Astronomie ( images , news , discussions )

astronomie
astrophotographie
science
espace
photographie

#41

J’ai corrigé ( enfin je crois) . Merci .


#42

Le Beau temps est de retour !!! Alleluiah !!

Et là comme tous les astrams amateurs qui sont en train de ronger leurs freins, ce soir ca va être le retour des festivités et ca m’a donné une idée . une sorte de petit contest/tutorial pour qui veut participer sur ce forum histoire de se derrouiler/initier en douceur et à peu de frais.

Matos nécessaire : un appareil photo avec un objectif aux alentours des 100 mm ( vraiment pas une regle absolu ) et un trépieds
logiciel necessaire : Deep sky stacker ( freeware ) et votre logiciel de retouche favori

la cible : Cassiopée. En fait on va essayer de refaire cette photo là ( copyright Jean luc Robin à Metz )
c’est fait avec un objo de 100 mm et un sony A7S

pourquoi Cassiopée ? pour plusieurs raisons

  • elle est visible en ce moment et pas trop élevée en hauteur
  • il y a plein d’objets intéressant du ciel profond dedans et alentours ( le double amas, l’amas de la libellule , la nébuleuse Pacman etc etc…)
    -pas besoin de lunettes ou télescopes.

la technique :
vous visez cassiopée avec votre reflex sur un pieds ( c’est un w facile à trouver sinon aidez vous d’'une petite app gratuite sur votre smatphone) et vous allez lancer une serie de photos ( utilisez l’intervallometre integré de votre appareil ou faites le à la mano comme vous voulez ) d’une durée égale à :

  • 500/focale si vous avez un APSC ( par exemple avec un 100 mm sur un APSC temps de pose = 500/100 = 5 sec )
  • 350/focale si vous avez un plein format ( 3.5 sec du coup )

Attention à la mise au point ! très dur à faire sur une étoile ( que ce soit liveview ou oeilleton) donc je vous conseille de viser un lampadaire à une centaine de mètre et de faire la mise au point dessus en manuel sur le liveview . Puis de pointer aux etoiles sans y toucher. ( attention avec la température qui change la mise au point se décale , vérifiez là de temps en temps) .

  • Desactiver toutes les algos de correction du boitier. enlever la reduction de bruit, enlever l’autofocus , enlever la correction colorimetrique. Enlevez tout ! .

  • Mettez vous à 1600 iso . en mode manuel . et shooter en RAW.

  • Maintenant faites le maximum de photos possibles , le MAX . 100-200 n’est pas un nombre stupide. voire meme plus si vous pouvez .

  • puis dans les memes conditions faites une serie de DARK
    Le Dark est l’image des imperfections du capteurs que l’on soustrait .C’est une image de même temps de pose que l’image brute à traiter, prise dans les mêmes conditions de température, mais avec l’optique hermétiquement fermée pour qu’aucun photon extérieur ne vienne perturber la mesure. Ainsi, les nombreux défauts du capteur seront supprimées (bruit électronique, pixels chauds, défauts de refroidissement du capteur, etc. ).

  • puis prenez votre ecran d’ipad ou equivalents , affichez un fond blanc et photographier le un temps de pose permettant d’avoir l’histogramme au 2/3 vers la droite( tatonnez un peu mais c’est facile) , le même nombre d’images. c’est les Flats. ca va permettre de quantifier les defauts de l’optiques , vignettage, poussieres , abberations , ect . C’est l’image de calibration la plus importante et elle dépend de la position de l’appareil photo, des défauts, et des poussières déposée sur l’optique et sur l’Apn, il faut donc réaliser les Flat avec la même mise au point, la même position du capteur numérique, idem température et ISO, de suite après les brutes pour faire apparaître les défauts, les taches et les soustraire de l’image finale.
    Le temps de pose doit être rapide max quelques secondes.
    Donc temps de pose rapide et entre 1/2 et 2/3 de l’histogramme de l’APN vers la droite.

*Ensuite faites des offsets: pour récupérer le signal de lecture créé par l’électronique de votre APN, c’est son empreinte, il est unique et reproductible ( et normalement il ne change pas ) en faisant une pose la plus courte possible (1/4000?) avec le bouchon sur votre tube, Faites en le mémé nombre également.

rangez tout ca sur votre disque dur et lancer le freeware Deepskystacker.
dites lui où sont les bruts , les flats , les offsets et les darks. Et laisser le se debrouiller pour vous sortir votre image pre finale. Attention ca bouffe de la ressource machine !

Une fois ceci fait . Sauvegarder en tifs 16 bits , prenez votre logiciel de retouche favoris et faites les corrections que votre esprit créatifs vous dicte ( si l’image est trop grise , souvent le cas, recuperer un fond de ciel sombre , augmenter les contrastes, il y a plein de tutos si vous le désirez ) . Et après ?

Eh ben postez ici ! on en discute et on commente pour voir ce qu’ont peut faire pour améliorer l’image et apprendre ensemble ?

Bon ciel !

Disclaimer : Faites donc cela à l’abri de la lumiere du barbeuq ou de la terrasse pendant que vous tapez un bon bout avec vos potes :slight_smile: et surtout ne soyez pas decus si vous n’obtainez pas le resultat de la photo en pj. C’est normal , l’idée c’est de voir jusqu’où on peut aller avec le matos le plus lambda possible et de voir l’importance de la technique et decouvrir les rouages du post traitement . L’important c’est pas la qualité intrinseque du resultat, l’important c’est la progression et l’amelioration :wink:


#43

Ce n’est pas par moi, mais un ami à mon club astro…
Galaxie M51.


#44


Désolé


#45

Si on doit aller par là : voici la NGC 3324 mais je préfère l’appeler :

-Alfred Hitchcock Nebula .

image


#46

#47

#48

Ça vaut la peine ce genre de projet ?


#49

Je suis le seul à penser à Van Gogh (La Nuit étoilée ) en voyant ces images ?


#50

J’avais Munch https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cri


#51

J’ai parcouru les specs et il y a du bien , du moins bien et du dubitatif voire parfois du marketing qui frôle la tromperie . Mais il y a du bon …

commençons par le début que je m’explique:

Disclaimer ( je me base uniquement sur leur communication pour dire le reste, je peux être contredit à l’épreuve du feu cela va de soi) .

  1. La formule optique.

C’est un télescope de type schmitt cassegrain. C’est une bonne formule optique utilisé par un des gros de l’industrie du nom de Celestron. Ca confère l’avantage d’un grand diamètre et d’une bonne compacité . De plus ça autorise un rapport focale sur diamètre assez petit . le fameux F/D . plus il est petit , plus on collecte de photons dans le même intervalle de temps et du coup on peut poser moins longtemps . Par contre tous les télescope dit “rapide” ( i.e F/D petit) , la mise au point est très délicate à obtenir . Cela implique une qualité mécanique pour le système de mise au point irréprochable. à voir donc . Deuxio un schmitt cassegrain est un télescope dit “fermé” . on doit donc attendre pour la mise en température du tube ( sinon phénomène de convection interne qui provoque des turbulences sur l’image) car l’air qui est à l’intérieur est piégé entre la lame de fermeture avant ( la lame de schmitt) et le miroir . Du coup faut attendre et ca peut être long .

  1. le diamètre .

C’est un 6" soit 127 mm . C’est pas mal mais pour un SC ( schmitt Cassegrain) C’est assez petit . Pour ce type de formule optique et ce diamètre on a tendance à préférer les formule dite de maksutov qui sont plus simple et plus économique . Au début je croyais que c’était un maksutov mais mais l’araignée de support du miroir secondaire confirme que c’est bien un SC. Or l’avantage du maksutov pour ces petits diamètre est la minimisation de l’obstruction du secondaire qui diminue le contraste et la quantité de lumière collectée. Or sur un 6" avoir l’obstruction d’un SC peut être pénalisant . Mais à contrebalancer avec le fait qu’on est une sur optique assistée électroniquement avec empilage temporel et du coup ca doit pouvoir être négligeable. Mais du coup on dépends essentiellement de la qualité du capteur CMOS pour la qualité d’observation et de la suite logiciel

  1. la qualité du miroir .

sur un 6’’ un miroir bien poli est plus facile à obtenir cela doit donc bien se passer à ce niveau là. Cependant c’est un critère déterminant qu’il faudra valider à tout prix. L’avantage du SC c’est que le miroir doit être de type concave parabolique ce qui est plus délicat à obtenir . Au contraire d’un maksutov qui est de type sphérique et plus simple à usiner avec de bon résultats . Donc Wait and See .
Par contre un miroir ca se collimate (avec les vibrations et le temps il se decentre et il faut le collimater regulierement) sur ce produit je ne vois pas comment faire ( cepandant ca doit etre prevu peut etre) C’est une operation indispensable et frequente avant tout session .

