Les docs qui se respectent


#41

merci !! j’en parle à la mienne depuis son suicide et elle me fait le superbe anh anh genre ouai ok je vois pas en quoi il est important ce type
Je lui ai fait un parallèle un peu foireux avec Turing apres avoir vu the imitation game

Des gens ont vu Citizen Four ? 


#42

Yes vu c’est interessant. Je recommande.


#43

Un “classique” malheureusement… 


#44

Super thread, mais vachement chronophage :smiley:

J’ajoute Marvel Renaissance à la liste.

Il explique comment Marvel a flirté avec la faillite pendant les années 90 suite au rachat par Perelman et une liste de mauvais choix ainsi que la résurrection grâce à l’arrivée d’Holywood et de nouvelles équipes pour les comics.

Y’a du beau monde pour expliquer tout ça, Waid, Millar, Palmiotti. El Mayimbe est également de la partie pour ceux qui veulent mettre un visage sur les pipeaux de Latino Review.


#45

Et je relance de 4 

A l’ombre de la république, superbe film sur les longues peines - la psychiatrie en prison. On voit des type tombé pour braquage dans les années 70 qui ont pris perpète (alors qu’'aujourd’hui c’est 5 ans max) et qui ne sortiront jamais de prison, ils ont +60 ans. Assez touchant et flippant à la fois

Mourir plutot crever - sur le procès de Siné par Val après son éviction de Charlie Hebdo et la création de Siné Hebdo 

C’est dur d’être aimé par des cons - le procès de Charlie Hebdo à cause des caricatures

et Walter, Retour en Résistance ou un ancien résistant essai de sauver ce qu’il reste du programme du CNR de 45 et qui est systématiquement démonté par les politiques et le MEDEF et aussi apprendre ce qui s’est passé pendant la guerre aux jeunes.


#46

Le sable, enquête sur une disparition - Un documentaire qui m’a marqué. Comme le sable est une ressource gratuite et disponible en grande quantité, de grosses companies pompent le sable un peu partout dans le monde pour différents besoins (la construction notamment). Sauf que les quantités sont astronomiques et que ça a des conséquences dramatiques pour l’environnement… 

http://www.arte.tv/guide/fr/046598-000/le-sable


#47

pas vu celu-ci mais prévu pour la sortie du DVD 

Written and directed by San Diego based musician and filmmaker Jason Blackmore, Records Collecting Dust documents the vinyl record collections, origins, and holy grails of alternative music icons Jello Biafra, Chuck Dukowski, Keith Morris, John Reis, and over thirty other underground music comrades.

et Beyond Clueless (vu au cinoche), superbe etude sur les teen movies, de 1995 à 2004 à travers 200 films
(liste des films 
http://letterboxd.com/annamckenzie/list/films-mentioned-in-beyond-clueless/detail/
ou
http://www.imdb.com/title/tt3254656/movieconnections


#48

West of Memphis

http://imdb.com/rg/an_share/title/title/tt2130321/

Histoire d’une fat erreur judiciaire comme les américains savent en pondre. À éviter pour ceux qui aiment pas trop les docus angoissants.


#49

Si vous ne l’avez jamais vu, Dear Zachary est un must. “A Letter to a Son About His Father”. Pour plus d’impact, essayez de le regarder sans vous être rencardé dessus avant (en dehors du trailer ci-dessous, of course), n’allez pas voir la fiche Wikipedia, juste matez-le. L’histoire est bouleversante.

https://www.youtube.com/watch?v=OtyY0CXdiNo


#50

un que j’avais vu au cine en 2004 et qui te fout bien sur les rotules


(le film est mieux monté que le traileur ^^)

un gamin pendant 20 ans a tenu un videoblog, en super8, vhs, DV pour la fin et il a monté ca en film (budget 300$ en gros)
Sa mere a des soucis psychiatriques et le film montre l’absurdité des traitements aux USA (electro-choques qui l’enfoncent encore plus, lithium etc) le gamin va dans des familles d’accueil assez bizarre, puis chez ses grands parents pas mieux mais bon c’est la famille
ils développent aussi des pb psy et en plus est gay, donc rien est simple pour lui


#51

Un œil sur vous, documentaire Arte sur la surveillance masse.


#52

[quote=“Tomma, post:43, topic: 56273”][/quote]

J’allais mettre celui-là aussi. Complètement flippant. Ca m’a marqué durablement.

Autre documentaire que j’ai regardé dernièrement et qui m’a marqué (surtout la fin !) : Inside Job. Un doc américain qui retrace les conditions du crack de 2008 :

[video]https://www.youtube.com/watch?v=FzrBurlJUNk[/video]


#53

Jacques Vergès : L’avocat de la terreur

Je l’ai vu au ciné, excellent docu qui montre le combat anti-colonialiste et les choix qu’il a pu faire dans sa vie ou sur ses clients.

