Webtoons : la BD 100% Internet qui veut sortir de Corée

manhwa

#1

Article publié sur : http://www.geekzone.fr/2016/02/10/webtoons-bd-100-internet-veut-sortir-de-coree/
LINE Webtoon, la division chargée des BD chez le géant coréen Naver vient de s’offrir une promo de qualité pour son blockbuster Noblesse : une OVA de 30 minutes, réalisée par Production I.G. (Ghost in the Shell) ! C’est surtout pour nous l’occasion de se pencher un peu plus sur ce phénomène des webtoons, encore mal…


#2

Je ne pensais pas que ça avait pris autant d’ampleur (même si je commençais à voir fleurir presque autant que les manga sur les site de lecture en ligne).

Perso j’ai fini par ne plus suivre tower of god. Je trouve qu’il commençait un peu à prendre les travers des mangas au long cours.

Quelques noms rapidos en plus de ceux cités dans l’article:

  • The gamer
    Le héros se retrouve avec le pouvoir “du joueur”: comme un personnage de jeu vidéo il peut leveler, obtenir des compétences …
    (Mais bien sur il n’est pas le seul à avoir des pouvoirs …)
    -The god of high school
  • Girls of the Wild’s
    Un jeu homme bien pauvre s’inscrit à une école parce que les frais de scolarité sont gratuits. Il s’aperçoit rapidement que c’était jusqu’à cette année une école réservées aux filles, où les arts martiaux ont une part prépondérante.

#3

Super article merci beaucoup.


#4

La lettre e t’aurait fait quelque chose caf? Tu sembles l’oublier à chaque fois que t’écris Noblesse :stuck_out_tongue:

Sinon TAL dans le même genre est pas mal aussi.


#5

Mais… oO Je crois que mon cerveau a refusé le E sur un truc en anglais. -_- (et mon relecteur belge idem :wink: )


#6

Et pour les vieux con qui veulent lire sous windows ? ils se brossent ?


#7

Tu cliques sur les liens et tu viens t’excuser après.


#8

ANNNNHHHH un article sur LINE !!! C’est cool ca !
Bon, pleins de bonnes chose de dites, je rajouterai un gros +1 pour The Gamer et aussi Dice ainsi que New Normal : Class 8 et City of the dead sorcerer


#9

Il y a un rapport entre ce LINE et le launcher android LINE ?


#10

Visiblement j’ai pas passé le test de QI même après relecture.


#11

Tower of God idem, j’accroche plus.

The god of high school, j’aime bien, et j’ai the gamer dans les tuyaux.


#12

C’est la même boite. Si tu vas dans les apps recommandées de LINE, tu as Webtoons du coup. :wink:

(Perso Line je l’utilise bcp en plus.)


#13

Ok, LINE c’est mon launcher android depuis un moment :stuck_out_tongue:


#14

Comme dit plus haut, The Gamer est vraiment chouette


#15

Découvert récemment avec 10th Dimension Boys. :heart:


#16

Je viens de lire quelques épisodes, et… WTF ?? :smiley:


#17

Pour la première fois depuis la refonte du site, je n’ai rien appris avec cette news. J’ai cependant une excuse : j’ai été présent à quelques conférences à Angoulême il y a deux semaines.


#18

OK YOU WIN. :smiley:
Balance de l’info hein, perso j’ai écrit cette news sur un coup de tête après avoir creusé un peu le sujet :slight_smile: Bon, ok, y’a la Corée donc j’étais motivé. :wink:


#19

Pour avoir testé l’appli hier sur téléphone, c’est du tout bon, ça devient mon main reader sur Android. Du coup, les rip des trop classiques Bleach et autre shonen deviennent bien fades :s


#20

Alors : (attention,c’est long ;))

