Des expressions bien de chez nous !

din ch’nord non plus il pleut pô; « y drache » ( sauf 3 jours/an :slight_smile: )

En Suisse y roille (enfin là non, il fait beau).

Je sais pas si c’est spécifique au Nord tout ça (en tout cas on se fout de ma gueule quand je le dis)

  • “faut pas demander” La personne en face te demande "bah faut pas demander quoi ?"
    Rien rien, c’est juste “faut pas demander”. Genre “on est en juin et j’ai déjà chaud, faut pas demander” > sous-entendu “faut pas demander à quel point j’aurai chaud en aôut”

Ethomit > perso je prononce “wassingue”. Pour la “clenche” ici c’est “cliche”.

  • Le blanco ! C’est le truc (blanc, donc) pour corriger les fautes quand t’écris là

La chocolatine vi, ça me rappelle Toulouse ^^

Sinon en Bretagne, “Comment qu’c’est” pour comment ca va.
Dans le sud, en désignant le coffre de la voiture on dit “la malle” de la caisse. Arrivé en Brest, un pote avait du mal a comprendre que j’avais un malle dans la voiture ^^
Autre expression bretonne, “Aller au maille” ou “Ya du maille a faire !” => Travail

J’aimais bien aussi me “titiller le bulbe” plutôt que me prendre la tête.

Les poches aussi, les commerçants à Brest ont du mal a comprendre de quoi on parle quand on leur en demande à la caisse. Je me souviens de vaches quiproquos. “- T’as des poches ? - Hein ?? oui sur mon jean…”

[quote=“mmenfin, post:1, topic: 47854”]- j’ai des copains qui barrent leurs porte, pour la fermer à clef.[/quote][quote=“steph___leto, post:24, topic: 47854”]Dans le sud, en désignant le coffre de la voiture on dit “la malle” de la caisse.[/quote]Combo : ma Mamie dit “barrer de la malle de l’auto” pour “fermer le coffre de la voiture”. Et elle vit dans le Manche, ce qui est bien loin de vos Nantes et Grenoble respectifs, ce qui m’amène à penser que ce sont plus des expressions liées aux générations qu’à la géographie. Chez vous les gens parlent comme ça quel que soit leur âge ?

l’alsacien c’est facile : on dit Ich pour je , Ihr pour vous . on prend les deux premieres syllabes de chaques mots en francais et on rajoute « ala » derriere .
exemple : je donne les granules au chats

Ich donne die granala au catala .

voyez c’est simple :slight_smile:

advanced user tips : rajouter un hopla entre deux phrases . Et si vous etes une filles rajouter un « yeuh » toutes les 3 phrases . et « ein mal » ( une fois" ) toutes les 5 phrases et un « comme dit » au debut de chaques phrases .

Exemple :
Yeuh , comme dit ich donne ein mal les granalas au catala , hop la !

Alors les expressions romandes:

  • “bobet”: crétin
  • “cornet”: sac pour les courses
  • “roiller” dit plus haut, pleuvoir
  • “panosse”: serpillère
  • “papier-ménage”: essuie-tout
  • “thune”: même si c’est plus trop local, la pièce de 5.-
  • “Merci. -Service” au lieu de “Merci. -De rien”
  • “Natel”: tél portable

Si j’en ai qui reviennent, j’éditerai.

aj la la, le “faut pas demander”,
à ranger avec le "je te dit quoi" pour je te donne des infos supplémentaires dés que j’en ai
chougner ou chuiner pour braire, euh non, merde…,enfin pour pleurer ou pleurnicher
jusd’chique pour un mauvais café
et la derniere, entendu hier soir, et elle m’a achevé: nan ,mi j’bo nin,euh ch’su l’bop, j’arconduis l’carette pour non,je ne bois pas, je suis le capitaine de soirée (bob c’est celui qui ne boit pas), je ramene tout le monde en voiture

un truc de derniere minute qui m’avait fait débloquer lors de mon séjours à Montréal, la Tabagie, c’est le lieu où on vend du tabac

En suisse il manque :
La panosse (serpillière)
S’encoubler (trébucher)
Le bogey (mobylette, prononcer bogaille)
Caillon mon cochon (ben merde alors! -régional-)
La gouille (flaque)
Le poreau (poireau en vaudois)

et plein d’autre mots complétements débiles…

Personnellement je viens du pays de caux et pour ce genre de chose on est plutôt gratiné.
Morceaux choisis (honteusement reprit de l’excellent site tapadiboujou ) :

  • A l’est teumbée su un pieu (elle est enceinte)
  • Ouiou qchai qu’il est ? (Où est-il ?)
  • Si i gueul c’est qui n’a enco’ la force (Il n’est pas aussi fatigué qu’il veut bien le faire croire…)
  • Il est mou comme une chique
  • T’es rien niant !!! (Comme tu es naïf/neuneu/(con))
  • Â tu vu châ? Il est rond comme eune queue d’pelle! (Tu as vu ? Il est complètement bourré)
  • Vé t’foutte une pecque dla main que j’pisse tva voi té

Je me suis permis de ne pas tout traduire, la traduction étant vite trouvée…

Ah oui, oublié ce monument.
Je vois dis pas ma tête quand un pote m’a sorti “Je me suis encoublé”.

