payant c’est le meilleur de ce que j’ai vu …

bussiere