Delitoon, c’est la transcription française des sections webtoons des portails coréens décrits dans la news. Ils sont traduits en Français pour ceux qui viennent de Corée. Pour l’instant, le petit “Alpha” n’est pas là pour rien. Quand j’ai participé à un petit atelier de présentation du concept, un ami a repéré tout un tas de détails à revoir sur l’ergonomie. Les applis iOS / Android ne sont pas encore là. Cela ne m’a pas eu l’air bien fluide sur le Safari de mon iPad, ce qui est un peu dommage sachant que la cible et l’intérêt principal est de profiter de l’écran tactile d’un smartphone.
Surtout, il n’y a pas grand-chose pour l’instant. Il y a deux épisodes de Last Man quand même et la boite a été fondée par son éditeur (la personne, pas l’entreprise), qui a la ferme intention d’adapter toute la série sur son site. Pour pallier à ce manque de contenu, Delitoon a signé, sous mes yeux à la fin d’une conférence de présentation, un contrat avec un éditeur coréen qui a investi de l’argent dedans en échange d’un accès au catalogue dudit éditeur. Apparemment, ils veulent aussi développer du contenu “adulte”.
Le modèle est payant. Passé quelques échantillons gratuits, il faut aller s’acheter des crédits, qui servent ensuite à débloquer des épisodes. Un épisode coute 2 crédits, soit un peu moins de 60 centimes. Le crédit coute soit 29 centimes, soit 25 selon la quantité achetée. Cela fait l’équivalent d’un volume complet de Last Man à un peu moins de 5 €.
Pour l’instant, je suis un peu dans l’expectative, car l’intérêt d’une telle plateforme est similaire à celui d’un site de streaming de musique ou de vidéo : il dépend essentiellement du contenu et de la qualité de service. Le service est plus que satisfaisant, le contenu n’est pas encore là même s’il devrait s’étoffer au fil du temps.

Phallaina, c’est la division au-dessus.

Question moyens, par rapport à un webtoon, on passe de la petite vidéo filmée avec un smartphone au film commercial que l’on voit dans une salle de cinéma. Les techniques et personnes employées pour réaliser cette œuvre sont issues du monde de l’animation. On le conçoit aisément puisque l’auteure Marietta Ren est elle-même issue de ce monde-là. L’application est, en fait, une espèce de moteur permettant de lire des calques After Effects. Elle pourrait et sera probablement réutilisée pour créer d’autres bandes défilées.

La lecture est donc très différente d’un webtoon. Il y a de la parallaxe, qui crée un effet de profondeur rappelant des niveaux dans un Sonic, quelques éléments disposent d’une inertie les faisant bouger légèrement même en arrêtant de faire défiler l’image. Autour de tout ça, il y a du son, principalement de la musique et quelques bruitages qui viennent ponctuer le défilement et l’histoire. En fait, cela fait un peu penser à un dessin animé que l’on animerait soi-même par
l’intermédiaire du défilement horizontal. Un peu, parce que les codes de la BD sont quand même bien plus prégnants : seuls les décors et les images bougent un peu et il n’y a aucune animation de mouvement de personnages ou d’objets.

L’application est très bien finie et a même pensé à quelques cas pratiques. On peut créer des profils afin que plusieurs personnes puissent lire l’histoire à leur rythme. Si on interrompt la lecture en quittant l’application, on peut y revenir grâce à une espèce de sommaire interactif, que l’on peut invoquer en tapant deux fois sur l’écran.

Évidemment, cela ne serait qu’un bel exemple de technologie à la Avatar si l’histoire ou le dessin n’étaient là que pour illustrer le concept. Le dessin, dans un BD, c’est peu mon critère principal pour en acheter une et je dois bien avouer que j’ai plutôt adoré ces aplats de noir et blancs et la ligne générale assez douce, en phase avec l’histoire assez planante et prenante. La force de cette application est que l’apport technique est bien exploité. Quand l’héroïne subit ses hallucinations, la parallaxe et l’inertie entrent en jeu et permettent de bien ressentir ce que l’héroïne subit.

L’application est gratuite ; elle a été financée par une branche de France Télévisions qui m’était jusqu’à présent inconnue, France TV Nouvelles Écritures, qui semble être un peu la R&D expérimentale de la boite. Cependant, vu les couts impliqués, cela ne me choquerait aucunement de devoir payer une dizaine d’euros pour avoir d’autres œuvres basées sur cette technologie.

Voilà. Après avoir vu un épisode et demi du futur animé de Last Man, c’était un peu les deux principales nouveautés que j’ai retenu des diverses conférences auxquelles j’ai assisté lors du dernier festival d’Angoulême. Pour le coup, je ne m’y attendais pas trop, j’ai été emmené par une cousine et un ami qui travaillent dans le milieu. Après ça, évidemment, j’avais un peu de peine pour les petits flyers publicitaires vantant des applications de lecture de comics tout à fait classiques, genre Amazon Kindle avec un vague possibilité de zoomer sur une case :D.

PS : le copier coller depuis Onenote est source d’ajouts intempestifs de retours à la ligne.