Lord Of War

[Ce film est supporté par l’Unicef]

Bonne année !

Pour centrer un peu le débat, Lord Of War, c’est le nouveau film d’Andrew Niccol, réalisateur de Bienvenue à Gattaca et de S1mOne, scénariste de Truman Show.
Il met en scène la fausse biographie de Yuri Olov, trafiquant d’arme, de la guerre froide à aujourd’hui. Comment il s’élève, comment il chute.
Dans le rôle titre, on trouve Nicolas Cage, en forme. Ce qui n’est pas peu dire, vu sa filmographie en dents de scie. Il est accompagné par Jared Leto et par Ethan Hawke, tous deux excellents.
La réalisation confirme ce que je pensais de Niccol : il maîtrise son art. Le film commence par un plan-séquence où l’on suit le parcours d’une balle… Tout bonnement impressionant. Le reste est plus classique, mais on est tout de suite dans le bain.
On y trouve de l’humour, de l’action, un peu de réflexion… J’ai l’impression de mal vous vendre le film, il est pourtant terrible.

Par exemple le coup de la transformation du bâteau ou de l’helicoptère, l’histoire du flingue de Rambo, ou encore le frère junky et son « salut christian »…

Maintenant, il faut savoir que la plupart des majors hollywoodiennes ont refusés de produire ce film. Pourquoi ? Parce qu’il est polémique. Les trois plus gros vendeurs d’armes au monde sont aussi trois des membres permanents de l’ONU. Résultat, le film s’est monté à partir de fonds européens. :stuck_out_tongue:
C’est aussi son thème qui fait de ce film un objet cinématographique un peu à part. Il possède à mon sens une forme similaire à un documentaire de Michael Moore, sauf qu’Andrew Niccol en fait un fiction. La limite est parfois bien mince, certains dialogues sonnant dans la bouche des acteurs comme une suite de statistiques sans fin (ça n’arrive que rarement, heureusement). Mais peut-être le fait que le film raconte une histoire permet de frapper plus durement l’inconscient du spectateur.

En tout cas, un film qui permet à la fois de voir une bonne histoire et de prendre conscience d’une réalité de ce monde, ça arrive de temps en temps. Et quand il est aussi réussi que ce Lord Of War, c’est à ne pas manquer.

[/Ce film est supporté par l’Unicef]

Hum… Tu me donnes envie ! J’avais vu une bande annonce et ca m’avait semblé sympa. je vais ptet me laissé tenter :stuck_out_tongue:

ouaip, j’avais pas fait attention à ce film à sa sortie, ben là j’ai envi de le voir! thanks pour ce commentaire.

Il a l’air vraiment bien ce film, en effet.
Et à mon avis, le 7.5/10 de moyenne sur imdb n’est pas anodin.

Ce film me tente bien. D’ailleur pour ceux qui ne l’on pas vu, allocine propose les 4 premiéres minutes du film en HD ou l’on voit justement le parcours d’une balle depuis sa fabrication jusqu’a son “objectif” final.

Je te rassure tu vends bien ton film :stuck_out_tongue:
Ca ma franchement donné envie de le voire! Par contre j’espère qu’il est distribué en assez grande quantité parce que sinon on ne risque pas en voir le moindre petit bout de pellicule dans nos vertes et lointaines contrée de la profinde Belgique

Le film que j’attends depuis 8 mois. Et en plus comme je viens de louper Seven Swords ('chier, vais être obligé de prendre le dvd hong kongais…), celui-là je vais pas le rater.

Miam !

Les 5 : USA, Russie, France, U.K, Chine. Ah ben oui hein, plus on est de fou, plus on rit (et pour le coup j’aurais presque dit : I prefer it your way).
Sinon, je plussoie tu vends bien ce très bon film que je résumerai avec la citation suivante :
“They are over 550 millions firearms in worldwide circulation. That’s one firearm for every 12 people on the planet. The only question is : How do we arm the other 11 ?”