  1. la lame de Schmitt

Ce qui caractérise un SC c’est la lame de schmitt en avant de l’optique. Elle est chere et compliqué à faire. il faudra veiller à ce que cela ne soit pas au détriment du reste et explique la petite taille de diamètre pour en contenir le cout je pense. Wait and see aussi .

  1. le capteur.

C’est maintenant que les choses se gâtent , les images d’acquisition sont faites ( en fait je crois même les reconnaitre et dire que c’est issu des visuels des ZWO ) à partir de cameras dédiées au planétaire . Et en utilisant la méthode de “lucky imaging”. Les planètes sont très lumineuses et donc on a pas besoin de capteur refroidi contrairement aux nébuleuses diffuses du ciel profond. On prends une série d’image en espérant en avoir une dans le lot qui passe au travers des cellules de turbulences atmosphériques . elle se caractérisent pas un bruit thermique assez important qui empêchent la pose longue pour les objets diffus et peu lumineux du ciel profond. Elles sont économiques et cela confirme l’usage d’une monture de type altazimuthal qui du fait de la rotation de champs n’est pas propice à la pose longue contrairement à monture équatoriale

  1. le visuel Assisté

il n’y a pas d’oculaire optique donc on va utiliser la Camera pour faire de la visualisation . pour faire apparaitre les objets qui sont peu lumineux , un logiciel va empiler une série d’image afin d’augmenter le rapport signal sur bruit et faire apparaitre l’objet . C’est un processus qu’on appelle “live stacking”. C’est bien mais cela dépends fortement de la qualité du capteur et on a de bons indices pour penser que c’est pas une rolls. Alors les algo de traitement feront une grosse amélioration mais sur les objets peu lumineux ca peut paraitre délicat. Cela réserverait cette pratique au planètes ( et c’est déjà bien) mais le souci c’est le grossissement . Si on veut voir Jupiter ou Saturne ( ne parlons pas de mars ) qui sont très grosses , il faut une grande longueur focale ou un grand diamètre . Le diamètre est petit , donc il faut jouer sur la longueur focale avec un capteur de petite taille. Du coup ca implique un petit capteur avec de petit pixels, qui auront tendance à générer plus de bruit lecture et être moins bon collecteur de lumière.

  1. la monture.

c’est une monture de type altaz. qui du fait de la rotation de champs interdit les poses longues . ce qui me parait rédhibitoire pour l’astrophoto ainsi que pour le live stacking d’objet sombre du ciel profond. Ces montures sont dedié au visuels mais avec de grand diamètre ce que ce produit ne propose pas. il repose donc sur le live stacking pour compenser le diamètre plus faible mais la rotation de champs va forcer à cropper l’image pour la redresser électroniquement . c’est pas forcement grave car de toutes façons les SC présentent une aberration optique en bord de champs qu’on appelle la coma . Le fait de cropper lors de l’empilement va peut être virer tout simplement la zone de coma . Donc wait and see.

  1. la mise en station.

pour faire de l’observation il faut une mise en station au petits oignons et un pieds très stable.
pour le pieds j’émets des réserves mais pourquoi pas. Par contre ce produit semble proposer une solution de plate solving pour une mise en station automatique. Si la base azimutale est motorisée alors c’est de la bombe. à voir donc . de plus c’est une goto qui va pointer automatique les objets , parfait pour les debutants casuals :slight_smile:

9.les alternatives .

il y a Vaonis avec son stellina mais la formule optique est différente avec une lunette de 80 mm. Si le Vaonis est équipé du même type de capteur , alors le Hiuni est plus adapté avec son SC au planétaire et à peut être plus de sens si la qualité du reste est au rendez vous ( et qu’on peut collimater ) .

  1. le prix

à 500 euros environs . C’est juste imbattable !

  1. Conclusion .

si on a 500 euros en trop et qu’on débute sans aucun matos , je dis qu’il faut foncer (mais quid de la collimation du miroir ? qui est une opération délicate pour des débutants ce qui rends le concept de ce produit un peu “étrange” ) . Mais si ca ne vous convient pas ( le visuel assisté est une approche particulière de l’astro) alors ne pas considérer que l’astro c’est pas pour vous, il y a d’autres approches qui pourront vous convenir . et si il sort à plus de 1000 euros apres le KS comme prévu . vous le revendrez sans soucis pour récupérer votre mise je pense.