Jacques Vergès est né « colonisé » en 1925 (ou en 1924) en Indochine. Sa mère est vietnamienne et son père est réunionnais, consul de France en Indochine au moment de sa naissance. À ce titre, ce père est chargé, entre autres, de maintenir le colonialisme dans l’Empire colonial français à une époque où « les colonisés devaient s’écarter sur la route lorsqu’un occidental passait ».

Il décide de vouer sa vie à la cause des nationalistes anti-colonialistes d’Indochine et d’Afrique, et choisit le barreau des tribunaux comme vecteur de communication. Il plaide pour les criminels de guerre (Klaus Barbie, Anis Naccache et Carlos) anticolonialistes emblématiques (Djamila Bouhired qu’il épouse, Magdalena Kopp, etc.). Particulièrement médiatique, il finit toujours par plaider stratégiquement contre la justice française, affirmant que les pires individus, jugés et condamnés unanimement par la France, ont des raisons valables de se battre pour leur liberté en utilisant les mêmes solutions « cruelles et inhumaines » que celles utilisées par la France pour maintenir son joug militaire sur ses ex-colonies (vagues d’attentats, meurtre, répression sanguinaire, enlèvement, tortures, terreurs, etc.). Il se bat également contre les sionistes d’Israël et Georges Bush, qu’il considère comme des colonisateurs.

Le film cite : « Vergès n’aura de cesse de rentrer dans le chou de la France jusqu’à ce qu’elle avoue s’être comportée comme des nazis de la Seconde Guerre mondiale vis-à-vis des nationalistes anti-colonialistes de son ancien empire ».


#54

[quote=“FMP_thE_mAd, post:52, topic: 56273”][/quote]
La première fois que je l’avais vu celui-là, j’avais des envies de meurtre à la fin…


#55

Cela m’avait beaucoup plus Inside Job mais comme Funkylolo cela n’encourage pas vraiment des pensées pacifistes envers certains systèmes/compagnies.

Ce weekend j’ai regardé Inequality for all, très bien cela m’a pas mal fait penser à The big one (de Michael Moore), au niveau des interviews d’américains “moyens”. Avec plus de dix ans d’écart c’est assez déprimant en fait.

J’ai aussi vu Hot Girls Wanted, et comme le disait Faskill il faut prévoir un truc léger à regarder après car c’est juste horrible. Un super message pour les jeunes femmes tentées par ce genre d’aventure, pas sûr que cela aura beaucoup d’impact mais si cela fait changer d’avis ne serait-ce que l’une d’entre elles ce sera déjà une très bonne chose.


#56

[quote=“Macgyv, post:55, topic: 56273”][/quote]

Vu également et paradoxalement je ne suis pas certain que le message soit si décourageant que ça pour une jeune fille même-pas-tout-à-fait sortie de l’adolescence.

En gros -au travers d’un filtre d’insouciance et d’inconséquence- voilà le message qu’il me semble possible d’en retenir :
“Tu peux te faire une expérience un peu fofolle de quelques semaines (les studios ne veulent pas de toi plus longtemps de toute façon), ça ne prête pas à conséquence sur le long terme. Tu va t’éclater à voyager, te faire du blé et coucher avec des mecs professionnellement qualifiés. Pense tout de même à décrocher avant de te retrouver dans des sous-genres glauques. Au final, une fois ce grand spring break passé, tu te retrouveras manager d’un restaurant sans passer par la case College.”

Pour une jeune fille qui ne se voit pas d’avenir de toute façon, je trouve que le tableau est loin d’être repoussant.

Attention / Disclaimer / Machin : ce poste ne représente pas mon avis sur l’industrie du porno, juste une interpration possible du documentaire.


#57

Pour moi, il y a quand même un paquet de scènes qui montrent clairement qu’elles s’éclatent pas du tout mais effectivement c’est une interprétation possible j’imagine.


#58

Je crois que le but n’est pas vraiment de décourager les nanas qui veulent s’y lancer (ce que semble confirmer l’interview de Rashida Jones d’ailleurs), mais de leur montrer que ce n’est pas forcément aussi rose qu’on peut leur faire miroiter et qu’il vaut mieux y réfléchir avant de se lancer dans une entreprise qui semble a priori gagnante et facile.

Je crois que l’idée derrière le scénario du docu, c’est de montrer qu’au final, c’est un cycle sur le très court terme, sans fin, qui pousse parfois les nanas au bout de leurs limites, et que le processus recommence après 3 mois avec de nouvelles recrues. Et aussi que les perspectives de “percer” dans le milieu et d’en vivre sur le long terme sont extrêmement réduites.

Edit : Sinon, pour réagir sur le “tu vas te faire du blé”, au final, le docu démontre que c’est justement de la poudre aux yeux, que ça ne paie pas si bien que ça et que la majeure partie de la thune qu’elles se font est immédiatement engloutie dans des dépenses diverses liées à la profession. Le jackpot, c’est surtout pour les rares qui vont réussir à dépasser le cap des trois mois et se retrouver dans une plus grosse boite de prod.


#59

Clair, elles ne gagnent pas grand chose au final.


#60

[quote=“Funkylolo, post:54, topic: 56273”][/quote]

C’est clair que la fin est absolument décourageante.