Peut-on traiter de sujets graves ou serieux sur le mode humouristique?

Bon, je sais pas si ce genre de sujet a sa place ici sur la Cafzone mais néanmoins je pense que le sujet peut être intéressant si il n’y a pas de débordement. Si ce Thread se fait effacer, je comprendrai…
Dans le cadre du cours de français, j’ai une dissertation à rendre sur le sujet suivant:
Pensez-vous qu’on puisse traiter de sujets grave et serieux sur le mode plaisant et humouristique?

je vais te donner mon opinion, très simple et très courte. Elle est basée sur pas mal d’expérience en la matière (mais valable uniquement pour celui qui le vit); et en partie sur Cafzone.

Le bilan : on peux rire effectivement de tout, mais pas avec tout le monde. Affaire de sensibilité sans doute

Alors deja, on peut traiter le sujet sur le mode orthographique, parce que l’on dit “humOristique” et pas “humOUristique”.

Sinon ca me fait penser au requisitoire de Desproges au Tribunal des Flagrant Delires “peut-on rire de tout? …avec n’importe qui?”. Je crois que c’est celui ou il recevait Jean-Marie Le Pen mais je suis pas sur a 100%.

meme si l’idée est louable en soit, elle a deja été posée sur le forum et elle s’est terminée invariablement en baston de post, et donc en lock.

moi je veux bien laisser, mais je surveille de pret.

On, peut déja distinguer différentes parties…
  -on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui
  -on peut rire de tout, mais est-ce moral (on a donc la possibilité, mais doit-on le faire…)
etc
Bon, tu peux faire une disserte facilement, c’est un sujet interessant…
a+

 

quote
Alors le rire, parlons-en et parlons-en aujourd’hui, alors que notre invité est Jean-Marie Le Pen. Car la présence de Monsieur Le Pen en ces lieux voués le plus souvent à la gaudriole para-judiciaire pose problème. Les questions qui me hantent, avec un H comme dans Halimi sont celles-ci :
Premièrement, peut-on rire de tout ?
Deuxièmement, peut-on rire avec tout le monde ?
A la première question, je répondrai oui sans hésiter, et je répondrai même oui, sans les avoir consultés, pour mes coreligionnaires en subversions radiophoniques, Luis Rego et Claude Villers.
S’il est vrai que l’humour est la politesse du désespoir, s’il est vrai que le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s’il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors, oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout. De la guerre, de la misère et de la mort. Au reste, est-ce qu’elle se gêne, elle, la mort, pour se rire de nous ? Est-ce qu’elle ne pratique pas l’humour noir, elle, la mort ? Regardons s’agiter ces malheureux dans les usines, regardons gigoter ces hommes puissants boursouflés de leur importance, qui vivent à cent à l’heure. Ils se battent, ils courent, ils caracolent derrière leur vie, et tout d’un coup, ça s’arrête, sans plus de raison que ça n’avait commencé et, le militant de base, le pompeux PDG, la princesse d’opérette, l’enfant qui jouait à la marelle dans les caniveaux de Beyrouth, toi aussi à qui je pense et qui a cru en Dieu jusqu’au bout de ton cancer, tous, nous sommes fauchés, un jour, par le croche-pied de la mort imbécile et les droits de l’homme s’effacent devant les droits de l’asticot. Alors, qu’elle autre échappatoire que le rire, sinon le suicide ? Poil aux rides ?
Donc, on peut rire de tout, y compris de valeurs sacrées, comme par exemple, le grand amour que vit actuellement le petit roi inamovible de la défense passive, ici présent. Elle s’appelle Marika, c’est la seule aryenne qu monde qui peut le supporter, ce qu’on comprendra aisément quand on saura qu’il s’agit de la poupée gonflable et peau de morue suédoise que sa tata Rodriguez lui a envoyé de Lisbonne en paquet fado.
Deuxième question : peut-on rire avec tout le monde ?
C’est dur… Personnellement, il m’arrive de renâcler à l’idée d’inciter mes zygomatiques à la tétanisation crispée. C’est quelquefois au-dessus de mes forces, dans certains environnements humains : la compagnie d’un stalinien pratiquant me met rarement en joie. Près d’un terroriste hystérique, je pouffe à peine et, la présence, à mes côtés, d’un militant d’extrême droite assombrit couramment la jovialité monacale de cette mine réjouie dont je déplore en passant, mesdames et messieurs les jurés, de vous imposer quotidiennement la présence inopportune au-dessus de la robe austère de la justice sous laquelle je ne vous raconte pas. Attention, ne vous méprenez pas sur mes propos, mesdames et messieurs les jurés : je n’ai rien contre les racistes, c’est le contraire, comme dirait mon  ami le brigadier Georges Rabol qui, je le précise à l’intention des auditeurs qui n’auraient pas la chance d’avoir la couleur, est presque aussi nègre que pianiste. Dans Une journée particulière, le film d’Ettore Scola, Mastroianni, poursuivi jusque dans son sixième par les gros bras mussoliniens, s’écrie judicieusement à l’adresse du spadassin qui l’accuse d’anti-fascisme : “Vous vous méprenez, monsieur : ce n’est pas le locataire du sixième qui est anti-fasciste, c’est le fascisme qui est anti-locataire du sixième.”

