Borderlands 2

#1

J’en ai passé des nuits sur Borderlands. Ce gameplay novateur à mi-chemin entre Hack’n’slash et FPS, cet univers complétement barré et immoral, ce côté multijoueurs extrêmement prenant à l’intérêt régulièrement relancé par des DLC de qualité. Le jeu de Gearbox était une vraie réussite.
Et pourtant à l’annonce de Borderlands 2 j’étais sceptique. J’attendais de voir comment le studio allait redynamiser cette formule qui, il faut l’avouer s’essoufflait quelque peu sur la fin. Et bien je dois l’avouer je ne suis pas déçu.


[center]Oh c’est beau![/center]

The Pandora Directive

Cinq ans ont passé, l’Arche ouverte à la fin du premier opus ne s’est révélée être qu’une prison pour créature mi-alien mi-lovecraftienne. Mais la course au loot ne s’est pas arrêtée pour autant et si les quatre aventuriers de Borderlands se sont éparpillés sur la planète, la firme Hypérion, dirigée de main de fer par Handsome Jack (le nouveau méchant du jeu) a découvert une nouvelle arche. De quoi aiguiser l’appétit de nouveaux chasseurs de trésors.
Parent pauvre de Borderlands, ici l’histoire est bien plus développée. Si dans le premier on regardait à peine les objectifs de mission, se contentant juste de suivre les points de navigation sur la carte, ce n’est plus le cas dans le second. Tout a été amélioré, le scénario est plus prenant, les quêtes bien mieux scénarisées et les personnages sont toujours aussi psychopathes.

[center]Alice au pays de Pandora[/center]

Butt Stallion !

L’humour noir (le mauvais gout diront certains) déjà présent auparavant est poussé à son paroxysme. Que ce soit dans les dialogues, références ou situations qui font intervenir nains pyromanes, claptrap allumé et méchant complètement mégalo, on se surprend souvent à sourire voire à rire franchement.
Ce soin apporté à tout l’enrobage bénéficie particulièrement aux quêtes. Si elles ne se détachent pas complètement du côté Fed Ex inhérent au premier épisode, elles ont le mérite d’être bien mieux scénarisées, avec beaucoup plus de dialogues et objectifs réellement amusants, y compris (surtout ?) dans celles qui sont secondaires. De quoi rendre le jeu très prenant, surtout avec un gameplay aussi réussi.

[center]Ca, vous allez le voir souvent[/center]

« John ? Arrête de faire des fusées et regarde ça. Oh, emmène Jay également. »

J’ose le dire, Borderlands 2 procure les meilleures sensations de FPS que j’ai vu depuis longtemps. L’arsenal est toujours aussi fourni et reprend exactement le même principe que le premier avec différentes marques spécialisées dans un domaine particulier. Et des armes il y en a partout! les coffres sont légions, les endroits ou fouiller pullulent et les loot intéressants arrivent à intervalles très réguliers et pas que sur les Boss ou Elites.
De même l’e gameplay s’enrichit encore avec de petites idées d’un premier abord anecdotique mais qui au final contribuent beaucoup au plaisir de jeu. Si les armes jetables sont un gimmick amusant, le fait d’avoir introduit un nouvel effet élémentaire (le Swa… euh non Slag) qui diminue toutes les résistances des ennemis touchés permet au jeu de se découvrir une nouvelle dimension stratégique. Car dorénavant la faune de Pandora, bien plus variée, est aussi beaucoup plus dure à abattre.

Entre les robots, araignées, nains suicidaires/pyromanes/piqueurdeloot (rayer la mention inutile) et les goliaths, sorte de Hulk rougeâtres qui défoncent tout y compris leur potes, il faut constamment varier ses approches et ses armes. Croyez-moi avoir le bon bazooka avec l’effet qu’il faut peut faire passer un combat contre un boss du cauchemardesque à la promenade de santé. De même le bestiaire force le joueur à être en mouvement constant, entre les grenades, les suicidaires ou les badass qui tapent très fort.
Pour que vous situiez, on se trouve à la limite entre un Rage réussi et un Serious Sam cell-shadé. Ajoutez à ce cocktail les nouvelles aptitudes des personnages incarnables et vous aurez un cocktail résolument explosif.


Moxxi toujours aussi sexy

De Zéro en héros

Si vous craignez que Lilith ou Roland ne vous manque, rassurez-vous, les nouveaux chercheurs d’Arche ressemblent énormément à leurs ainés. On retrouve sensiblement les mêmes pouvoirs avec quelques différences, notamment avec Zero le remplaçant de Mordecai, un assassin qui peut se rendre invisible quelques secondes pour assener un coup critique. De quoi varier les plaisirs entre combat au corps à corps (avec un petit regret, le fait de ne pas pouvoir looter d’armes de càc) et extraction de cervelle à haute vélocité par zoom interposé.
La progression se fait de toute façon de manière quasiment identique, à base d’arbres et de points de compétences. Petite nouveauté néanmoins, la possibilité d’obtenir des Badass Rank en réussissant des succès, qui permettent d’augmenter très légèrement certaines compétences (santé, diminution du recul de l’arme, dommages etc. ) et ce sur tous les personnages créés par le joueur. Sauf qu’en pratique, les succès pleuvent, on ne sait guère à quoi ils correspondent dans le feu de l’action (malgré leurs noms souvent sympa) et on attribue nos Badass Tokens qu’au moment du passage de niveau.

