Coronavirus / Covid-19

D’après ce que je comprend du danger du coronavirus c’est comme si quelqu’un qui avait un petit rhume très contagieux pouvait refiler une grave pneumonie, même si statistiquement il semble beaucoup moins dangereux que la grippe. D’où les mesures en cours ou en préparation.

Summum @JeeP :slight_smile:

Non.
La grippe, chaque année en France c’est entre 2 et 8 millions de personnes touchées et environ une surmortalité imputable de 15 000 décès, soit un taux de mortalité à environ 0,7%.

Le Covid-19, c’est 3% de mortalité. S’il y avait 6 millions de personnes touchées comme pour la grippe en 1 hiver, c’est 180 000 Morts.

Cela s’explique par l’absence de vaccin, de traitement et parce que c’est la première fois que l’Humanité rencontre le virus. (la premiere fois que l’Homme a rencontré la grippe, c’était en 1918, et il y a eu 100 000 000 de morts dans le monde - 5% de la population mondiale).

Le vrai problème de ce virus, est qu’en cas d’épidémie massive, il va surcharger un système de santé exsangue des décisions politiques et budgétaires des 40 dernières années.
J’aimerais pas être celui qui va faire un infarctus dans 1 mois.

16 J'aimes

J’ai vu passer ça il y a quelques jours, est-ce que son analyse vous paraît réaliste ?

Certains commentaires disent l’article alarmiste, notamment parce qu’il ne prend pas en compte les cas non répertoriés (qui devraient faire baisser le taux de mortalité)

1 J'aime

Ca me semble etre de loin un des plus gros souci en effet. Juste en faisant les maths, arriver a ca, ca fait froid dans le dos.

If 20% of those people require hospitalization for 3–6 weeks?

That’s 1,086,176 People.

Do you know how many beds the NHS has?

140,000

Bah tu crèves sous respirateur avec ton virus de merde pendant que tu récupères si t’arrives pas dans un hôpital ou tous les respirateurs sont deja pris, dans quel cas tu crèves dans la salle d’attente. On peut pas non plus investir dans un système qui scale pour les pics, surtout quand ils sont complètement dingue comme ca, c’est bien le problème et pourquoi la prevention et tout faire meme si ca parait extreme pour contenir le bordel c’est critique. Au lieu de ca on a des politiques qui minimisent le problème, mentent sur les chiffres, et font style « tout va bien, tout est sous contrôle », jusqu’a ce que ca soit la mega merde. Je crois les doigts pour que ca soit sous contrôle, mais putain… j’ai pas exactement confiance…

5 J'aimes

A la rigueur on pourrait commander en urgence des respirateurs. Si les 3 acteurs majeurs du marché ne construisaient pas en chine :upside_down_face:

Ils seront juste préchargés en corona(virus), gain de temps pour tout le monde !

OK merci. Plus dangereux que la grippe donc.

Mais le début de ma phrase reste-t-il valable : peu de gens développeront a priori la version sévère mais en revanche même en étant peu atteint on peut être très contagieux et une personne affaiblie touchée peut en développer une forme très sévère, et dans un pourcentage plus important.

Édit : Quand tu parles de 1918 pour la grippe tu parles plutôt d’une souche de la grippe actuelle ? Je demande cela car en cherchant rapidement sur internet on parle de grippe depuis au moins le 17ème siècle, mais c’est peut-être un mot générique inexacte médicalement avant 1918 ?

Édit 2: En plus des sujets à risques dont la presse parle, les fumeurs avec leur bronchite chronique, n’ont-ils pas des risques plus élevés que les autres bien portant ?

La famille Influenzae est vaste et a un réservoir connu chez les oiseaux.
La forme dite grippe espagnole de 1918 est la première version pandémique du virus. Il a pu exister quelques cas isolés avant, mais la structure du virus fait qu’à la base, il est faiblement infectant pour l’humain.
Il est passé de l’oiseau au porc, puis du porc à l’humain à cette époque là, pour devenir un véritable virus adapté à l’être humain.

Pour comprendre comment, il faut voir son nom. Le H est pour hémaglutinine, et le N est pour Neuraminidase.
Le H sert au virus à rentrer dans la cellule qu’il veut infecter. Le N lui sert à faire exploser la cellule pour en ressortir.
Le numéro qui suit le H et le N correspond à la forme, au « numéro de série » du H et du N.
Quand 1 H1N1 rentre tout seul dans une cellule, il en ressort des milliards de copies du même H1N1.

Maintenant imaginez que un H3N2 infecte le même hôte en même temps qu’un H1N1. Il en ressort quoi ?
Toutes les combinaisons possibles de H et de N.
Voilà pourquoi le virus change chaque année.

Le virus d’origine aviaire a rencontré un autre virus porcin, et l’hybridation l’a rendu plus adapté à l’homme.

Il y a eu autant de morts à l’époque car il n’y avait pas d’antibiotique pour soigner les pneumopathies bactériennes post grippales, pas les techniques de réa actuelles, pas de vaccins.

Ceci étant posé, on considère donc que la première grippe « humaine » est celle là.

Les personnes de plus de 75 ans surtout, et oui, comme tout virus respiratoire, tous ceux ayant des comorbidités significatives.

8 J'aimes

Les facteurs de risque identifiés actuellement c’est être fumeur, très fortement avoir une maladie cardiaque (et c’est inhabituel à ce niveau), une maladie respiratoire chronique, du diabète (et donc probablement une immunodepression ; je sais qu’il y en a plusieurs parmi nous, faites gaffe à vous), et l’âge.

Aedeser et Glop ont bien décrit le problème : une maladie quand même plus grave que la grippe, mais qui dans le même temps peut donner beaucoup de porteurs sains dont on ne sait pas s’ils sont plus ou moins contaminants que les malades mais qui peuvent éventuellement diffuser à tout va, qui peut faire craquer des systèmes de santé qui d’une part ne sont pas dimensionnés pour ça et c’est relativement normal, et d’autre part sont à bout de moyens et n’ont plus de capacité d’adaptation (et ça ce n’est pas normal, et c’est la faute des politiques de restriction en œuvre partout dans le monde parce que tu comprends, « la santé ça coûte cher et ça ne produit rien »).
Donc le risque c’est de ne pas pouvoir sauver des gens qui auraient eu besoin de peu de soins, mais des soins vitaux, parce que le système est dépassé et ne peut plus leur procurer.
Et c’est là que je blame une deuxième fois les politiques et leurs affidés, qui se veulent rassurant en prétendant que ça va bien se passer parce que le système de santé peut gérer ça. Or c’est faux, un système de santé fonctionnel pourrait gérer ça, ou pourrait le gérer en cas d’un faible nombre de malades comme on le vit avec la grippe tous les ans ; or là on va avoir un système dégradé et ça risque d’exploser.
Sauf si on prend des mesures drastiques d’isolement, ce qu’a fait la Chine, mais qui ne sont pas à l’ordre du jour chez nous, car comme on nous l’a dit « même en phase 3 la vie devra continuer » (comprendre : l’économie passe avant votre santé ; et là je vais dériver vers trop de politique par rapport à ce qu’on s’autorise ici, mais je pense que tu vois où je veux en venir).

21 J'aimes

:relaxed:

2 J'aimes

haha, joli lapsus :rofl:

1 J'aime

Personnes en chimio aussi ?

Les cytostatiques empêchent de monter une réponse immunitaire normale.
Donc oui si ce type de molécule est administré.

Edit : Et d’autres types de molécules dites « chimio » aussi, d’ailleurs, mais là le mieux est de contacter l’oncologue pour avoir une explication fine en fonction du traitement.

Je sabre mon post initial car je n’ai pas la motivation à m’engager dans une discussion type URPS (mais en gros je n’ai pas le même avis concernant les conclusions de nos deux médecins : que le système de santé n’a pas la capacité d’adaptation ou que le problème serait un système « exsangue des décisions politiques et budgétaires »). J’espère @Aedeser et @JeeP que vous comprendrez :slight_smile:

Mais je rejoins @JeeP sur l’isolement drastique. Par exemple, des regroupements événementiels, associatifs, …religieux… sont maintenus. Une interdiction durant 2-3 mois pourrait sembler opportun. Il faut limiter l’apparition de nouveaux clusters, et il faudra bien s’en donner les moyens (mais ce n’est que mon avis).

Et je ne dis pas qu’il n’y a pas de maladresses ou de vrais problèmes dans la gestion ou la préparation (masques, arrêts de travail, doctrine de prélèvements, …). Mais c’est plus facile de juger. Et la situation un jour donné n’est plus la même quelques jours après. Je ne suis pas sûr que j’aurai pu faire mieux a la place des politiques. J’ai eu un échange ce matin sur les masques. Je me rappelle du mini scandale a l’époque de la grippe aviaire sur ce gâchis « coûteux » de masques FFP2. Cette fois-ci les réserves étaient plus importantes mais pour cette situation il n’y en avait pas assez…et on manque encore de visibilité pour les masques chirurgicaux.

Bref : forcez- vous a ne plus serrer les mains et faire la bise, pour l’instant, a vous laver les mains (avant repas etc…) , mais ça c’est toujours, a éternuer et tousser dans votre bras/coude…
Et éviter de rendre visite a vos grand parents si vous êtes symptômatiques (et appeler le 15 en cas de doute sur vos symptômes). Et si besoin regardez sur les sites officiels du gouvernement les informations (les recommandations et organisations évoluent suivant l’évolution de la situation. Ce qui a été déclaré il ya deux jours dans les médias n’est plus forcément d’actualité) plutôt que les sites putaclic ou d’appeler les numéros sans lire avant (mais bon c’est GZ ici, je ne me fais pas de soucis là dessus :sweat_smile:)

3 J'aimes

Non, je vais avoir du mal.
Désolé, mais ce n’est pas toi qui explique 10 fois par jour que tu ne pourras pas suivre tel ou tel patient, et qui reçois injures et menaces en échange.

J’espère me tromper, mais j’ai moyen confiance.

2 J'aimes

De quoi répondre à quelques questions :wink:

1 J'aime

Alors, pour ma part, la question que je me pose c’est précisement celle de l’isolement et de son efficacité.

Quand j’entends « isoler les personnes à leurs domicile » je n’arrive pas a comprendre comment on peut considérer que ces gens soient en quarantaine.

Le principe d’une quarantaine, c’est qu’on va réellement ne plus etre en contact avec personne, hormis les quelques uns identifiés pour servir de « tampon » en amenant le nécéssaire à notre survie. On crée ainsi une sorte de « bulle » où il n’y a plus aucun échange entre l’isolé et l’extérieur.

La quarantaine (ou quatorzaine) telle que la préconise les agences de santé (et @marteau semble-t-il) c’est juste « restez chez vous et démerdez-vous » sauf que les gens qui font ça, reste au milieu de leur proche (qui vont généralement s’occupper d’eux) voire meme, pour les plus isolés, continue de faire leurs courses, eventuellement en transport en commun etc…

Soit je loupe un truc, soit je ne voie pas comment on peut espérer contenir quoi que ce soit, sans pratiquer une VRAIE quarantaine (ce qu’on a absolument pas les moyens de faire, et on en revient au débat politique). Surtout en considérant le fait que potentiellement tout le monde ou presque est porteur sain et continue de propager le virus: on a maintenant de nombreux cas de personnes qui l’ont choppé de façon totalement isolé sans avoir croisé de patient déclaré et sans revenir de zone à risque…

Le but n’est pas de contenir mais de retarder le pic épidémique pour éviter l’écroulement du système de santé.

Partant de la, ce qui est le plus efficace, c’est l’isolement social (ciné / boîte / resto / etc).

1 J'aime

Revenant d’une zone à risque il y a 15 jours, j’ai ete mis en quartorzaine.
J’ai éloigné mes proches qui n’etaient pas dans ce cas
J’ai limité mes sorties à l’essentiel (courses) en faisant attention.

Je vois ça comme une tentative de ralentissement de la propagation :
Avent je croisais environs 150 personnes par jours et entrais en contact directement avec une trentaine
Aujourd’hui je croise 5 personnes dans la journée et entre en contact avec 1

Je suis pas médecin (et pas malade à priori)