(…)[/quote] le texte complet

Ce message a été édité par lucasbfr le 04/05/2004

[quote]meme si l’idée est louable en soit, elle a deja été posée sur le forum et elle s’est terminée invariablement en baston de post, et donc en lock.

moi je veux bien laisser, mais je surveille de pret.[/quote]En tout cas pour le moment ça va et esperons que ça ira… ce n’est pas non plus de la politique… mais soyons optimiste…
je vais quand même donner ma propre opinion:

D’abord, traiter de ce genre de sujet sur le ton de l’humour peut faire passer un message. Mais le problème sont les gens qui peuvent le prendre au premier degré, cela devient plus difficile alors faut-il eviter de le faire sur le ton de l’humour? Bien sûr si l’on choisit bien la personne à qui on s’adresse mais qu’en est-il des humoristes? (et pas humouriste?) Ceux-ci ne connaissent pas chaque personne dans la salle. J’ai déjà entendu parler d’un humoriste qui avait un sketch comme ça sur les étrangers en se foutant de leur gueule mais la plupart des gens l’ont pris au premier degré. Dégouté, il a arrêté de jouer ce sketch. (Si qqn pouvait me rappeler c’est qui, ça m’aiderait beaucoup). Dans ce cas là, peut-on rire de sujet serieux? Je me pose toujours la question…

A la question “Peut-on traiter de sujets graves ou sérieux sur le mode humoristique?”, je réponds Oui, bien sûr que l’on peut. Après ce qui fait la différence c’est le degré de subtilité et de finesse. J’entends par là que balancer une grosse vanne bien lourde sur le génocide au Rwanda pendant un repas d’amis sans se demander au préalable si ça pourrait ne pas en faire rire quelques-un n’est pas très fin. Je pense également qu’il y a une certaine facilité à se cacher derrière des phrases comme : “Boah, t’as pas d’humour!” ou “Boah, faut le prendre au second degré!” etc…
Alors bien sûr, on peut se servir de l’humour pour parler de problèmes graves. Cependant la frontière entre ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas est loin d’être la même pour tous. Et ça ne veut pas dire que celui que l’on a en face de soi n’a pas d’humour. C’est juste une question de respect pour la sensibilité des autres. Je ne parle pas des comiques professionnels, ils ont leur public qui viennent les voir. Mais plutôt des personnes qui pensent avoir le monopole de l’humour (si, si il y en a toujours une durant les soirées).
De plus je dirais que l’humour peut également être un vecteur d’idées. Donc ce n’est pas parce que c’est traité avec humour que le fond est bon.
Pour finir (et je sais que beaucoup ne seront pas d’accord avec moi) je dirais que oui, on peut traiter de sujets graves sur un ton humoristique MAIS non on ne peut pas rire de tout, question de moral (et quelqu’un qui n’a pas de moral, je m’en méfierais).
Donc messieurs, de la finesse ! De la finesse !

Edit : oublie de mots

Ce message a été édité par chalupit le 04/05/2004

Bah j’ai pas une grosse discertation à te faire, mais juste une citation de Desproges qui ferait très bien en conclusion : “On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde…”
;-p

Edit : Oups… ah oui, maintenant que je regarde, c’est vrai, on l’a dit 3 fois… C’est la dernière fois que j’essaie de penser après minuit.
Ce message a été édité par Salvan le 05/05/2004

[quote]Bah j’ai pas une grosse discertation à te faire, mais juste une citation de Desproges qui ferait très bien en conclusion : “On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde…”
;-p[/quote]C’est marrant on l’a deja dit trois fois depuis le debut du thread

[quote][quote]Bah j’ai pas une grosse discertation à te faire, mais juste une citation de Desproges qui ferait très bien en conclusion : “On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde…”
;-p[/quote]C’est marrant on l’a deja dit trois fois depuis le debut du thread[/quote]Ouais-d’ailleurs-moi-je-trouve-que-rigoler-des-camps-de-concentrations-c’est-pas-sympa…

Mon-grand-pere-est-mort-dans-un-camp-de-la-mort-donc…

Il-est-tombe-du-mirador.

merci Spike de nous montrer le thread qu’il ne fallait pas faire. bon maintenant que l’on sais grace a spike qu’il vaut mieux eviter ce genre de thread, j’espere qu’on en aura pas d’autre.

