Les films à voir

cinema

#1661

Ca doit vraiment dépendre des sensibilités de chacun, moi le dilemme m’a beaucoup marqué.


#1662

Grave, perso, les thématiques abordées m’ont touché a mort. Entre la maladie, la gamine, la mort, le temps, tout ça, ça a juste touché super juste chez moi.


#1663

Exactement, c’est méga beau et méga vide en même temps.


#1664

Tout à fait pareil, depuis que j’ai des gamins les films qui traitent de la mort me touchent beaucoup plus …


#1665

Je viens de voir la 2ème bande annonce de King Arthur (de Guy Ritchie avec Charlie Hunnam) et ça me donne furieusement envie d’aller le voir. Un bon divertissement en perspective.


#1666

Oh ! Du Led Zeppelin dans un film sur le roi Arthur :shock: Ça va être rock 'n roll


#1667

J’ai eu exactement le même souci qu’avec Interstellar en fait : c’est vraiment maitrisé d’un point de vue réal, mais le scénar’ est tellement tordu pour lier les “moments émotionnels forts” que ça n’a plus aucun sens et moi, ça m’ôte complètement toute possibilité d’implication. Il n’y pas grand chose qui tient la route dans l’histoire de base, elle est juste là pour servir un mélo ultra convenu, qu’ils enrobent tellement de non sens que ça en devient indigeste et “forcé”. Dans le genre “mélo classique sur fond de SF”, Monsters volait largement plus haut.


#1668

Ce qui est formidable dans Arrival, c’est le non-sens du dilemme final. Et c’est ce qui le range dans la catégorie super bons films pour moi.

Là, je sors de Your Name. C’est trop long, cucu sur la fin (mais finir autrement ça te réduirait en miettes) et globalement, c’est très bien. Et qu’est-ce que c’est beau ! Et je suis content que ça soit sorti au cinoche en France (250k entrées).


#1669

Mais quel dilemme ? C’est là que me perdent tous les gens qui en parlent. Il n’y a aucun dilemme.

[spoiler]De deux choses l’une : soit le temps non linéaire et la vie est un snapshot d’un plus grand “multiverse” où toutes les probabilités existent, soit le temps est linéaire et immuable. C’est l’un ou l’autre.

Du coup : si on est en config 1 (temps non linéaire), il est où le dilemme ? Au moment où elle fait son choix à la fin du film, elle n’a aucun moyen de savoir si ce qu’elle a vu va vraiment se produire, c’est un des “futurs potentiels”. Du coup, elle chosit rien au final.

Si on est en config 2 (temps linéaire), non seulement elle ne choisit toujours rien, puisque l’avenir est déterminé, mais en outre, toute la base du film s’écroule comme un chateau de cartes.[/spoiler]

Un excellent papier qui explique bien tout ce qui m’a empêché de savourer le film.


#1670

J’ai un peu de peine à me faire un avis avec ce film.
Bien aimé, vraiment beau, mais il m’a semblé assez vide de contenu au final.
Par contre il y a un point qui me semble assez central et que je n’ai pas vu mentionné ici ni dans l’article mentionné (mais je l’ai peut-être lu un peu vite).

[spoiler]C’est peut-être mentionné un peu vite dans le film, mais l’hypothèse Sapir-Whorf est importante. Pour rappel, c’est une théorie qui explique que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage.

Et c’est justement dès le moment ou elle comprend le langage des extra-terrestres que sa perception du temps change.

Du coup, le temps n’est en effet pas linéaire pour elle et les aliens, mais le semble pour tous les autres dont la vision du monde est limitée par leur manière de s’exprimer.
[/spoiler]

Mais c’est vrai qu’une fois cette info donnée, il me semble que le film se finit un peu abruptement. J’ai presque cru que je m’étais assoupi et avait raté un morceau.


#1671

Ah si, si c’est mentionné. C’est même la scène d’exposition la plus ridicule du film, parce qu’elle sort de nulle part. Mais après, ce n’est jamais exploité autrement que pour dire “elle peut voir dans le temps parce que”, alors qu’il y aurait sans doute eu des tas de pistes à explorer, sur les multiverse, le déterminisme, ou même la validité ou non de la notion de temps. Bref, grosse occasion manquée pour moi.


#1672

Selon ma vision des choses, il n’y a pas 2 hypothèses : le temps est linéaire, tout s’est déjà produit et se produira. On est dans ta config 2 (sinon, elle n’écrirait pas son livre qui lui même contient le déchiffrement des signes, sinon les aliens ne viennent pas instruire les humains). Donc elle n’a pas à choisir d’avoir un enfant, puisqu’elle l’aura. Elle hésite à faire survenir une situation sur laquelle sa décision n’a en fait pas prise, c’est ça qui me plaît : la vaine notion de libre arbitre.

Et la critique que tu as linkée m’a remonté pour une semaine :slight_smile: Le mec est à côté de ses pompes complet, il ne critique pas le film mais les gens qui l’ont aimé.


#1673

On n’a pas dû lire la même. :wink:
Mais bon, dans ce cas, je suis “à côté de mes pompes complet” aussi, parce que j’ai exactement le même avis que lui. Et du coup, tu m’excuseras, mais je ne vois pas trop l’intérêt d’en discuter avec toi. :wink:


#1674

Bah [quote=“Faskil, post:1673, topic:28431”]
Et du coup, tu m’excuseras, mais je ne vois pas trop l’intérêt d’en discuter avec toi.
[/quote]
Bah si, on peut discuter du film plutôt que des remontrances contextuelles du critique linké :stuck_out_tongue:
No worries, no offense. J’ai donné mon avis, toi aussi, on est quitte :wink:


#1675

J’ai lu quasiment tout l’article et… ouch :shock:

En gros, le mec n’a pas du tout aimé le film (c’est son droit), mais alors tout ce démontage, toutes ces explications, ces justifications, etc. Il crache bien sa bile quand même. J’ai l’impression qu’il en attendait beaucoup.

Alors perso, je suis bien rentré dedans en partie grâce aux personnages/acteurs que j’ai trouvés attachants et l’ambiance générale. Et les thèmes abordés par le film m’ont beaucoup intéressé et interrogé (le langage, le temps qui passe, etc.). Scientifiquement, il fait sans doute quelques entorses, mais je trouve qu’il a trouvé un juste milieu.

En revanche Interstellar, j’étais pas rentré dedans (les acteurs, etc.) malgré quelques belles scènes. Comme quoi.


#1676

Je pose ça là, c’est une revue du film à la cool :

Ne vous arrêtez pas forcément à l’enrobage, ça fait partie du decorum de la chaîne… :slight_smile:


#1677

Vu John Wick 2 ce week-end, dans la veine du premier mais en un peu moins bien, vu que c’est à peu près la même recette “Keanu Reeves défonce tout le monde” et que j’ai trouvé l’intro brouillone au niveau de la réalisation. Ca reste un bon divertissement.


#1678

Je suis allé voir the cure for life ou cure for wellness en vo je crois.
Et bah putain premiere 45 minutes sympathiques avec pas mal d’idées de mises en scene de la lumiere sympas et tout.
Un bon climat s’installe.
Et puis le drame le film part en mode nanar total a base d’inventaire de l horreur , de mechant ridicule , de subtilité digne d’une otarie bourrée a la biere …
Avec des scenes mais mon dieu ce qu’elles etaient cringe et malaisante pour les acteurs.
Dans ce film on voit l’acteur qui joue lucius malfoy doigter une nana et ensuite sentir sa main en mode pervers / creepy / seducteur / mal joué ou la salle a explosé de rire …

Ou encore des ados / jeunes adultes qui sont habillés gothiques et qui ecoutent du metal car ils sont trop daaaaaaaaaaaaaaaaaaark et representent la corruption du monde exterieur car ils sont forcément mauvais hein …

Bref evitez ce film ou alors avec une soirée biere pizza en mode nanar.
J’en ai vu des nanars et un bon paquet et souvent volantairement mais la c’est un nanar qui commence sans l’etre puis bascule en mode nanar tout en gardant une certaine esthétique pompeuse et des gros sabots.
Ce film dure 2H30 autant dire que je n’ai presque autant jamais regardé ma montre que durant les 1H45 de film restant …
Ce film est une charlotte a l’anis ou tant que tu reste sur l’exterieur ca va mais des que tu rentres dedans c’est degueulasse …
C’est un peu comme cette nana jolie qui a à peu pres fait illusion les premieres minutes en soirée et ou tu t’apercois tres vite qu’en faite elle est totalement conne et tu n’as qu’une envie c’est de te barrer vite fait mais par politesse tu subis ou parfois tu essaies de te raccrocher aux premieres minutes …
Le pire c’est que ce film commencait un peu au dessus de la moyenne, et du coup la deception est encore plus grande.
Je me sens comme un electeur de la primaire qui as voté pour fillon sur son honneté.
Bref fuyez pauvres fous …

et vu que le forum ne me permet de poster un message que j’ai déja posté / supprimé ailleurs : voila un petit article sur le kolobok :

Kolobok (en cyrillique : Колобо́к) est le personnage principal d’un conte sérielnote 1 slave oriental du même nom : il s’agit originellement, soit d’une boule de pâte frite (une sorte de beignet), soit d’une galette, qui prend vie.
Le conte, qui figure parmi les Contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev sous le numéro 16 (édition originale de 1873) et 36 (édition de 1958), est connu dans les aires d’influence slavenote 2 et balte sous diverses formes. Un conte similaire, faisant intervenir une crêpe qui roule, a été enregistré dans les cultures germanique et nordique. Un conte similaire se retrouve aussi dans la tradition anglophone sous le nom de The Gingerbread Man (Le Petit Bonhomme de pain d’épices). Dans la classification Aarne-Thompson, le conte-type porte le numéro AT 2025. Le motif intitulé The Fleeing Pancake (gingerbread man) a été codifié Z31.3.1 par Stith Thompson.
La présence dans le conte d’une chansonnette est plus spécialement typique des traditions ukrainienne et biélorusse.
En français, le conte a été traduit sous le titre de Roule Galette (Natha Caputo) ou de La Petite Galette ronde (Lise Gruel-Apert).


#1679

Comment lui en vouloir ? Avec tout le buzz médiatique autour du film, présenté à grands renforts de “meilleur film SF de ces dernières années” (alors que ce n’est pas un film de SF, au mieux un film d’anticipation, et encore, c’est tellement survolé), sans compter l’espèce d’engouement collectif à base de superlatifs, difficile de ne pas en attendre autre chose que cette banale digression sur le libre arbitre qui n’apporte absolument rien à l’édifice.

Perso, j’ai eu exactement le même sentiment : rien à voir avec le film qu’on m’avait vendu, et pas seulement dans les trailers.


#1680

Ah, mais je ne lui en veux pas, j’aurais peut-être (sans doute ?) réagit pareil si j’avais vu tout le buzz autour. C’est en partie à cause de tout ça que j’évite de trop lire/regarder des articles/trailers sur les films à venir. Quand j’ai été voir Premier Contact, je n’avais qu’un vague souvenir du trailer qui était passé il y a des mois avant sa sortie. Je savais juste qu’il avait un certain succès.

D’ailleurs, je n’ai toujours pas osé regarder les trailers de Trainspotting 2 et du prochain Blade Runner (peur d’être déçu rien qu’en les voyant).