Pourquoi met-on des adjuvants dans les vaccins ? (et autres sujets sur l'industrie pharmaceutique)

santé

#84

Je ne pense pas que le geekzonien moyen soit dans la cible du vaccin

En revanche, moi par exemple, je suis asthmatique et je soigne des vieillards et des cancéreux : je me vaccine chaque année …

Et sinon immense +1 @Funkylolo


#85

Ah ok, désolé j’avais pas saisi la phrase comme ça. Effectivement les scandales médiatiques ça n’aide pas.


#86

Mais ce genre de sondage binaire participe à la défiance.

Comme @BalooZ je pense qu’il faut savoir de quoi il est question en terme de vaccins. Ayant fait le Bac D je suis convaincu de l’efficacité des vaccins et j’en comprends le B.A.BA. Et je suis à fond pour les vaccins dont le ratio bénéfice/risque est très important en faveur des bénéfices comme les DTP et similaires.

Merci à l’industrie du médicament, qui a commandé ce sondage, pour entretenir cette défiance dont le summum avait été la gestion désastreuse du H1N1, avec sans doute la bénédiction du courant hygiéniste qui veut vacciner tout le monde de toutes les maladies. Visiblement l’industrie du médicament attend que les pouvoirs publics convertisse ces 50% de gens hérétiques sans se rendre compte que ce genre de communications renforcent la défiance des gens.

Mais les mentalités commencent à changer, comme pour les campagnes anti-cancéreuses : les pouvoirs publics comment à comprendre qu’il faut inciter et faire de la pédagogie et non pas décider de faire des campagnes culpabilisantes, surtout dans les domaines où semble-il il y a bien plus de faux positifs qu’on ne le pensait (cancer du sein, cancer de la prostate).

Un article intéressant de 2014 sur les politiques de vaccination en France:

La France et l’Italie sont les seuls pays de l’Union européenne à
maintenir une obligation vaccinale pour les enfants. […] Malgré cette
contrainte, le taux d’immunisation dans la population générale, tous
vaccins confondus, n’est pas meilleur que dans les pays voisins. Un
paradoxe qui ne date pas d’hier[…]
Ainsi, dans l’hypothèse où des parents souhaiteraient protéger leur
enfant contre les seules maladies tombant sous l’obligation légale, il
n’existe plus, aujourd’hui, de vaccins permettant de répondre à leur
demande car les produits disponibles sont combinés avec d’autres vaccins
non obligatoires (mais recommandés). «Cela met les vaccinateurs en
difficulté vis-à-vis des parents», […]


#87

Le soucis des articles sensationnalistes qui restent bien gravés dans l’imaginaire collectif c’est qu’ils minent le sens même du rapport bénéfice/risque (le sujet de l’infographie de @Funkylolo). Certes il y a peut-être eu des cas de complications peut-être associées aux campagnes de vaccinations. Mais comparé à ça :

OSEF, et toutes les agences sanitaires nationales et internationales sont bien d’accord sur la question. Ce n’est pas un sujet pour lequel il y a 2 écoles.


#88

Moi ce qui me gonfle, c’est que j’ai l’impression que c’est l’industrie pharmaceutique qui a créé cette situation par cupidité …
En poussant des vaccins multiples plus cher, avec des adjuvents. En allant de scandale sanitaire en scandale sanitaire sur les médicaments (mediator, depakine, la pilule de generation 3 …), ils ont amenés les gens à douter.
Et le problème est que le doute s’etends, sur des sujets ou il ne faut justement pas douter.

Je suis convaincu par les vaccins, ils ont sauvés de milliers, si ce n’est des millions de gens. Mais pourquoi cette attitude de l’industrie vis à vis des adjuvants ? Pourquoi ne pas proposer les vaccins individuellement comme avant ?

C’est vraiment agaçant, car ils alimentent, avec cette attitude, les mouvements et théories complotistes…


#89

Apparemment si, voir l’intervention de @phili_b juste au-dessus la tienne…
Le problème, comme je le mettais en exergue, c’est qu’on veut donner un avis sur un sujet global qui englobe plusieurs sous-sujets et plusieurs problématiques… c’est réducteur.
Probablement qu’il y a des cas où la vaccination est importante, voire primordiale, alors qu’elle est inutile ou dangereuse dans d’autres…


#90

Je vais passer sur le fait que la première phrase de l’article est fausse (1/3 des pays européens ont des vaccinations obligatoires pour les enfants). Ce que remettent en causes les spécialistes cités dans l’article n’est pas l’interet de la vaccination («l’action de santé publique la plus efficace»), mais l’intérêt et la distribution de l’obligation. Ils imaginent aussi rendre “indispensables” les vaccins jusqu’ici qualifiés de “recommandés”. En tout état de cause cet article prône plus de vaccination.

Pour revenir sur ma réaction initiale à l’infographie de Funkylolo : que la moitié des gens doutent de l’intérêt de la vaccination fait froid dans le dos, quels que soient les biais induits par la formulation de la question. Et si la cause de cette défiance est la stratégie des Labos ou les politiques publiques (c’est possible, j’en sais rien), ça n’excuse en rien l’obscurantisme.

Le fait que 2 avis existent et aient voie de presse ne signifie pas qu’il y ai 2 écoles (cf réchauffement climatique, toxicité de l’aspartame, compteur linky et ondes en général, qualité des cables HDMI en or…)


#91

C’était vaccin contre l’hépatite B, et la sclérose en plaque. Et rien n’a été prouvé, si ce n’est une le constat d’une augmentation au moment que la campagne de vaccination. Qui coïncidait aussi avec une notoriété grandissante de la SEP. Bref. RAS.


#92

En même temps quand on parlait de pourquoi obliger/pas obliger à avoir un détecteur de fumée la majorité ici allait dans le sens du “en France si tu obliges pas on fait pas”.

Cette question, c’est un peu comme pourquoi on rachète un chargeur non innovant (juste de forme différente) mais nouveau avec les nouveaux Iphone;

Parce que le marché est ultra concentré (ce qui est un réel problème car un grand frein à toute alternative), que les mecs font ce qu’ils veulent et que pour le moment personne ne veut se lancer dans le développement de modes de production pour ces vaccins alternatifs (sans ou avec adjuvants différents (parce que certains vaccins ne fonctionnent pas sans adjuvant), individuels au lieu des penta etc etc).

Le pire c’est que même si un labo se lançait il faudrait :

  • démontrer la supériorité du rapport bénéfice risque du sans adjuvant (good luck)
  • produire à un coût équivalent aux big pharma bien en place (good luck) parce que les assurances maladie ne vont pas rembourser plus sauf si gros écart pour le point ci dessus.
  • produire selon des standards équivalents parce que on peut troller tout ce qu’on veut sur les tricheries des industriels, dans l’ensemble les standards sont hauts et il y’a beaucoup de thérapies vraiment innovantes qui bloquent à ce stade là : l’industrialisation (faire un lot qui cartonne en essai clinique et ne plus pouvoir le reproduire après c’est ballot).
    Dans la même idée, par exemple la thermostabilité de pas mal de vaccins dépend du coktail conservateurs adjuvants choisis, si on fait du “sans” il va falloir trouver des alternatives. C’est tout bête mais ça crée une différence entre un produit qui va être utilisé à l’hôpital avec chambres froides, délivré dans les temps etc et le vaccin que tu vas ramener des tes courses dans la pochette du pharmacien en moins de 15 min, et puis oups j’ai oublié le pain, je fais demi tour…Parfois c’est pour pallier au manque de rigueur des utilisateurs que certains produits sont arrêtés bien que meilleurs (dans des conditions d’utilisation optimales) que ceux que l’on garde .
  • etc la liste est assez longue, c’est possible, mais c’est pas simple. Allez deal, si un GZ se lance, je bosse gratos.

En gros soit on démontre la supériorité du bénéfice/risque en retirant les adjuvants, soit il faudrait monter une structure et avoir du lobbying et du marketing suffisant pour justifier que les gens mettent de leur poche pour leur vaccination, dans un pays où une grande part de la population considère que la santé c’est “gratuit”.

Du coup on en viendrait à tomber dans les mêmes travers que l’industrie, à tenter de faire prévaloir des produits possiblement moins nuisible même si pas démontré. On est quasi dans du “vive le vaccin bio” comme argument de vente sans vraiment savoir ce que “bio” implique réellement. Alors oui on y gagne du choix, mais sur quels critères on va choisir?

Petite précision sur celle là, pilule ou cigarette il faut choisir. Je passe sur le cliché (cliché certes mais constaté) du “je veux pas grossir en prenant la pilule donc je me suis mise à fumer”

Edits multiples typo


#93

Tout est dit. :smile: Une bonne vague de mort d’enfants par la variole et des handicapés polio à chaque coin de rue et ça remontera très vite.


#94

Sinon, il y a des alternatives :smiley:


#95

Je suis encore plus pessimiste / cynique:

J’ai croisé des parents que l’on ne peut pas excuser par manque de formation déclarer sans sourciller : “pas besoin de faire prendre des risques à mon fils puisque le niveau moyen de vaccination de la population est suffisant pour le protéger même non vacciné” - Le pire c’est que ce sont souvent les même qui militent contre la vaccination en général. ils savent pertinemment que pour éviter l’obligatoire il faut qu’ils soient suffisamment nombreux, mais ils savent aussi que s’ils deviennent majoritaires ils ne pourront plus ne pas se faire vacciner.


#96

Quand j’étais encore étudiant, je travaillais les soirs et WE en officine, et la première fois qu’on me l’a demandé, j’ai naïvement répondu que ça n’existait pas :stuck_out_tongue: quelle ne fut pas ma surprise de trouver influenzinum dans le tiroir aux milles et une couleurs


#97

#98

Oué, malheureusement, je ne vois plus que ça.

Drôle d’époque.


#99

Ca touche des gens pourtant très éduqués autour de moi. Parfois même des scientifiques… L’homéopathie ça ressemble un peu aux mécanismes des religions : “mes parents m’ont donné ça quand j’étais petit, et j’ai bien tourné, donc ça doit être bien pour mes enfants”. L’hostie et le vin de messe, c’est un peu du Christ à 10 CH :slight_smile:


#100

Soyez pas moqueurs comme ça, avant, j’étais comme vous, l’homéopathie, lol et tout ça.
Et puis j’ai eu des gosses.
En fait, c’est très efficace contre les pathologies d’inconfort, comme des démangeaisons qui partent pas, même avec des pommades à la cortisone, des allergies qui font couler les nez, du caca trop mou, ou trop dur, des maux de crânes qu’on sait pas d’où ils viennent, etc, vous voyez le genre, pas des cancers et des trucs graves.
Alors oui, c’est du placebo, on est bien d"accord, et alors ? Il est où le problème ? Si ca fait passer les plaques qui grattent sur mon fils juste parce qu’il est persuadé que je le soigne bien en l’emmenant voir un docteur qui lui donne un traitement avec des noms compliqué ? C’est pas le meilleur médicament possible dans ce cas précis ?


#101

Ce raisonnement me parle bien aussi, mais dans ma famille ce n’était pas “homéopathie”, c’était “Bisou magique”.
Et jusque là, je ne vois pas d’escrocs qui tentent de vendre des vaccins anti-grippe (ou pire) à base de bisous magiques.


#102

Absolument !
Et c’est pour ça que l’homéopathie n’a de sens que quand elle est prescrite par un vrai médecin, avec diplôme et blouse blanche, qui sait ce qu’il fait, qui saura dans quels cas donner des bouboules au sucre et dans quels cas passer à amoxicilline.
D’ailleurs je pense que c’est nécéssaire pour que l’effet placebo fonctionne.


#103

J’ai justement eu cette même discussion avec ma femme, tenant le rôle de Fabiouchka et moi celui de Hoaxymore, hier soir. Je ne suis pas opposé à donner de l’homéopathie à ma fille, mais par contre le prix que je la paie, j’ai de la peine à avaler la pilule (oui je sors). Pour l’effet placebo, à 2 ans déjà, pour ma fille les petites boules c’est “médicament” et ça fonctionne (du coup on a loupé le créneau d’introduction du “bisou magique”).

Enfin bref, je suis aussi très réticent à ceci mais je le tolère, ce qui me dérange le plus c’est le business qu’on fait avec.