Le travail full remote ? Et vous?

Houla il faudrait peut etre faire changer la licence :wink:

Surtout now, ta ligne fixe te suis partout tant que tu l’appli de lancer sur un appareil.

J’ai exactement le contraire, mais c’est probablement du au poste. J’suis tech lead en dev, mais avec un pied qui traîne dans les sujets sysadmin et infra. Quand je suis au taf, je fais la tournée des bureaux pour discuter avec les gens avec qui je communique pas forcément au quotidien. Il y a aussi le stress pour trouver des salles de réunion où faire des conf call pendant la journée sans gêner les autres, parce qu’on a jamais tout le monde sur place. Hormis ces interactions, le manque de confort du poste de travail et le bruit environnant de l’open space à côté d’une cafétéria, avec des gens qui parlent fort dans le couloir en face me déconcentrent.
Chez moi, j’ai ma glorieuse table de camping réglable en hauteur qui me permet de convertir une partie de la chambre en bureau plutôt ergonomique. Puis j’habite dans un coin calme et mon gosse est pas un sauvage, donc ça va. Enfin, sur Teams, l’option « ne pas déranger » est une merveille pour se ménager des créneaux de travail productif et concentré. Transformer les pauses du taf en promenades à pied, c’est le bonheur absolu et ça permet de retourner au taf bien concentré.

1 « J'aime »

En vrai le problème de ton taf (et du mien, et de beaucoup de taf nowadays), c’est juste l’open space. Au taff, tu as une capacité et réellement faire ton taf de je sais pas, 20% par jour ? Le reste du temps c’est du social, de l’aide, du bruit. Choses que je peux choisir de limiter chez moi.

4 « J'aime »

Si j’apprécie les bureaux de 4 personnes, je ne supporte pas les open spaces.

C’est clair que vu comme cela. :slight_smile:

Et quand tu es tout seul, par exemple quand ta femme et ta famille sont en congé ailleurs et pas toi, ça ne te manque pas ? Après difficile de se mettre chacun à la place de l’autre. Quelqu’un qui a une famille profite de ces moments courts d’absences pour être un peu tranquille.

Après je me posais aussi la question :

  • des espaces de co-working
  • et/ou que les temps de présence ne soient pas sur la semaine mais sur le mois, par exemple une semaine par mois en presentiel. Mais si j’avais 2 clients ça ferait 2 semaines en présentiels et 2 semaines en télétravail :sweat_smile: (je suis compliqué n’est ce pas).

Chez nous le hasard fait qu’on devait entrer dans des tous nouveaux bureaux et ils avaient déjà prévu de ne plus avoir que 60% de places disponibles avec une obligation de 2 jours de télétravail. Contre un seul avant le covid.

(je suis lead dev dans une grosse boite du web)

Perso, j’avais fait un an de télétravail y’a plus de 10 ans alors que j’étais assez nouvellement diplômé, et j’avais trouvé ça trop à l’époque (bon faut dire que j’étais dans un nouveau pays, nouveau job, pas vraiment d’amis sur place … donc c’est ptet ça qui m’a beaucoup fait ressentir l’isolement). Donc suite à cette période j’avais été content de retourner sur du full présentiel et malgré la possibilité de faire du TLT 2j par semaine ces dernières années, je n’avais pas ressenti le besoin.

Et depuis mars 2020, on est en full TLT (juste retour sur site 2 jours depuis le début pour moi) et finalement je le vis plutôt bien. Pendant les premiers mois, c’était un peu flou, pas mal de clients qui revenaient sur des contrats, je m’étais installé à coté de mon pc perso que je laissais allumé et vu qu’on avait un peu de flottement au niveau tâches, c’était un peu mixé.

Mais une fois que je suis reparti sur 100% d’activité, je me suis aménagé un vrai poste multi écran dans une autre pièce bien séparée. Et depuis ça roule bien mieux. Niveau besoin d’interactions, on s’apelle assez souvent entre dev / équipe métier.