Histoire de donner mon avis, je dirais que traiter un sujet sur le mode humoristique peut se comprendre de plusieurs façons . Je vois ça comme une façon d’exorciser les craintes sur tel ou tel point délicat. Ca peut même être une force comparé à un comportement de repli sur soi. Faire de l’humour noir, rire de la mort, c’est se montrer fort face à elle, non? Je ne dis pas non plus qu’il faut raconter des bonnes vannes pendant un enterrement. Car l’humour doit être utilisée à propos et pas de façon irréfléchie. On peut faire de l’humour sur tout mais toujours de façon intelligente.

Un humain peut installer son autorité par la manière forte ou la manière douce : punition ou récompense, engueulade ou trait d’humour. Comme dans Black & White, ton pouvoir peur reposer aussi bien sur la crainte que sur le respect.

L’humour est une force au même titre que la colère, elle ne joue simplement pas sur le même registre.

Attention, rire de quelque chose peut aussi signifier que l’on a pas compris le fond du sujet. Une histoire drôle est souvent basée sur une incohérence, une absurdité, un évènement incompréhensible : “accroche-toi au pinceau, j’enlève l’échelle!” Pourquoi ça fait rire? Parce que le rire permet d’échapper à une situation impossible et donc étrange voire effrayante. Je ne comprend pas, alors je ris.

Je livre là mon point de vue de façon très sommaire (je suis au taf là, faut pas déconner), il est EVIDENT que ça ne plaira pas à certains, je les invite à nous donner leur propre avis.

Ce message a été édité par jeckos150 le 05/05/2004

[quote]merci Spike de nous montrer le thread qu’il ne fallait pas faire. bon maintenant que l’on sais grace a spike qu’il vaut mieux eviter ce genre de thread, j’espere qu’on en aura pas d’autre.[/quote]Tu-veux-surement-dire-post-non?
En-tout-cas-moi-je-trouve-mon-post-marrant-desole.
Tu-es-donc-le-genre-de-personne-avec-laquelle-on-ne-rit-pas-de-tout…

/me-prend-son-carnet-et-le-retiendra-pour-la-prochaine-fois : prevenir-Baphomet-quand-je-fais-une-blague-pour-qu’il-ne-la-lise-pas…Ca-le-choque.

Edit-d’ailleurs.Moi,j’aimerais-rester-assez-con-pour-avoir-le-culot-de-faire-ecrire-“I’ll-be-back”-sur-ma-pierre-tombale
Ce message a été édité par Spike le 05/05/2004

[quote]/me-prend-son-carnet-et-le-retiendra-pour-la-prochaine-fois : prevenir-Baphomet-quand-je-fais-une-blague-pour-qu’il-ne-la-lise-pas…Ca-le-choque.[/quote] Ouais, bah tu peux me rajouter aussi.

D’ailleurs, Chalupit a expliqué la chose dans son post : “la frontière entre ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas est loin d’être la même pour tous”

Psychologiquement parlant, comme l’a exprimé jeckos150, c’est une forme de dédramatisation de l’incohérent voir de l’inacceptable. Cela permet de s’expliquer des choses qui ne serait pas rationnellement explicables, et donc de se rassurer sur la cohérence de notre univers mental.

L’utilisation de l’humour non seulement dépend du contexte, mais aussi des personnes. Tout est effectivement question de finesse et de respect d’autrui.
Ce que je veux dire pourrait s’exprimer par cette phrase concernant la liberté : “La liberté des uns s’arrète là où commence celle des autres.”

