[LIVRE & BD] Vos lectures du moment


#681

Ayé, fini aussi, du tout bon, et ouais ça chie grave :grin:
Vivement décembre !


#682

Mes deux bouquins finis récemment et qui m’ont bien marqués :

Un livre enquête sur la façon de fonctionner de la police dans les banlieues (en fait, centré sur la banlieue de Paris). L’auteur a suivi pendant plus d’un an (2006 à juin 2007) les policiers dans leur travail quotidien.
Il en tire donc ce bouquin, profondément éclairant sur plein de choses, notamment sur le fait que les relations entre la police et les habitants de banlieues sont tendues du fait des agissements de chacun : les policiers ont AUSSI une très grande responsabilité sur la façon dont ces habitants les voient.

Le livre n’est pas politique et relate simplement les faits, en essayant de les éclairer par l’histoire, les décisions politiques prises (sans jugement sur celles-ci) etc etc. Par certain côté, ce livre me rappelle beaucoup celui de David Simon sur Baltimore, que j’avais dévoré aussi (The Corner c’est bon mangez-en) .
Ben là on a un peu l’équivalent pour Paris, et la France en général.

L’auteur est un universitaire, mais le livre se lit comme un roman et évite les pages de jargons pénibles.

Pour moi c’est un état des lieux précis, qui aurait dû être utilisé pour améliorer les politiques de sécurité dans ces endroits et surtout pour améliorer la vision qu’on a de la police. D’ailleurs, les conclusions sont quasiment les mêmes que le livre de David Simon, et c’est étonnant de voir les rapprochements qu’on peut faire avec Baltimore (dégât de la politique du chiffre ; inefficacité des méthodes brutales ; stigmatisation de certaines couches de la population…).

A mon avis, en ces temps un peu troublés et où on risque d’entendre pas mal de conneries sur le sujet avec l’élection qui vient, c’est un indispensable pour comprendre un peu les enjeux.

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41Db9vpiQvL.SX305_BO1,204,203,200.jpg

On connait bien Jasper Fforde pour son cycle de bouquin avec l’héroïne qui peut “vivre” dans les livres (“L’affaire Jane Eyre” et ses suites pour ceux qui connaissent). J’avais bien aimé, mais passé le 2eme, je trouvais que ça partait vraiment dans le n’importe quoi et c’était difficile à suivre. Bref j’avais lâché l’affaire et j’étais passé à autre chose.
Et puis là, du coup, avec ce livre, Fforde part sur une autre idée, tout aussi foutraque : dans un lointain futur, les hommes ne peuvent percevoir que certaines couleurs (il y a ceux qui perçoivent que le rouge, ceux qui perçoivent que le bleu, ceux qui n’en perçoivent aucune, etc etc) et cette perception les classe dans la société. Plus leur perception d’une couleur est importante, plus ils ont un rang social élevé (les Gris, ceux qui n’en perçoivent aucune, étant les esclaves de base, donc).

A partir de là, on suit le héros Rouge, qui va visiter un village reculé et y apprendre plein de choses sur son monde et la façon dont il est régi.
C’est passionnant, le postulat de départ est bien exploité jusqu’au bout, et les révélations finales sont plutôt intéressantes.
Le livre se termine un peu abruptement (malgré ses 800 pages) et j’espère qu’il y aura une suite ! En effet, il y a encore plein de questions à se poser une fois le livre terminé, questions dont j’aimerais bien les réponses !

Un très bon bouquin donc, pour ceux qui aiment l’anticipation.


#683

Très bonne surprise finie aujourd’hui: Destination Ténèbres

Malgré son titre de roman de gare (titre original: The Dark Beyond the Stars) et son point de départ qui frôle le cliché, c’est un excellent roman de SF, surprenant à plus d’un titre !

Quatrième de couverture:

En mission d’exploration sur Séthi IV, le jeune Moineau dévisse d’une falaise. Échappant miraculeusement à la mort, il est rapatrié sur son vaisseau-génération, l’Astron, pour y être soigné. Alors qu’il se remet lentement de ses blessures à l’infirmerie, on tente, sans succès, de l’empoisonner.
Guéri, mais amnésique, Moineau ne peut que redécouvrir le monde où il est né : un vaisseau délabré, hanté par un équipage indifférent, voire hostile. Le capitaine de l’Astron, immortel, semble avoir perdu la raison : il veut traverser la Nuit, une partie de la Galaxie totalement dénuée d’étoiles, pour aller chercher des signes de vie extraterrestre de l’autre côté. Un voyage de cent générations, qui paraît bien impossible pour un vaisseau aussi abîmé que l’Astron.