Un avant-goût

C’est un excellent film, mais a mon avis, c’est tout sauf un film militant, la comparaison avec un film de Moore me fait un peu peur perso, pour moi c’est vraiment vraiment pas du tout pareil :P. C’est meme oppose comme approche. J’ai adore ce film, mais j’ai pas trouve du tout que c’etait un film revendicatif. C’est du cynisme a forte dose (le nom donne au sens de l’observation par ceux qui en sont depourvu :P) et du “bah ouai, on est tous pourri, violents, c’est comme ca, ca craint hein?”. Tu sors pas remonte contre quelqu’un ou quelque chose, tu sors desespere sur la nature humaine :P. C’est un film ou “le mechant” est le hero et il est attachant parceque desabuse, sans illusion sur ce qu’il fait, blase, et toujours a la limite du controle sur ce qui se passe autour de lui. C’est pas du tout un film qui dit “ca c’est le mal, ca c’est le bien”. Ca joue dans les nuances de “tout est gris, et plutot fonce meme”. Pour moi ca a absolument rien a voir et j’ai vraiment aime ce film exactement pour ca.

Oui, j’ai peut-être un peu forcé la dose avec cette comparaison. Contrairement à Moore, Niccol ne donne pas un point de vue, il laisse le spectateur juger de ce qui est montré. Mais ce que je voulais dire par là, c’est que pour une fiction, il utilise des outils qui sont d’habitudes ceux du documentaire (voix off omniprésente, chiffres à gogo)…

« Grey is my favourite color » ou un truc du genre non ? :stuck_out_tongue: Enfin si je me souviens bien.
Accessoirement, je suis d’accord sur l’absence de militantisme primaire, c’est bien fichu, ça claque dans la tronche et tu sors en faisant : « bordel, monde de merde ». Comme dans [b]No Man’s Land[/b] (über claque dans la tronche, genre : « 'tain, j’ai ri…C’est pas possible là…Monde de merde » ) ou [i]Mystic River[/i] (très glauque quand on repense à ce qu’on vient de voir : misère sociale et violence quotidienne tellement habituelles qu’on est pas choqué).

Au final, on apprend pas grand chose de nouveau (on le sait que la France vend des armes par exemple), on fait simplement face à une réalité bien dérangeante comme cette schizophrénie mondiale : membres permanents à l’ONU/Plus gros fournisseurs d’armes au monde.

A noter le perso interprété par Ian Holm, bien fichu pour un second rôle, un vrai p’tit business man comme il faut, mais dépassé par un truc : ce cher Nicolas/Yuri n’en a rien à foutre du rôle de « régulateur mondial » qu’un vendeur d’arme a, il vend ce qu’il peut à qui le veut, point barre. Confrontation intéressante s’il en est.

J’ai vu.

Tres tres bon. Allez voir :stuck_out_tongue:

Fatigué :stuck_out_tongue:

Pas mieux que ceux au-dessus.
Des scènes cultes (le coup de l’AK faisant un son de caisse-enregistreuse), un jeu d’acteur soigné, une morale bien pensée, bref, ça fait réfléchir, ça fait mal, ça fait dire “monde de merde”, j’aime.

Bref, on entame bien l’année ciné avec ça.

Excellent film! Je l’ai vu avec ma copine et un ami, et comme toutes les remarques au dessus, ce film poutre. Sans concession, il ne fait pas passer Nicolas Cage pour un gentil, vraiment très bon.
Mérite sans aucun doute son 7.5/10 sur imdb

Allez le voir!

