La nouvelle exploration spatiale

espace
spacex
blue-origin

#1

Je cherchais le thread sur SpaceX, et je ne l’ai pas trouvé. Pourtant je sais qu’il y a ici beaucoup de gens intéressés voire passionnés par ce qui s’annonce au-dessus de nos têtes.

On connait donc tous Space X, en ce moment en train de chercher pourquoi sa dernière fusée a explosé mais qui a à son actif d’avoir déjà ravitaillé l’ISS, d’avoir posé un lanceur (mais qui n’avait pas atteint l’espace), et qui cherche à mettre au point un système d’éjection pour sauver les astronautes en cas d’explosion du lanceur au décollage (alias "le coup de pied au cul du coup de pied au cul, more boosters sur la capsule pour obtenir une grosse accélération de la partie habitée en cas de défaillance de ce qui se trouve en-dessous). Ouf. Mine de rien, en l’écrivant je me rends compte qu’ils font feu de tout bois.

Aujourd’hui je découvre Blue Origin, la société de Jeff Bezos, qui vient de réussir là où Space X a échoué, et a posé un lanceur après qu’il a fait un petit tour dans ce qui est tout juste l’espace (100,5 km, sachant que la limite de l’espace est à 100 km - la ligne de Kármán). L’engin est petit (15 mètres train déployé), sans charge utile ou presque (la capsule vide destinée à accueillir 6 passagers), mais son atterrissage est vraiment élégant, il parait moins hésitant que ceux de Space X.
La vidéo de cette nouvelle étape:

Et enfin, je lis sur Numerama qu’il existe un projet Arianespace pour ramener la partie d’un lanceur qui a de la valeur (les moteurs et l’avionique). Ici on abandonne le réservoir, on colle des ailes sur les moteurs, on les fait redescendre en planant, et on pose le tout à l’horizontale sur une piste classique, avec l’aide de petites hélices si besoin. Ca fait clairement moins 3ème millénaire que les posés verticaux, mais ça me semble plus rationnel, puisqu’il n’y a plus besoin consommer du carburant pour mettre un gros coup de frein à la descente ; carburant qui lui même nécessite du carburant pour propulser et freiner le poids supplémentaire. Bref, la solution a la classe. Et d’après ce qu’on voit sur la vidéo ci-dessous, ils ont déjà des prototypes. Leur force, c’est que leur concept pourrait être adaptable à toutes tailles de fusées.
http://bit.ly/1HA1yrn

J’invite ceux qui ont plein de choses à dire sur le sujet à partager chaque nouvelle étape des avancées des différentes sociétés et agences spatiales, et à critiquer ou enrichir ce petit post d’introduction!

PS: oui, la dernière phrase est beaucoup trop lourde pour aller dans l’espace. Je sais.


Evolution de la Nebuleuse du Crabe sur 10 ans ( time-lapse)
#2

Je trouve dommage de mettre en avant SpaceX alors qu’il s’agit d’une entreprise privée qui fait du dumping en s’appuyant massivement sur de la subvention déguisé de la part de la NASA et du USAF :browning:

Et sinon, tout les lancements de Kourou se font en direct sur la webtv de l’esa :slight_smile:


#3

Parce que ce sont eux qui ont rallumé la flamme en moi :slight_smile:
Je voyais les deux grosses agences publiques passer leur temps à rogner des budgets et downsizer des projets, eux ils sont arrivés et ont bien communiqué sur leurs innovations. Mais si des choses originales et ambitieuses apparaissent chez les concurrents, publiques ou privés, y compris orientaux, c’est intéressant aussi et c’est justement la vocation de ce thread!


#4

On sait depuis des mois pourquoi elle a explosée. Une structure qui maintenait le réservoir interne d’hélium a laché avec une application de force de 3000 lbs alors qu’elles sont prévues pour tenir 10 000 lbs. SpaceX a même poussé son investigation jusqu’à faire de la triangulation acoustique pour savoir exactement quelle structure avait lâchée. C’est un défaut de fabrication du fournisseur des structures (genre il y avait 3% de chances que la structure fail). Musk est parti sur des structures en Inconel pour la version 1.2 Full Trust.

Oui, mais non. C’est absolument pas la même chose. Il me semble que tu as joué à KSP, donc pour la faire simple, Blue Origin est parti tout droit vers le ciel. Pas d’orbite, rien. C’est “je monte et je redescends en contrôlant ma poussée”. Bien qu’un record d’altitude ai été atteint de cette manière, SpaceX accomplissait le même genre d’exploit avec son Grasshoper.

Tu dis que l’atterrissage a l’air plus élégant; c’est normal, la fusée se stabilise à quelque mètres du sol avant d’atterrir, utilisant du précieux carburant… que SpaceX n’a pas dans son cas. En effet, la société de Musk essaie de faire quelque chose d’autrement plus compliqué: lancer son booster, et le faire atterrir sur une barge a des centaines de kilomètres de là. En ayant une vitesse horizontale non nulle et ne disposant que d’assez de carburant pour faire un suicide-burn a son arrivée. Le tout avec un booster qui pèse genre dix fois le poids de la fusée de Blue Origin (la poussée complète de la fusée de Bezos, c’est l’équivalent de la poussée d’un moteur Merlin 1D… et il y en a 9 sur un Falcon v1.1).