Extrait de la critique de Philippe Boulier dans Bifrost:

Du point de vue du pur plaisir de lecture, Destination ténèbres est un régal. A intervalles réguliers, de nouvelles révélations sur la véritable nature des évènements en cours relancent l’intérêt du récit et, entre quelques sorties périlleuses dans l’espace et diverses tentatives de meurtre dont est victime le narrateur, les péripéties ne manquent pas. La tension dramatique qui habite le roman doit également beaucoup à la confrontation continue entre Moineau et Kusaka, deux personnages que tout semble à priori opposer mais dont la relation va souvent prendre des détours inattendus. Sur le fond, Frank M. Robinson signe une réflexion douce-amère sur la condition humaine, où le destin tragique d’une poignée d’individus ne parvient jamais tout à fait à effacer le formidable désir qui porte cette odyssée. Sur les deux tableaux, Destination ténèbres est une réussite exemplaire.

C’est dispo en poche et en électronique.


#684

Je vous présente Onibi. C’est une bande dessinée créée par deux passionnés du Japon. Un couple de français qui après plusieurs voyages ont eu envie de faire découvrir la culture de ce pays.

Au premier coup d’oeil, je suis tombé sur le charme du dessin (à l’aquarelle). Puis je me suis laissé transporté par l’histoire qui se passe dans la campagne japonaise. Ça parle de fantômes, de lieux sacrés, de photographie, de cuisine… C’est bien raconté et ça donne envie d’aller au Japon ! (et de manger japonais) Je retrouve aussi un peu de ce que j’aime dans certains films Ghibli. Bref, un gros coup de coeur.

On peut lire les premières pages sur le site officiel : http://www.issekinicho.fr/editions/produit/onibi/


#685

Je viens de le finir et j’ai bien aimé également :slight_smile:

J’entame maintenant la trilogie des Guerriers du silence de Pierre Bordage.


#686

J’ai lu Le Maître du Haut Château de K. Dick (dans sa nouvelle traduction). Je suis un peu mitigé. Le livre amène des réflexions intéressantes, mais il n’y a pas de grands enjeux dans l’histoire. Quand on arrive à la “fin”, j’ai l’impression finalement que cette réalité alternative n’est finalement qu’un prétexte et sert juste de toile de fond.

Dans l’édition que j’ai lu il y a une post-face intéressante (sur la manière dont le livre a été écrit, ect.) et deux chapitres que l’auteur avait écrits pour une suite qu’il a finalement abandonnée. Un peu dommage car j’avoue que j’aurais bien voulu savoir jusqu’où il aurait menée l’histoire.

N’ayant jouant à aucun Wolfenstein depuis “The Return of…”, est-ce que vous savez si un épisode s’est inspiré de l’oeuvre de K. Dick ? Il y aurait peut-être matière (surtout avec la suite avortée)


#687

Je l’ai lu y’a longtemps et j’avais pas trouvé ça super. Surtout après avoir lu Ubik et Substance Mort. K.DICK, y’a du magnifique, du bien et du moyen. En même temps vu tout ce qu’il a écrit, c’est dur de faire que des chef d’œuvres. Mais globalement c’est plutôt des bons livres, même ses œuvres secondaires


#688

Tout pareil, lu il y a cinq ou six ans, très déçu. Je me suis trop hypé en basant qur le pitch et ce qu’il aurait pu donner. La fin m’a laissé sur la mienne.


#689

Je profite que le topic remonte pour partager ma dernière lecture.
Je l’ai évoqué rapidement dans le thread de l’E3 avec l’annonce du prochain Métro.

Après Metro 2033 et 2034 j’ai fini par lire le 2035.

Un petit résumé pour ceux qui ne connaitraient pas et qui chercheraient de bons bouquins (c’est mon avis et je le partage !)
Il s’agit d’une série de roman de SF, post-apocalyptique écrite par l’auteur russe Dmitri Glukhovsky.

L’action se passe en Russie, la terre a été ravagée par une guerre nucléaire et les survivants se sont réfugiés dans le métro. Au fil des ans ces survivants ont aménagé les anciennes stations en micro villes, des factions se sont recrées et la nature humaine aidant, les conflits ont éclaté. (Notamment entre les Rouges - entendez communistes - et le 4eme Reich).
Il existe aussi des factions de commerçant (très puissante), car il faut quand même bien trouver de quoi survivre et se battre!

Au-delà des conflits entre humains, si la surface est devenue invivable pour eux, des tas de bestioles mutantes y sont apparues. Elles infiltrent le métro cherchant des proies et évidemment le plus souvent il s’agit d’humains.

On suit donc les aventures du jeune Artyom, qui doit faire face à une de ces menaces, sa station VDNKh étant attaquée à répétition. Il se retrouve donc à parcourir le métro et toutes ses menaces afin de trouver une solution.

Une carte du métro russe dans l’univers:

Je pense que beaucoup ici ont joué aux 2 jeux sortis et connaissent déjà l’univers (Métro 2033 et Métro Last Light).
Mais à l’instar de The Witcher, les romans à l’origine des jeux valent vraiment le coup.


The Game Awards : les annonces à retenir
#690

Salut. J’ai entamé la lecture du livre de Sarah Waters. Ce dernier a pour titre Du bout des doigts. L’histoire se base sur une affaire d’escroquerie où se mêlent passion et trahison. J’ai eu la possibilité de voir l’adaptation sur grand écran. La fin du film m’a laissé sans voix !


#691

The rise and fall of D.O.D.O
Le dernier roman de Neal Stephenson, co écrit avec Nicole Galland.
Dévoré en une semaine, je n’en dit rien pour ne pas spoiler, mais si vous aimez Stephenson vous pouvez y aller les yeux fermés.
Du coup je vais peut-être finir seveneves qui m’était tombé des mains dans la deuxième partie :ninja:


#692

Tiens, du coup, n’ayant pas jouer au jeu mais aimant bien ce genre d’ambiance, j’aimerais les lire.
Saurais tu me dire si les noms russes sont “trop nombreux” ?

Les prénoms et noms, ça devrait aller, mais quand je vois les stations de métro à rallonge, j’ai un peur que ça me sorte du récit.


#693

Le cercle de Dave Eggers.
Titre éponyme du film qui sort ce mois-ci. ça se lit très facilement donc rapidement. Pleins de petites allusions sur les principes de faire de Google ou Apple par exemple (sauf qu’ici bien entendu on va encore plus loin)


#694

Franchement le plus “dur” à retenir selon moi c’est le nom des stations de métro oui.
Y’a une carte dans la couverture du bouquin ça aide à se situer.

A part ça effectivement y a les noms/prénoms et encore quelques personnages ont des surnoms.
Sinon pas de difficultés particulières, c’est plutôt facile à lire :slight_smile:


#695

a captivating and complex near-future thriller combining history, science, magic, mystery, intrigue, and adventure that questions the very foundations of the modern world

Ça me parle bien du coup, je vais me laisser tenter.

Sinon je viens de finir http://www.bragelonne.fr/livres/View/les-mensonges-de-locke-lamora et c’était top :slight_smile:


#696

Le premier volume des Salauds Gentillhommes est très sympa en effet.
La suite m’est malheureusement tombée des mains à force de faire traîner l’histoire (on croirait que certains auteurs de fantasy sont payés à la page).


#697

Oui le 1er est génial, j’ai adoré. La suite est sympa sans plus. J’ai pas encore lu le tome 4 mais j’ai quand même hâte, c’est une série attachante


#698

C’est normal étant donné qu’il n’est pas sorti :wink:

Sinon c’est bizarre mais j’ai toujours préféré le deuxième au premier, avec ses aller et retour temporels qui m’avaient un peu saoulé


#699

Ma lecture du moment : Aristotle Detective de Margaret Doody.

C’est un roman policier qui se passe à Athènes, dans la Grèce antique.

C’est très bien mené (jusqu’à présent, j’en suis à un peu plus de la moitié), il y a quelques termes en grec, mais c’est compréhensible dans le contexte.

Pour résumer l’histoire : un notable est retrouvé au matin avec une flèche dans la gorge, chose rare pour un meurtre à cette époque, et le jour de son enterrement, sa famille désigne le cousin du narrateur comme assassin.
On suit l’enquête que celui-ci doit mener pour disculper son cousin, aidé par son ancien professeur, le philosophe Aristote.
Le tout se déroulant dans un contexte de guerre aux côtés d’Alexandre le Grand contre les Perses (en toile de fond)


#700

Je déterre ce thread pour un titre BD franco belge que j’avais raté a sa sortie, Imbattable:


Croire que c’est une simple histoire de super héros est une monumentale erreur™.

Son pouvoir casse les codes de la BD, a tel point que certaines planches sont des mindfucks improbable. Et comme c’est inracontable, je vous propose une planche en exemple:


Celle la est assez simple mais l’album va crescendo et les dernières planches nécessitent de lire, revenir en arrière, relire, pour comprendre le concept, qui va assez loin au final.

Tout fan de BD doit lire cet album. Vraiment.

Non mais je suis sérieux. Lisez le. Right now! :blush: