Whith google but not blind

L’ami de tous les geeks et des utilisateurs, j’ai nommé Google, va prochainement entrer en bourse. Les deux fondateurs du célèbre moteur étant avant tout de parfais geeks et pas forcement des golden boys, ils se sont fendus d’une lettre plutôt subversive pour milieu qui a créé un émoi certain au pays du pognon roi.

Ils refusent notamment d’accorder le rabais “traditionnel” sur leurs actions aux banques (entre 5 et 10%) et e conservent le contrôle de leur société par le biais d’actions spéciales valant 10x les actions de base, ce qui n’a pas l’air de plaire beaucoup. Pour les détails, je vous laisse vous reporter à cet article de libération.

En tout cas, si ils s’en tiennent à leurs propos, ça fait plaisir de voir des petits génies ruer (un peu) dans les brancards…

Source: Langamers.ch

Tu aurais du en faire une news, non ?

Enfin… moi je dis ça, tu fais comme tu veux.

Ce message a été édité par lije le 04/05/2004

Just for the records, google, c’est pas goggles. C’est comme billion, mais avec BEAUCOUP plus de zéros (peut-être bien un million, mais je sais plus)

Non ca plait pas du tout parceque recemment l’evolution a plutot ete de donner plus de pouvoir au actionnaires dans leur ensemble (voir eurotunel et c’est pas un cas isole) et la on peut pas faire pire, ils se gardent le controlle quasi-complet de la societe dans un contexte ou maintenant la majorite de la boite ne leur appartient plus Je comprend qu’on puisse trouver ca douteux, surtout que traditionellement ce systeme de mise sur le marche public a toujours ete reserve a des cas particuliers (ils s’en expliquent dans la lettre). Je crois perso, qu’ils veulent le beurre (le controle inconteste et sans appel de la boite) et l’argent du beure (la thune de la mise en bourse) et que c’est un peu trop demander. Maintenant si les investisseurs sont malins, ils paieront moins pour cette action car elle vient avec moins de pouvoirs (10 fois moins) qu’une action d’une autre boite et ca serait parfaitement normal. Donc google, enorme IPO qui va forcement reussir, a voir… vu la frenesie de la presse je me fait pas trop de soucis, mais quand la bulle va retomber… a voir quoi.

Bah j’ai lu l’article hier, je les ai trouvés gonflés, mais à la limite, je pense qu’ils peuvent se le permettre. A la limite, je comprends que ça agace dans le côté manque à gagner. Bah oui, un gros tas de google comme ça, y’avait moyen d’en vendre des cent et des milles, et paf, la marge qui s’effondre.

Le drame pour les banques et autres financiers. Mais finalement, tout comme les vogons, voir un financier consitpé, ça me fait sourire.

Donc voilà, ils proposent à la vente, personne est forcé d’acheter leurs actions au rabais que t’as que 10% du pouvoir représentatif des autres, mais bon. Personne te force, ils ont verrouillé (je me demande d’ailleurs si c’est solide…) leur truc pour garder les manettes de la boutique et lever des sous quand même, je trouve ça bien.

J’imagine qu’ils n’utilisent l’introduction en bourse que pour lever des sousous, la valeur d’une action n’ayant plus rien à voir avec la valeur d’une société, mais plus (attention, j’aime pas les financiers…) à la confiance que le cabinet kapoué & findus accorde à l’estimation de baisse de résultat trimestriel. Ou quelconque autre cabinets de patagoins qui estiment que les prévisions de croissance de tel boite sont pessimistes par rapport à ce que eux estiment qu’elle est capable de faire.

BREF : Je pense que tout le monde rale parce qu’il n’y a pas moyen de faire du blé avec google, ni de virer les deux Bogdanovs à la tête (Manoeuvre dite de “Steve Jobs”). Mais en fait ça ne coute à personne, hein. Si t’aimes pas google, ils vont pas te couper le net parce que t’a pas pris d’actions chez eux.

Qu’on me donne ma Claymore, j’ai envie d’empaler des financiers. (troll light : si la société devait s’effondrer, les financiers seraient sans doutes incapables en tout pour aider à la reconstruire… Bouffons les !)

good_boy is now known as Tyler Durden

J’ai passé la news mais personellement, je suis contre le système boursier dans son ensemble…Ikea est le meilleur exemple d’une société à l’éclatante réussite sans pour autant être en bourse…Une des grandes différences, c’est le temps que ça prend pour en arriver là. Quand je vois que l’UBS fait des milliards de bénéfices (oui, oui, des bénéfices!!!) mais continue de licencier, ça me donne aussi envie de dégainer le coupe-choux…Viva la revoluzion!!!

Yes Glop,

La méthode qu’utilise Google pour lever des fonds est hors norme, mais il faut distinguer ce qui n’est qu’un “effet de manches” (qui fait bien evidement qu’on parle d’eux si besoin est), de la réalité de l’opération.
En se basant sur l’aspect unique de l’opération, Google fait encore un geste qui veut dire “nique l’ancienne économie, place aux jeunes” MAIS on en est revenu et la chute n’en a été que plus dure (rings any bell).

Il faut voir que, dans les études empiriques (et j’en ai faites moi-même), les entreprises n’ouvrent leur capital aux investisseurs que pour leur faire partager les risques (et donc quand les risques se profilent à l’horizon).

Google n’a donc pas une confiance ABSOLUE dans son avenir car sinon les dirigeants mettraient leur propre argent dans la boite (je vulgarise BEAUCOUP, mais j’ai pas trop envie de m’étendre, j’ai du taff).

Ensuite, c’est un peu facile d’ouvrir son capital en gardant le pouvoir. Quand on vends des actions (donc des titres de propriétés sur une boite, par opposition à des sources de financement externes (dette)), on cède une partie du contrôle de l’entreprise. Les investissuers ne sont pas supes de ce genre de manoeuvres et souvent les actions avec un droit de vote amputé (voire inexistant, ca existe) subissent une grosse décôte par rapport aux autres avec droits de vote complet.

J’ajoute que les actions, contrairement aux obligations (titres de créance et pas de propriété) n’engagent absolument pas l’entreprise à rembourser. A la dissolution de la société, les actionnaires sont payés avec ce qu’il reste de capitaux propres une fois que tous les créanciers sont remboursés…s’il ne reste RIEN, ils n’ont RIEN : c’est donc la moindre des choses de leur laisser un droit à la parole dans les décision de nature stratégiques de l’entreprise)

Enfin, si Google ne se finance pas par dette, c’est probabalement (mais la c’est la devinette parce que je ne connais pas le dossier par coeur qu’ils sont deja trop endettés (les dettes représentent plus de deux fois les capitaux prorpres) donc que les banques les poussent à lever des fonds sur le marché et refusent des leur préter plus pour des raisons de ratio des risque.

Maintenant, il est normal que les banques prélèvent une commission sur les émissions d’actions qu’elles réalisent car elles montent l’opération financière et se rémunèrent ainsi lorsqu’elles placent le papier sur le marché : c’est le métier des banques d’affaires.

Encore une fois, cette prose est juste ma contribution à déméler le barratin de la communication financière des boites et des journalistes qui ne maitrisent pas toujours leur sujet (en dehors des position partisannes qu’ils peuvent prendre)

Enfin, mais là c’est plus personnel, faut pas se faire avoir par tout ce qu’on nous raconte. Google a BESOIN d’argent mais ne veut surtout pas lacher une miette du contrôle de la boite. Pour moi l’aspect “nique les banques” c’est juste pour la gallerie. Warren Buffet l’a bien compris en ne misant que sur les fondamentaux des boites, et pas sur leur communication financière pleine de bullshit, pour décider de ses investissements. D’ailleurs, il considère que sur le marché, Google n’est pas une bonne valeur (il parle du marché primaire en général ; cf la fin de l’article), ce qui soutient mon arguementation sur les besoins de Google.

Edit : me suis emporté dans mon calcul un peu plus haut )

Ce message a été édité par greubeuld le 04/05/2004

[quote]Je crois perso, qu’ils veulent le beurre (le controle inconteste et sans appel de la boite) et l’argent du beure (la thune de la mise en bourse) et que c’est un peu trop demander[/quote]Je ne trouve pas cela si choquant que ca dans le principe: si on n’adhere pas a l’idee et qu’on ne fait que moyennement confiance aux deux Bogdanov (copyright good_boy) aux commandes, on n’en achete pas et puis c’est tout.
 
J’aurais meme tendance a trouver l’idee plutot sympa. En effet le risque de se voir depouille du controle de sa societe suite a d’obscures intrigues de conseils d’administration est un facteur qui peut vraiment freiner des societes qui auraient tout a gagner a se financer comme ca mais qui ont peur de se faire plumer si le vent tourne. C’est pas inhabituel de voir des societes cotees dont les statuts octroient peu de pouvoir aux actionnaires et/ou dans lesquelles l’actionnaire majoritaire se garde une bonne part de controle/parts (+1 a greubeuld pour les actions sans droit de vote). La demarche de Google est peut-etre un pied de nez aux banques mais de la a y voir un risque pour le petit actionnaire, il y a quand meme une marge. Et puis le petit actionnaire n’a qu’a faire gaffe a ce qu’il achete aussi, on ne va pas tout le temps le victimiser et le deresponsabiliser, c’est un grand garcon.

Et puis de toutes facons, pas de danger : La SEC veille

Lorsque leur société sera cotée, chacun de ces deux trentenaires sera plus riche que le magnat de l’immobilier Donald Trump
Ca me fait plaisir, ca va lui claquer son bec, a Donald (…okay je sors)

Ce message a été édité par GiomBee le 04/05/2004