Et vraiment, terrible l’intro, originale et très bien faite

Vu il y a quelques semaines, je suis quand même un tantinet déçu par Lord of War, j’ai trouvé qu’il était bien mais qu’il aurait pu être beaucoup mieux et que quelques trucs font un peu concon.
Par exemple, le “inspiré de faits réels” : Je me disais que c’était inspiré d’un personnage réel, alors que les faits réels désignent juste de fait que les pays les plus puissants vendent des armes qui servent à commettre des génocides … sans dec’ ??? Lorsqu’on s’adresse à un public qui ne sait pas situer l’Afrique sur un planisphère, c’est utile, mais là j’ai quand même eu l’impression qu’on me prenait pour un con.
Sinon c’est effectivement un film à voir, avec un Nicolas Cage en grande forme.

EDIT : Maintenant, j’attends beaucoup de Syriana et Good Night, and Good Luck

Le personnage n’est pas inspiré d’une personne réelle mais de plusieurs trafiquants d’armes.

J’ai vu hier soir. Une claque, ça tape là où ça fait mal, la conscience. Des scènes cultes, un brin d’humour, une morale intelligente, des acteurs en forme. Une intro démente, qui calme toute la salle d’entrée. On en sors dégoûté du monde dans lequel on vie. Bref, j’ai adoré. Courez le voir.

Mon coup de cœur de ce début d’année.

Une énorme claque, bourrer de bonnes idées et de plans géniaux.

Commentaires en vrac:

-Seul défaut du film: l’ascension de Yuri Orlov est extrêmement rapide, et passe de petit dealer à grosse pointure en à peine 15 minutes de film. Cela dit, on comprend que le réalisateur ne veuille pas s’attarder sur l’ascension sociale de Yuri, pour privilégier les impacts internationaux de son métier (et puis le film dure deja 2h).

-La fameuse scène d’entré, dont on à déjà beaucoup parler, culte.

-Pour infos, les AK-47 et les tanks T-72 sont des vrais. Il coûtait en effet moins chère d’en acheter des vrais plutôt que de prendre des armes factices.

-La fin: contrairement à beaucoup de film dans le même genre, baser sur le schéma ascension> gloire> déchéance, Yuri est loin de connaître la déchéance. Si il avait finis en prison ou tué cela aurait été symbole de rédemption. Non, ici on reste noir jusqu’au bout. Bon sa femme le quitte, son frère est mort et ses parents les déshérite; mais il y survit plutôt bien et ne pense même pas une seconde à tenter de faire la dernière volonté de son frère. Une fin surprenante et génial.

J’ai été extremement déçu par le film. Il est bien réalisé, mais finalement ne nous apprend absolument rien sur le trafic d’armes. Comment fait Orlov pour corrompre les militaires ? pour transferer des milliers d’armes d’un continent à l’autre ? pour se procurer des fonds? Comment se passent les transactions ? Rien n’est dévolié, c’est dommage. On a l’impression que le trafiquant gère absolument tout, de l’achat des armes à leur vente. Tout juste s’il ne pilote pas lui-même l’Antonov…
Le « métier » de trafiquant d’armes ressemble étrangement à celui de détective privé. Il bosse seul. :stuck_out_tongue:
La séquence d’ouverture vaut le coup, mais payer une place de cinéma pour 5 min de plaisir… :stuck_out_tongue:

[quote=« malclavel, post:19, topic: 26761 »]J’ai été extremement déçu par le film. Il est bien réalisé, mais finalement ne nous apprend absolument rien sur le trafic d’armes. Comment fait Orlov pour corrompre les militaires ? pour transferer des milliers d’armes d’un continent à l’autre ? pour se procurer des fonds? Comment se passent les transactions ? Rien n’est dévolié, c’est dommage. On a l’impression que le trafiquant gère absolument tout, de l’achat des armes à leur vente. Tout juste s’il ne pilote pas lui-même l’Antonov…
Le « métier » de trafiquant d’armes ressemble étrangement à celui de détective privé. Il bosse seul. :stuck_out_tongue:
La séquence d’ouverture vaut le coup, mais payer une place de cinéma pour 5 min de plaisir… :P[/quote]

/agree

Le raccourçi vendeur d’Uzi de quartier à marchand d’armes international est un peu rapide à mon gout