Il en va de même pour l’humour. On pourrait dire aussi, sociologiquement parlant, qu’il dépend de ton environnement culturel (non, je ne dirais pas de ta classe sociale… merde, c’est fait). Des blagues qui feront rire un groupe de provinciaux pourraient ne pas être compris par des citadins, voir être mal perçues tout simplement parce que déplacés de leur contexte socio-culturel, lequel véhicule des sensibilités particulières, des vécus différents, etc…

Enfin tout ça pour dire que lorsqu’on ne se connait que par le biais d’un forum de geek,
il est bien maladroit de raconter ce que personnellemnt j’appelle des grossièretés, au sens “gros” du terme pour ceux qui voudraient l’éloigner de son sens premier.

le fait est que ça ne m’a pas choqué, mais j’ai pour habitude de ne pas balancé de blagues a une assemblé dont certain pourrais trouver ça choquant, desolé hein, c’est juste ma forme de respect a moi, l’humour doit quand meme s’astreindre a certaines regle,comme le respect.

pour info mon grand pere a passé quelques temp en camp de concentration et lui ce type de blague le fait rire, d’autre, qui ont vecu la meme chose, non.

donc comme le disais desproges, oui on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui.

dans la mesure ou le rire permet de désensibiliser ou de rendre moins grave un problème je dirais oui …
de 1 un peu d’humour dans les situtations grave permet de détendre un peu,
et l’humour sur ce genre de situation implique souvent un recul par rapport aux évènement et prendre un peu de recul n’est jamais mauvais
de 2 on doit rire de tout, la vie est courte et aucun sujet ne doit etre interdit au rire, mais pour se permettre cela il faut vraiment pouvoir rigoler de tout (de soi d’abord entre autre) et pas uiniquement de certaine chose. Genre celui qui vanne les autres mais qui accepte pas d’etre vanné donc on peut rire de tout a condition de réellement rire de tout
de 3 y’a l’art et la maniere une vanne venant d’un type dont tu sait qu’il est le premier a se vanner ou à accepter les vannes sur son compte passe mieux que celui qui vanne que les autres faut savoir presenter son humour et le rendre acceptable faut s’adapter a son public
l’humour tout seul n’est pas drole donc il faut savoir l’adapter à son public

pour ca je prendrai l’exemple du bouffon de cour c’est un personnage qui se moque des puissants de la cour et qui risque gros (on peut le tuer sans probleme il n’a pas de statut important) mais comme il sait etre drole il reste en vie et tourne en derision les plus puissant et rappel a tous une lecon de modestie

@+
Bussiere
pas tres clair mais qui espere que ca t’aidra

[quote]de 1 un peu d’humour dans les situtations grave permet de détendre un peu,
et l’humour sur ce genre de situation implique souvent un recul par rapport aux évènement et prendre un peu de recul n’est jamais mauvais
de 2 on doit rire de tout, la vie est courte et aucun sujet ne doit etre interdit au rire, mais pour se permettre cela il faut vraiment pouvoir rigoler de tout (de soi d’abord entre autre) et pas uiniquement de certaine chose. Genre celui qui vanne les autres mais qui accepte pas d’etre vanné donc on peut rire de tout a condition de réellement rire de tout
de 3 y’a l’art et la maniere une vanne venant d’un type dont tu sait qu’il est le premier a se vanner ou à accepter les vannes sur son compte passe mieux que celui qui vanne que les autres faut savoir presenter son humour et le rendre acceptable faut s’adapter a son public
l’humour tout seul n’est pas drole donc il faut savoir l’adapter à son public[/quote]ouais je suis d’accord, tu devloppe plus que moi en fait, regarder lagaf est pitoyable a mes yeux, illarant pour d’autre, tout est une question d’auditoire.
“La vie est belle” est representatif, certain on trouvé ignoble que l’ont traite d’un sujet si grave par dessus la jambe, mais cet humour grave ne s’adressait tout simplement pas a eux.

note pour moi l’humour permet de faire passer un message et comme lorsque tu argumentes tu dois t’adapter a t on public pour choisir ton argument et ta maniere de le presenter …
l’humour c’est pareil il permet de faire passer un message généralement sur le ton de la plaisanterie ensuite il faut voir quel message il fait passer…
il faut savoir qu’un message passe beaucoup pus facilement avec de l’humour qu’avec une argumentation
@+
Bussiere

[quote]l’humour permet de faire passer un message et comme lorsque tu argumentes tu dois t’adapter a t on public pour choisir ton argument et ta maniere de le presenter …[/quote]Et je confirme donc que cela dépends :

1 - Du contexte socio-culturel du moment
2 - De la provenance socio-culturelle de chacun

Un exemple : On est pas mal en France a avoir bien ri des différentes blagues et autres parodies dessinées des attentats du 11 septembre 2001. Mais les principaux “acteurs” et proches de ces acteurs n’ont certainement pas apprécié ce genre de digression humoristiques…