[Moto volante] histoire pas croyable

Comme dit plus tôt dans PdG, hier soir c’était la guerre chez moi.

chez moi” c’est là:

Habituellement c’est plutôt super calme et pis accessoirement, cerné d’une banlieue bien pourrie.
Hier, donc, après le film du lundi soir (sic) je sors le chien (re-sic), un “York-Bull” (croisement chimérique entre un Yorkshire et un Pitbull) lorsque j’entends du bruit à cette heure tardive, dans la rue plus loin, suivi de cris rauques et d’une voiture qui part en trombe.

Bon.
Soit c’était un loup-garou qui est venu avec son propre moyen de transport, soit une quelconque veulerie se déroulait tel un fait-divers sordide de banlieue.
Le chien ne bronchant pas, je faisais de même et entrepris de reprendre la promenade à vocation scatologique de ce chien quand surgit au bout de la rue (non pas celle là l’autre) une voiture tout feu éteint.
La tuture c’était une sorte de camionette de plombier (genre C15) blanche, bien sûr, qui débarque donc avec un conducteur semblant lutter pour passer les vitesses. La bagnole tourne à 90° devant moi et quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’à l’arrière de la voiture nous avions 4 “jeunes entrepreneurs de banlieue” et … une moto dont la roue avant pendant dangereusement de la voiture.

Je n’entreprendrais pas ici de vous narrer quelle ne fut pas ma tristesse à l’idée qu’un vaillant motard venait de se faire déposséder à son insu de sa monture mécanique.
Je décrochais donc mon téléphonopipo afin d’appeler le numéro à deux chiffres de la police de nous, afin d’expliquer au non moins vaillant représentant des forces de l’ordre qui me répondit aussitôt ce à quoi je venais d’assister.
Tant qu’à faire je lui donnait la plaque de la moto de la voiture quand soudain (encore) grand bruit de tôle froissé, énorme fracas et crissement de pneu qui fit dresser une oreille à mon fidèle chienchounet.

N’écoutant qu’un esprit chevaleresque, je courru à la vitesse des petites patounes de mon compagnon canin pour me diriger le plus prestement possible vers la maison de moi, où était sagement garée la Twingo de moi.
J’interpelle ma femme (en chaussette, grrrraou, sexy) qui met ses chaussures et conduit la voiture, pour tenter d’aller vers l’endroit où il me semblait avoir perçu le bruit présumé d’un accident horrible, que dis-je déchirant au sens premier du terme pour les familles des occupants du véhicule.

Ah oui, j’étais encore au téléphone avec le policier dont le ton de la voix s’était empreint de panique lorsque je lui annonça avec une froideur relative que manifestement “ils” venaient de se crouter en voiture (terme technique probablement lié à l’apparition post accident de croutes sur les lésions corporelles).

Je me disperse.
Toujours est-il que nous arrivâmes, sans le chien, jusqu’à l’endroitoù je présumais que le véhicule se croutit. Manifestement, la police avait eu vent de mon appel et était arrivé avant ma twingo volante sur les lieux.

La camionette (205) était subitement devenu plus moderne, plus jeune, et abordait des formes plus actuelles. Il me fallut bien 10 secondes pour comprendre, telle la vision d’un rubicube tout défait, où se trouvaient le dessus du dessous.
La camionette était donc sur le toit, toute meurtrie là, sur l’asphalt, dans le sens inverse de la circulation. Pétrie, que dis-je, contrie de honte, elle avait éjecté son lourd fardaux à la fois mécanique et humain sur l’espace de la chaussée.
La moto gisait sur le flan, tel un candidat aux élections présidentielles à l’embonpoint trop marqué à 10 bons mètres de la 205.
Cette dernière était donc devenue beaucoup plus aréodynamique une fois le chassis avant enfoncé de 30 bons centimètres du coté du conducteur. Gageons que désormais l’air pénètre aussi bien dans le véhicule qu’à dû le faire le pare-soleil avec le front du conducteur.
Mais là encore je m’égare, tout comme la Police qui n’avait aucune trace des 5 occupants du véhicules.

Alors à froid, ici avec vous je ne peux m’empêcher je vous l’avoue d’avoir un rictus légèrement moqueur lorsque je songe à l’effet que cela à dû faire à nos 4 “brigands amis”, enfermés avec une moto de 180 kg dans une camionette qui entreprit la périlleuse manoeuvre de faire des tonneaux sur la route.

Pour emprunter le charmant verbiage fleuri de nos compagnons motard, je pense qu’ils ont “mis la tête dans le guidon” et “la poignée dans le coin” mais au sens littéral du terme…

En langage Geek on pourrait traduire ainsi: p0wned by F0rceF33dB4ck, n00b

Quelle mystérieuse soirée cela fut…

EDIT: des fautes, encore des fautes

Hahaha geniale cette histoire !

Merci Deuillevent c’était fort amusant et habilement raconté.

Très bien racontée, et c’est vrai que la morale de l’histoire, bien que sarcastique, est plaisante.

Enfin je pense pas qu’ils étaient trop abimés s’ils ont pu fuir les lieux avant l’arrivée de tout le monde.