Yep, c’est le projet Adeline. United Launch Alliance a un système similaire nommé Vulcan ou ils souhaitent parachuter les moteurs et les récupérer en vol depuis un hélicoptère. C’est certes moins sexy que les projets de Blue Origin et SpaceX, mais ca a du sens: les réservoirs ne coûtent pratiquement rien à fabriquer, la partie la plus couteuse d’une fusée étant les moteurs.

Sauf que malheureusement, sans eux, on en resterait à faire des fusées jetables. Et c’est faux, SpaceX ne fait pas de dumping… leur process de mise à jour de fusée est juste fabuleux, et c’est ce qui leur permet d’obtenir des prix compétitifs.

Qu’on soit bien clair: la NASA n’innove plus depuis des années. Ils ont perdu leur cojones avec la fin de la guerre froide, et les hésitations du sénat américains, ainsi que les réductions drastiques de leur budget font qu’ils sont limités à quelques coups d’éclats comme Curiosity.


#5

Si si, c’est peut être plus le cas, mais pendant très longtemps, ils ont survendu les lancements pour la nasa / USAF pour faire des lancement pas cher pour le secteur privé, c’est vraiment pas éthique comme façon de faire…


#6

Tu devrais check le lien sur la mise à jour de fusée. Effectivement au début c’était du dumping, mais ils remplacent pratiquement à chaque lancement des éléments de leur fusée par des versions soit plus légères, soit moins chères.

Certains systèmes sont montés en parallèles: genre de l’avionnique qui vient d’ULA, certifiée space grade à 100K l’unité, et l’avionnique in-house de SpaceX, construite avec 3 bouts de bois et du scotch. Si l’avionnique de SpaceX marche aussi bien que le modèle a 100K$, au prochain vol, SpaceX droppe le matos cher et le remplace par son matériel.


#7

Pour moi, c’est vraiment distinct: on a d’un côté Curiosity qui est une expérience scientifique, au même titre que Rosetta, des belles réussites de barbus qui changent notre connaissance du monde, mais pas notre vie. Et de l’autre côté, une tentative d’industrialisation de l’accès à l’espace.
Le premier me fait rêver, le second me donne espoir d’y aller un jour!


#8

Je dirai surtout que l’un a un intérêt pour l’humanité, la connaissance scientifique, l’autre pour le bisness et quelques uns.


#9

Certes Elon Musk n’est clairement pas un enfant de cœur, et je n’aimerai pas bosser pour lui (il est connu pour malmener ses équipes…). Mais on ne lui enlèvera pas qu’il pousse tout le domaine astronautique pour le haut en faisant ceci. Et qui dit un accès à l’espace moins cher dit plus d’expériences scientifiques à bas coût.


#10

Ce thread est une super initiative ! Thx!
J’en profite pour poster ici des cartes HI-RES de la Lune. J’espère que c’est pas trop hors-sujet…
http://pubs.usgs.gov/sim/3316/


#11

Cool stuff bro’s.

Question sur le moteur principal : ça parait évident que c’est le truc important à sauver du lanceur vu son coût, mais quid d’une ré-utilisation d’un Vulcan par exemple après un full burn ? Is possibeule ?
Il est pas complètement cramé le truc ?
Ça me fait un peu penser aux moteurs de F1 pre-2005, 1h30 de durée de vie à fond et puis paf, à la casse.


#12

Bonne question. Dans le pire des cas, j’imagine qu’il y a des éléments réutilisables/recyclables. L’idée est d’éviter de gaspiller des millions d’euros (et de ressources).


#13

Yep c’est ce que j’imagine aussi (Ariane parle quand même de 30% de réduction de coûts, ce qui est énorme). En fait c’est une question pour les ingénieurs, parce que c’est facile de faire des concepts en CGI, mais où en est-on vraiment dans la réalité…


#14

Si je ne me trompe pas les SSME des navettes américaines étaient réutilisés. On doit savoir faire des moteurs qui ne crament pas après 15 minutes à 100% :smile:


#15

Les moteurs sont la plupart du temps réutilisables, quand ils sont conçus pour être ré-allumés (ie, pas tous, certains ne fonctionnent qu’une fois). C’est plus un mode de fonctionnement du moteur que de “oulah, j’ai fait un saut dans la haute atmosphère, vais je encore fonctionner?”.

J’avais lu quelque part que les moteurs de SpaceX sont certifiés pour 40 ré-allumages, sachant qu’un vol en consomme 3:

  • un pour le vol sub-orbital du second étage
  • un pour la ré-orientation vers une des barges d’accueil
  • un pour le suicide burn à l’atterrissage.

#16

Le problème avec la navette c’est que les couts de maintenance étaient énormes. On démontait pratiquement entièrement la navette pour la remonter ensuite. SpaceX vise réellement un re-launch très rapide, sans grosse maintenance.


#17

Space X décide pour faire plus simple d’atterrir:


#18

Ce qui est drôle, justement, c’est que je ne pense pas qu’ils aient les autorisations pour faire cela. D’où la tentative de rattrapage sur des barges en pleine mer.


#19

Et niveau énergétique c’est aussi intéressant? Embarquer du carburant qui ne sert qu’à stabilité la décente c’est pas mal de gâchis non?


#20

Non, c’est plus cher de refaire le premier etage.