Un Prophète

Bonjour tout le monde, j’ai entendu parler il y a quelque temps parler du film “Un prophète”. Comme si c’était un “Scarface” à la française dans l’univers carcéral et que le jeune acteur, Tahar Rahim, qui joue le héros était formidable.
Je me demandais juste s’il justifiait tout l’engouement général autour de lui et si certains ici l’avaient vu?

Absolument incontournable. Je voulais faire un petit thread, j’ai oublié! Comme pour Drag Me To Hell… (y’a pas déjà un thread pour cet excellent film?)

J’ai été soufflé par ce film. Tu peux y aller sans avoir peur d’être déçu.

Immense film, qui t’absorbe de bout en bout.

Excellent, par contre c’est pas du tout Scarface.

Franchement, tu peux y aller les yeux fermés (ouvre les quand même pendant la séance^^).
Et si tu ne connais pas je te conseille toute la filmographie de Jacques Audiard.

Je plussoie, très très bon film. Ambiance pesante mais qui ne vire pas dans le clichés. Film long (2h35) mais on ne s’en aperçoit pas du tout, preuve d’une immersion réussite.

Par contre rien à voir avec Scarface. :smiley:
Fonce!

J’aime pas trop le cinéma de Jacques Audiard, mais celui-là vaut pour moi son précédent (De Battre Mon Coeur s’est Arrêté). Je ne me suis pas pris une claque, mais on dirait que d’autres si.

Après, je trouve que la comparaison avec Scarface n’est pas dénuée de sens. Sauf si on ne voit dans Scarface qu’un film de gangsters.

Ok merci pour vos avis, j’essaierais d’aller le voir bientôt avec madame.
Pour le coté “Scarface” c’est ce qu’avait sortie la présentatrice du 13h de France 2 un coup en parlant du film.
Merci tout le monde!

Piégé par le concert de louanges, je me suis laissé tenté. Les comédiens sont vraiment excellents, le scénar intéressant mais le film alterne scènes crédibles et clichés énormes. Dommage qu’il tombe souvent dans l’archétype du film-prison.

Vu hier et ce film est excellent.

Je ne vois pas trop le coté “clichés énormes” ou "archétype du film-prison."
Le film se situe lors du passage du dernier millénaire et l’on voit bien les rapports de forces changés dans la prison. Le jeu du mec, tout en finesse, qui est plus balloté par l’action que meneur, est très éloigné des interprétations liés au rôle d’incarcéré.

La dernière scène ou il est suivi par sa part noire est impressionnante.