Par contre je ne pensais pas qu’une 205F pouvait contenir une moto, tu confirmes que ta voiture ressemblait bien à ça ?

Bien raconté. Et en plus, il n’y a pas trop de sang… C’est bête pour le (ah oui, j’en profite pendant que j’y pense, le soir, j’ai mon clavier et donc des accents… reprenons) chien qui n’a pas pu morde un petit peu les brigands.

excellent récit deuillevent B)

Non, ce n’était pas une 205 mais un Renault Express je pense, mais le vieux modèle avec les feux bien carrés…

…puis tout plat après l’accident
ou bien comme celle-ci

(j’en pleure encore de rire)

Un tel talent à la plume (numérique), ça me rend un peu jaloux B). En tout cas bravo, cette histoire m’a bien fait marrer.

Il a dit “une moto dont la roue avant pendant dangereusement de la voiture.”, donc elle devait juste être à moitié dans la bagnole, le reste sans doute maintenu avec 2-3 épingles à nourrices… et c’est surement à cause de ça que la bagnole est partie dans les choux: gros poids à l’arrière + conduite de dingue = énAUrme inertie (en plus la bagnole doit pas peser super lourd, vu la taille, du coup, les 180kg se sentent)

C’est ce que j’allais dire. Sans parler des 300 à 400 kilos de nos 5 compères B)

compères…du le contrôle de la bagnole.

euh, ok B)

très chouette ! quand même quand on ne sait pas voler on s’abstient.

Bon ben moi, j’ai trouvé l’écriture belle, mais j’ai rien compris!

En gros, c’est des jeunes qui ont voulu faire un sale coup et qui se sont planté à cause d’une conduite approximative et d’un mauvais jugement du matos utilisé?

Je comprend pas pourquoi tu a pris “la twingo de toi” pour aller enquêter. Si tu as pris ta twingo c’est que c’était un peu loin, et si tu as déjà appelé tu peux laisser la police suivre sauf si ils t’ont demandé d’être sur les lieux…

[quote=“fingah, post:11, topic: 33782”]Bon ben moi, j’ai trouvé l’écriture belle, mais j’ai rien compris!

En gros, c’est des jeunes qui ont voulu faire un sale coup et qui se sont planté à cause d’une conduite approximative et d’un mauvais jugement du matos utilisé?[/quote]

Ouaip (et encore mauvais jugement du matos, j’pense qu’ils ont du utiliser ce qu’ils avaient sous la main, si c’était pas deja volé aussi).

Bah peut-être que le monsieur a d’abord pensé à constater si les jeunes gens en questions n’étaient pas blessés plutôt que de vouloir les arreter lui-même?
Enfin je ne sais évidemment pas si c’était ca mais j’aurais probablement eu la même réaction, étant donné que j’ai mon AFPS, c’est-à-dire dispenser les premiers soins avant de les mettre en cabane.

Eh bien cher Fingah, c’est pour cela que j’ai fait un plan.
Enfin, ce n’est tant point que je n’avais anticipé ta question, mais surtout parce que mon chef (dont je partage le bureau) n’était pas là, laissant ainsi libre cours à mes élucubrations.

En fait si tu suis le petit plan, les pointillés sont l’époustouflant trajet qu’ils ont fait avec leur voiture.
Et ces nabots (quoique je n’entrevoit rien à l’encontre des gens de petite taille) ont pris un trajet non moins bizarroïde principalement car pour fuir ils étaient obligé de prendre un pont par dessus une voie ferrée.

De même, je fut obligé de m’adjoindre les services automobile de mon très modeste véhicule car je fus persuadé que ces losers avaient percuté un innocent quidam. Fort de mon expérience au visionnage des épisodes d’Urgence, je me sentais investi d’une mission de renseignement afin de m’enquérir de l’éventuel état de santé d’un de mes concitoyens municipal.

Enfin, j’ai la foulée modeste et me rendre à pied avec un pas que vous présumeriez sportif est un concept qui me dépasse.

Moi j’ai un FPS et je pense que dans ce cas présent, l’utilisation est tolérée B)

(ca serait bien de s’abstenir, même quand on sait)

Surtout quand on sait !! B)

Sympa ce petit récit effectivement B)

On voit de ces trucs parfois B) Ah et tu disais que les policiers étaient arrivés avant toi ?? Purée, ils ont fait vite !

“Qui vole un oeuf vole un boeuf” mais le proverbe ne dit pas comment on fait pour emmener le boeuf B)

En tous cas merci pour l’histoire, au moins cette fois le crime n’a pas payé !

Ta femme était encore vivante ? Tu ne devais pas faire un meurtre après la sombre histoire de découvert B)

Des voleurs de grand chemin, des chiens, des filles en chaussettes (miam!), de l’action, des courses-poursuites,…

ça peut faire un bon film ça coco! c’est bon t’as le budget

Comme je regrette l’absence de tartare de con à la chute de l’histoire.

Oui , j’assume , les voleurs de motos méritent mille fois la mort dans d’atroces souffrances.