Ah oui, ça me rappelle la Belgique, avec ses :

  • déjeuner pour petit-déjeuner
  • dîner pour déjeuner
  • souper pour dîner
  • la toilette pour les toilettes
  • tous les termes essuie-mains, essuie-vaisselles, torchon, loque, qui ne veulent pas forcément dire la même chose qu’en France mais dont j’ai oublié les relations ^^
  • maison communale (voire hôtel communale) pour mairie, bourgmestre pour maire
  • farde pour porte-documents/cartouche de cigarettes/autres
  • clignoteur pour clignotant (mais apparemment c’était l’ancienne génération qui utilisait ce terme)
  • écolage (terme affiché sur certains trams) pour apprentissage ?
  • savoir pour pouvoir (« est-ce que tu saurais m’ouvrir la porte ? » voire l’ultime combo « mais on sait pas savoir ! » :crying:)
  • gsm pour téléphone portable / mobile
  • carré pour dièse (mais ça dépend apparemment)
  • boîte à messages pour répondeur de téléphone
  • biesse pour imbécile
  • brol pour truc/machin. Le combo ultime étant « machin truc brol »
  • le classique septante/nonante, évidemment

2 ans en Belgique, il faut connaître les quelques termes :slight_smile:

En Charente Maritime, ils “attrapent un accident” et les enfants sont" des drôles" (ce qui pour moi voulait plutôt dire fou, les 2 n"étant pas incompatible :)).

Autre truc, tout le monde dit embaucher/débaucher pour le début et la fin des cours. Et ils n’arrêtent de dire “ah bah rien” pour manifester… heu… pas mal de truc je crois…

je viens de la réentendre ce WE, j’avais oublié de le mettre dans mon premier post : quand on s’est prit une averse sur le coin du nez, on n’est pas juste “trempé”, mais “trempé-gueuné”, et là on fait moins le malin.

En Picardie :
dédrucir : enlever les mauvaises herbes.

En Alsace, et a fortiori dans le reste de la France, personne ne pige quand je dis qu’il y a des ch’nis partout. De la poussière, des moutons sous le lit, des miettes sur la table, des peluches sur les habits, de la ptite saleté, quoi, tout ça, c’est des (ou du) ch’nis. « Passe-moi la balayette et la pelle à ch’nis », ça, ya qu’en Franche-Comté qu’on comprend… :slight_smile:

En Franche-Comté on toque à la porte aussi…

Ah et un autre truc me vient à l’esprit: dans une situation où l’on a deux façons de faire quelque chose et qu’une des possibilités est plus simple que l’autre on dit (enfin chez moi) “t’as meilleurs temps de faire comme ça”. On me regarde souvent bizarrement quand je dis ça.

En PACA, j’ai souvent entendu un mot, “péguer”, pour dire “coller” mais avec une nuance, et ayant été a Nice depuis que je suis gosse, je sais jamais quoi dire pour remplacer le mot… parce que péguer c’est pas comme coller. Et quand ça pègue, ça colle pas !

Exemple, après avoir touché un tronc avec de la sève, les doigts pèguent.

[quote=“LordK, post:38, topic: 47854”]En PACA, j’ai souvent entendu un mot, “péguer”, pour dire “coller” mais avec une nuance, et ayant été a Nice depuis que je suis gosse, je sais jamais quoi dire pour remplacer le mot… parce que péguer c’est pas comme coller. Et quand ça pègue, ça colle pas !

Exemple, après avoir touché un tronc avec de la sève, les doigts pèguent.[/quote]Tout à fait. On peut aussi dire que la sève c’est pégous. Et peut aussi s’employer pour qualifier une fille : Une pègue est une fille un peu trop collante.

Dans le sud-est, beaucoup d’expressions viennent d’un dérivé du provençal (qu’il soit alpin, méditerranéen ou autre) :

  • donc “péguer”, c’est bien coller ou gluer pour parler d’un produit collant (sève, coca par terre) ou d’un temps chaud et humide voir d’une personne un peu lourde et collante. Vient de “pego” (la poix)

  • j’aime bien “bestiasse” qui a pris aujourd’hui une connotation positive “zindane qué bestiasse avé les pieds!”. Vient de besti (bête) à l’origine pour désigner un idiot.

  • “galère” pour parler d’un problème enquiquinant “oh qué galère les drivers sous vista!” (oui le provençal sait être geek). A l’origine pour parler d’un lieu lointain “va en galère au lieu de me faire caguer”

  • un truc que j’utilise souvent comme expression c’est “nine” (de “nino”, petite) quand je m’adresse à une amie ou que je parle d’elle, il faut qu’elle soit plus jeune que soi même “ho nine tu vas aux cabèches (WC)?”. Oui moi aussi j’ai mon coté classe.

Edit: rhaaa grillé par zepostman sur péguer…je tape trop lentement. donc j’en rajoute (merci aux Massilia sound system pour ceux la)

  • embuscade : rencontre qui tourne à l’apéro qui vire à la descente de bouteille de ricard par cartons entiers
  • attentat : repas entre amis qui finalement n’est composé que d’un liquide troublé grace à l’adjonction d’eau.
    Dans les deux cas on finit “carpète” ou 'frit confit".