Le vaonis est bien plus cher mais c’est français ( satané chinois :slight_smile: ) mais si nous ne leurrons pas , c’est fabriqué en chine aussi mais c’est une lunette pas un SC. C’est plus cher les lunettes (et pas besoin de mettre en température ni de collimater !) .

En résumé c’est tentant en prenant les bonnes mesures des limitations sans imaginer avoir les belles images qu’ils vous montrent mais l’univers est vaste, il y en a pour tout le monde :slight_smile: .et le prix est canon .mais ca reste un pari , surtout vu la video de suivi de la lune qui est pour le coup assez mediocre.


#52

Super merci pour le compte rendu aux petits oignons.
Je trouve que 500€ c’est une sacré somme mais apparemment c’est pas grand chose quand on veut observer le ciel et sachant qu’il vaudra 1000€ par la suite, je me dis que le risque est moindre …


#53

oui 500 balles c’est une somme c’est clair . Mais un setup d’astronome amateur confirmé ( je dis bien amateur et pas expert juste confirmé) c’est environ 15 000 euros.


#54

On a pas tous la même notion d’amateur alors.
Avec quelques milliers d’euros on peut déjà avoir du beau matos


#55

Je confirme matos d’astrophoto ciel profond sérieux c’est 10-20k. Après on est pas obligé de faire ça et on peut faire bien à moins cher. Mais ça monte vite…


#56

J’ai dit 15 000 par rapport à un setup de ce style

Avalon M-Uno
FSQ 106
CCD Moravian G4
le reducteur de focale
les barlow eventuelless
le focuseur motorisé
la roue à filtre motorisée
les filtres ( LRGB ou SHO ou Halpha)
le collier rotatif
les bagues allonges
les batteries
les licences de softs
le viseur point rouge
la lunette d’autoguidage
la camera d’autoguidage
le pc portable dedié
les oculaires éventuels
toutes la cablerie
les raccords
le boitier de connection
les resistances chauffantes
les flycases pour transporter tout ca.
et tout les trucs du system chart de la lunette que j’oublie .

si tu mets les prix en face tu va voir à combien tu arrives :slight_smile:

et on est pas dans le top du top loin de là .
c’est pas une FSQ 130 + monture 10micron + Camera FLI
avec les accessoires on monte à 50 000 dans ce cas là .:slight_smile:


#57

Oui, c’est bien ce que je dis : on a pas la même notion d’amateur :smiley:

Effectivement ça grimpe très vite, mais perso quelqu’un qui s’y connait assez pour avoir investir dans tout ça et correctement s’en servir, ça n’est plus vraiment un amateur à mon sens, si ça n’est que c’est pas son boulot et qu’il n’est pas payé.


#58

bof si , je connais plein de gens qui ont ce genre de matos et uniquement pour le loisir vraiment.
Apres il y a des choix fondamentaux qui impactent le prix , moi je suis lunette et je suis takahashi ( et là t’es foutu) c’est plus cher. D’autres sont telescope et à diamètre équivalent c’est moins cher.
Après c’est une histoire de choix, c’est le prix d’une moto dans le fond . Et je ne fais pas de moto :slight_smile:

Par contre niveau matos je dirais la chose suivante qui peut choquer : Si le budget est limité et que vous pouvez vous faire plaisir sur un truc , ca ne doit pas être la lunette , ca ne doit pas etre la caméra . Ca doit etre la monture. C’est le plus important la monture . une bonne monture vous permettra d’exprimer 100 % de votre matos et du coup avoir de meilleurs resultats qu’un type avec une super lunette et camera mais un suivi mediocre qui du coup ne vous arrivera pas à la cheville. Et une bonne monture ca se garde pour tout .


#59

Ha bah non detrompe toi, c’est un matos tout au plus standard, serieux, mais plutot d’entree de “gamme” qu’est liste la… tu prends un RC en 16" et la on parle… mais pareil: transportable ou pas, y a “plein” de gens qui claquent plus de 10k dans un setup d’astro.


#60

oui enfin le RC de 16" je te dis pas la monture :slight_smile: . On est sur du matos d’observatoire . Et pas du petit.
J’ai eu la chance de jouer avec un Aluna optics 16" avec une SBIG 16000 et je peux te dire que c’est un souvenir emu…:slight_smile: mais la monture c’etait une version “pier” avec une Astrophysicq GT quelques chose. Bref de la bombe. Mais clairement tu l’emmene pas dehors la nuit . En tout cas pas moi. Je connais un malade qui trimballe une EM-500 avec un C14 mais il est bien le seul que je connaisse .