Bon la solitude m’a jamais dérangé et je pense que je m’améliore pas avec l’âge …

Donc tout ça pour dire que ça dépend de beaucoup de choses, le ressenti face au TLT. Forcément du travail en lui même (l’IT c’est plutot easy), du type de taches (un ami dans l’encadrement de l’aménagement du territoire me disait qu’il fait des jours en présentiel pour les réunions et sinon travail sur les dossiers en TLT et il est bien plus efficace qu’avant puisque ces jours là personne qui vient le déranger toutes les x minutes pour des questions), du niveau de besoin de relations sociales (à peu près nul chez moi), de la qualité de l’environnement de travail au bureau et chez soi (open space coucou, mais enfants en vacances aussi) …

Sinon pour moi les choses essentielles pour télétravailler dans de bonnes conditions c’est :

  • l’espace de travail physique : un poste de travail confortable au moins équivalent à ce que tu avais avant au bureau (multi écran, fauteuil (qui a dit Aeron ?), clavier/souris de qualité …)
  • bien séparer le matériel pro/perso : poste de travail séparé du perso pour changer de mindset et ne pas être tenté de faire du perso, et pareil pour le tel (hormis double SIM)
  • bien être clair sur les horaires : le point le plus « risqué », c’est facile de déraper, mais … soit tu travailles soit tu bosses, pas un mix.

Dans la grosse boite, des discussions sont en cours pour augmenter la proportion permise et la souplesse du process. Vu que grosse boite, ça mets du temps et ils doivent vraiment attendre la fin du TLT exceptionnel pour poser de vraies règles.
En tout cas dans notre domaine je suis assez serein sur ce qu’ils vont faire. Pareil que partout on a pas noté de baisse de la production, plutôt l’inverse et par contre « oh tiens, mais on a plein de locaux qui servent plus, on va pouvoir vendre / arrêter de louer et se faire encore plus de marge ».

Alors c’est pas tout à fait ça, mais c’est un peu ce qui m’est arrivé. Je suis dans une petite ville où mon poste n’est pas vraiment présent. J’étais plus super bien dans ma boite actuelle, mais un peu obligé de rester si je voulais rester dans la région. Et du coup le fait que des boites proposent du full TLT + le fait qu’une m’a fait une belle proposition m’a décidé. Et je suis donc parti pour un contrat full TLT avec possibilité de passer au bureau à 1h de route quand je veux.

J’en discutais avec un ami, je pense que cette période va voir un pic de gens qui changent d’entreprises assez important. Que ça soit parce qu’on a gouté au TLT et que ça permet d’etre plus libre dans son choix de boite, ou parce que ça nous a permis de sortir un peu de nos habitudes et nous a fait réfléchir à notre situation.

2 « J'aime »

Jusqu’à maintenant j’ai pas eu le cas grâce à la magie du confinement, mais j’ai une très bonne tolérance à la vie tout seul. J’adore discuter avec des gens mais paradoxalement j’ai zéro problème pour vivre en ermite tant que j’atteins mon quota de communication hebdomadaire avec des vrais gens, en vocal ou IRL.

2 « J'aime »

Perso, j ai commencé mon boulot actuel, 1 semaine avant le second confinement, dans une organisation particulière je suis en région mais mon bureau officiel donc les collègues direct sont en région parisienne.

Si le télétravail était au programme normalement c était 1 a 2 jours/ semaine grand max et le présentiel dans une antenne locale + 1 a 2 fois par mois sur Paris, au final ça fait 6 mois que je suis en full télétravail et bizarrement je me sens pas seul du tout et la ou j avais un peu peur, l ambiance avec les collègues parisien est au top alors qu au final on c est vu 7/8 fois depuis mon début.

Y a pas les moyens moderne c est beau
A côté de ça dans mon ancienne vie je faisait du chantier seul quasi tout le temps en clientèle et des moments je me sentais plus seul qu actuellement…

1 « J'aime »

Pareil ou presque, je me suis déjà senti plus seul en présentiel dans certaines boîtes aux pratiques toxiques que maintenant dans mon entreprise actuelle en télétravail.

2 « J'aime »

Très intéressant tout ça. Merci pour ces retours d’expériences.

En fait je suis assez ermite, d’ailleurs avant d’avoir mon nouveau boulot qui a débuté il y a 3 ans (dév web R + un peu de Python) , j’ai eu un an et demi d’inactivité pour cause de refus de missions (SGBDR/BI) de ma part pour attendre/espérer avoir un boulot comme j’ai actuellement. Et je ne le vivais pas si mal…mais au bout d’un moment ça finissait par devenir pesant.

Mais en fait je suis devenu davantage ouvert qu’il y a plusieurs années et finalement j’ai quand même besoin de contacts sachant j’ai une vie sociale très limitée que je veux un peu agrandir.

Mais c’est clair le télétravail permet aussi d’éviter les situations toxiques, et qu’au boulot on peut être quelques fois davantage seul. Mais le télétravail à 100% du premier confinement m’a fait un peu peur, heureusement que j’ai été chez un couple d’amis à la campagne. Peut-être que je me fais une idée extrême du télétravail à cause du premier confinement où on ne pouvait voir personne.

Et j’ai vu un autre souci en télétravail : si la seule possibilité de faire avancer un dossier est de camper dans le bureau du responsable, sans spécifications écrites ni de user stories impossible à faire lire, les appels téléphoniques étant trop compliqué vu que le responsable en question est très occupé.

Et les espaces de co-working dans tout ça ? Il faut préférer un environnement avec des professions proches quand même ? En plus, même si je n’aime pas ce mot, ça augmente notre réseautage. Et puis que ça ne soit pas trop loin, ou alors si on veut être en ville alors que je suis juste au delà de la zone péri urbaine être en décalé…et / ou pas tout le temps ?

Pour l’instant j’en reste à mon impression sur le télétravail pour ce qui concerne mon cas personnel, mais les interventions que je viens de lire me font pas mal réfléchir positivement. Le télétravail via des clients étrangers me paraît compliqué mais en France ça me paraît davantage possible pour moi. Et j’ai tendance à éviter tout boulot où il faudrait que je ramène ma tronche à Paris, même quelques jours.

édit : Et à vous lire, l’occasion fait le larron, faut simplement savoir dire oui, (et pas non comme je fais actuellement), mais pas à reculons, tout en sachant que c’est un essai, si la proposition d’organisation du travail du client nous paraît jouable.

édit 2: mais j’ai davantage de propositions d’Europe du Nord. Et il faut faire la part des choses avec les brokers en IT qui font feu de tout bois alors qu’en fait c’ est quelques fois appuyé sur du non prospecté, du vide en fait.

Je suis en full-remote depuis 2013 (quand j’ai quitté Paris).
Le bureau ne le manque pas. Par contre je suis en couple et on a un enfant à la maison, je n’ai aucune idée de ce que ça donnerait si je vivais seul.
Le simple fait de devoir amener ses enfants à l’école rythme la journée.

Mon conseil dans tous les cas c’est de prévoir des moments dans la semaine à l’extérieur : club de sport, association, etc… histoire de garder une vie sociale.

Côté boulot je suis dans l’informatique ça aide. Dans une petite boîte et c’est moi le manager. Depuis que je suis parti les autres ont fait pareil petit à petit. On a rendu les bureaux à Paris après le premier confinement…

Le Covid pour moi ça n’a changé qu’une chose au niveau boulot : plus d’aller retour à Paris, même les clients les plus récalcitrants sont passés à la visio.

J’ai eu deux échecs avec des salariés pour le télétravail. Des jeunes qui débutaient. Pour le reste de l’équipe aucun soucis (on a tous la quarantaine ou presque et avec enfants je pense que ça aide). On est tous plus ou moins passés par des openspace à La Défense, au début de notre carrière du coup on sais savourer le travail à la maison :slight_smile:

Je pense que c’est l’avenir. Le télétravail ou le coworking près de chez soi pour ceux qui ne supportent pas. Écologiquement c’est positif. Financièrement aussi.

Le seul truc que je dois changer c’est de proposer des moments ou l’équipe se rencontre. Il y a un membre de l’équipe qui est salarié depuis 12 ans et que j’ai vu physiquement pour la dernière fois il y a 4 ans. J’avais pris une bonne résolution : rdv à Paris en janvier 2020 pour un déjeuner avec toute l’équipe, mais entre temps il y a eu les grèves et le Covid :frowning:

4 « J'aime »

Tous remote, et bien ! Que vendez vous ?

L’open space c’est une des plus belles conneries d’entreprise…

5 « J'aime »

D’ailleurs c’est ahurissant de voir comment tu exploses ta productivité quand tu es en télétravail dans de bonnes conditions et que tu arrives à te focus totalement sur ton boulot pendant plusieurs jours (et pour peu que tu cumul avec un élargissement des horaires lié à un pic d’activité).

Perso, il m’est arrivé de faire plus d’un mois de taf « habituel » en à peine 2-3 jours dans ces conditions.

Ca en dit long sur la productivité sur le lieu de travail…

3 « J'aime »

Des saas. Autour de l’email marketing et du sms principalement. Un peu de dev web aussi quand ça rentre dans notre scope.
A la base on était une boite de dev qui a trouvé un créneau et on s’est étoffé au fur et à mesure avec les postes nécessaires : account manager, support, etc…

Je suis dans le même cas que toi (en gros) et pour rien au monde je ne reviendrai en arrière. Mais on ne le répète pas assez, travailler seul chez soi, ça s’apprend. Et je peux aisément comprendre qu’un débutant n’ait pas les clefs pour s’organiser et être indépendant. Ça fait réfléchir sur l’idée du « tous en télétravail » et de la formation des gens en interne, surtout les jeunes.

Dans une boite comme la tienne, comment faire rentrer du sang frais en ayant une structure en distancielle ? On ne peut pas recruter que des « anciens »… Vous avez réfléchi à la question ?
C’est une question sans jugement, je me la pose aussi. On a un stagiaire dans les locaux, je ne l’ai jamais vu, on se parle que sur Slack quand c’est nécessaire et pourtant je suis sûr que je pourrais l’aider de temps en temps si on se croisait dans les couloirs. Et je me mets à sa place, je ne suis pas sûr que j’aurais autant appris dans certains postes si j’avais pondu mon code de chez moi…

1 « J'aime »

Ben depuis que je suis parti en 2013 on a pas réussi un seul recrutement en CDI. Plus précisément aucun CDI n’a fini sa période d’essai et aucun contrat de qualif n’a été embauché à la fin. Après, on parle de 1 personne par an ce n’est peut être pas représentatif. Les juniors n’aimaient pas l’ambiance (ce que je peux comprendre, Slack c’est limité pour se sociabiliser). Et en plus on est sur une niche un peu spéciale. Un peu technique. Même les mecs qui sortent d’une école de marketing digital n’ont fait que survoler ce qu’on fait.

Du coup au niveau des solutions que j’ai mis en place :

  • sous traiter absolument tout ce qui est externalisable. Par exemple on a pas de « vrais » commerciaux, la détection de projet est faite à l’extérieur. Idem pour la compta alors qu’on a quand même du volume de factures.

  • constituer une équipe de freelances ou de prestataires pour tout ce qui n’est pas notre cœur de métier, même si un poste se justifierait financièrement : infographie, dev pour certains projets non critiques, saisie, secrétariat, admin sys, etc… en travaillant en full remote depuis longtemps j’ai pu constituer un petit réseau qui marche bien. Certains interviennent quelques jours par mois et d’autres beaucoup plus. Au global on doit avoir une cinquantaine de jours homme par mois sur ce principe.
    La relation n’est pas la même qu’avec un salarié surtout un junior, c’est plus facile je trouve. Et surtout cela permet d’avoir accès à des profils que l’on ne pourrait pas attirer. Pour exemple mon presta qui fait l’admin sys bosse aussi pour un gros hébergeur, il ira jamais chez nous en cdi :slight_smile:

Pour que ça fonctionne, on a dû tout mettre en procédures. On a des process pour tout et on fait très attention à bien tout documenter. On fait attention à avoir toujours le savoir faire (ou savoir faire faire :slight_smile: ) en interne.

Et enfin je passe beaucoup de temps à automatiser des choses. Dès qu’un truc est automatisable, j’investis le temps qu’il faut dessus.

Tiens il y a un livre qui m’a beaucoup inspiré pour l’organisation de la boîte. C’est rework. ReWork: Change the Way You Work Forever Amazon.fr

3 « J'aime »

Surtout dans la version flex office…

1 « J'aime »

Ça me fait penser aux questions suivantes.

En espace de co-working ça se passe comment l’attribution du mobilier mais aussi des écrans ?

Si on va en espace de co-working, c’est pour voir du monde mais pas pour autant être les uns sur les autres: c’est à dire qu’il ne faudrait pas que ça soit un open space.

J’imagine que ça dépend de notre taux de présence ? Est-ce qu’on peut venir à l’improviste ? On s’engage sur un nombre de jours par mois, mais on peut venir moins ?

Pour le coworking, la plupart du temps il y a deux types d’offres :

  • non résident : tu t’installes là où il y a de la place. Tu t’engages pour x jours par mois.

  • résident : tu as ton bureau attribué, et là tu peux laisser éventuellement un écran, un clavier, etc… Là c’est du plein temps (enfin tu paye pour du plein temps et tu fais ce que tu veux :slight_smile: )

En général en open space, mais pas forcément ça dépend de la configuration du lieu.
Un bureau individuel fermé est souvent en option payante (bien plus chère).