Astronomie ( images , news , discussions )

astronomie
astrophotographie
science
espace
photographie

#1

Pour la nouvelle année 2018, suite à la remarque pertinente de @PERECil, je me propose d’ouvrir ce thread afin de concentrer tous les sujets ayant pour objet l’astronomie au sens large. En effet on pourra parler de matos astronomiques, de photos prises par chacun et de techniques de post traitement, de phénomènes à ne pas rater, d’actualité astronomique ,etc…

Ne vous privez pas pour participer, interroger, commentez, publier. Vous n’y connaissez rien ? TANT MIEUX vous êtes au bon endroit :slight_smile: et si vous y connaissez plein de choses TANT MIEUX vous êtes aussi au bon endroit. :slight_smile:

Bref enjoy deep space


Bienvenue aux nouveaux (venez vous présenter !) (modèle en début de sujet)
#2

Je me propose d’ouvrir les hostilités avec ma plus belle réussite de 2017 : IC 434 la tete de cheval en haute resolution .
Cette photo fut prise avec une lunette apochromatique (refracteur) de 106 mm et une monture équatoriale . Formule optique Petzval à 5 éléments car avec avec planificateur de champs intégré . photo prise par fusion de multiple clichés avec une camera CCD à refroidissement intégré : une série en Rouge (18*300 sec) , une serie en Bleu(18x300sec) , une série en Vert (18x300 sec) et une série en luminance ( 20x600 sec) .Empilage , de-bruitage avec deepskystacker. Recomposition RGB sous photoshop et finitions.

Fichiers sources ( lourd) dispo sur demande pour entrainement au post traitement .

Pour en parler un peu plus ( car j’aime contextualiser les clichés ) je laisse la parole à Serge Brunier :

"Elle émerge, telle une énigmatique pièce d’échecs cosmiques, des nuées gazeuses de la constellation d’Orion : la nébuleuse de la Tête de Cheval est l’une des plus célèbres icônes du ciel. Découverte sur une plaque photographique par l’astronome Williamina Fleming en 1888, la nébuleuse de la Tête de Cheval, appelée Barnard 33 par les astronomes, est aussi spectaculaire que discrète : presque impossible à observer, l’œil à l’oculaire d’un télescope d’amateur, elle ne se révèle véritablement qu’à la photographie en longue pose… De fait, c’est l’un des astres les plus photographiés, par les astronomes amateurs, mais pas seulement : les professionnels, pour se faire plaisir, orientent de temps à autres leurs instruments vers le ténébreux destrier céleste… Ces dernières semaines, les télescopes spatiaux Hubble et Herschel ont apporté leur contribution à la longue liste iconographique de cet astre.

Voici quelques années, la nébuleuse n’était bien connue que par le rayonnement visible qu’elle nous transmet, si l’on peut dire : dans le domaine visible – la lumière à laquelle nous sommes sensibles, entre 0,4 et 0,7 micromètre de longueur d’onde – la nébuleuse est totalement opaque. Constituée de gaz et de poussières interstellaires, elle est froide, dense et ne laisse donc échapper aucune lumière. Dense doit être ici pensé dans son acception astronomique : en réalité ce nuage interstellaire ne contient que quelques centaines d’atomes par centimètre-cube : selon des critères terrestres, il est quasiment vide !

La nébuleuse de la Tête de Cheval mesure environ deux années-lumière (soit vingt mille milliards de kilomètres) et se situe à environ 1600 années-lumière de la Terre, dans l’une des régions les plus jeunes de la Voie lactée. Là-bas, des milliers d’étoiles naissent actuellement, pratiquement sous nos yeux, enveloppées dans les langes nébuleux desquels elles émergent lentement. Parmi ces étoiles naissantes, les plus brillantes d’entre elles, des supergéantes bleues, vingt à trente fois plus massives que le Soleil et brillant dix à cent mille fois plus que lui, illuminent et chauffent le gaz autour d’elles. Leur souffle puissant modèle et sculpte les nébuleuses qui sont à leur portée. C’est ainsi que le couple d’étoiles supergéantes Sigma Orionis, situé à une quinzaine d’années-lumière seulement de la nébuleuse de la Tête de Cheval, noie celle-ci dans son rayonnement aveuglant. Le gaz, de l’hydrogène principalement, qui environne la nébuleuse est chauffé, ionisé par Sigma Orionis ; c’est d’ailleurs cet éclairage stellaire qui rend la Tête de Cheval visible, en ombre chinoise devant les nuées enflammées d’Orion…