[center]Vive les plaines verdoyantes![/center]

Beau comme un Clap Trap

Pour ne rien gâcher le jeu est beau, vraiment. Il bénéficie d’une direction artistique très réussie avec des environnements variés cette fois-ci, assortie à une bande originale tout aussi agréable. Toujours en Cell-shading et tournant sous Unreal Engine (coucou les loading de texture !), la version PC peut se targuer d’être très réussie, avec de nombreuses options comme la FOV permettant de régler son jeu aux petits oignons. Il se permet le luxe de tourner très bien sur un I7 2670QM GTX560M et 6G de RAM en 1980, quasi TAF.
Qui dit PC, dit multijoueurs. L’intégration à Steam facilite grandement les choses. On retrouve directement ingame nos amis, avec l’affichage de leur niveau, de la quête dans laquelle ils sont et du nombre qu’ils sont. Pour ceux qui n’en ont pas (des amis), un matchmaking est présent. Tout juste peut-on regretter la faiblesse du netcode qui se permet déconnexions intempestives, lag et parties impossibles à rejoindre ainsi que le loot commun. Nul doute que Gearbox saura corriger le tir pour la sortie de ses prochains DLC (dont quatre sont déjà prévus).

[center]protip: n’ouvrez pas ce coffre avant d’avoir un niveau correct[/center]

Vous avez aimé le premier ? Foncez ! Vous n’y avez pas joué ? Foncez quand même. Borderlands 2 se permet le luxe d’être à la fois un très bon Hack’n’slash et un excellent FPS. De quoi y passer de nombreuses heures, happés par le gameplay quasi parfait et retenus par l’humour omniprésent. Le futur GOTY ?

edit: bon apparemment le système de mise en page merdouille, il ne me prend pas mes modifs, désolé.

0 Likes

#2

Nice , Nice , Nice ! Merci pour cet article Gabs ! (même si j’étais déjà conquis^^)

edit : comment on fait pour demander un thread en page d’accueil ?

0 Likes

#3

Trop tard, je l’ai ouvert le WE dernier qd j’étais level 8 :ouuiinn:

Sinon féloche pour l’article. Qu’est-ce que ce jeu est bon en réseau.

Au fait, c’était possible de sauver Roland avant que le boss se barre avec lui ? On n’a pas réussi, on s’est fait rouster par les mecha vert bien costaud que le boss fait spawner

0 Likes

#4

Jamais joué au premier et je n’ai rien suivi du développement / vie du jeu, mais ce petit sujet me donne bien envie d’essayer :slight_smile:

0 Likes

#5

Adoré le premier, je me prendrais le 2 mais faut que je finisse GW2 avant hahaha

0 Likes

#6

Pas mieux xD

0 Likes

#7

Superbe présentation, même si déjà conquis depuis longtemps (et préco depuis longtemps :P). J’ai à peine commencé avec des amis, et c’est vraiment le 1 en mieux. Mention spéciale aux effets PhysX plutôt jolis et moins inutiles que d’habitude !

Etalon du cul te dit bonjour !

0 Likes

#8

Et sinon, ce jeu a un intérêt en solo/pub?

0 Likes

#9

Complètement.

0 Likes

#10

Merci gabs, excellent article, et bien que n’ayant pas eu le temps de jouer au 1 (que j’avais pourtant acheté), je m’éclate à fond sur le 2!

0 Likes

#11

Bon je suis ravi que l’article soit plaisant, ça fait chaud au coeur de pouvoir faire partager mes émotions. Je me sens un peu comme une sorte de ménestrel du jeu vidéo qui à travers ses écrits cherche à v… Oh wait pardon c’est déjà pris ça! :smiley:
Non plus sérieusement merci encore, c’est toujours un plaisir d’écrire ici, j’aimerais pouvoir le faire plus souvent.

0 Likes

#12

Faut reply via Twitter? :slight_smile:

Sinon, pour rester dans l’esprit: Good job Minion!

0 Likes

#13

Bon et sinon, vous avez pris quoi comme classe alors ? J’ai commencé un zero, mais je me fais ouvrir par Flynt … La sirene est bien ou pas ?

0 Likes

#14

J’ai pris un Gunzerker. Je commence seulement à comprendre le potentiel de l’akimbo. Le double shootgun est dévastateur, mais il faut pas avoir peur d’aller au contact parce que c’est pas super précis.

0 Likes

#15

je joue zero, vive les headshots, et pour flynt , il faut user et abuser de ton pouvoir special d’invisibilte :wink:

0 Likes

#16

hello, je viens de commencer , je ne connaissais pas le 1.
L’univers à l’air bien barré ^^

Par contre, c’est du ropop de mob, lorsqu’on nettoie une zone, et qu’on revient quelque dizaine de minute plus tard, paf ils sont la.

c’est long pour avoir un des premiers pouvoirs ?

0 Likes

#17

Si c’est comme le 1, ça ce débloque au lvl 5.

0 Likes

#18

Oui c est niveau 5. Pour le repop c’est le côté hack’n’slash qui veut ça.

0 Likes

#19

Merci à tous les 2.

ah, oki. Par contre, il n’y a pas trop moyen d’esquiver dans le jeu lorsque les mob foncent sur nous ?
C’est le coté bourrin ? ^^

0 Likes

#20

Bah straff et circle jump ?

0 Likes