Mais la science, si elle nous révèle les merveilles du monde, parfois, aussi, le désenchante. Ainsi, jusqu’à ces dernières années, pouvait-on rêver à ce que dissimulaient les volutes opaques de la Tête de Cheval… Derrière ces rideaux de velours noirs, se cachait-elle une étoile à naître ? L’aspect compact et dense de la nébuleuse pouvait le laisser espérer. Mais il n’en est rien, comme l’ont révélé, petit à petit, les télescopes capables de percer les nuées gazeuses de la Tête de Cheval, et regarder à travers elle… Pour cela, les astronomes utilisent le rayonnement infrarouge, auquel la plupart des nébuleuses sont transparentes. […], la nébuleuse, transparente, se montre telle qu’est elle : vide. Les étoiles d’arrière-plan apparaissent, aucune trace d’embryon stellaire n’est visible, le ténébreux destrier céleste est stérile…

Stérile et mortel. Regardez-mieux : le fin liseré lumineux qui longe la Tête de Cheval, c’est son « front d’ionisation » : c’est là que le puissant rayonnement ultraviolet des étoiles de Sigma Orionis, progressivement, vaporise le gaz. Lentement mais sûrement, la nébuleuse de la Tête de Cheval se dilue dans l’espace interstellaire. Dans quelques millions d’années, elle aura disparu.

Serge Brunier"


#3

Hello @Dilwivit !!

Très bonne initiative de ta part :slight_smile: Cela fait un moment que je voulais faire un thread "Astronomie ; base et bonne pratique " mais je n’en ai jamais eu le temps !

Je vais donc suivre cela et peut être y participer :slight_smile:


#4

Impressionnant :slight_smile:

Alors de mon côté le père noël a apporté une lunette à la maison la semaine dernière, et en collant mon téléphone à l’œilleton j’ai fait ça:

C’est la lune, un genre de gros caillou qui tourne autour de la terre sans bizarrement s’être écrasé dessus une seule fois.

Plus sérieusement, je comptais regarder le matos nécessaire pour faire de vraies photos du ciel et ta nébuleuse m’y encourage grandement (et me fait un peu peur aussi en même temps, type “non mais ça ne sert à rien j’y arriverai jamais”).


#5

Bim topic en favori !
Je vais le suivre avec attention et en prendre plein les mirettes !


#6

Si si si si !!! tu vas voir c’est simple , il faut de la patience, un peu de matos et de la technique mais c’est faisable .En plus c’est de la geekerie à mort : traitement de signal, échantillonnage, algorithme de réduction de bruit, recomposition chromatique, exploitation des longueurs d’onde, etc etc …c’est super sympa!

Sinon ta lune est super sympa. C’est quoi comme lunette? une 114/900 ?Vu que tu as pris ça avec le téléphone à l’œilleton c’est vraiment impressionnant. :wink:


#7

C’est celle-ci, 70/700.
J’avoue que je pensais pas du tout sortir quoi que ce soit en plaçant le téléphone; et j’ai retenté hier soir avec la pleine lune mais le résultat était moins bon (peut-etre simplement parce que la lumière rasante génère du contraste sur les reliefs, absent à la pleine lune)


#8

C’est excellent pour commencer :slight_smile: tu peux regardes la lune et les planètes sans problème avec ça !

edit : la mouture est pas top, mais suffit pour faire une simple photo pour peu que tu n’y mettes pas un APN trop lourd … enfin je laisse @Dilwivit répondre la dessus :wink:


#9

Super petite lunette pour l’observation visuelle et pour débuter dans de très bonnes conditions :slight_smile: en plus skywatcher est une bonne marque.
Bon choix.

Par contre pour la photo ce n’est pas vraiment adapté (mais attention ce n’est pas un problème). Car si la photo t’intéresse tu pourra utiliser cette lunette en autoguidage, donc l’investissement est bon, pas de doute la dessus.

Maintenant intéressons-nous à la planification d’une soirée astronomique visuelle :

  1. la météo, il est important d’avoir un ciel dégagé. pour cela deux sites meteoblue (dans l’onglet spécial tu as un volet astronomical seeing et clear outside . tu feras connaissance avec les notions de Seiing index (j’y reviendrais dans un autre message ).

  2. La pollution lumineuse. Pour cela il faut regarder la zone où l’on habite et sur cette carte et essayer de trouver l’endroit le plus proche le moins pollué. Attention ne pas désespérer si on est dans une zone jaune verte. C’est déjà bien pour l’observation visuelle.

  3. une fois qu’on a une idée de la zone, on télécharge un logiciel comme stellarium, on rentre la position de notre observation (idéalement les coordonnées GPS) puis on intègre le niveau de pollution lumineuse dans la représentation . En jouant sur l’heure et la direction on arrive à planifier ce que l’on peut voir.

  4. oui mais qu’est-ce que je peux voir au juste ? Alors une petite relation de mathématique dit qu’avec un diamètre de 70mm tu peux monter à une magnitude de 11.93. Du coup dans stellarium tu sélectionne une magnitude max de 12-4=8 (dans un premier temps, on va se limiter à une magnitude de 8 puis au fur et à mesure des sortie ton œil s’exercera et tu pourras monter gentiment jusqu’a 12. Du coup tu as une bonne idée de ce qui sera visible, vers où et sera sélectionné en amont en fonction de ton site, de ta lunette et des éphémérides.

  5. Quoi chercher en premier. eh bien il n’y a rien de mieux que le catalogue messier. Vu à la lunette au 18 ième siècle, ta lunette est bien plus performante que celle que Messier a utiliser pour établir son catalogue (mais tu seras handicapé par la pollution lumineuse qu’il n’avait pas donc ça s’équilibre en gros avec un avantage pour ton matos quand même).

  6. les phénomènes de diffraction de la lumière parasite dans l’atmosphère sont plus important si la couche atmosphérique que la lumière des astres doit traverser est importante. Du coup il faut essayer de planifier ses observations avec une élévation d’au moins 30° sur les objets choisis pour être confort.

  7. ton site doit être le plus plat possible sur 360° afin de permettre de sauter d’objet en objets dans le ciel sans rencontrer d’obstacles (attention aux arbres :slight_smile: )

Voilà voilà
Un challenge en visuel est d’arriver à faire le challenge messier. Soit tous les objets du catalogue vu à la lunette en une nuit. Attention c’est chaud !

Bon ciel !


#10

objection votre honneur ! tu VAS participer ! non mais .


#11

Vous allez me donner envie de m’équiper pour faire mes propres photos…
@Dilwivit tu avais fais un poste avec les coûts pour s’équiper en matos il me semble tu te rappel dans quel thread c’était ?


#12

oui bien sur . je le remet meme en dessous tiens :

Par contre je mettrais deux bemols aujourd’hui quand meme sur ce message :

  1. une monture avec raquette goto est bien plus simple au début car sans connaitre le ciel , l’ordinateur de pointage te permet de trouver instantanément les objets . Ça peut être une source de frustration au début de ne pas arriver à se repérer dans le ciel mais un des plaisirs c’est de connaitre le ciel et sans goto c’est la meilleur façon . C’est vraiment une histoire de choix , ma config en dessous impose de chercher dans le ciel à la mano .

  2. Ce matos est dédié au plan large pour le ciel profond . si on souhaite voir des planètes, c’est pas tout a fait la meme chose . donc il faut se demander ce qui nous interrese le plus : planètes ou nebuleuse et galaxies ?


#13

Ah yes ! Ça donne un ordre d’idée de ce qu’il faut et du budget !

Merci.


#14

Pour ceux qui veulent eventuellement s’equiper

c’est un achromatique et pas un apochromatique et cette marque est connue pour avoir fait du tres bon et du tres mauvais .Cependant 152 mm de diamètre avec la monture Equatoriale même de qualité médiocre si l’enchère se maintient c’est une bonne affaire . Désolé il n’y en a qu’un . Cependant au-delà de 250 euros je le tenterais pas , trop d’incertitude . Mais le prix en neuf est de 1400 euros . Donc bon .

Enchère à surveiller donc .


#15

C’est malin ça, je viens de perdre un quart d’heure à regarder la carte de pollution visuelle :smiley: D’ailleurs c’est pas trop mal par chez moi…

La Belgique est vraiment éclairée comme un sapin de Noël, par contre. La différence à la frontière est hallucinante. C’est l’éclairage des autoroutes la nuit qui fait ça ? Ou alors la carte est mal faite ? Y’a des astronomes belges par ici ?


#16

ben y a moi … Mais je suis temporairement en Belgique et j’ai abandonné l’idée de faire des clichés autre qu’en bande étroites (techniques particulières j’y reviendrai). Je tire des clichés depuis chez moi en Alsace plutôt. Et pour la PL en Belgique oui c’est les autoroutes en grande partie . il n’y a pas de réflecteurs à intervalles réguliers sur les rails de sécurité comme en France. La Belgique a fait le choix d’éclairer les routes…


#17

#18

je note ça la , au cas ou certains se levent tôt et ont un ciel clair ( comme ce matin chez moi ) .
SI vous voyez 3 étoiles alignés ( vers 7h du matin ) coté sud ouest, il ya actuellement une conjonction Jupiter Mars @Balance assez sympa à voir aux jumelles

image


#19

Impressionant de voir ca et d’imaginer des gus dans une boite de conserve aller la bas en 69 :smiley:


#20

Grace au VLT ( télescope europeens au Chili), discretement, une véritable avancée a eu lieu. La première photo d’un autre soleil ! Oui les étoiles sont d’autres soleil , nous sommes d’accord, mais ce que l’on perçoit n’est que la tache de diffraction, plus ou moins grande suivant leur luminosité. c’est trop loin, on ne peut pas voir leur surface ni les voir directement.

Le VLT vient de le faire avec Antares .

Antares c’est quoi ?
c’est une supergeante rouge en fin de vie situé à 600 A.L . on pense qu’elle va bientot exploser, peut etre meme ca sera demain ou dans 10000 ans. Mais elle est vraiment en fin de vie. Et puis elle est grosse. Tres grosse: environ 17 masse solaires et surtout 883 fois le diametre du soleil .

Le VLT c’est quoi ?
Le VLT est un assemblage de 4 telescope de 8m qui permet de simuler un telescope de 200m. oui 200 m !
Prenons un peu de temps pour mettres des valeurs autour de ce chiffre hallucinant de 200M

  • La magnitude max visible du VLT est de 29.21! ( les magnitudes suivent une loi exponentielle et l’œil humain peut monter à 3). un bon telescope de 1m de diametre peut monter à 17.7. (en instantanée, en pose longue c’est pas pareil).
  • la résolution angulaire est de 0.00058 secondes d’arc . à titre de comparaison un télescope professionnel de 1m de diamètre à une résolution angulaire de 0.12 seconde d’arc . soit une résolution pour le VLT 200 fois supérieur.
  • Et comparé à ce même télescope de 1m de diamètre, le nombre de photon captable est 40 000 fois supérieur.

Ceci associé à la relative courte distance qui nous separe de Antares et son gros diametre à permis de faire ce cliché proprement dingue :

Ce n’est pas une tache de diffraction ! vous voyez un autre soleil !

On constate de grand mouvement de gaz , si leur présence était attendu, Par contre leur intensité surprend. Des analyses sont en cours pour y comprendre quelques choses :slight_smile: